180730 s 400%20triumf gettyimages 631662516
Des systèmes de missiles sol-air à moyenne et longue portée S-400 Triumf

ALEXEI PAVLISHAK\TASS VIA GETTY IMAGES

La Chine reçoit de la Russie le premier système de défense aérienne S-400 qui change les règles du jeu

17/08/2018  •  de latrompette.fr
La vente d'armes avancées indique une coopération accrue entre les forces armées russe et chinoise.
 

L'agence de presse russe TASS a rapporté le 26 juillet que l’armée populaire de libération de la Chine a officiellement pris possession de ses premiers systèmes de missiles antiaériens S-400 Triumf de fabrication russe.

« La semaine dernière, un certificat d'acceptation a été signé pour le premier lot de systèmes S-400 qui était livré de la Russie par voie maritime en mai 2018. Les systèmes sont passés à la Chine une fois que le document a été signé », a déclaré une source militaire russe à l'agence TASS le 26 juillet.

Les rapports de la Chine signant le contrat pour acheter les systèmes sont d'abord apparus en novembre 2014, rapportant sa valeur à approximativement $3 milliards USD. La Chine est le premier pays à recevoir le système avancé de la Russie, et devrait prendre possession d'une deuxième cargaison de l'armement dans les mois à venir.

Le S-400 est un système d'arme anti-aérienne sol-air mobile qui a été mis en service en Russie en 2007. Les analystes militaires des États-Unis appellent cela un « système révolutionnaire », principalement parce qu'il prend en charge quatre missiles différents, y compris la série de longue portée gamme 40N6E, qui peut atteindre des cibles aéroportées jusqu'à 400 kilomètres. Le système S-400 peut être déployé en moins de 10 minutes et peut viser jusqu'à 36 cibles simultanément. Une capacité radar avancée lui permet de détruire des cibles aéroportées, y compris des avions, des missiles de croisière et des missiles balistiques.

Les militaires chinois ont 15 régiments armés de l'ancien système S-300 positionné le long de sa côte orientale faisant face à Taïwan. Si la Chine armait ses nouveaux S-400 avec le 40N6E comme prévu, tout le trafic aérien de Taiwan tomberait dans le rayon des forces continentales chinoises pour la première fois.

Le transfert de cet armement avancé indique non seulement une capacité militaire accrue de la Chine, mais aussi un niveau de coopération approfondi entre les forces armées russes et chinoises. Ces dernières années, les liens entre les deux parties sont devenus si forts que certains analystes spéculent qu'ils pourraient bientôt établir une alliance officielle.

Une réconciliation rapide

Une partie de ce qui rend le partenariat Russie-Chine significatif est de savoir à quel point il contraste avec l'histoire récente du conflit entre ces deux nations. Dans les années 1950, des tensions ont éclaté entre la Chine et l'Union soviétique concernant leur frontière commune et la manière dont le communisme devrait être mis en œuvre. En 1969, ces tensions ont dégénéré en guerre. Plus de 20 ans de méfiance et de friction ont suivi.

Même pendant ces décennies d'animosité entre la Russie et la Chine, un analyste a répété à maintes reprises que les deux formeraient bientôt une camaraderie qui changerait le monde.

Il avait raison

Dans le numéro de juin-juillet 1934 du magazine The Plain Truth (La Pure Vérité), Herbert W. Armstrong prévoyait d'abord une alliance russo-chinoise, il écrivait : « Deux grandes puissances militaires se lèveront dans les derniers jours—l'une, la Renaissance de l'Empire romain ; l'autre la Russie, avec ses alliés ... peut-être la Chine ou le Japon. »

Même en décembre 1959, alors que les tensions entre la Russie et la Chine étaient violentes, M. Armstrong déclarait que les deux parties finiraient par mettre de côté leurs différends et deviendraient partenaires. « Le rêve constant de la Chine depuis des siècles a été la conquête finale du monde ! ... La Chine sait cependant qu’en cette ère hautement industrialisée, elle ne peut accomplir ce rêve qu’en étant alliée de la Russie. ... La Chine est maintenant prête à commencer à dévorer le reste de l'Asie avec le soutien militaire secret de la Russie » (Plain Truth, décembre 1959).

M. Armstrong et son magazine firent de nombreuses autres déclarations de 1934 jusqu'à sa mort en 1986, affirmant que la Russie et la Chine se transformaient de concurrents en camarades.

En 1986, les relations russo-chinoises sont demeurées tendues. Mais la tendance des 15 dernières années—y compris le transfert des systèmes S-400—démontre que les prévisions de M. Armstrong sont exactes.

La prophétie biblique

M. Armstrong a été en mesure de prévoir avec précision le partenariat Russie-Chine parce que sa principale source de renseignements était la prophétie biblique. La Pure Vérité de décembre 1962 citait certaines écritures qui étaient la source des prédictions de M. Armstrong sur l'Asie :

De temps en temps, les commentateurs de nouvelles—en décrivant la lutte militaire catastrophique à venir pour le contrôle du monde—utilisent l'expression biblique d’Armageddon trouvée dans Apocalypse 16 : 16. Mais ce qu'ils ne mentionnent pas, c’est une prophétie frappante concernant « Armageddon » trouvée dans Apocalypse 16 : 12. Dans ce verset, nous lisons que « le chemin des rois venant de l'Orient » doit être préparé !

Un passage clé dans Ézéchiel informait également la prophétie de M. Armstrong. « Fils de l'homme, tourne ta face vers Gog, au pays de Magog, vers le prince de Rosch, de Méschec et de Tubal, et prophétise contre lui ! » (Ezéchiel 38:2).

M. Armstrong écrivit à propos de ce verset dans la Pure Vérité d'avril 1981 :

Il y a un accord général entre les étudiants de la prophétie que « Gog » dans le pays de « Magog » constitue les vastes régions du Nord de l'Eurasie s'étendant de la Baltique au Pacifique [la Russie moderne et la Chine]. « Méschec » est Moscou ; « Tubal » est Tobolsk. La marge de la Bible dit « le prince de Rosch », qui est la Russie.

Ézéchiel 38 montre que la Russie sera la principale nation dans le bloc du pouvoir asiatique au temps de la fin et que la Chine sera dans une position de leadership secondaire.

À court terme, le partenariat russo-chinois laisse entrevoir un avenir sombre pour le monde. Mais il est aussi lié à la meilleure des nouvelles imaginables. Pour comprendre le sens de ces écritures et de plusieurs autres, et pour comprendre comment elles s'accompliront par la coopération croissante entre la Russie et la Chine, lisez notre article « La Russie s’allie avec la Chine ». 

Fr Hwr