181107 macron gettyimages 947333136
Le président français Emmanuel Macron arrive dans la ville française de Strasbourg pour un discours au Parlement européen, le 17 avril, 2018.

FREDERICK FLORIN/AFP/Getty Images

Le président français : L’Europe a besoin d’une véritable armée

26/11/2018  •  de latrompette.fr
‘Nous ne protégerons pas les Européens à moins que nous décidions d’avoir une véritable armée européenne.’
 

Le 6 novembre, le président français Emmanuel Macron a appelé à la mise en place « d'une véritable armée européenne ». Le Times l'a qualifié comme « son appel le plus fort à ce jour sur la nécessité d'une force de défense indépendante ». Ils ont raison—habituellement, les dirigeants européens en appellent pour « une initiative de défense européenne » plutôt que dire une véritable armée.

« Nous ne protégerons pas les Européens à moins que nous décidions d’avoir une véritable armée européenne », a dit M. Macron, durant sa visite du champ de bataille de la Première Guerre mondiale à Verdun. « Face à une Russie à nos frontières qui a démontré qu'elle pouvait être une menace, nous avons besoin d’une Europe qui se défend mieux seule, sans dépendre uniquement des États-Unis. »

Ce qu’il a dit concernant les États-Unis était aussi remarquable.

Vous voyez des pouvoirs autoritaires qui réapparaissent et qui se réarment aux frontières de l’Europe. Nous sommes frappés par les tentatives d’intrusions dans le cyberespace et de multiples interventions dans notre vie démocratique. Nous devons nous protéger nous-mêmes en ce qui concerne la Chine, la Russie et même les États-Unis.

Le Times a expliqué que Macron « sous-entendait qu’il ne parlait pas de défendre l’Europe militairement contre les États-Unis mais contre les menaces à la paix émanant de sa politique ». Néanmoins, regrouper les États-Unis avec la Chine et la Russie est une déclaration remarquable. L'Europe voit de plus en plus les États-Unis comme un ennemi.

Il n’est pas le seul à parler d'une armée européenne. Friedrich Merz mène actuellement la course à la succession de Mme Merkel à la tête de l’Union chrétienne démocrate en Allemagne. Cela ferait vraisemblablement de lui un candidat pour le poste de prochain chancelier allemand. Il se positionne bien dans les sondages et a le support des anciens membres du parti.

Le 25 octobre, avant que Mme Merkel ait annoncé qu’elle se retirerait en tant que dirigeante de son parti en décembre, Merz a signé une lettre conjointement avec cinq autres « grands penseurs dirigeants allemands » qui soutenaient fortement une armée européenne. L’Europe, a-t-il dit, devrait « œuvrer à l’objectif d’une armée européenne commune ».

Les Européens, a-t-il dit, « n’ont plus besoin d’armées nationales ».

Cet homme pourrait bientôt devenir chancelier d’Allemagne—bien qu’il y ait encore beaucoup d’incertitude. Mais il est clair que les dirigeants des pays les plus importants d’Europe militent ouvertement pour une armée de l’UE.

En même temps, l’Allemagne parle d’armer l’Europe avec des armes nucléaires. Les allemands ont longuement discuté de ce sujet au cours des deux dernières années. Actuellement, l’Allemagne n’est pas une puissance nucléaire et compte sur une entente avec les États-Unis pour la dissuasion nucléaire. Mais ils sont inquiets de devoir se fier sur cet accord durant le terme du président américain Donald Trump. La France est une puissance nucléaire, et une alternative proposée est de transformer les armes nucléaires françaises en des armes nucléaires européennes.

Dans la dernière publication du German Council on Foreign Relations, Michael Rühle, chef de l’unité de la sécurité énergétique au sein du département de l’OTAN pour les nouveaux défis en matière de Sécurité, appelle l’Allemagne à développer une sorte d’armement nucléaire alternatif. En attendant, Bruno Tertrais, directeur adjoint de la Fondation parisienne pour la recherche stratégique, aborde le même sujet dans le journal « International Politics ». Il écrit que la France pourrait « mettre une partie de son arsenal (par exemple, 10 missiles) en Allemagne ou en Pologne ».

« Nous ne savons pas comment la relation transatlantique se poursuivra », conclut-il, « et c’est pourquoi il est temps d’entamer une discussion ouverte et honnête, entre les politiciens européens et les experts, sur la question nucléaire ».

Un de nos articles Tendances sur laTrompette.fr se concentre sur ce sujet important. Il s’intitule « Pourquoi la Trompette surveille la poussée de l'Europe vers une armée unifiée ». Il décrit les multiples étapes que l’Europe a déjà franchies dans cette direction. La plus grande partie de l’armée néerlandaise est maintenant sous commandement allemand, servant dans l’armée allemande. Des parties importantes de l'armée tchèque et roumaine sont dans la même situation.

Pendant ce temps, les fonctionnaires de l’UE travaillent sur le quartier général militaire de l'UE et d’autres initiatives conçues pour réunir les armées de l’Europe. Quelques-unes d’entre elles impliquent de plus petits groupes de nations, plutôt que les 28 membres de l’UE, car il est difficile de les amener à travailler tous ensemble. L’UE dispose également d'une force de surveillance des frontières et des gardes-côtes qui portera bientôt son propre uniforme et pourra se déployer n’importe où en Europe, même sans l'autorisation du pays hôte.

Pendant des décennies, Herbert W. Armstrong a averti concernant la venue de cette union militaire. En mai 1953, il écrivait, « Dix nations européennes puissantes uniront leur forces. » En août 1978, il avertit : « Les européens sont bien plus inquiets au sujet de leur sécurité en s'appuyant sur la puissance militaire des États-Unis pour les protéger que ne le pensent les américains !...

« Les Européens veulent leur propre puissance militaire unie ! Ils savent qu’une union politique de l’Europe produirait une troisième puissance mondiale importante, aussi forte que les États-Unis ou l’URSSpeut être même plus forte ! »

Voici ce que j’ai écrit dans cet article de Tendances :

Les prophéties de M. Armstrong étaient basées sur les Écritures, comme Daniel 2 et 7, et Apocalypse 13 et 17. Celles-ci décrivent une puissance européenne, composée de 10 nations ou groupes de nations, qui apparaîtrait en ce temps de la fin. Apocalypse 17 : 12, par exemple, décrit « dix rois, qui n'ont pas encore reçu de royaume, mais qui reçoivent autorité comme rois pendant une heure avec la bête ».

« La septième tête » de cette puissance bestiale, expliquait-il, « avec ses 10 cornes, sera, comme l'explique le chapitre 17, la renaissance de la bête, l'Empire romain, ‘hors de l’abîme’ par des ‘États-Unis d'Europe’, ou une fédération de 10 nations européennes centrées dans les limites de l'ancien Empire romain ».

Cette union de 10 rois est clairement une union militaire. La Bible dit que ces rois « combattront » (verset 14). Beaucoup d'autres passages mettent en garde contre une grande puissance guerrière en cette fin des temps. L’Europe dispose d'un potentiel militaire énorme et inexploité. Une armée unie pourrait rapidement la transformer en cette combinaison militaire prophétisée. Pour en apprendre plus sur cette puissance, et sur le plan de Dieu pour elle, lisez cet article Tendances, « Pourquoi la Trompette surveille la poussée de l'Europe vers une armée unifiée ». 

Lead Ad Fr