Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Dennis kummer 171041 unsplash

Dennis Kummer/unsplash.com

Avez-vous remarqué ? Les nations sont ébranlées

Un regard d’ensemble sur les récents événements qui affectent la terre

En 2009, le rédacteur général de la Trompette, Gerald Flurry, a écrit une brochure de référence intitulée Aggée: Dieu a commencé à ébranler les nations. Dans cette brochure, M. Flurry explique la promesse de Dieu dans Aggée 2:7: «J’ébranlerai toutes les nations».

Dans Aggée 2, Dieu fait comprendre que l’ébranlement des nations est lié directement à un signe spécifique. Dieu appelle ce signe physique Sa «maison», une structure physique magnifique conçue pour faire connaître la gloire de Dieu, et à partir de laquelle la vérité de Dieu coule. Dans sa brochure, M. Flurry explique comment Dieu commence à «ébranler toutes les nations» en même temps que cette «maison pour Dieu» est construite. Dieu destine cette maison, écrit M. Flurry, à être «un signe d’alarme redoutable pour le monde», et «un signe de bouleversement du monde».

En septembre 2010, l’Église de Philadelphie de Dieu a ouvert l’Auditorium Ambassador, une construction majestueuse créée spécifiquement pour faire connaître la gloire de Dieu, et à partir duquel la vérité de Dieu coule maintenant. Regardant les événements du monde depuis lors, il n’y a aucune réfutation possible du fait que l’intensité de cet ébranlement a spectaculairement augmenté!

Redressez-vous, et jetez un coup d’œil sur les événements depuis septembre dernier.

Pratiquement tout le Moyen-Orient et le nord de l’Afrique sont pris de violentes convulsions. En décembre, le gouvernement de la Tunisie, amical avec l’Occident, a été sorti par un soulèvement populaire. Cette révolution a causé beaucoup plus de répliques consécutives en Égypte, renversant un allié américain, Hosni Moubarak, et créant un vide que des forces islamiques radicales ont déjà commencé à remplir.

Bahreïn a également été secoué par des manifestations majeures, soutenu par l’Iran. L’Iran a également remporté des victoires significatives en Irak et au Liban. En décembre, l’Irak a finalement formé un gouvernement de coalition, mais seulement après que l’anti-américain soutenu par l’Iran, Moqtada Al-Sadr, a consenti à soutenir le Premier ministre chiite Nouri al-Maliki. En janvier, le Hezbollah a fait tomber le gouvernement de Saad Hariri, au Liban, quand ses ministres et alliés se sont retirés du cabinet. Le nouveau Premier ministre, Najib Mikati, est un homme du Hezbollah—ce qui revient à un coup d’État en douceur par le groupe terroriste soutenu par L’Iran.

En Syrie, plus de mille personnes ont été tuées par des forces de sécurité loyales à Bashar Assad. La Libye tremble au milieu d’une guerre civile qui a éclaté quand le dictateur Mouammar Kadhafi a répondu aux manifestants avec une force brutale. Le Yémen est au bord de la guerre civile. Les tremblements d’agitation populaire ont également été ressentis en Mauritanie, au Maroc, à Djibouti, en Jordanie, en Irak, en Algérie et en Iran.

Depuis que la vague de manifestations arabes a commencé l’année dernière, la tension entre les musulmans et les chrétiens, au Moyen-Orient et en Afrique du nord a grandement augmenté. Des centaines de chrétiens ont été tués et des milliers d’autres ont été déplacés, créant une tendance qui présage un heurt prophétisé entre catholiques et musulmans.

En Israël, en mars, des terroristes ont tué à coups de couteau cinq membres d’une famille juive en Cisjordanie, le Hamas a repris des attaques à la roquette, et une bombe terroriste a secoué Jérusalem. En mai, l’organisation palestinienne «modérée», le Fatah, a fait alliance avec le Hamas, un autre groupe terroriste soutenu par l’Iran. Ensuite, malgré cette décision provocatrice, le président américain Barack Obama a mis la pression sur Israël pour négocier avec les Palestiniens. Son «encouragement» n’a pas été acceptable à Israël, et a sérieusement détérioré les relations entre les États-Unis et Israël.

Dieu a commencé à ébranler les nations, dit la brochure. En effet.

Et ce n’est que dans une région du monde.

L’Union européenne a été prise de convulsions à partir d’un tremblement économique massif qui change le paysage du continent—surtout à l’avantage de l’Allemagne. Depuis septembre dernier, l’Europe a créé plusieurs nouvelles entités régulatrices, dont deux sont hébergées par l’Allemagne. Le 21 novembre, l’Irlande a cédé aux demandes des élites de l’UE pour accepter un renflouement, remettant sa souveraineté nationale aux banquiers centraux de l’UE. En mai, le Portugal a, également, été soutenu financièrement. Entre-temps, la Grèce, qui a été soutenue financièrement au printemps de l’année dernière, est de nouveau assise au bord du précipice de la faillite. Vers la fin mai, il y avait des discussions à propos de la Grèce qui abandonnerait l’euro, une décision qui nécessiterait de reconstituer tout le projet d’unification européen.

Des troubles économiques ont secoué la Grande-Bretagne, le 26 mars, sous forme de plus d’un quart de million de manifestants marchant dans les rues de Londres pour protester contre les diminutions des dépenses par le gouvernement. Un scénario similaire s’est déroulé dans le Wisconsin, aux États-Unis, mettant en évidence la réalité que plusieurs États font face à la faillite—et au trouble social inévitable. Dans toute cette agitation, les prix du pétrole ont régulièrement monté, mettant en danger le rétablissement économique mondial. Pendant ce temps-là, la valeur du dollar baisse, faisant que d’autres nations et des organismes internationaux cherchent activement une monnaie de réserve de remplacement.

Tout cela ébranle les nations—et nous n’avons même pas encore regardé tous les désastres «naturels». Décembre a vu des incendies de forêt, en Israël, que l’on a considéré comme la pire catastrophe naturelle dans l’histoire de la jeune nation. En décembre et janvier, l’Australie a connu la pire inondation de son histoire. Un mois plus tard, l’État australien de Queensland, toujours choqué par l’inondation, a été frappé par un énorme cyclone. En janvier, des inondations au Brésil, ont provoqué des coulées de boue qui ont laissé des dizaines de milliers sans foyer et ont tué plus de 700 personnes. Plus récemment, la pire sécheresse, en plus d’un siècle, a anéanti la récolte de blé et décimé des troupeaux de bétail, au Texas—au moment même où une inondation détruisait des maisons et des fermes, sur les bords du Mississippi. Les États-Unis ont également vu la saison des tornades la plus active et la plus mortelle de leur histoire, et de très loin—et on n’est qu’à mi-chemin.

Et il y a eu l’ébranlement littéral des nations. Un tremblement de terre de magnitude 7,5 en Indonésie a tué 343 personnes, le 25 octobre. Janvier a vu quatre tremblements énormes en Argentine, au Japon, au Pakistan et au Chili. Puis le 22 février, un tremblement exceptionnellement violent (les scientifiques disent d’une sévérité qui ne se voit qu’une fois en mille ans) a rasé une bonne partie de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Moins de trois semaines plus tard est venu le tremblement de magnitude 9, près du Japon, qui a créé un tsunami tueur, qui a fait des dizaines de milliers de victimes, et a causé un désastre nucléaire.

Prêtez-vous attention? Notre monde tremble, et l’intensité des tremblements grandit.

«Si vous voulez savoir où nous en sommes de la prophétie, vous feriez mieux de comprendre pourquoi Dieu ébranle les nations», a écrit M. Flurry dans la brochure sur Aggée. «Cela signifie que vous devez obéir à Dieu, suivre les nouvelles mondiales et prier pour avoir de la compréhension.» 

Tb Ad Fr