Hand
Des remarques griffonnées sur une main servent d'aide du cerveau concernant des choses à retenir, à réfléchir ou à faire.
Turbinado / iStockphoto

Votre mémoire: plus puissante que vous ne le pensez !

08/01/2018  •  de latrompette.fr
Peut-être qu’un jour ces vastes mines de l’information seront ouvertes !
 

Les limites et les caprices de notre mémoire peuvent être irritants. Notre mémoire est souvent faible et incertaine ; il semble que, même quand nous étudions soigneusement un sujet, il glisse souvent, à terme, dans les crevasses de notre esprit, s’effaçant dans l’obscurité ou disparaissant complètement.

Dans les circonstances normales, nous devons travailler dur pour empêcher que nos mines de connaissance ne se détériorent, en ramenant d’importantes vérités à la lumière à plusieurs reprises par une étude répétée. Mais, parfois, des circonstances anormales nous donnent d’étranges lueurs d’espoir sur ce que notre mémoire peut vraiment accomplir.

Guten Morgen, Papa !

Une telle lueur est venue, en avril 2010, quand une jeune croate, nommée Sandra Ralic, s’est réveillée d’un coma qui avait duré un jour — et qui a dérouté ses médecins et ses parents avec son aisance soudaine à s’exprimer en allemand. Les parents de la fille de 13 ans ont dit qu’elle avait commencé à étudier l’allemand quelques mois plus tôt, et qu’elle n’avait jamais approché une telle aisance. Son coma l’avait rendue incapable de parler le croate, si bien que, tout abasourdis, les médecins et les parents de Sandra ont dû engager un traducteur allemand pour communiquer avec elle.

Il est facile de comprendre comment le traumatisme que Sandra a subi a pu endommager la zone de son cerveau qui stockait ses compétences à parler le croate. Mais comment était-elle soudainement capable de communiquer en allemand — et ce de manière nettement supérieure à celle dont elle pouvait parler avant le coma ?

Certaines sources ont dit que, avant son coma, Sandra complétait parfois ses cours de premier cycle d’allemand en regardant des émissions télévisées allemandes sous-titrées en croate. Si on se situe sur un niveau conscient, c’est l’équivalent linguistique d’un guitariste qui décide d’apprendre « Asturias » d’Albeniz, morceau terriblement difficile, dans sa première semaine d’apprentissage de l’instrument. Mais pour le subconscient de Sandra, regarder la télévision en allemand, c’était loin d’être stérile. Une partie de son cerveau avait absorbé, compartimenté et stocké de vastes quantités de connaissances de la langue allemande, bien qu’elle n’en ait pas été consciente jusqu’à ce que le coma débloque toute cette information.

‘Un trésor caché’

Lors d’un autre incident déroutant, en 2006, un homme de 40 ans, du Colorado, nommé Derek Armeto a heurté de la tête le fond d’une piscine. On lui a diagnostiqué une sévère contusion, et à ce jour il souffre d’une perte de mémoire et une perte d’audition de 35 pour cent. Après son accident, D. Armeto et un ami jouaient du piano, et c’est à ce moment-là qu’il a découvert une autre conséquence inattendue de l’accident.

« Quand je fermais les yeux, je voyais ces structures noires et blanches se déplacer de gauche à droite, ce qui représentait, en fait, dans mon esprit, un courant fluide et continu de notation musicale », a-t-il dit. « Mes doigts ont commencé à se déplacer sur les touches du piano comme si j’en avais joué toute ma vie. Je ne puis expliquer le sentiment de crainte qui a envahi tout mon être, bien que je puisse vous dire que l’expression que l’on pouvait lire sur le visage de mon ami était suffisante pour nous faire fondre tous les deux en larmes. Je pouvais non seulement jouer et composer, mais j’ai découvert plus tard que je pouvais me rappeler une œuvre musicale jouée auparavant comme si elle avait été gravée dans mon esprit ».

Quatre jours après son accident, il a demandé à sa mère de l’accompagner dans un magasin de musique. « Nous avons été vers le piano le plus proche, tandis que je lui demandais de s’asseoir à côté de moi », a-t-il dit. « J’ai commencé à jouer comme si j’explorais un trésor caché qui avait été a fermé à clef tout ce temps dans ma tête ». D. Armeto a quitté son travail en entreprise peu de temps après pour poursuivre une carrière musicale. Il joue maintenant huit instruments avec maîtrise, alors qu’il n’en avait aucune expérience auparavant, et il a brusquement amélioré ses compétences en guitare, instrument qu’il avait un peu tâté avant son accident.

Comment donc se fait-il que D. Armeto soit capable de jouer avec une fluidité et une maîtrise aussi soudaines ? Il avait activement écouté de la musique pendant toute sa vie. Tout le temps qu’il passait à écouter de la musique et à jouer de la guitare, son cerveau absorbait et stockait de la connaissance musicale dans son subconscient. Il n’avait pas d’accès direct à cette connaissance jusqu’à ce que le choc sur son crâne ait ouvert la voûte dans son subconscient où elle était stockée.

Le véritable Rain man

Ensuite, il y a eu le cas de Kim Peek, un érudit « génial », né à Salt Lake City en 1951. À l’époque de la mort de K. Peek en 2009, il était considéré comme un génie dans 15 sujets différents, allant de la musique à l’histoire et de la littérature aux dates historiques. Il pouvait lire deux pages à la fois — une de son œil droit et une de son œil gauche. Il pouvait dévorer un livre entier en environ une heure, et comprendre et se rappeler pratiquement tout ce qui était dit dans ses pages. Pour toujours.

Un article dans Times dit que K. Peek pouvait se rappeler avec exactitude le contenu de pas moins de 12 000 livres et qu’il avait 9 000 livres complets totalement mémorisés. Quand il était interrogé sur ce qu’il avait lu, K. Peek pouvait tirer un fait de ses archives mentales aussi rapidement que n’importe quel moteur de recherche peut extraire à partir d’Internet.

Mais il y avait un problème. Bien que K. Peek connaissait une quantité considérable de choses, il ne pouvait bien se comporter socialement ou prendre soin de lui-même. Il n’a jamais appris à boutonner sa chemise, et il ne pouvait marcher qu’en diagonale. L’histoire fascinante sur le cerveau inégal de Kim a été l’inspiration du film Rain Man qui a remporté un Oscar.

Qu’est-ce qui explique l’étonnante capacité de mémoire de K. Peek ? Il est né sans le faisceau de nerfs qui relie les deux hémisphères du cerveau, et les scientifiques pensent que son cerveau a forgé des chemins d’accès neuronaux inhabituels pour compenser l’absence de ce faisceau nerveux.

La question est donc celle-ci : le cerveau de chacun d’entre nous possède-t-il les capacités étonnantes de celui de K. Peek ? S’il en est ainsi, comment pouvons-nous profiter de cette potentialité ? Pourrions-nous jouir des avantages de sa condition sans subir les limitations invalidantes qui vont avec ? Ce genre de questions déconcerte les scientifiques.

Pour de possibles réponses, regardons plutôt vers l’Être qui a créé l’esprit humain.

S’attacher d’autant plus

Le Créateur a conçu notre esprit et notre cerveau pour que, dans les circonstances normales, nous ne puissions facilement avoir accès à l’information que nous recevons à moins que nous ne l’ayons, à plusieurs reprises et minutieusement, étudiée. Apparemment, Dieu veut voir sur quel genre d’information nous désirons insister, avec diligence, pour la garder à portée de main.

L’apôtre Paul reconnaissait cette réalité, disant que lui et ses disciples hébreux devaient « d’autant plus [s’]attacher » aux vérités que Dieu leur révélait. Pourquoi ? « De peur que nous ne soyons emportés loin d’elles » (Hébreux 2 : 1).

Ailleurs, Paul écrit : « … si vous le retenez [‘le gardez en mémoire’, (d’après la King James)] tel que je vous l’ai annoncé » (1 Corinthiens 15:2). C’est un énorme « si ». Il dit que le salut d’un chrétien dépend de la peine qu’il se donne pour « garder en mémoire » la vérité. Ces avertissements ne seraient pas nécessaires si nous pouvions entendre ou lire une vérité seulement une fois, et l’avoir gravée de manière permanente dans notre mémoire.

Le désir de Dieu, c’est que les gens travaillent à développer un caractère saint et juste. Une façon dont nous pouvons faire cela, c’est par une étude constante et disciplinée. Quelques personnes — même des gens assez ordinaires — ont comme bénédiction des capacités intellectuelles impressionnantes. Mais un empressement à travailler à apprendre la Parole de Dieu est beaucoup plus important pour Lui et pour le dessein qu’Il a en vue pour nous. Le caractère forge l’intellect tous les jours de la semaine.

Les cas rares comme ceux de S. Ralic, de D. Armeto et de K. Peek suggèrent que l’esprit humain soit beaucoup plus impressionnant que la plupart de gens ne peuvent le comprendre. Feu Herbert W. Armstrong a largement écrit sur la potentialité de l’esprit humain et de la mémoire, expliquant que cette stupéfiante capacité est rendue possible par un composant spirituel que le Créateur Dieu a conçu en lui. Une personne « voit, entend et réfléchit grâce à son cerveau physique et aux cinq sens », a-t-il écrit dans L’incroyable potentialité humaine. Mais, c’est « l’esprit dans l’homme » qui « communique le pouvoir de l’intellect physique au cerveau physique, formant ainsi l’esprit humain » a-t-il écrit. Basé sur une étude minutieuse de Ecclésiaste 12 : 7, de Job 32 : 8 et d’autres passages bibliques, M. Armstrong a compris que cet « esprit dans l’homme » enregistre toutes les parcelles d’information perçues par les sens tout au long de la vie d’une personne : « Cet esprit enregistre chaque pensée, chaque particule de connaissance reçue par les cinq sens… Toute la mémoire est stockée dans cet ordinateur spirituel… Toute la mémoire est enregistrée dans l’esprit humain, qu’elle soit ou non également enregistrée dans la matière grise du cerveau ».

C’est parce que Dieu a donné aux gens cet « esprit dans l’homme » que notre cerveau a une capacité aussi ahurissante pour absorber, compartimenter et stocker l’information que nos sens perçoivent. La majorité de ce que notre esprit emmagasine, nous n’en avons pas l’accès direct, maintenant, mais chaque mot que nous avons lu ou entendu est entreposé là. Chaque syllabe que nous avons jamais prononcée et chaque note que nous avons jamais entendue est dans le fichier situé derrière nos yeux tranquilles.

Et il est un temps, maintenant à l’horizon, et potentiellement pour chacun d’entre nous, où la vie réelle commencera (voir 1 Corinthiens 15 : 35-58). À ce moment-là, il est probable qu’il nous soit remis les clés pour ouvrir notre mémoire et nous serons capables de nager librement dans les océans de connaissance qu’elle contient. Quand cette ressource sera découverte, nous aurons les avantages — dont les cas comme ceux de S. Ralic, de D. Armeto et de K. Peek nous donnent un aperçu — sans aucune des limites qu’ils ont connues.

Nous devrions nous instruire soigneusement, lire avec voracité et éviter de succomber à la frustration de notre mémoire qui est faible, pour l’instant. Parce qu’un jour, il se peut bien que les voûtes s’ouvrent en grand.

No Fr