Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Ring 1167514 960 720 jh%20article%202003

Guerre à propos du mariage

Pourquoi le mariage? Une poussée agressive des artistes, des politiciens, des juges et des prêtres favorables au mariage homosexuel provoque une redéfinition fondamentale de la famille traditionnelle. Des lignes de bataille ont été tracées. Mais personne ne devrait prendre position sur ce problème sans connaître les faits!

L’homosexualite a soudaine­ment pris le centre de la scène dans les discussions du public. De grandes couvertures des populations de la Grande-Bretagne, du Canada et des Etats-Unis et d’autres na­tions l’ont adoptée avec enthousiasme et ont poussé pour une large acception de la part du public—pas seulement de l’homosexualité, mais pour l’extension du domaine légal du mariage et de la famille pour y inclure des couples de même sexe.

Cela revient à aller vers une très haute redéfinition de l’institution la plus fonda­mentale de la société.

Au Canada, c’est maintenant une loi. Mais même dans ces pays où le mariage homosexuel n’a pas encore été légalisé, dans l’esprit de beaucoup ce changement est déjà arrivé. C’est simplement une étape de plus dans une refonte complète, sur plusieurs générations, de la nature du mariage et de la famille traditionnelle.

Sommes-nous sûrs que ceci est un bon changement?

Est-ce que les nababs des médias qui remplissent leurs chaînes de télévision avec des émissions promouvant les fréquenta­tions homosexuelles, la mode et la vie de «famille», sont surs qu’ils rendent service au public? Est-ce que les éducateurs et les politiciens qui utilisent l’argent public pour financer une université publique complè­tement homosexuelle sont surs qu’ils agis­sent dans le meilleur intérêt des gens qu’ils servent? Est-ce que ces juges qui légalisent la sodomie et le mariage homosexuel sont surs qu’ils lisent la loi correctement et renforcent la vie civile de leurs nations? Est-ce que les ecclésiastiques, qui plaident en faveur de la nomination de ministres ouvertement homosexuels, et font des proclamations publiques de bas étage sur la vue traditionnelle du mariage hé­térosexuel, sont absolument surs qu’ils interprètent la Bible correctement, et ont la bénédiction de Dieu?

Ce sont des questions critiques. Parce que, si ces individus sont dans l’erreur, il y a assez de preuves pour montrer qu’ils font des erreurs qui ravagent la nation.

L’homosexualité met en procès plusieurs problèmes fondamentaux. Pourquoi homme et femme? Pourquoi les gens se marient-ils ? Quel est le but du mariage? Qu’est-ce qui définit une famille? Comme nous le verrons, il défie même notre compréhension de la ques­tion suprême: Pourquoi sommes-nous ici? Quel est le but pour l’humanité?

Connaissez-vous la réponse à ces ques­tions? Si vous ne la connaissez pas, vos attitudes sur l’homosexualité—positives ou négatives—ne sont simplement pas ba­sées sur une pleine compréhension de la vérité! Le fait est que la grande majorite prend ses propres décisions—ceci com­prend ceux qui influencent la loi à la fois dans l’église et l’état—ayant été malmenés par la correction politique, la pression des pairs ou la coercition sociale.

Qu’en est-il de vous? Avez-vous déjà faussé votre esprit ? Etes-vous sûr d’avoir raison ?

Jeter un tabou

En mai, à la conférence annuelle de l’Association psychologique américaine [apa], un sujet peu commun était haut en discussion: La suppression du Manuel de Diagnostic et de statistique des troubles mentaux, de plusieurs comportements sexuellement déviants appelés «para­philias»—y compris la pédophilie.

L’opposition fut intense, et l’idée fut rejetée. Mais c’était une illustration ré­vélatrice de la manière dont les attitudes générales envers le sexe, le mariage et lafamille ont été radicalement transformées dans le monde occidental dans les deux générations passées.

Ce fut en 1973 que l’homosexualité a été enlevée de la liste des troubles de l’apa. Ace moment-là, l’homosexualité était loin d’être publiquement acceptable. Mais il est évident que le reste de la société a, depuis lors, rattrapé l’avant-garde des psychologues qui l’ont rendue «normale» il y a 30 ans.

En juin, la cour d’appel d’Ontario au Ca­nada a légalisé le mariage homosexuel (suivi par la Colombie Britannique un mois plus tard), et le Premier ministre Jean Chrétien a annoncé son soutien gouvernemental pour le plan. Ce même mois, la cour suprême des E.U. a invalidé une loi du Texas criminali­sant la sodomie. C’était la première fois dans son histoire que la Cour suprême soutenait que les gens ont le droit de s’engager dans le sexe en dehors du mariage légal.

Ces faits marquants ont produit un glissement dans la couverture des mé­dias sur l’homosexualité aux Etats-Unis, la plupart étant franchement positifs. Un éditorial du Boston Herald, typique de la couverture, dit: «Cette cour est parvenue, d’une manière ou d’une autre, à révéler où en sont la plupart des Américains aujourd’hui—fermes dans leur croyance que ce n’est pas l’affaire du gouvernement de jeter un coup d’oeil dans les chambres à coucher d’adultes consentants.»

Et la télévision, qui démarra les nou­veaux programmes le fit rapidement à sa manière dans la programmation régulière: Une chaîne câblée présenta une agence matrimoniale homosexuelle et ensuite une émission réalité homo­sexuelle qui fit une audience record et fut rapidement reprise par le réseau de télédiffusion du géant NBC.

«Plusieurs cadres du réseau de télévi­sion par câble ont dit que la décision 6-à-3 de la Cour suprême, en juin, invalidant une loi du Texas sur la sodomie et légali­sant la conduite sexuelle gay, soulignait ce qu’ils savaient déjà: que les attitudes de la nation envers les gays et les lesbiennes ont changé radicalement,»Compte-rendu du New York Times du 29 juillet (c’est moi qui met l’emphase). Il y a «trente ans, les séries à forte audience à la télévision dépeignaient souvent les homosexuels comme suicidaires ou psychopathes… Si les télés­pectateurs de la télévision amé­ricaine pouvaient alors voir cela, que peuvent maintenant voir les téléspectateurs.»

Une étude du Pew Research Center en juillet a également confirmé la conviction des cadres de la télévision, concluant qu’aux EU, l’opposition au mariage ho­mosexuel a chuté sensiblement ces dernières années (53 pour cent des per­sonnes interrogées, contre 65 pour cent en 1996). Une enquête de cnn-USA Today trouva seulement 46 pour cent d’Améri­cains s’opposant au mariage homosexuel, et 48 pour cent le soutenant.

Les actions dans les cours et les médias vers l’acception et même la célébration pu­blique de l’homosexualité ont été assorties ailleurs. Juillet a aussi vu l’annonce de 5 millions de dollars de fonds publics accor­dés au Harvey Milk School, une université publique de New York City consacrée ex­clusivement aux étudiants homosexuels, lesbiens, bisexuels et transsexuels. Début août, la Californie est devenue le qua­trième état à passer une loi protégeant les transsexuels pour le logement et la discrimination au travail—laquelle loi imposerait des pénalités comprenant des amendes allant jusqu’à 150.000 dollars aux propriétaires ou aux employeurs qui la violeraient. (Le San Francisco Chronicle du 5 août expliquait mielleusement: «Des patrons devraient encore pouvoir s’habiller en robe pour autant qu’il soit permis aux ouvriers de s’habiller dans le genre qu’ils préfèrent.»)

Les tabous tombent si rapidement que le mot tabou lui-même a de plus en plus un sens archaïque,» a écrit Frank Rich dans le New York Times du 26 juillet. Il parlait de la soudaine étendue de l’acception de la pornographie, mais il aurait pu tout aussi facilement parler de l’homosexualité. «Excepté pour les habituels prêcheurs de feu et de soufre en chaires et à la cour suprême (parmi lesquels, Clarence Thomas, qui a lui-même été censément un consommateur de ‘porno’), la plupart des conservateurs se sont joint à la plupart des libéraux en menant haut le combat contre tout, sauf le fléau de la pornographie enfantine.»

Le même rétropédalage est vrai concernant l’homosexualité. Tandis que la pédophilie est encore largement considérée comme répréhensible, la vue «conservatrice» typique s’est déplacée de la condamnation pure à la tolérance envieuse: l’idée est que les couples homo­sexuels ne devraient peut-être pas avoir le même statut juridique que les mariages hétérosexuels, mais que s’ils veulent le faire en privé, c’est leur affaire.

Il y a un grand problème avec cette ligne de raisonnement.

Pourquoi mâle et femelle?

Pourquoi mâle et femelle? Avez-vous jamais pensé à cela? C’est une énigme à laquelle les créationnistes et les évolution­nistes devraient s’attaquer.

Pour la personne qui ne croit pas en un Créateur, cela exige d’expliquer comment, par un moyen naturel—non par concep­tion mais par accident—l’humanité (et pratiquement toutes les créatures vivan­tes) en est venue à exister dans deux grou­pes distincts, différents, et pourtant les mêmes, étant mutuellement dépendants l’un de l’autre pour la procréation.

Mais même pour le créationniste, la question peut être également un cassetête. Pourquoi Dieu a-t-Il fait un homme et une femme?

L’Ecriture montre qu’en créant l’hu­manité à Sa propre image et ressemblance (Ge. 1:26), Dieu prit la décision consciente de nous diviser en deux groupes: homme et femme (v. 27). Pourquoi? C’est une question importante à méditer. Essayez de pousser de votre esprit la fausseté po­litiquement correcte qu’il n’y a aucune différence entre les deux. Considérez ceci d’une façon réaliste.

Le fait est que l’action incessante au cours du demi-siècle passé, en particulier pour l’égalisation des sexes, a complète­ment obscurci et détruit les motifs très profonds et importants de l’introduction créatrice de Dieu des différences de sexe! L’homosexualité, en effet, traite ce com­posant essentiel de la création comme si elle était une simple décoration—voire même une erreur de la part de Dieu. Au mieux, elle banalise et neutralise la formation du genre.

Pouvez vous reconnaître la possibi­lité que le sexe n’est pas un accident de l’évolution, ni un ornement arbitraire de la création, mais un choix conscient et délibéré avec la conception et l’intention faites par un Créateur super intelligent? Etes-vous disposé à considérer le raison­nement, la logique, dans Sa décision? Ce Dieu qui Se révèle Lui-même dans la Bible proclame que Ses pensées sont plus élevées que vos pensées (Es. 55:8-9). Est-il possible que vous permettiez à votre esprit de nuire à Sa pensée supé­rieure par simple pression des pairs—la coercition intellectuelle d’une société qui est presque complètement hostile envers son Créateur?

Le mariage incompris!

Pourquoi le mariage? Savez-vous d’où le mariage tire son origine?

Jetez un coup d’oeil aux animaux et vous verrez que le mariage n’est pas nécessaire à la procréation. Les animaux peuvent faire preuve d’une certaine fi­délité envers certains autres animaux, mais seuls les humains ont des rapports émotifs et légaux à plusieurs facettes liés au mariage et à la famille.

Il y a seulement quelques générations, le concept du mariage et de la famille était pris pour normal—généralement admis comme désirable—un moyen d’élever des enfants responsables et de produire une société stable. Cependant, même alors la compréhension profonde de pourquoi le mariage était largement inconnue.

Pourquoi? Parce que c’est une connais­sance fondamentalement spirituelle!

Le mariage n’est pas une simple tradition. C’est en fait une institution sacrée, initiée et établie par Dieu lors de la création de l’humanité! Il a été créé pour des buts spécifiques et conçu pour fonctionner selon des lois définies. Ces lois sont aussi absolues et inexorables que les lois physiques régissant l’univers. Si elles sont brisées, le chagrin et l’insatis­faction en résultent.

D’autre part, même si on manque de la compréhension spirituelle des buts du mariage, l’adhésion aux lois spirituelles de base de Dieu, mises en action, produit des mariages heureux et des familles stables. Plusieurs des fondements de base d’an­tan—par exemple, que la fidélité sexuelle est le dogme le plus fondamental du ma­riage, que le divorce est inacceptable, que les enfants devraient honorer leurs pa­rents—étaient directement en conformité avec ces lois données par Dieu.

Le monde occidental au 20e siècle a vu de plus en plus chaque fondement concer­nant le mariage défié: Les rôles respectifs du mari comme guide et pourvoyeur, et l’épouse comme assistante et ménagère; l’importance de l’abstention du sexe en de­hors du mariage; l’autorité des parents sur leurs enfants. Alors que ces idées étaient contestées, un cycle négatif commença. L’accroissement du rejet des lois régissant le mariage ordonnées par Dieu produisit davantage de mauvais mariages, et ali­menta la tendance à remettre en cause sa nature fondamentale. Le résultat fut un mécontentement général et mal orienté en ce qui concerne le mariage lui-même et un manque inévitable de compréhension de cette institution sacrée.

Dans les temps passés, le cas du maria­ge comme force stabilisatrice de la société était plus facile à assurer. Aujourd’hui, les mariages qui suivent vraiment le modèle biblique sont si rares (et la vue générale de la famille a dégénéré assez loin) qu’il ne peut simplement plus être retenu comme modèle réaliste. Un homme responsable qui fait autorité en guidant sa famille dans l’amour, soutenu et profondément respecté par une femme travailleuse qui tient la maison, les deux parents éduquant ensemble leurs enfants à être heureux, polis et obéissants—ce scénario, plutôt que d’être tenu pour idéal, est considéré comme tellement impossible qu’il en est risible. Le concept même est un sujet de mépris et de moquerie.

Certains vont même plus loin et disent que non seulement l’idéal traditionnel pour la famille est irréaliste, mais que c’est un type pernicieux—un type d’esclavage pour l’épouse et d’oppression pour les enfants. Les familles malheureuses, les foyers brisés et les enfants illégitimes sont tellement communs qu’il est regardé comme peu sensible pour suggérer que de tels individus sont de quelque façon handicapés ou endommagés.

En seulement quelques générations, la société dans l’ensemble—plutôt que d’accep­ter la notion qu’elle fait défaut d’une manière ou d’une autre, plutôt que de tâcher de se mesurer plus fortement au standard bibli­que—a simplement changé la norme.

Les standards de Dieu, d’autre part, ne changent pas (Mal. 3:6; Hé. 13:8; Luc 16:17; i Jean 5:3). Quiconque veut être juste avec Dieu doit prendre garde d’utiliser les normes sociales comme standard personnel.

Dans la réalité, un mariage pieux est quelque chose que pratiquement n’importe quelle personne bien pensante peut iden­tifier comme étant idéal. Une telle famille est une belle chose à voir. Les enfants, assez bénis pour grandir dans une telle famille, ont une chance beaucoup plus grande d’être des citoyens productifs et de bâtir leurs propres familles heureuses. L’avantage de telles familles pour la société dans son ensemble devrait être évident.

Néanmoins, l’échec pratiquement unanime de suivre le modèle que Dieu a établi pour le succès familial a eu comme conséquence une redéfinition des idéaux du mariage et de la famille.

Et maintenant, nous voyons contestée l’idée même du mariage impliquant un homme et une femme. Ceci indique unmanque profond de compréhension de pratiquement chaque but fondamental du mariage révélé dans les Ecritures! Mela­nie Phillips a écrit dans le Daily Mail du 30 juin, «De plus en plus de personnes voient le mariage non en tant que moyen sacré de créer la parenté [réellement, il est beaucoup, beaucoup plus que cela même], mais simplement comme une liaison amoureuse avec un ensemble pratique de droits attachés.»

Tristement, quand le modèle biblique du comportement sexuel, du mariage et de la famille a été si dégradé et ravagé, quand la compréhension du mariage s’en est allée, des arguments contre les unions homosexuelles ne semblent pas trop bien tenir.

Le rôle de l’Eglise

Honteusement, des chefs religieux, ont été entraînés dans cette déviation des normes bibliques. La religion a traditionnellement fourni une ancre au milieu d’une telle turbulence morale. Mais aujourd’hui, l’église a à la place dressé ses voiles, levé son gouvernail, et aidé à mener la vague du changement social.

Acôté des initiatives séculaires récentes favorisant l’homosexualité, la discussion piquante parmi les églises chrétiennes ordonnant des prêtres ho­mosexuels et conduisant à des mariages de même sexe s’est réchauffée considé­rablement.

En mai, l’église d’Angleterre a or­donné un évêque homosexuel Jeffrey John, qui soutient la campagne pour que l’église anglicane bénisse les maria­ges de même sexe. (La nomination a créé un tel tapage parmi les Anglicans que, finalement, après six semaines, l’arche­vêque de Canterbury, un ami personnel de 30 ans de M. John, a demandé qu’il démissionne.)

Peu après, l’église épiscopalienne du New Hampshire a élu son premier évêque ouvertement homosexuel, Gene Robin­son. Les Episcopaliens font également face à une décision de savoir si oui ou non bénir des mariages de même sexe. En juin, le président de l’église d’Ecosse a annoncé qu’il serait «tout à fait tran­quille» en nommant des ministres homosexuels. Trois semaines plus tard, l’église de l’Union en Australie a passé une résolution pour accepter ouverte­ment des ministres homosexuels, avec plus de 75 pour cent de son assemblée nationale soutenant la mesure.

Un ministre votant de l’église de l’Union a expliqué: «L’église catholique a ordonné des homosexuels, l’église anglicane a ordonné des homosexuels, elles ne sont simplement pas honnêtes à ce sujet. Nous avons lutté avec cette réalité pendant beaucoup d’années et voici nous y sommes» (Heidelberger Leader, Australie, le 30 juillet). Cela fait essentiellement des normes sociales le standard plutôt que la Bible—quelque chose que le Christ a spécifiquement condamné (Marc 7:9).

Ces chefs religieux déclarent qu’ils tiennent leur religion de la Bible. Beaucoup ne sont pas entièrement confortables avec la poussée vers l’ho­mosexualité. Mais ils ont réalisé qu’ils n’ont simplement pas assez de pouvoir de lui résister.

Ainsi nous avons parmi beaucoup de religieux de haut niveau la nécessité d’expliquer d’une manière ou d’une autre comment Dieu fait pour ne pas condam­ner l’homosexualité—quand une lecture impartiale des Ecritures montre pleine­ment qu’Il la condamne!

L’apologie de l’homosexualité

En mai, un homosexuel anglican s’est vu donné environ 34.000 dollars américains sur les fonds publics pour terminer un doctorat à l’université du Queensland pour «prouver» que Jésus-Christ était homosexuel—en adjonction de trois, et probablement quatre, de Ses disciples choisis. «Il a dit le diagramme astrolo­gique de Jésus, des indications dans les Ecritures auxquelles les églises ont été aveugles et les traductions bibliques fidèles ont toutes joué une part dans ses conclusions,» rapport du Courier Mail du Queensland (29 mai). Il a cité l’homme, Rollan McCleary, comme expliquant, «Le point de départ est la question de Jean, à qui il est toujours fait allusion comme le disciple bien-aimé de Jésus.»

C’est peut-être un cas extrême, mais une représentation juste de l’absurdité académique exigée pour ratifier l’homo­sexualité, tout en revendiquant toujours la Bible en tant qu’autorité spécifique.

La question est, peut-on vraiment faire confiance à la Bible pour établir les normes du bien et du mal, ou pas?

Considérez deux écritures dans l’An­cien Testament dans le livre du Lévitique: «Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination… Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; ils seront punis de mort: leur sang retombera sur eux»(Lé. 18:22; 20:13).

Voici comment un site Web religieux, pro homosexuel, a expliqué ces versets: «Le livre du Lévitique est un produit de sa culture… Les auteurs n’étaient pas des scientifiques ni des historiens écrivant de l’expertise, mais étaient des personnes de foi—des prêtres, écrivant sur les uni­ques expériences qu’ils rencontraient. Ils étaient des solutionneurs de problèmes dans une ère où le simplisme, pourtant décisif, des actions étaient rendues néces­saires par les maladies et les polémiques qui surgissaient dans le camp de la tribu d’Israël. Ils étaient des personnes de culte qui étaient forcées de prendre des déci­sions rapides et soudaines quand le be­soin s’en faisait sentir. Pour les chrétiens du 20e siècle il serait au mieux naïf d’em­ployer ces formules comme critères pour la prise de décision éthique et morale, au pire une hérésie. Les prêtres ont utilisé les outils de la connaissance à leur dispo­sition, juste comme nous sommes requis d’utiliser les outils de la connaissance qui nous sont disponibles. Aujourd’hui, nous pouvons bénéficier de milliers d’années de savoir!» (www.whosoever.org).

Juste comme cela, ils effacent des sec­tions entières des Ecritures—en allant si loin que de déclarer que ce pourrait être de l’heresie de les suivre, ou même de prétendre que cela reflète toutes les pen­sées de Dieu.

Les apologétiques de l’homosexualité abondent avec des déclarations atténuant l’autorité des Ecritures. Chaque déclara­tion biblique contre l’homosexualité est passée comme étant mal traduite, ou mal comprise, ou plus appropriée. Les condamnations fortes de l’homosexualité de l’apôtre Paul (Ro 1:24-27; i Cor. 6:9-10; i Ti.: 9-10) sont écartées comme étant peu claires, ou simplement de préférence personnelle («Nous concluons que St. Paul dans les Ecritures chrétiennes semble avoir condamné certaines activités ho­mosexuelles, mais il n’est pas clair avec lesquelles. Il n’y a aucune mention dans les Ecritures chrétiennes des relations gaies et lesbiennes aimantes et engagées»—ibid.; «Certains chrétiens estiment que ses écrits ne sont pas un guide utile pour l’éthique et la morale au 20e siècle»—www.ncf.ca/ip/sigs/life/gay/religion).

De l’histoire de Sodome et Gomorrhe trouvée dans Genèse 19, ces apologistes expliquent que Dieu n’a pas détruit ces villes parce que remplies d’homosexua­lité et de perversion sexuelle—mais parce qu’il était en colère contre elles pour avoir été inhospitalières, ou violentes, ou oppressives et discriminatoires. Na­turellement, l’apôtre Jude dit que c’était le peche sexuel qui a enflammé la colère de Dieu: «Que Sodome et Go­morrhe, et les villes voisines, qui se livrèrent comme eux à la débauche et à des vices con­tre nature, sont données en exemple, subissant la peine d’un feu éternel.» (Jude 7). Mais cette écriture est démo­lie par une explication simple: «Jude était en désaccord avec Dieu» (ibid.).

Peut-on faire confiance à la Bible, ou non ? Est-ce la Parole de Dieu, ou non ? Pourquoi aller à la difficulté pour donner une «explica­tion satisfaisante» des Ecri­tures passage après passage, si votre intention est simplement de croire exactement ce que vous voulez croire ?

Comme «preuve» supplémentaire que l’homosexualité est permise, ces érudits notent que Jésus-Christ n’a jamais condamné personnellement l’homosexualité. Mais ils ferment les yeux sur Sa déclaration que nous de­vrions vivre de toute parole de Dieu (Mt. 4:4). Dieu condamne durement les chefs religieux qui prétendent parler pour Lui, mais qui n’expriment que leurs pro­pres paroles et conduisent les gens dans l’immoralité (Jé. 23:14-40). Dieu tient ceux qui prétendent être ministres plus responsables que les autres!

Même en mettant de côté les prohi­bitions bibliques spécifiques contre l’ho­mosexualité, une simple compréhension basique de la raison pour laquelle Dieu a créé le mâle et la femelle, le mariage et la famille vous donne un aperçu de la raison pour laquelle Dieu considère l’homosexualité comme une abomi­nation. Nous avons regardé ceci d’une manière générale, mais devenons plus spécifiques.

Pourquoi le mariage et la famille?

La décision de Dieu de créer l’homme et la femme a plusieurs ramifications, et porte à plusieurs autres décisions en rapport. Considérez ceci.

Dieu a créé l’attirance sexuelle, pour amener un homme et une femme dans une relation d’amour. Il a crée l’institu­tion du mariage—une alliance d’enga­gement avec des relations proscrites, des rôles ordonnés par Dieu (voir Ge. 2:18, 21-25, Ep. 5:529-33, i Ti. 5:8), et Il donna des lois consignant l’usage du sexe dans cette relation maritale (voir Ex. 20:14,17). Il avait l’intention que cette alliance relationnelle amène la stabilite dans nos vies, pour nous enseigner la fidélité et la loyauté, et pour donner à chaque mari ou femme l’occasion d’apprendre à vivre généreusement avec une autre personne, différente d’eux-mêmes, en tant qu’équipe harmonieuse.

En outre, Dieu a créé nos anatomies de sorte que ce rapport entre deux per­sonnes produise des enfants. Il a conçu le processus du développement humain pour se produire lentement—beaucoup plus len­tement que pour les animaux—dans le but de rendre la vie de famille nécessaire: Les enfants sont complètement dépendants de leurs parents, et les parents doivent aimer, entretenir, protéger, instruire et discipli­ner leurs enfants. Il a donné des lois et des principes régissant ce rapport parent enfant (voir par exemple Exode 20:12).

Dieu aurait pu nous faire tous sem­blables, Il aurait pu ne jamais instituer le mariage, prévoir d’autres moyens de reproduction, nous avoir fait naître avec des corps et des esprits entièrement dé­veloppés—Il aurait pu faire les choses de nombreuses autres manières. Mais Il l’a fait de cette manière pour une raison.

Pourquoi? Pour quelqu’un ne compre­nant pas le but de Dieu pour l’humanité, cela peut sembler quelque peu arbitraire. Pourquoi homme et femme ? Pourquoi le ma­riage? Pourquoi nous repro­duire à travers le sexe? Pour­quoi des enfants? Pourquoi la famille?

Mais la réponse est claire pour quiconque comprend la vérité révélée dans la Bible, mais non généralement com­prise—de l’incroyable poten­tialite humaine.

De la manière dont Dieu a conçu l’homme, la femme, le mariage et les enfants, l’élément de la famille crée naturellement une structure de gouvernement modelée d’après le modele de la famille de Dieu.

Dieu a conçu toutes ces choses de la façon dont Il l’a fait pour nous préparer pour la vie éternelle dans sa famille!

La vérité de cette réalité surpasse de loin la vue fade d’une après-vie passée sur un nuage en pinçant les cordes d’une harpe. Dieu est au point d’établir un royaume, ici, sur cette terre et régnant sur toutes les nations, avec des postes lit­téraux de rois sacrificateurs, qui seront occupés par les êtres humains transfor­més en membres spirituels—nés dans la famille de Dieu! (demandez notre livre L’incroyable potentialité humaine pourune explication biblique complète de cette vérité.)

C’est pourquoi la famille humaine est si décisive dans l’esprit de Dieu. Nous avons besoin de la famille, comme Dieu l’a conçue, afin de se préparer vraiment pour des postes dans la famille de Dieu! Bien fait, le mariage est prévu pour ensei­gner des leçons spirituelles au sujet de la famille de Dieu (voir par exemple Ep. 5:31-33). Un enfant qui grandit dans une famille pieuse apprend des leçons spiri­tuelles. En d’autres termes, si une famille marche dans la voie voulue par Dieu, alors le plan dynamique de Dieu est à l’oeuvre—vivant les leçons du gouverne­ment et l’amour de la famille de Dieu!

Dieu condamne l’homosexualité—mais pourquoi?

Il est vrai que ne pas être dans une telle famille ne disqualifie pas une personne du royaume de Dieu. Néanmoins, elle doit apprendre profondément pourquoi le mariage et pourquoi la famille.

Prendre sur nous de redéfinir ce qu’est une famille, rejeter la norme de Dieu et installer la nôtre, supposer que nos idées, qui sont totalement contraires à celles de Dieu, sont en fait superieu­res en conception et dans les résultats qu’elles produisent—c’est le sommet de l’arrogance et de la folie!

Le Daily Mail de Londres du 30 juin a fait connaître à ses lecteurs deux lesbien­nes qui veulent être parentes d’un enfant que l’une d’entre elles a conçu en utilisant le sperme d’un donneur anonyme, acheté sur un site Internet. Oui—la technologie a donné à des individus l’intention de créer des enfants orphelins (sans men­tionner que ceux-ci sont assez mercan­tiles pour profiter d’elle) et les moyens de faire ainsi. Il s’avère que la science fournira, bientôt, une manière pour un couple masculin d’amener un enfant à terme sans femelle.

Voici où notre sophistication et notre ingéniosité nous ont amenés.

Alors que Dieu donne aux couples mariés le pouvoir impressionnant, divin même, de créer une nouvelle vie, par leur union, les gens choisissent des unions mortes en remplacement et regardent alors aux moyens artificiels de produire cette vie. Alors que le dessein de Dieu est de commencer la vie par un acte d’amour, la science nous permet de la commencer avec la compression d’une seringue. Alors que l’intention de Dieu est que les enfants grandissent sous l’influence bien fondée et aimante d’un homme et d’une femme, chacun d’eux accomplissant un rôle spécifique délimité et engagé l’un envers l’autre et à la progéniture qu’ils produisent ensem­ble, les gens veulent éléver des enfants en dépit de l’élaboration de la «famille» qui convient à leur propre préférence.

Et, détachant les liens des amarrages moraux, guidés seulement par leur propre raison, ils se sont convaincus eux-mêmes que les enfants se développeront en elle pour être justes ainsi qu’en bonne santé. Ils se sont convaincus que les mariages entre gens du même sexe décourageront la promiscuité et introduiront un nouveau niveau de fidélité et d’engagement dans la communauté homosexuelle et qu’ils auront une influence stabilisante sur la société.

Ils peuvent même être convaincus que Dieu sourit, frappé par leurs efforts. Mais s’ils étaient honnêtes, ils reconnaîtraient qu’ils ne se soucient simplement pas de ce que Dieu dit! Ils ne se soucient pas de la façon dont Il définit une famille, ou pourquoi!

Il y a une guerre contre le mariage et la famille. D’un côté il y a ceux qui es­sayent de préserver le modèle de Dieu; de l’autre il y a ceux qui essayent de détruire le modèle de Dieu!

Dieu veut que le mariage nous mène dans la famille de Dieu. Le mariage et la famille ont tout à faire avec l’evangile de Dieu—lequel est la bonne nouvelle de la famille de Dieu qui approche. C’est pourquoi il est si important pour Dieu. L’adultère, la fornication, la masturbation, l’homosexualité, sont donc des peches co­lossaux parce qu’ils violent, souillent, profanent et détruisent quelque chose de si saint et d’extrêmement droit aux yeux de Dieu!» (Herbert W. Armstrong, La di­mension manquante au sujet du sexe).

La véritable force qui motive le front contre la famille est un être spirituel, ré­vélé dans les Ecritures, à qui la possibilité d’être dans la famille de Dieu n’a jamais été offerte (notre livre le Mystère des siè­cles explique cette vérité.) Il n’a jamais reçu le pouvoir créatif de se reproduire. Il déteste la famille et veut l’éliminer pour toujours! C’est l’adversaire—Satan le dia­ble—qui le premier a trompé Eve pour qu’elle se tourne contre Dieu (Ge. 3:1-6) et ensuite il a trompé le monde entier (Ap. 12:9). Il est déterminé à rien de moins que la destruction de l’humanité.

Ceux qui poussent pour le mariage homosexuel disent qu’ils sont simplement intéressés par l’égalité des droits, dans la justice individuelle. Ce n’est simplement pas vrai—qu’ils le réalisent ou non!

Satan est après la destruction com­plète de la famille, et le mouvement ho­mosexuel ne cessera pas d’avoir des exi­gences jusqu’à ce que ce but soit achevé. Satan sait qu’en détruisant les familles, il peut détruire les nations et peut aveugler les gens à la simple vérité de Dieu qui est remplie d’espoir—ainsi il fait tout ce qu’il peut pour briser cette relation au niveau divin! Il a une haine passionnée contre le gouvernement de Dieu!

Le monde est au bord de la catastrophe. La pauvreté, la faim et la maladie infestent notre planète. L’hostilité raciale, à la fois à l’intérieur des nations et au-delà des frontières, est bouillante. La haine con­tre les peuples Anglo-américains monte

nettement, alors que la division politique dans ces nations les déchire. Les armes de destruction massive, biologiques, chi­miques et même nucléaires trouvent leur chemin dans des mains imprévisibles.

Ceux qui comprennent les menaces, ceux qui sont assez courageux pour garder leurs yeux ouverts, publient des avertissements de plus en plus graves—parce qu’ils réalisent que la survie même de notre monde est en jeu.

Et c’est dans ce climat de calamité qu’est revendiquée l’idée du mariage homosexuel!

Fixant la destruction nucléaire en face, beaucoup agissent comme si le plus grand espoir, la vérité la plus pas­sionnante qu’ils n’aient jamais trouvée, est le mariage homosexuel! La vérité se trouve enveloppée dans cette cause qui les aide à oublier la réalité.

On a récemment signalé que le sida a rendu orphelins 11 millions d’enfants en Afrique sub-saharienne. Combien de ces orphelins ont-ils une idée sur ce qu’est la famille? Ils n’ont aucun espoir. Le mariage homosexuel va-t-il re­soudre leurs problemes? C’etait en premier lieu l’abus epidemique du sexe qui a aide a faire du sida un tel problemE!

Au milieu de la pire crise que nous n’ayons jamais eu à faire face, est-ce le meilleur que nous pouvons donner au monde?

Vraiment, nous sommes témoins d’une guerre titanesque autour du mariage et de la famille. Mais Dieu ne perdra pas cette guerre!

Sodome et Gomorrhe

L’apôtre Jude n’était pas en désaccord avec Dieu. Il était inspiré par le Saint-Esprit pour montrer cela, parmi leurs autres péchés, Sodome et Gomorrhe incontes­tablement furent aussi détruites pour les péchés sexuels incluant l’homosexualité.

Mais, au-delà de cela, Jude était aussi inspiré pour tirer la leçon qu’elles «sont données en exemple» (Jude 7). C’est cer­tainement le plus fort exemple d’avertis­sement de la Bible! L’apôtre Pierre a aussi parlé de ces villes qui ont été réduites «en cendres», «les donnant en exemple aux impies à venir» (ii Pi. 2:6).

Pourquoi ces apôtres de Dieu ont-ils parlé au sujet de ces villes qui ont été ré­duites en cendres? Parce que l’exemple est encore approprié aujourd’hui! Ce n’est pas seulement une histoire périmée de l’Ancien Testament—c’est une doctrine du Nouveau Testament. Ces hommes avertissaient que des gens se faisant en­traîner dans ces péchés devraient s’atten­dre à la même fin! Le Christ lui-même a prédit cela dans les derniers jours, des mauvaises conditions justifieraient encore la destruction cataclysmique à laquelle Sodome a fait face (Luc 17:28-30). Il nous a avertis d’une destruction si complète qu’à moins qu’Il intervienne personnellement, aucune chair ne reste­rait vivante (Mt. 24:22).

Pouvons-nous nous permettre de rejeter ces écritures en passant?

Pourquoi ce feu est-il descendu sur Sodome ? La pure vérité est que Dieu n’epargne pas les gens qui pechent! Il exige le repentir, et, en l’absence de repentir, Il recourt en fin de compte à la destruction.

Lire le récit commençant dans Ge­nèse 18:20, jusqu’à la fin du chapitre 19: Les hommes de Sodome réclamaient à grand cris deux anges, qui avaient pris l’apparence d’hommes, pour les violer homosexuellement. Dieu a voulu éten­dre sur eux sa miséricorde—mais même lorsque les anges ont aveugle la foule afin de les repousser, ils ont continue a venir! (Ge. 19:11-12). Ils ne pouvaient simplement pas être enseignés—ils ne pouvaient pas être corrigés! Ils étaient chargés d’une convoitise déchainée et mauvaise. Aucun raisonnement divin ne pouvait les arrêter.

Et aujourd’hui, ces homosexuels proclamant, si effrontément, «la fierte gay» et de manière si intransigeante, ne peuvent être raisonnés! Ils sont trop convaincus qu’ils ont raison!

Ceux qui appuient le programme homosexuel peuvent se sentir certains qu’ils conduisent les gens dans une plus grande liberté—mais ils les conduisent dans les cendres!

«Ils leur promettent la liberté, quand ils sont eux-mêmes esclaves de la corruption, car chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui» (ii Pi. 2:19). Les cours et les églises libérales offrent la «liberté» aux homo­sexuels. Mais ils ne savent pas ce qu’est la liberté! Le péché peut sembler comme la liberté, mais en vérité il nous asservit uniquement (Jean 8:34; Ro. 6:16).

Le Christ a dit que la vérite de Dieu est ce qui nous rend libres (Jean 8:32). L’apôtre Jacques s’est référé aux com­mandements de Dieu comme «loi de la liberte» (Jacques 1:25; 2:12). Elle est là pour nous enrichir, nous ennoblir, nousdonner le bonheur et l’épanouissement voulus par Dieu. C’est tout le contraire de ce qu’offre seulement une fausse li­berté—qui nous rend esclaves du péché, et mène à la mort. Et avant la mort, elle mène à la misère et à l’échec. Quelle est vraie liberté? «En effet, la loi de l’Esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort» (Ro. 8:2). Ceci est la vraie liberté—être affranchi du péché et de la mort!

Il y a une solution pour ceux qui ont été attrapés dans ce piège mortel. Nous pouvons être reconnaissants que Dieu pardonne tous les péchés par le repentir. David et Paul étaient des meurtriers, et Marie-Madeleine avait été possédée par un démon—pourtant sur un repentir profond, ils furent tous complètement pardonnés par Dieu.

L’humanité a été créée par Dieu à Sa propre image et ressemblance—pour être productive, noble et libre—pour se déve­lopper dans le caractère divin à travers les riches expériences et les responsabilités de la vie de famille—pour, finalement, gagner l’entrée dans Sa propre famille!

L’homosexualité et toute autre activité sexuelle déviante altèrent le caractère, piétine sur ce potentiel, et de nombreu­ses façons détruit la vision de Dieu de la famille. Mais dans notre sophistication, Ceci est considéré bon! Ce que Dieu es­time, les hommes le dédaigne—et ce que les hommes exaltent, Dieu appelle cela une abomination!

Ainsi, Dieu tonne ce message à notre monde moderne: «Malheur à ceux qui appellent le mal bien et le bien mal, qui changent les ténèbres en lumière et la lumière en ténèbres, qui changent l’amertume en douceur et la douceur en amertume! Malheur à ceux qui sont sages à leurs yeux, et que se croient intelligents» (Es. 5:20-21).

Oui—malheur! L’histoire de Sodome et de Gomorrhe est une prophétie pour aujourd’hui. Nous vivons dans le temps où elle sera accomplie! Quand vous vivez dans des villes souillées comme Sodome et Gomorrhe, prenez garde—elles sont sur le point d’être détruites par le feu!—cette fois, probablement sous la forme de bom­bes nucléaires et d’autres moyens moder­nes. Ces avertissements scripturaux sont là pour nous aider à réaliser que c’est sur le point de finir!

Pierre a également prédit des «mo­queurs, marchant selon leurs propres convoitises» dans les derniers jours (ii Pi. 3:3). Ceux qui rejettent ces prophétiesne le réalisent pas, mais ils accomplissent la prophétie en agissant ainsi. C’est aussi un signe des temps, juste comme cela a été prophétisé.

Dieu vous donne l’espoir

Quelle est votre attitude envers l’homo­sexualité? Etes-vous sûr que vous avez raison?

Au milieu de la méchanceté de So­dome et de Gomorrhe, il y avait «un homme juste qui habitait parmi eux» qui voyait ce qui se passait, et qui «tour­mentait journellement son âme juste à cause ce que qu’il voyait et entendait de leurs oeuvres criminelles» (ii Pi. 2:8). Lot était tourmenté par leur mal. Il n’était pas satisfait à ce sujet, ou tolérant de cela. Il le haïssait. Vous pouvez être sûr qu’on a rit de lui, considéré comme arrièré, à côté de la marche. Mais au final, Sodome et Gomorrhe ont été détruites—et Lot et sa famille ont été épargnés (v. 7).

Que les gens le croient ou non, la destruction vient à nouveau bientôt. Et la seule manière d’être épargné est d’être physiquement délivré, comme Lot le fut. «Le Seigneur sait donc délivrer de l’épreuve les hommes pieux, et réserver les injustes pour être punis au jour du jugement» (v. 9). Ceci nous est adressé, en ce temps de la fin! Même dans la destruc­tion, Dieu assure la protection du juste. C’est une source d’espoir véritable pour ceux qui suivent ce Dieu.

Quelle profondeur a votre position sur l’homosexualité? C’est une question majeure de conséquence prophétique! Ce n’est pas simplement une question de liberté personnelle. Le programme homosexuel s’élève à une GUERREtotale contre le mariage et la famille. Comment ceci vous bouleverse-t-il ?

Dieu est une famille! Il a créé la fa­mille physique comme moyen de nous faire entrer dans Sa famille! Qui a-t-il de plus beau qu’une famille forte et pieuse? Nous devons apprendre la beauté de la famille—c’est là où est l’excitation. Une fois que vous comprenez le but de Dieu, il est clair que le veritable espoir vient a travers la famille—comme Dieu la conçue! Cela défie l’imagination!

L’homosexualité est à l’opposé de ce que Dieu veut pour l’humanité. C’est l’antithèse du véritable espoir! Mais si vous ne comprenez pas ce qu’est la famille de Dieu, vous ne pouvez pas comprendre pourquoi il en est ainsi.

Notre livret gratuit Le mariage sera-t-il bientôt démodé? donne une explica­tion passionnante des vraies raisons du mariage et de la famille. La dimension manquante au sujet du sexe va plus loin dans les buts voulus par Dieu pour le sexe. L’incroyable potentialité de l’homme explique dans un détail rempli d’espoir l’avenir inspirant dont ces institutions sont prévues pour nous y préparer. Vous avez besoin de cette connaissance! Vous avez besoin de l’espoir véritable qui vient d’une profonde compréhension de la belle et inspirante vision de la famille de Dieu! 

No Fr