Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Pelosi 1198675355 mandelngan%20afp%20getty

ISTOCK.COM/VENCAVOLRAB

Ce à quoi la courtoisie ne ressemble pas

Les mots sont puissants. Mais les actions le sont encore plus.

Nous vivons à une époque de mensonges. Il est vrai que les êtres humains ont toujours pratiqué la tromperie. Mais des mensonges audacieux et une force de volonté se multiplient, notamment chez nos dirigeants. Considérons quelques exemples récents en Amérique.

La présidente de la Chambre des États-Unis, Nancy Pelosi, a déchiré avec mépris sa copie du discours du président sur l'état de l'Union, à la télévision, en direct. Elle a expliqué : « C'était la chose courtoise à faire, compte tenu des alternatives. » En janvier, elle a sévèrement corrigé un journaliste pour avoir suggéré qu'elle détestait le président : « Je ne hais personne. J'ai été élevé d'une manière qui crée un cœur plein d'amour, et je prie toujours pour le président… Je prie pour le président tout le temps. Alors ne plaisante pas avec moi quand il s’agit de mots comme ça. » Peu importe ses actions. Il suffit de la croire sur parole : son cœur est plein d'amour, alors ne plaisante pas avec elle.

L'ironie n'a pas été perdue pour beaucoup de ceux qui ont regardé le discours du président. Alors que le président Trump énumérait une litanie de succès nationaux, les spectateurs et la moitié du Congrès ont applaudi tandis que les démocrates étaient assis, aux visages sérieux, souvent visiblement agités. La plupart des démocrates n'ont trouvés aucune cause pour célébrer la création d'emplois robustes inattendus, des salaires plus élevés et une baisse du chômage afro-américain et hispanique. Ils ne pouvaient pas applaudir les progrès accomplis dans la lutte contre l’épidémie d’opioïdes, le soutien aux soins de santé néonatals, ou la sécurisation de la frontière américaine. Ils n’ont apparemment rien vu de bon dans l’affaiblissement de l’État islamique ou le renforcement des forces armées américaines. Ces législateurs moralisateurs n'ont pas été touchés par les invités et les visiteurs que ce président destitué a invités au Capitole, y compris une jeune fille noire recevant une bourse universitaire et l'un des derniers survivants des Tuskegee Airmen [Aviateurs de Tuskegee].

Le Parti démocrate est fier de sa compassion, de son humanité et de sa charité. Il dit qu'il se bat pour la liberté, la justice, l'égalité, l'équité. Il a un « cœur plein d'amour » pour tout le monde. Ne les jugez pas par leur incivilité flagrante, ou par leur réaction âcre aux preuves de la résurgence actuelle de leur propre nation. Il suffit de les croire sur parole.

Il suffit de les croire sur parole, lors des audiences de mise en accusation, qu'ils respectent la loi et aiment la Constitution. Croyez-les sur parole lorsqu’ils disent qu’ils luttent contre la corruption et les abus de pouvoir, et défendent farouchement une justice équitable et les piliers du gouvernement constitutionnel. Croyez-les sur parole lorsqu’ils disent qu'ils respectent la sagesse des fondateurs : Adams, Jefferson, Madison, Franklin. Croyez-les sur parole lorsqu’ils disent que l’intolérance grossière n'est démontrée que par les républicains. Croyez-les sur parole lorsqu’ils disent que l'acquittement du président Trump marque la ruine tragique de ce qui serait autrement le plus grand pays de l'histoire. Ils aiment la Constitution et ils aiment l'Amérique. C’est ce qu’ils disent.

Pourtant, en janvier, ces mêmes personnes ont précipité leur affaire de destitution par la Chambre des représentants, interdit le contre-interrogatoire des témoins, empêché l'opposition d'appeler des témoins, foulé aux pieds les garanties d'une procédure régulière et refusé au président la possibilité de se défendre. Maintenant, ils enseignent le caractère sacré de rechercher et de diffuser toute la vérité.

Leur transformation soudaine en « constitutionnalistes stricts » est stupéfiante. Pendant des années, la plupart d'entre eux ont applaudi alors que le président précédent a contourné ou ignoré à plusieurs reprises les limites constitutionnelles de son pouvoir. Pendant des années, beaucoup ont loué les villes, les comtés et les États pour avoir catégoriquement refusé de faire respecter et d'appliquer la loi sur l'immigration. Pendant des années, ils ont largement ignoré et excusé les émeutes, la violence et la criminalité pure et simple, comme étant une « réaction naturelle » à l'injustice systémique. Pendant des années, ils ont travaillé pour réécrire l'histoire de l'Amérique en une histoire de honte. Pendant des années, ils ont attaqué les garanties constitutionnelles, notamment la liberté d'expression, la liberté de religion et le droit de porter des armes. Pendant des années, ils ont dénoncé la Constitution elle-même comme archaïque, dépassée, une « charte des libertés négatives », inventée par des propriétaires d'esclaves racistes et sectaires, qui doit être « réinterprété » ou démolis. Les candidats démocrates à la présidentielle trébuchent les uns sur les autres en essayant de prouver qui parmi eux est disposé à agir le plus radicalement pour remodeler le pays en refusant les droits des personnes, en dépouillant les riches et en détruisant des industries entières. Leur état d'esprit est totalement sans loi.

Voici une suggestion : ne les croyez pas sur parole. Regardez ce qu'ils font. Jésus-Christ a mis en garde contre des loups ravisseurs venant dans des vêtements de brebis—et Il a dit : « Vous les reconnaîtrez à leurs fruits » (Matthieu 7 : 15-16). Ils disent qu'ils veulent aider les pauvres, les minorités, les femmes. Mais lorsque le président annonce que 7 millions de personnes n'ont plus besoin de coupons alimentaires, 10 millions ont été retirés de l'aide sociale, la pauvreté noire et le chômage ont atteint leurs niveaux les plus bas de l'histoire, et la main-d'œuvre offre plus de possibilités aux femmes que jamais, regardez ce qu'ils font.

Leur cœur est plein de quelque chose, mais ce n'est pas de l'amour. Jérémie 17 : 9 dit que le cœur humain est trompeur et méchant. Les gens veulent avoir l'air d’être justes et ils peuvent dire n’importe quoi. Les gens aiment s'identifier comme étant aimants, priants, courtois.

Jugez par les fruits.

L'humanité a une histoire illimitée de dissimuler sa corruption dans la justice. Jésus Lui-même l'a vu. Lorsqu'une femme oint Ses pieds avec un parfum coûteux, le noble Judas se leva avec indignation : Cela aurait dû être vendu et l'argent donné aux pauvres ! a-t-il dit. Mais l'évangile de Jean révèle la vérité : Judas ne se souciait pas des pauvres—il était un voleur et voulait empocher l'argent (Jean 12 : 6). Et peu de temps après, il a trahi Jésus—avec un baiser.

« Remarque ceci, Bassanio », dit Antonio dans Le Marchand de Venise, « Le diable peut citer les Écritures pour son but. Une âme maléfique produisant un saint témoignage est comme un méchant avec une joue souriante ; une belle pomme, pourrie au cœur. Oh, que le mensonge a un bon extérieur ! » Oui, Satan lui-même se transforme en un ange de lumière (2 Corinthiens 11 : 14). Il peut appeler le plus grand manque de respect, de la « courtoisie », et la haine la plus insidieuse, de l’« amour ». Ne le croyez pas sur parole.

Tb Ad Fr