Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

170906 guttenberg gettyimages 842515242

PETER KNEFFEL/AFP/Getty Images

Angela Merkel, KT zu Guttenberg et la crise invisible de l'Allemagne

Pourquoi vous devriez être très inquiet au sujet de la politique de l'Allemagne.

« La politique ennuyeuse de l'Allemagne est un signe de force rare ». C'était le titre d'un article de Bloomberg publié hier. Je vois des articles comme celui-ci tout le temps—des articles soulignant le fait que l'Allemagne est un exemple rare de force, de stabilité et d'unité.

La vérité est que la stabilité allemande est une illusion.

En ce moment, une crise massive se répand en Deutschland. Le peuple allemand subit une transformation radicale. L'attitude et la mentalité du public allemand changent. Pire encore, les principaux dirigeants de l'Allemagne, y compris Angela Merkel, ne voient pas l'importance de ce changement ou les ramifications inquiétantes qu'il pourrait avoir sur l'Allemagne et l'Europe. Le changement qui se produit maintenant dans le peuple allemand va culminer dans la formation de la septième et dernière résurrection prophétisée du Saint Empire romain !

Nous avons écrit sur cette transformation ici et ici, et nous en avons parlé ici. Et cette semaine, plus de preuves ont surgi prouvant que quelque chose est en cours. Stephan Grünewald est un psychologue qui a passé une grande partie de sa carrière à étudier le peuple allemand. Grünewald dirige l'Institut Rheingold à Cologne, qui a récemment mené un sondage expliquant comment les allemands se sentent au sujet des prochaines élections (les élections « ennuyeuses »).

« Sur un plan fondamental, les électeurs [allemands] sont totalement déçus dans cette campagne électorale », M. Grünewald a déclaré à Der Spiegel. « Ils ont l'impression que les choses qui leur sont importantes ne sont pas discutées, et que beaucoup d’entre elles sont ignorées » (l'accent a été ajouté dans l'ensemble).

L'enquête a révélé que les principaux dirigeants allemands ignorent presque complètement le sujet dont le peuple allemand se préoccupe le plus. « Dans les entretiens approfondis, tous ce dont les gens voulaient discuter était la crise des réfugiés, la crise des réfugiés, la crise des réfugiés. En dépit d'être si élégamment laissé hors de la campagne, c'est toujours un point sensible qui n'a pas été traité par les politiciens. »

Même en étant loin derrière la chancelière en place, Angela Merkel, l’opposant Martin Schulz a refusé d’aborder la question de la crise des réfugiés jusqu'à moins de deux mois avant la fin la campagne. Quand il l’a finalement fait, c'était apathique et de courte durée. La chancelière Merkel a fait des remarques symboliques sur la crise des réfugiés, mais a également fait peu pour traiter sérieusement les préoccupations de son peuple.

« La crise [des réfugiés], il y a deux ans, a plongé les électeurs dans un dilemme pour lequel ils n'ont toujours pas trouvé une réponse claire », a expliqué Grünewald. Les Allemands demandent : « Est-ce que j’ouvre la porte, ou est-ce que je la ferme ? D'une part, ils veulent faire partie de la culture accueillante, mais ils ont également peur d'être submergés par des étrangers et ne plus pouvoir reconnaître leur propre pays. En conséquence, ils veulent que les décideurs élaborent un plan pour établir une position de compromis. Mais ils ne l'ont pas fait, et maintenant les électeurs se sentent abandonnés. »

Depuis au moins 2015, l'Allemagne a développé une crise d'identité.

Une énorme partie du problème est le manque de leadership. Le public allemand veut parler des réfugiés et de l'islam et de la manière dont l'Allemagne peut répondre aux diverses menaces. Mais les dirigeants en place de l’Allemagne refusent simplement de reconnaître le sujet d’une manière significative. Certains refusent même d'admettre que des erreurs ont été commises. Lors d'une interview récente avec Welt am Sonntag, la chancelière Merkel a réfléchi sur la façon dont elle a traité la crise des réfugiés de 2015 et elle a effectivement déclaré: « Je ferais toutes les décisions importantes de la même façon à nouveau. »

Pouvez-vous croire cela ? Il y a beaucoup à admirer d'Angela Merkel, mais en ce qui concerne la question des réfugiés, la chancelière est totalement—et dangereusement—hors de contact avec le public allemand. Les conséquences d'une telle ignorance sont alarmantes. « Les électeurs sont désorientés, plein d'incertitudes », a averti Grünewald. « Ils décrivent l'Allemagne soit comme un pays dégradé en difficulté, ou comme une île sécurisée d'affluence dans une mer de risque. Tout est très fragile et conduit à des explosions émotionnelles. Je n'ai jamais vu tant de colère et de haine parmi des sujets de test. »

« Tout est très fragile. »

« Je n'ai jamais vu tant de colère et de haine ... »

L'Allemagne ne fait que paraître stable et content. Le peuple allemand est beaucoup plus bouleversé et confus et frustré que rapporté par les médias traditionnels et réalisé par les principaux politiciens de l’Allemagne.

Cela devrait alarmer plus de gens, mais personne n'en parle vraiment.

Ce sondage montre qu'il y a un besoin croissant en Allemagne pour que quelqu'un vienne et s'attaque vraiment au problème des réfugiés et à la crise d'identité plus profonde qui s'est mise en place. Les Allemands veulent de plus en plus un leader qui est prêt à parler ouvertement et honnêtement des réfugiés, un chef de file préparé à reconnaître les préoccupations du peuple allemand et un chef capable d'aider les Allemands à résoudre leur crise morale interne.

C'est pourquoi nous surveillons Karl-Theodor zu Guttenberg si avidement.

La semaine dernière, j'ai parlé avec Martin Neumeyer, un politicien de l'Union chrétienne-sociale et le conseiller de district de la région bavaroise de Landkreis Kelheim. Nous avons discuté de son collègue KT zu Guttenberg. J'ai demandé à M. Neumeyer ce qui rend KT différent des autres politiciens. Sa réponse a été intéressante—surtout à la lumière du dilemme moral que de nombreux Allemands éprouvent.

« KT zu Guttenberg est à la fois libéral et conservateur », a déclaré Neumeyer.

M. Neumeyer a expliqué que le peuple allemand s'inquiète de l'impact des réfugiés sur la société et la culture allemandes (ainsi que sur l'économie et la politique). Il a également expliqué que la plupart des Allemands veulent aussi une « Allemagne ouverte »—une Allemagne tolérante et sympathique. C'est la crise d'identité. L'Allemand moyen veut être libéral et tolérant, veut être accueillant, veut être multiculturel. Mais il connaît aussi une envie de plus en plus de défendre le patrimoine allemand, les institutions allemandes, l'économie allemande et la culture allemande.

Ni Angela Merkel, ni Martin Shultz ne font quoi que ce soit pour aider l'Allemand moyen à réconcilier ce conflit intérieur. Ainsi, la frustration et la colère grandissent.

Plus nous le voyons parler, plus il semble que KT zu Guttenberg pourrait être le candidat idéal pour guérir l'âme conflictuelle de l'Allemagne. KT n'a pas peur de parler des réfugiés, de l'islam et de l'héritage chrétien de l'Allemagne. Il parle de cette question de sa propre manière unique. Il est ouvert et honnête, patriotique et énergique—mais pas trop ouvert, et pas trop patriotique ou vigoureux. Il est différent de Merkel et Schultz, qui sont tous deux doux, compromettants et timides sur la question des réfugiés. Pourtant, il est également différent des dirigeants d'extrême droite, qui sont effrontés, haineux et intolérants.

Lors de son discours à Kulmbach la semaine dernière, Guttenberg a déclaré : « Nous avons besoin d’un débat sur une culture dominante dans ce pays ». Il a parlé ouvertement de l’héritage de l'Allemagne et a déclaré au public que la culture allemande s'appuie sur les valeurs chrétiennes, juives et occidentales qui doivent être protégés. « Tout le monde qui vient ici doit le prendre personnellement et accepter notre culture, nos lois, notre langage », a-t-il déclaré.

Le sujet des réfugiés a également été un thème clé dans le discours dynamique de 90 minutes de Guttenberg lors du festival de Gillamoos hier (plus à ce sujet plus tard cette semaine, espérons-le). Guttenberg a abordé le sujet de l'islam et des réfugiés islamiques ouvertement et franchement, et il a parlé longuement et sans souci sur la nécessité de préserver la culture et le patrimoine chrétiens de l'Allemagne. Pourtant, il a maintenu un ton de respect et de sensibilité pour éviter de ressembler à un candidat d'extrême droite.

Cela fait partie de l'attrait de Guttenberg : l'allemand moyen peut accepter KT zu Guttenberg sans avoir l'impression de soutenir un parti d'extrême droite ou un Nazi !

Dans le chapitre d'ouverture A Strong German Leader Is Imminent (Un chef fort allemand est imminent—disponible en anglais seulement), le rédacteur en chef de la Trompette Gerald Flurry écrit : « Un chef fort allemand est imminent ! Quand il viendra au pouvoir, ce monde sera choqué comme il n'a jamais été surpris auparavant. Pourtant, si vous regardez toute la vision, elle est liée au retour de Jésus-Christ sur cette Terre. Cela pourrait être difficile à croire pour certaines personnes, mais il est clairement prophétisé dans votre Bible ! Il est effectivement mentionné dans une centaine de prophéties bibliques. »

Si vous n'avez pas lu notre brochure Il avait raison , demandez-le dès maintenant. Cette brochure met en perspective l’ensemble des élections allemandes de 2017, et donnera du sens et de l'orientation aux nouvelles que nous surveillons.

Quelques paragraphes plus tard, M. Flurry avertit : « De façon routinière dans l'histoire allemande, lorsque les Allemands s'inquiètent des événements mondiaux, ils font appel à un homme fort pour les diriger ! Ils l'ont fait tout au long de l'histoire—et ils vont le faire à nouveau. »

Cette prévision s’accomplit en ce moment. Les Allemands d'aujourd'hui sont incroyablement préoccupés par les événements mondiaux, et les événements dans leur propre pays. Les prophéties de la Bible dans Daniel 8 et 11, Habacuc 1, Apocalypse 13 et 17, et ailleurs, révèlent que l'Allemagne aura son homme fort. La crise d'identité de l'Allemagne intensifiera et éventuellement, peut-être très bientôt, elle précipitera une crise qui entraînera un chef fort qui viendra sur la scène pour sauver la nation.

Est-ce que Karl-Theodor zu Guttenberg est cet homme ? 

Hwr Ad Fr