German franco gettyimages 1060215562
Angela Merkel, chancelière d’Allemagne et le président français Emmanuel Macron

Aurelien Meunier/Getty Images

Le Traité de l’Élysée 2.0 : un nouveau traité d’amitié franco-allemand

04/02/2019  •  de latrompette.fr
Cinquante-six ans après la signature du Traité de l’Élysée, Merkel et Macron s’unissent pour donner le pouvoir à l’Allemagne dans un empire européen indépendant.
 

Le 22 janvier, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron, signeront un nouveau traité d’amitié. Le traité d’Aix-la-Chapelle, comme on l’appelle, complétera le traité de l’Élysée de 1963. Le traité original a posé les bases de la réconciliation franco-allemande, 18 ans après la Seconde Guerre mondiale.

Il y a cependant, quelques différences entre le traité de l’Élysée et le traité d’Aix-la-Chapelle. Il est très important de noter l'endroit où le traité sera signé, comment il donne des pouvoirs à l’Allemagne—et aussi une omission importante.

Le traité de l’Élysée original fut signé par le président français, Charles de Gaulle, et le chancelier de l’Allemagne de l’Ouest, Konrad Adenauer, au palais de l’Élysée à Paris. Le but du traité était de réconcilier les deux rivaux de la guerre et de les aider à commencer à coopérer étroitement l’un avec l’autre.

People   Getty Images 515185506
Le chancelier allemand Konrad Adenauer et le président français Charles De Gaulle assis côte-à-côte à l’hôtel de ville de Cologne en écoutant le discours de bienvenue par Lord Mayor Burauen. (Bettmann/Getty Images)

Ce qui était notable au sujet du Traité de l’Élysée était le désir de Charles de Gaulle de renforcer le partenariat européen indépendamment des États-Unis et de la Grande Bretagne. L’Allemagne d’après-guerre cependant, se remettait encore de la défaite de la Seconde Guerre mondiale et dépendait fortement du soutien des puissances occidentales.

Sur le conseil du président américain John F. Kennedy, l’Allemagne a inclus un préambule au traité de l’Élysée qui engageait le pays envers les États-Unis et ses institutions. De Gaule croyait que c'était une trahison du partenariat franco-allemand. Il voulait, à cette époque, attacher l’Allemagne très fortement au tandem franco-allemand, avec la France dans le rôle principal.

Le cadre pour le traité de l’Élysée 2.0 est très différent. Les États-Unis et la Grande Bretagne se retirent du continent européen et de ses institutions. La France et l’Allemagne sont tous les deux ouvertement hostiles à l’égard des États-Unis. Le rôle de dirigeant du tandem franco-allemand est désormais indiscutablement tenu par l’Allemagne. En outre, la France, sous Macron, s’est totalement engagée à donner à l’Allemagne le pouvoir de renforcer l’indépendance de l’Europe.

Le tandem germano-français pour une Europe souveraine

Le traité d’Aix-la-Chapelle, qui sera signé le 22 janvier et approuvé par le parlement des deux pays le même jour, énumère plus de 60 projets visant à renforcer la coopération franco-allemande, y compris « une agence transfrontalière pour l’emploi, un programme d'investissement pour les régions frontalières, des programmes de recherche communs, et un fond commun d’investissement pour démarrer les nouvelles entreprises », a rapporté le n-tv.de d’Allemagne (traduction, la Trompette tout au long).

Le Times a déclaré que « Paris et Berlin annoncent une nouvelle ère d’intégration » et qualifie le traité d’un « pacte de ‘jumelage’ sans précédent, considéré comme un prototype pour l’avenir de l’Union européenne ».

Le traité fait appel aux régions près de la frontière franco-allemande à former des « Eurodistricts ». Certains critiques ont affirmé que la fusion des réseaux de transport en commun et des services publics dans les villes françaises et allemandes constituait une perte de souveraineté nationale. Du point de vue germano-français, cependant, c’est un gain pour la souveraineté européenne.

Le traité de l’Élysée de 1963 est à ce jour, considéré comme une étape importante dans l’histoire de l’Europe. Mais le traité d’Aix-la-Chapelle de 2019 signale une coopération plus étroite et est destiné à devenir encore plus important.

Un traité pour accomplir les choses

Au premier rang de ce traité se trouve l’alliance franco-allemande de diplomatie unie en matière d'affaires européennes. En d’autres termes, la France et l’Allemagne veulent faire avancer les choses et éviter des discussions longues et arides au sein de la bureaucratie de l’Union européenne à Bruxelles.

Afin d’atteindre cet objectif, les deux pays ont un plan simple. Dans l’avenir, l’Allemagne et la France « entendent de parler d’une seule voix à Bruxelles, en élaborant des positions communes avant les sommets essentiels de l’Union européenne dans un effort pour faire de ce bloc une puissance plus décisive sur le plan mondial », a rapporté le Times.

Cela veut dire que le temps des négociations est terminé ! La France et l’Allemagne vont maintenant dicter la conduite de l’Europe. Cela se fera au grand mécontentement des plus petites nations européennes, comme Stephen Flurry, le rédacteur exécutif de la Trompette, l’a expliqué dans son émission radiophonique. Avec la Grande-Bretagne qui quitte l’Union européenne, la France et l’Allemagne sont de loin les plus fortes économies de ce bloc. Si ces deux-là s’accordent sur un sujet, personne ne peut plus les arrêter.

La formation d’un empire

Le traité d’Aix-la-Chapelle est une étape importante dans l'élaboration des politiques européennes au moment où les forces restrictives de la Grande-Bretagne et des États-Unis ont été enlevées. Mais le traité ne va pas seulement faire avancer l’Europe, elle unifiera aussi l’Europe davantage. Elle remplacera l’union actuellement divisée et créera quelque chose qui ressemblera davantage à un empire uni.

Le bureau du président Macron a déclaré que la coopération accrue, favorise la « sécurité et la prospérité de nos peuples dans le cadre d’une Europe plus souveraine, unie et démocratique ». Le traité détermine la voie à suivre pour l’Europe de se rapprocher sur le plan militaire, culturel, social et politique.

En d’autres mots, l’Allemagne et la France cherchent à établir un empire européen. Le dictionnaire Merriam-Webster définit empire comme « une unité politique majeure ayant un territoire de grande envergure ou un certain nombre de territoires ou de peuples sous une seule autorité souveraine ».

C’est aussi exactement ce que le ministre des Finances français, Bruno Le Maire, a demandé en novembre dernier quand il a dit que l’UE devait devenir une « forme d’empire ».

Les pays qui n’aiment pas cela n’auront bientôt plus rien à dire. Ils devront soit se conformer, quitter, ou être éjectés.

Comment le traité d’Aix-la-Chapelle donne du pouvoir à l’Allemagne

Marine Le Pen, une politicienne française d’extrême droite, a appelé le traité d’Aix-la-Chapelle un diktat « déséquilibré » de l’Allemagne. Dans un sens, elle a raison. Le traité favorise grandement l’Allemagne, mais c’est le président français Macron qui veut donner du pouvoir à l’Allemagne.

Le traité stipule qu’une priorité de la diplomatie germano-française sera de rechercher à obtenir un siège permanent pour l’Allemagne au Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Les seuls membres permanents actuellement à l’ONU sont les nations victorieuses qui se sont alliées durant la Seconde Guerre mondiale : les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Russie, la France et la Chine.

En 2019, l’Allemagne détient l’un des sièges tournant du Conseil, et elle a promis d’utiliser ce pouvoir pour s’opposer aux États-Unis et au président Donald Trump.

La France soutient fermement la position anti-américaine de l’Allemagne.

Avant le traité d’Aix-la-Chapelle, l’Allemagne demandait à la France de sacrifier son siège permanent pour un siège à l’Union européenne. La France rejeta la suggestion, mais a maintenant décidé de faire pression pour que l’Allemagne obtienne son propre siège permanent.

L’Allemagne s’est vu refuser un tel pouvoir après avoir causé la mort de 60 millions de personnes durant la Seconde Guerre mondiale. Mais la France est maintenant prête à donner ce pouvoir à l’Allemagne.

Ce qui est encore plus alarmant, ce sont les promesses de Macron pour une union militaire plus forte. Sous sa direction, la France n’a plus aucune retenue pour rejoindre son établissement militaire avec celui de l’Allemagne. L'un des objectifs du traité est de permettre à l’Europe d’agir de manière « indépendante » dans les politiques étrangères et de défense. Les plans comprennent l’entraînement conjoint des soldats, des projets d’armement conjoints et le déploiement d’unités conjointes pour les missions de stabilisation.

En d’autres mots, le traité fait appel à une fusion militaire complète, indépendante des États-Unis. La France ne craint plus que l’Allemagne, en raison de son leadership et de sa capacité industrielle bien plus importante, puisse contrôler cette armée. De tels détails ne comptent plus pour la France, tant que l’Europe devient un empire plus puissant que les États-Unis.

L’Allemagne, bien sûr, s’est fait refuser une armée après la Seconde Guerre mondiale. Mais avec l’objectif de créer un empire européen plus puissant, la France armée du nucléaire a non seulement permis à l’Allemagne de se réarmer, mais à présent elle remet ses troupes et son industrie de l’armement à la disposition de l’Allemagne.

À l'heure actuelle, l’Allemagne n’a pas de dirigeant fort pour en tirer parti. Par conséquent, cela ne semble pas être un gros problème. Mais cela est sur le point de changer radicalement. La prophétie biblique stipule explicitement dans Daniel 8, 11 et Apocalypse 17 que l’Allemagne aura son homme fort. L’accomplissement de cette prophétie changera tout dans la politique européenne. « Cet homme fort va commander l'armée que Macron aide à construire en ce moment ! Mais ce sera un Allemand qui la mènera à la guerre », a écrit le rédacteur en chef de la Trompette, Gerald Flurry, dans « La France rejette l'Amérique—et donne le pouvoir à l'Allemagne ! » La France aujourd’hui peut espérer créer un empire qui surpasse la puissance des États-Unis et de la Grande Bretagne. Le président Macron peut même penser qu’il pourrait être le dirigeant de ce futur empire. Mais il sait très bien que pour que cela s’accomplisse, la France a besoin de donner le pouvoir à l’Allemagne—qui est la véritable force motrice de l’Europe.

Le traité d’Aix-la-Chapelle fait exactement cela : Il donne le pouvoir à l’Allemagne. Bien que cela puisse être exactement ce que la France espère, elle se retrouvera bientôt subordonnée au pouvoir qu'elle vient de libérer.

Un avertissement retentissant

Il peut sembler étonnant que la France cherche une coopération aussi étroite avec l’Allemagne lorsque vous considérez l’histoire de ces deux rivaux. Juste au cours du siècle dernier, l’Allemagne a envahi la France à deux reprises. Ce sont les États-Unis et la Grande-Bretagne qui sauvèrent la France des mains de l’Allemagne. Et cependant, la France ne signe pas un tel accord avec l'un ou l'autre. En novembre, lors de la commémoration du centenaire de l’Armistice de la Première Guerre mondiale, Macron a fait appel pour une « véritable armée européenne » pour protéger l’Europe « vis à vis de la Chine, la Russie et même des États-Unis d’Amérique ».

Le président américain, Donald Trump a répondu à ce moment-là : « Emmanuel Macron suggère de créer sa propre armée pour protéger l’Europe contre les États-Unis, la Chine et la Russie. Mais c’était l’Allemagne durant les deux guerres mondiales—Comment cela s’est-il passé pour la France ? Ils avaient commencé à apprendre l’allemand à Paris avant que les États-Unis ne viennent. Payez pour l’OTAN ou non ! » Il est intéressant de noter que l’Allemagne et la France cherchent aussi à renforcer davantage les programmes linguistiques mutuels.

N’est-il pas ironique que la France signe maintenant des accords avec l’Allemagne, lui autorisant des actes que l’Allemagne avait essayé de prendre de force à la France ? Ne pensez-vous pas que la France devrait signer des traités avec la Grande-Bretagne ou les États-Unis, qui l’aidèrent lors des deux guerres mondiales ?

Si vous considérez l’événement à la lumière de la prophétie biblique, vous pouvez clairement comprendre ce qui se passe : La France trahit les États-Unis et la Grande-Bretagne. L’identité biblique de la France, de l’Allemagne, des États-Unis et de la Grande-Bretagne est expliquée dans Les Anglo-saxons selon la prophétie, par feu le théologien, Herbert W. Armstrong.

Dans son livre, M. Armstrong explique aussi cette trahison prophétisée. La France, la Grande-Bretagne et les États-Unis d’Amérique sont tous des descendants des fils de Jacob. La France descend du fils aîné de Jacob, Ruben. Mais à cause de son inconduite et de sa trahison envers son jeune frère Joseph, Ruben perdit son droit d’aînesse. Ses bénédictions du droit d’aînesse furent transférées aux fils de Joseph : Ephraïm et Manassé. Ces fils ont grandi en tribus, qui ensuite ont grandi en nations, qui sont devenues la Grande-Bretagne et les États-Unis d’Amérique.

Genèse 49 et d’autres prophéties variées comme celle de Daniel 2 montre que, dans ce temps de la fin l’histoire se répétera, et la France trahira les descendants de son frère.

La Bible prophétise que cette trahison va permettre à l’Allemagne de commettre plus de destruction que jamais auparavant. M. Flurry a récemment écrit en détail sur cette trahison prophétisée dans « La France rejette l'Amérique—et donne le pouvoir à l'Allemagne ! »

Bien que l’article de M. Flurry ait été écrit avant la révélation du traité d’Aix-la-Chapelle, il a prédit ce que le traité prévoit.

Le contenu du traité d’Aix-la-Chapelle devrait donner la chair de poule à ceux qui le lisent. Mais l’endroit où il sera signé est bien plus alarmant.

Le lieu du traité révèle, non seulement la soumission de la France à l’Allemagne ; il ramène les souvenirs de l’époque la plus sombre de l’histoire.

Dans la ville de Charlemagne

Bien que le traité ait été préparé depuis des mois, son emplacement était un mystère. « Il y a beaucoup d’espace et de nombreux endroits entre la pointe de la Bretagne (en France) et la pointe orientale de l’Allemagne », a déclaré le président de l’Assemblée nationale française, Richard Ferrand, en novembre.

En janvier, la ville choisie a été annoncée : Aix-la-Chapelle.

Le Premier ministre du land de Rhénanie-Du-Nord-Westphalie, Armin Laschet, a déclaré que le fait du renouvellement de cette relation soit signé par Merkel et Macron dans la ville de Charlemagne « est un événement historique pour notre ville. Ceci, tout comme le traité de l’Élysée de 1963, aura un impact pendant des décennies ».

Mais pourquoi Aix-la-Chapelle fut-elle choisie pour cette occasion historique ?

La ville d’Aix-la-Chapelle revêt une importance historique énorme pour l’Europe. L’importance historique de la ville remonte au début du neuvième siècle. C’est alors que l’Europe fut d’abord unie pour la première fois grâce aux efforts de Charlemagne, l’Empereur du Saint Empire romain, qui gouvernait à partir d’Aix-la-Chapelle.

Il y a seulement quelques mois que Macron et Merkel se sont rencontrés dans cette ville pour célébrer une autre occasion historique. En mai 2018, Emmanuel Macron a reçu le prix annuel Charlemagne pour ses efforts envers l'unification de l’Europe.

« Chaque année depuis 1950, la ville allemande d'Aix-la-Chapelle, là où Charlemagne a vécu et est enterré, attribue le prix Charlemagne à un individu ayant servi la cause de l’unification européenne », a écrit M. Flurry dans son article  « Le Saint Empire romain s’expose au public en grand ! » :

J'ai assisté à la cérémonie de remise des prix en 1997, lorsque l'ancien président allemand Roman Herzog l'a reçu. Dans son discours d'acceptation, le Dr Herzog déclara : « Charlemagne, le nom de notre prix, fit son propre choix particulier : la première unification de l'Europe. En cette heure, il faut dire la vérité : Ce n'est seulement qu'en avançant dans une mer de sang, de sueur et de larmes qu'il atteignit son but. »

C’est à partir d’Aix-la-Chapelle que Charlemagne a élevé son empire et uni l’Europe. C’est à nouveau de cette ville, qu'une fois de plus, la France et l’Allemagne veulent ressusciter cet empire et unir l’Europe. Aujourd’hui, la ville d’Aix-la-Chapelle est considérée comme un symbole de l’unité européenne, mais peu de gens se demandent comment cette unité est arrivée.

En résidant à Aix-la-Chapelle, Charlemagne ordonna l'assujettissement de toutes les tribus païennes et leur conversion à sa version du christianisme. Pour ses efforts, il fut couronné empereur du Saint Empire romain le 25 décembre de l’an 800 de notre ère, par le pape Léon III.

Bien que Charlemagne était de descendance germanique et française, il a établi le siège de son empire en Allemagne et instaura ainsi l’Allemagne pour régner sur le Saint Empire romain pour les siècles qui ont suivi.

Durant tous ces siècles, les empereurs de l’empire furent couronnés à Aix-la-Chapelle, rappelant l’héritage de Charlemagne.

Ce fut à partir d’Aix-la-Chapelle que Charlemagne établit l’exemple de l’unité culturelle et religieuse de l'Europe. Ce fut Aix-la-Chapelle qu’il choisit comme capitale politique et religieuse de l'Allemagne en ordonnant la construction de la fameuse cathédrale d’Aix-la-Chapelle.

À Aix-la-Chapelle, Charlemagne régnait sur un empire qui fut uni par l'effusion de sang. Le sang coula à flots pour construire l’empire. Le sang coula pour combattre les envahisseurs. Le sang fut versé pour convertir l’Europe au christianisme. Aix-la-Chapelle est la ville ou l’Église et l’État se sont unis dans l’institution meurtrière la plus macabre de l’histoire de l’humanité.

Charlemagne était implacable dans l'expansion de son pouvoir et de sa religion. Il a combattu pendant 30 ans pour soumettre l’État allemand de la Saxe à sa couronne et au catholicisme. Ce faisant, il utilisait les méthodes de guerre les plus brutales que le monde ait vues à ce stade dans l’histoire. « Les méthodes violentes par lesquelles cette tâche missionnaire fut effectuée étaient inconnues jusqu’alors au Moyen-âge, et la punition sanguinaire infligée à ceux qui enfreignaient la loi canon ou continuaient à se livrer à leurs pratiques païennes [comme il les appelait] suscitait des critiques dans le cercle même de Charles », déclare l’Encyclopédie Britannica.

Le premier Reich [Empire] commença par Charlemagne en l'an 800 de notre ère et dura jusqu’en 1806. Aujourd’hui, il est connu sous le nom de Saint Empire romain, responsable de la mort de 40 millions de personnes au Moyen Âge.

C’est dans ce même empire qu’Hitler trouva son inspiration. En 1935, Hitler louait ouvertement Charlemagne pour son travail fédérateur. En 1938, il ramena même la couronne de Charlemagne en Allemagne. Hitler était considéré à l'époque comme un homme de paix, mais en étudiant et louant Charlemagne, il se préparait pour un bain de sang. Johannes Fried, professeur et chercheur médiéval allemand renommé, a déclaré que Hitler « se préparait pour ses propres actes de violence : louer Charles était une stratégie de légitimité ».

Le monde aurait pu savoir ce qui allait se dérouler s'il avait connu l’histoire de Charlemagne et en voyant Hitler renforcer son armée.

Aujourd’hui, la France et l’Allemagne militent pour une armée plus forte et plus indépendante, tout en glorifiant Charlemagne. L’histoire sonne un puissant avertissement, mais l’avertissement de la Bible est encore plus puissant.

M. Armstrong a dit dans un sermon le 10 août 1984 : « L’Europe se réunira, et formera un nouvel empire : une nouvelle nation, politique, avec une monnaie, une force militaire, un gouvernement. » En 1982, il a dit : « Maintenant ce qu’ils [l’Europe] veulent c’est une union politique. Ce qu’ils veulent c’est une force militaire. Ce qu’ils veulent c’est une grande puissance mondiale…. » Daniel 2 et Apocalypse 17 prophétisent que dix rois européens s’uniront dans ce temps de la fin en une combinaison Église-État qui laissera le monde en état de choc. La Bible mentionne spécifiquement que cet empire s'élèvera dans la tradition du Saint Empire romain. Dans Apocalypse 17 : 10 il est écrit : « Ce sont aussi sept rois : cinq sont tombés, un existe, l'autre n'est pas encore venu, et quand il sera venu, il doit rester peu de temps. » 

Le deuxième de ces rois prophétisés était Charlemagne. Le cinquième était Napoléon, et Hitler était le sixième. Alors que Hitler était sur la scène, Dieu révélait cette prophétie à M. Armstrong. C’est pourquoi il est écrit « un existe, et l'autre n'est pas encore venu ». Nous assistons actuellement à la montée de celui qui n’était pas encore venu. Il sera l’homme fort prophétisé de l’Europe qui « commandera l’armée que Macron aide à construire en ce moment même ! » comme l’a fait remarquer M. Flurry.

Ensuite, la prophétie au verset 10 dit que ce dirigeant fort « doit rester peu de temps ». Pourquoi juste pour un peu de temps ? Parce que les conditions mondiales vont devenir si mauvaises que Jésus-Christ devra intervenir personnellement pour sauver l’humanité de sa propre auto-destruction ! Matthieu 24 : 22 se lit comme suit : « Et, si ces jours n'étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés. »

Mais vous n’avez pas besoin d’attendre jusque là. Vous pouvez échapper à la souffrance à venir !

Demandez votre exemplaire gratuit de Il avait raison pour apprendre comment les prophéties inspirées de la Bible, et révélées à M. Armstrong, se sont avérées vraies. Lisez également l’article de M. Flurry « La France rejette l'Amérique—et donne le pouvoir à l'Allemagne !  » pour en savoir plus sur la trahison prophétisée de la France envers l’Amérique et où tout cela nous mènera. 

Fr Hwr