Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

211014 christopher%20columbus istock 483098754

ISTOCK.COM/CLAUDIOVALDES

Attaque du Jour de Christophe Colomb

Obscurcir le véritable fléau qui touche l'humanité.

La vice-présidente des États-Unis, Kamala Harris, s'est exprimée devant le National Congress of American Indians (le Congrès national des Indiens américains) le 12 octobre, annonçant la première proclamation présidentielle déclarant la célébration de la Journée des peuples indigènes. Ce nouveau jour férié fédéral tombe le même lundi d'octobre que le jour de Christophe Colomb.

Mme Harris a déclaré lors de son discours : « Depuis 1934, chaque mois d'octobre, les États-Unis célèbrent le voyage des explorateurs européens qui ont débarqué pour la première fois sur les côtes des Amériques. Mais ce n'est pas toute l'histoire. Cela n'a jamais été toute l'histoire. Ces explorateurs ont apporté une vague de dévastation pour les nations tribales—en perpétrant des violences, en volant des terres et en répandant des maladies. … Nous ne devons pas ignorer ce passé honteux, nous devons le clarifier et faire tout ce qui est en notre pouvoir pour remédier à l'impact de ce passé sur les communautés autochtones d'aujourd'hui. »

Le Jour de Christophe Colomb est en train de se transformer en une journée d'excuses pour un génocide et un racisme présumé. Le LA Times a publié un article d'opinion affirmant que Christophe Colomb considérait les tribus indigènes sous un aspect anti-islamique, liant le Jour de Christophe Colomb à l'islamophobie.

Le changement de nom du Jour de Christophe Colomb en Indigenous Peoples' Day (Journée nationale des peuples autochtones) par la gauche radicale est une nouvelle étape dans la révolution culturelle communiste de l'Amérique. Quel est le véritable motif de l'annulation du Jour de Christophe Colomb ?

Cela a moins à voir avec Christophe Colomb et plus avec l'attaque des vérités de la Bible.

La « découverte » du Nouveau Monde

Christophe Colomb, né à Gênes, en Italie, en 1451, s'est installé en Espagne en 1485. Christophe Colomb a pris la mer pour la première fois à l'adolescence, et il a voyagé dans toute la Méditerranée, la mer Égée et les côtes de l'Afrique. Christophe Colomb avait une trentaine d'années lorsqu'il a eu l'idée de traverser l'Atlantique. Son objectif était de trouver un raccourci vers la Chine et le Japon, car les routes vers l'Est étaient dominées par les ennemis islamiques. Après avoir été repoussé par le Portugal, Gênes et Venise, Christophe Colomb a obtenu l'approbation de son voyage par le roi Ferdinand II et la reine Isabelle d'Espagne en 1492.

En août 1492, Christophe Colomb quitta l'Espagne à bord de la Santa Maria, accompagné de deux autres navires, la Pinta et la Niña. Après un voyage de 36 jours, le 12 octobre, Colomb débarqua sur l'actuelle île des Bahamas. Colomb et ses hommes ont ensuite parcouru le reste des Caraïbes, entrant en contact avec les indigènes vivant sur les îles. On sait peu de choses sur ce voyage, car aucun témoignage de première main n'a été enregistré, à l'exception d'une lettre que Colomb a écrite à la monarchie espagnole et qui se trouve aujourd'hui dans les archives du Vatican.

C'est ce moment qui est célébré comme le Jour de Christophe Colomb. Le voyage de la Santa Maria ne fut pas la découverte des Amériques, mais plutôt la redécouverte du continent. Leif Erikson, parmi d'autres explorateurs et cultures (certains avant même avant la naissance de Jésus-Christ), avait déjà débarqué dans le Nouveau Monde. Mais pendant l'âge des ténèbres, lorsque l'Église catholique romaine dominait l'Europe, le savoir s'était perdu. La Renaissance et la révolution scientifique ont permis de récupérer une partie de ces connaissances.

Le voyage de la Santa Maria a été le moment où a commencé le mouvement de la civilisation européenne vers le Nouveau Monde. Colomb a redécouvert la présence des Amériques au moment où l'Europe s'élevait au rang de puissance mondiale.

Le Jour de Christophe Colomb a été créé en 1892 par le président américain Benjamin Harrison afin de convaincre les électeurs italo-américains dont les communautés avaient subi des violences. Tout au long de l'histoire américaine, le Jour de Christophe Colomb a été l'occasion pour les Italo-Américains de célébrer leur contribution à l'histoire de la république. Étant donné qu'ils étaient majoritairement catholiques et en infériorité numérique dans l'Amérique protestante, Christophe Colomb est devenu une figure autour de laquelle ils pouvaient se rallier. En réalité, une attaque contre le Jour de Christophe Colomb est une attaque contre l'héritage catholique-italien, et non contre la suprématie blanche.

Utopie indigène

Selon PJ Media, Berkeley et Santa Cruz, deux centres universitaires de la gauche radicale, ont pour la première fois, renommée le Jour de Christophe Colomb en Journée nationale des peuples autochtones en 1992. C'est ainsi qu'est né le récit moderne selon lequel le Jour de Christophe Colomb est l'occasion pour les Européens blancs de voler des terres et de commettre des crimes contre les tribus indigènes. Ce récit s'accompagne toujours de l'idée que l'Amérique du Nord et du Sud étaient des utopies pacifiques avant l'arrivée des Européens. Est-ce un fait ou un fantasme de gauche ?

Hymie Rubenstein a écrit dans le C2C Journal dans l'article « The Myth of Indigenous Utopia (Le mythe de l'utopie autochtone) » :

Génocide. Nettoyage ethnique. Assimilation forcée. L'esclavage. Racisme.

Alors que l'histoire et l'anthropologie traditionnelle ont montré que ces cinq phénomènes sont des caractéristiques quasi universelles de la condition humaine, les tours d'ivoire, les gouvernements et les médias les décrivent aujourd'hui comme des inventions du colonisateur européen de la fin du 15e siècle visant à soumettre, exploiter ou exterminer les peuples indigènes du monde.

C'est exactement la position adoptée par Kamala Harris. Bien que l'histoire montre que la violence, la guerre et la cupidité sont l'état de la nature humaine, l'élite de la gauche radicale voudrait vous faire croire qu'elles sont exclusives aux Européens blancs qui sont venus en Amérique.

« Au Canada, ce portrait déformé des cinq péchés de l'occidentalisation dépeint le Nouveau Monde d'avant l'arrivée des Européens comme un véritable jardin d'Éden habité par une myriade de groupes autochtones vivant pour la plupart en paix les uns avec les autres et en harmonie avec la nature », poursuit Rubenstein. La « disgrâce » des autochtones, si elle existe, a été entièrement précipitée par l'arrivée des Européens.

Des universitaires du Canada et des États-Unis ont défendu l'idée que la culture et les idées autochtones sont supérieures à notre civilisation actuelle parce qu'ils vivaient pacifiquement et étaient « en harmonie avec la nature ». Mais à quoi ressemblait l'Amérique du Nord et du Sud avant l'arrivée des Européens ?

La Méso-Amérique était dominée par les Aztèques et les Incas, qui sont des cultures lettrées. L'Amérique du Nord était divisée en milliers de territoires tribaux, se chevauchant les uns les autres et constamment en guerre. John Keegan a écrit dans A History of Warfare (Une histoire de la guerre): « Il y a une cruauté dans la guerre de certains peuples précolombiens d'Amérique du Nord et d'Amérique centrale qui n'a pas d'équivalent ailleurs dans le monde. »

Nous savons que les tribus méso-américaines, en particulier les Aztèques, étaient un empire violent et impérialiste. Les temples massifs construits à Tenochtitlan et dans d'autres villes étaient utilisés pour des sacrifices humains. Les Aztèques étaient connues pour être des cannibales, mangeant les membres des tribus ennemies lorsqu'ils les conquéraient. En fait, les Aztèques faisaient constamment la guerre afin de fournir des sacrifices humains à leur culte de la mort. Keegan explique : « Les batailles aztèques pouvaient donner lieu à des milliers de captifs, si la conquête suivait la victoire ; après la répression d'une révolte d'un peuple sujet, les Huaxtèques, peut-être 20,000 personnes ont été amenées à la capitale, pour être sacrifiées en dédicace au nouveau temple pyramidal, ayant le cœur arraché lorsqu'ils grimpaient à son sommet. »

Les Incas et les Mayas préféraient asservir leurs captifs, ne sacrifiant que les ennemis nobles. La cruauté et le cannibalisme n'étaient pas limités aux Aztèques. Les tribus d'Amérique du Nord avaient également des rituels violents. Les tribus des Plaines, comme les Pawnee, capturaient de belles femmes ennemies et les sacrifiaient à l'étoile du matin. Les Hurons forçaient leurs ravisseurs à recevoir des coups à l'intérieur d'une loge fermée à clé où ils poignardaient, brûlaient et brisaient les os du captif. Finalement, les Hurons brûlaient le captif vivant avec des têtes de hache chauffées au rouge, divisant le corps pour le cannibaliser plus tard.

Les Iroquois et les Pieds-Noirs étaient particulièrement belliqueux, tout comme les Apaches. D'autres tribus étaient plus pacifiques et fondées sur le commerce, mais se battaient tout de même férocement pour leur territoire. Les preuves archéologiques et les récits de première main des Jésuites et d'autres missionnaires du 16e siècle montrent clairement que l'Amérique du Nord indigène était marquée par le racisme entre les tribus, les guerres, l'esclavage des peuples capturés et des atrocités indescriptibles.

En d'autres termes, les sociétés indigènes de cette période étaient les mêmes que toutes les autres sociétés de l'humanité : Il y avait la cupidité, le racisme, la guerre et la violence. Les Européens ont effectivement fait la guerre, commis des crimes et fait de terribles erreurs dans les Amériques. Mais ils ont également apporté la loi, l'ordre, l'industrialisation et l'éducation, ce qui a ouvert la voie à une prospérité sans pareille en Amérique du Nord.

La véritable cause du mal humain

Le récit moderne s'attaque en réalité à deux vérités bibliques essentielles. La première est la vérité selon laquelle les peuples américain et britannique sont les descendants des nations bibliques d'Israël. L'Empire britannique et la superpuissance américaine étaient l'accomplissement des promesses données à Abraham. (Veuillez lire le livre de Herbert W. Armstrong Les Anglo-Saxons selon la prophétie pour prouver cette vérité par vous-même).

L'annulation du Jour de Christophe Colomb et le retrait des statues de personnages historiques sont des attaques contre notre histoire biblique avec Dieu, car ces moments historiques nous renvoient en fait à l'histoire de Dieu avec nos nations. Cette histoire devrait nous donner envie d'apprendre pourquoi Dieu a accordé ces bénédictions, et pourquoi les peuples américain et britannique ne sont plus bénis aujourd'hui.

La deuxième vérité biblique attaquée est la vérité sur la nature humaine. La Bible enseigne que la nature humaine est intrinsèquement égoïste et pécheresse. Jérémie 17 : 9 appelle le cœur humain « tortueux par-dessus tout, et il est méchant ». Les hommes sont experts pour se tromper eux-mêmes. Lors de la dédicace du temple, le roi Salomon a prié pour que ceux qui le visitent « reconnaisse la plaie de son cœur et étende les mains vers cette maison » afin qu'ils puissent se tourner vers Dieu pour obtenir de l'aide concernant cette plaie (1 Rois 8 : 38).

La gauche radicale pousse constamment le mensonge selon lequel le socialisme, le marxisme ou la culture indigène résoudraient tous nos maux sociétaux. Mais ils rejettent comme source de nos problèmes toute loi ou société qui a une once de vérité biblique. La Constitution des États-Unis est basée sur des principes bibliques. Christophe Colomb et l'ère de la colonisation européenne ont contribué à l'accomplissement des promesses faites aux descendants d'Abraham et ont créé une république libre fondée sur des éléments de la loi de Dieu.

Ce que la Bible enseigne sur la nature humaine, et la leçon de la raison pour laquelle Dieu a utilisé Israël dans Son plan directeur, nous indique la solution à tous nos problèmes. M. Armstrong a écrit dans Le mystère des siècles que « l'intelligence de l'homme, avec son seul esprit, sans l'addition du Saint-Esprit de Dieu, ne pourrait avoir de discernement spirituel ; ne pourrait résoudre les problèmes humains ni guérir les maux qui l'assaillent. La nation d'Israël allait Lui servir de cobaye pour prouver cela. »

Tous les peuples, toutes les races et toutes les nations, y compris Israël qui avait la connaissance des lois de Dieu, ont totalement échoué à résoudre nos problèmes monumentaux sur cette Terre. La solution ne consiste pas à se tourner vers les cultures indigènes, le socialisme, les experts ou une classe dirigeante d'élite ; la seule solution est de se tourner vers Dieu. Si nous nous repentons et obéissons à Dieu, il nous promet le plus grand cadeau disponible dans l'univers : le Saint-Esprit, qui est la seule puissance capable de guérir la plaie de nos cœurs humains.

Dieu a un plan directeur pour donner à tous les peuples de toutes les nations la chance de recevoir le Saint-Esprit et de vivre dans la paix et la prospérité dans le Royaume de Dieu. Voilà l'avenir et la solution sur lesquels nous devons nous concentrer. Veuillez lire Le mystère des siècles pour en savoir plus sur le plan transcendant de Dieu pour vous.

Fr Moa