Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

190212 russia%20poseidon gettyimages 1001547174

TASS VIA GETTY IMAGES

La Russie accélère les menaces nucléaires

Le Kremlin hausse le ton en revendiquant posséder des missiles balistiques, des missiles de croisières et des tsunamis―tous nucléaires.

Depuis que les États-Unis et la Russie ont suspendu leur Traité sur les armes nucléaires à portée intermédiaire ( T raité INF ) les 2 et 3 février, la Russie a tenté d'intimider l'Occident par une série d'annonces concernant de nouvelles armes.

Le 6 février, le Diplomat a rapporté que le Poséidon, un drone sous-marin à capacité nucléaire, a achevé une « étape déterminante de tests », selon le président russe Vladimir Poutine. On ne sait pas exactement quels essais ce type d'armement a réussi ; cependant, il devrait être prêt pour le déploiement à la fin des années 2020.

Le drone, un système océanique multi-usage Statut-6, est un sous-marin autonome, du type torpille avec des capacités furtives et des têtes nucléaires. Il est conçu pour faire exploser son ogive nucléaire sous l'eau, déclenchant un tsunami radioactif avec des vagues aussi élevées que 300 pieds, (91,3 mètres) balayant un littoral, un port, une ville ou une base navale.

Hans Kristensen, directeur du Projet d'information nucléaire à la Fédération des scientifiques américains, disait que le rendement de l'arme pourrait être jusqu'à 100 mégatonnes, potentiellement une des plus puissantes bombes jamais construites. Il l'a qualifiée « d'arme insensée au sens où elle est probablement l'arme nucléaire la plus meurtrière sans discrimination que l’on puisse fabriquer ».

Les officiels russes et les réseaux des médias ont utilisé cette arme dans une série de menaces depuis la suspension du Traité INF. En citant un journal russe, Business Insider a rapporté la dernière menace en rapport avec cette arme : « Il ne peut être exclu qu'un des Poséidon armé d'une ogive nucléaire de 100 mégatonnes soit implanté au large des côtes américaines, devenant ‘l'arme du jugement dernier’. Ainsi une attaque contre la Russie deviendra une mésaventure suicidaire. » Business Insider a écrit que bien que le Poséidon « ne modifie pas la dynamique de destruction mutuelle assurée », entre les États-Unis et la Russie, « il fournit un moyen de détruire plus de vie naturelle dans le processus ».

La Russie a également lancé un autre missile balistique intercontinental. Le matin du 6 février, les Forces des fusées stratégiques russes ont testé avec succès le missile Yars RS-24. Le but de l'essai qui a atteint sa cible dans l'extrême Est de la Russie était « de vérifier les caractéristiques tactiques, techniques et de vol, du futur système de missile ». Le ministère de la Défense russe a déclaré que « tous les objectifs de l'exercice ont été atteints ».

Cet ICBM a une portée de 10,000 km (6,200 miles) avec un rendement de 150 à 250 kilotonnes par tête nucléaire et ne nécessite que sept minutes pour le lancement. On dit que les Forces des fusées stratégiques possèdent 60 ICBM mobiles sur des camions transporteurs et dix missiles à silo fixes déployés.

Le Diplomat a aussi rapporté le 6 février le test partiellement réussi du missile de croisière à propulsion nucléaire Burevestnik. Le test a eu lieu le 29 janvier ; c'était le premier test du missile depuis près d'un an, mais le treizième en tout. Il apparaît que le développement du missile continue, même si apparemment un seul test a réussi en 2017. Cependant, à l'Assemblée fédérale de Russie en mars 2018, le président russe Vladimir Poutine a déclaré que la portée du missile était « illimitée » et qu'il pouvait « manœuvrer aussi longtemps que nécessaire ». Poutine a aussi justifié l'utilité du missile et d'autres qui ont été dévoilés, comme nécessaires pour contrer les capacités des missiles américains. Si le Burevestnik est achevé et déployé avec succès, la Russie sera le premier pays à déployer un missile de croisière avec un réacteur nucléaire intégré, un système impliquant des défis d'ingéniosité énormes et des problèmes de sécurité.

La marine russe a aussi modernisé ses capacités d'attaques cybernétiques, selon un rapport du 5 février par le Eurasia Daily Monitor. Le Filin 5P-42 utilise « des fluctuations à basse fréquence dans la luminosité du rayonnement lumineux pour attaquer les nerfs optiques du personnel ennemi, causant des ‘troubles temporaires réversibles’ de la vision » comme la cécité, des nausées et des hallucinations. Ceux-ci peuvent être utilisés contre les marins, et le personnel de surveillance côtier.

Tous ces développements d'armement indiquent Le retour de la Russie au statut de superpuissance . La Bible prophétise que la Russie s'élèvera comme le chef de file d'un puissant bloc militaire à la fin des temps, appelé les ‘rois de l'Orient’ dans Apocalypse 16 : 12. L'identité des nations asiatiques qui composeront ce bloc, ainsi que le rôle de chef de la Russie, est enregistré dans Ézéchiel 38 et expliqué dans nos vidéos Le prince prophétisé de la Russie et Les rois de l'Orient.

L'ascension de cette grande superpuissance orientale est en train de mener à un affrontement massif avec ce que Daniel 11 décrit comme ‘le roi du Nord’—l’Europe dirigée par l'Allemagne. (Pour plus d'informations sur l'identité du roi du Nord, demandez notre brochure gratuite, L'Allemagne et le Saint Empire romain.) Le verset 44 dit que « Des nouvelles de l'orient et du septentrion viendront l'effrayer, et il partira avec une grande fureur pour détruire et exterminer des multitudes. » 

L'Europe est très troublée en ce moment par la militarisation rapide de la Russie et l'effondrement du Traité INF. Nous pouvons savoir où cela nous mènera en examinant les prophéties de la Bible. Les nouvelles armes de la Russie ne sont pas déployées simplement pour impressionner ; elles seront utilisées, et elles seront utilisées contre l'Europe dans une ère de souffrance sans pareille.

Dans notre article Trend, « Le retour de la Russie au statut de superpuissance  », nous avons écrit :

La Russie a un arsenal nucléaire incroyablement vaste et a déclaré publiquement que les armes nucléaires demeurent la clé de leur stratégie de défense nationale. Moscou a même fait comprendre qu'elle n'est pas opposée à la possibilité de lancer des frappes préventives pour défendre ses intérêts !

Les experts nous disent qu’une fois que la guerre nucléaire commence, elle ne peut pas être arrêtée.

Notre monde est à la limite de la folie nucléaire, précisément comme Jésus-Christ l'a prophétisé il y a près de 2000 ans : « Car alors, la détresse sera si grande qu'il n'y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu'à présent, et qu'il n'y en aura jamais. Et, si ces jours n'étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés » (Mathieu 24 : 21-22).

Si la guerre nucléaire commence, et si elle n’est pas arrêtée par une puissance supérieure, aucune personne ou animal sur Terre ne survivrait !

Une dangereuse guerre nucléaire approche qui va menacer de détruire toute vie humaine, mais comme la fin de Mathieu 24 : 22 le dit, « ces jours seront abrégés ». La guerre nucléaire approche, ainsi que le retour de Jésus-Christ, qui reviendra pour mettre fin à toute cette souffrance. C'est l'espoir merveilleux au-delà des efforts de militarisation accélérée dans le monde entier. Et c'est ce contexte dont nous avons besoin alors que nous voyons la montée rapide de la Russie. Pour plus d'informations sur le rôle de la Russie dans la prophétie, regardez Le prince prophétisé de la Russie.  

Ger Fr