Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Darwin

JULIA GODDARD, REESE ZOELLNER/TROMPETTE

Charles Darwin était-il rationnel?

Les évolutionnistes ne veulent pas que vous sachiez la vraie raison pour laquelle le père de l'évolution a abandonné la Bible.

La plupart des gens éduqués au collège pensent que la théorie de l'évolution est une explication rationnelle et scientifique de la création. Ils pensent que le récit de la Création dans la Bible est une religion irrationnelle basée sur la foi. Ils considèrent Charles Darwin comme le scientifique impartial qui a libéré les gens de la superstition religieuse en permettant à l'évidence et à la logique de guider sa pensée.

En 2009, Janet Browne, professeure à Harvard, a exhorté ses auditeurs à utiliser le 200e anniversaire de la naissance de Darwin pour réaffirmer leur foi en Darwin en tant que « figure de proue de la science rationnelle ».

Chaque lycéen et étudiant apprend les idées de Darwin concernant l'évolution. Mais peu d'entre-eux étudient la vie de Darwin lui-même.

Qui était Charles Darwin ? Qu'est-ce qui le motivait ?

Ce que vous êtes sur le point de lire est inconnu de la plupart des gens, même des étudiants en biologie. Les évolutionnistes veulent que cette information demeure secrète !

Le rejet de la Genèse

Charles Darwin naquit en Angleterre le 12 février 1809. Son père n'était pas religieux, et son grand-père, Erasmus Darwin, croyait à la théorie de la transmutation, qui soutient qu'une espèce se transforme en une autre en plusieurs générations. La mère de Charles était une chrétienne unitarienne. Ses parents l'avaient fait baptiser dans l'Église anglicane comme un bébé, et la mère de Charles lui enseignait à prier et à lire la Bible. En grandissant, Charles acceptait les croyances unitariennes de sa mère et allait à l'école de médecine.

Alors qu'il était à l'université d'Édimbourg, Charles lisait les théories de son grand-père sur la transmutation. Il n'en était pas très convaincu. Erasmus Darwin avait écrit que les plantes et les animaux pouvaient transmettre des particularités qu'ils développaient au cours de leur vie à la génération suivante. Il condamna la religion en tant que maladie psychologique. Il condamnait spécialement l'idée que les non-croyants brûleraient pour toujours en enfer.

Charles n'était pas un très bon étudiant et a finalement arrêté ses études de médecine.

Son père l'envoya alors à l'université de Cambridge pour devenir prêtre anglican. Là-bas, Charles étudiait la Théologie Naturelle de William Paley et les trente-neuf articles de religion de l'Église anglicane. Paley critiquait directement l'idée d'Erasmus Darwin selon laquelle les organismes pourraient transmettre des caractéristiques acquises à leur progéniture, en notant que les enfants juifs ne naissent pas circoncis simplement parce que leurs pères le sont. Il offrait aussi une preuve rationnelle de l'existence de Dieu en faisant valoir qu'une création requiert un Créateur, tout comme une montre exige un horloger. Le livre de Paley impressionna profondément Charles. Il écrivit plus tard : « Je ne pense pas avoir à peine admiré un livre plus que la Théologie Naturelle de Paley : anciennement j'aurai presque pu le réciter par cœur. » Mais il n'était pas sûr des trente-neuf articles de religion.

Les Trente-neuf articles déclaraient que Jésus-Christ « était descendu en enfer » après sa crucifixion. Comme son grand-père, Charles détestait l'idée que Dieu torture éternellement les gens. Il pensait que son grand-père pouvait se tromper sur la façon par laquelle un type d'animal se transmue en un autre, mais il commençait à avoir des doutes sur un Dieu qui torturerait éternellement en enfer des gens comme son grand-père. (Pour comprendre ce que la Bible enseigne réellement sur l'enfer, demandez la leçon six du Cours de correspondance biblique : Leçon 06 : Qu’est-ce que « l’enfer » ? )

Après avoir obtenu son diplôme en 1831, l'un des professeurs de botanique de Charles s'arrangea pour qu'il travaille comme naturaliste non rémunéré sur le hms Beagle. Avant le départ du navire, le capitaine du navire donna à Darwin une copie des Principes de géologie de Charles Lyell. C'est alors que ses croyances religieuses ont vraiment commencé à changer.

Charles Lyell était un géologue écossais qui allait devenir plus tard ami avec Darwin. Il détestait la Bible et, selon ses propres mots, il voulait libérer la science « de l'ancienne dispensation de Moïse ». Le livre de Lyell soutenait que les roches et les formations géologiques avaient été formées progressivement par la force naturelle pendant des millions d'années. Il se moquait de l'idée dominante que de telles formations se formaient dans de grandes catastrophes comme le Déluge de Noé.

L'esprit de Darwin était encore aux prises avec des doutes sur ce que l'Église anglicane enseignait sur l'enfer. Il commença donc à accepter certains des arguments de Lyell et reconsidérait les idées de son grand-père sur la transmutation.

« Au cours de ces deux années, j'ai été amené à beaucoup réfléchir sur la religion », écrit Darwin dans son autobiographie. « Alors que j'étais à bord du Beagle, j'étais assez orthodoxe, et je me souviens que plusieurs officiers (bien qu'eux-mêmes étaient orthodoxes) se moquaient de moi pour avoir cité la Bible comme une autorité irréfutable sur un certain point de moralité.... Mais, à ce moment-là [c'est-à-dire de 1836 à 1839], j'en étais progressivement venu à constater que l'Ancien Testament de par son histoire manifestement fausse du monde, avec la tour de Babel, l'arc-en-ciel comme un signe, etc., etc., et qu'elle attribue à Dieu les sentiments d'un tyran vengeur, n'était pas plus digne de confiance que les livres sacrés des Hindous, ou les croyances de tous les barbares.

Le premier chapitre de la Bible, Genèse 1, affirme que Dieu recréa la Terre après qu'elle soit devenue « informe et vide ». Cela signifie que Dieu aurait pu créer la planète il y a des millions d'années. Pourtant, Darwin utilisait quand même l'immensité du temps géologique comme une excuse pour rejeter l'Ancien Testament !

Le rejet du christianisme

Même après avoir rejeté la Genèse, Darwin croyait encore que Dieu créa toutes les formes de vie dans des actes distincts de création. Mais alors qu'il étudiait les pinsons dans les îles Galapagos, il remarqua qu'il y avait différentes variétés de ces oiseaux chanteurs, avec chaque variété qui avait un bec spécial lui permettant de manger différents types de nourriture. En tant que naturaliste, Darwin faisait face à un choix. Il pouvait interpréter ce qu'il voyait comme la preuve que Dieu avait créé différentes formes de becs de pinson. Ou il pouvait aussi interpréter ce qu'il voyait comme une preuve que le bec du pinson avait évolué au fil de nombreuses générations pour s’adapter à leur environnement grâce à une force accidentelle et non guidée.

Au moment où il rentra chez lui, les carnets de Darwin étaient remplis de spéculations sur la transmutation et des réflexions sur la façon dont la Bible n'était pas fiable et contradictoire. Il décida de poursuivre une carrière scientifique.

Il commençait à envisager le mariage avec sa cousine, Emma Wedgwood, et son père lui recommanda de cacher à sa future épouse ses doutes sur la Bible. Charles ignora les conseils de son père et il dit à Emma qu'il croyait en la morale chrétienne, mais doutait que Dieu avait un plan pour l'humanité. Il ne croyait pas à l'Ancien Testament, et il notait que puisque le Nouveau Testament cite la prophétie de l'Ancien Testament, il ne doit pas être vrai non plus.

Plus que toute théorie scientifique sur l'âge des roches ou la forme des becs d'oiseaux, les questions sur l'existence de la souffrance, la cruauté et la douleur alimentèrent les idées de Darwin.

Charles et Emma eurent 10 enfants—trois moururent à l'âge de 10 ans et trois autres ont fini par ne pas avoir d'enfants eux-mêmes. La mort de sa fille préférée, Annie, eut un effet profond sur Charles. Il attribua sa maladie à la consanguinité, puisque lui et Emma étaient cousins germains. Alors qu'il commençait à se demander pourquoi les organismes faibles meurent, il développait ses idées sur la transmutation—les faibles meurent, les forts survivent, et les enfants périssent parce que la nature est cruelle et Dieu a abandonné le monde.

Des décennies plus tard, l'arrière-arrière-petit-fils de Charles Darwin, Randal Keynes, racontait à quel point la mort d'Annie avait affecté profondément la pensée de Charles sur le monde naturel et la lutte pour la vie.

« Après la mort d'Annie, Charles mit fermement la foi chrétienne en question », écrit Keynes dans Annie's Box. « Il n'assistait pas aux services religieux avec la famille ; il marchait avec eux jusqu'à la porte de l'église, mais il les laissait entrer eux-mêmes et se tenait debout pour parler avec le gendarme du village ou marchait le long des ruelles autour de la paroisse. Il croyait toujours fermement en un Créateur divin. Mais tandis que d'autres avaient la foi en la bonté infinie de Dieu, Charles le voyait comme une figure obscure, impénétrable et impitoyable.... Charles continuait à travailler sur les ‘lois de la vie’, mais il était maintenant très conscient de l'élimination des faibles au fur et à mesure que les plus forts survivaient. »

La désillusion de Darwin à l'égard du christianisme traditionnel grandissait depuis des années—même avant la mort d'Annie. De plus, son père « incroyant » était décédé trois ans auparavant, ce qui amena Charles à méditer à nouveau sur le châtiment éternel. Il écrivit plus tard dans son autobiographie : « En effet, je ne vois pas comment quelqu'un devrait souhaiter que le christianisme soit vrai ; car si c'est le cas, le langage clair du texte semble montrer que les hommes qui ne croient pas, et cela inclurait mon père, mon frère et presque tous mes meilleurs amis, seront punis éternellement. Et ceci est une doctrine damnable. »

Charles Darwin, un individu troublé et souffrant, a en effet tourné le dos à la Bible. Ce n'était pas à cause d'une découverte scientifique, mais parce qu'il ne pouvait pas comprendre pourquoi un Dieu aimant, permettrait aux gens de souffrir et finalement de mourir, seulement pour être torturé éternellement dans le feu !

Le rejet de Dieu

Après la mort d'Annie, Darwin a finalement commencé à transformer ses carnets de « transmutation » en un livre intitulé L'Origine des espèces. Il remplaça « transmutation » par « évolution » puisque ce terme semblait plus scientifique. Il affirmait qu'une espèce se transforme graduellement en une autre au cours de plusieurs générations à mesure que les faibles meurent et que les forts survivent. Il appela cela la théorie de la « sélection naturelle ». Son ami Herbert Spencer la qualifiait de « survie du plus apte ». Cette théorie n'offrait aucune explication quant à la façon dont de nouveaux traits sont créés, mais Darwin espérait désespérément qu'un futur scientifique découvrirait une explication.

Il ne voulait pas croire en Dieu.

Sept ans après que Darwin ait publié L’Origine des espèces, une dame lui écrivit pour lui demander si elle pouvait ou non croire en Dieu et en l'évolution. Charles répondit : « Il m'a toujours paru plus satisfaisant de considérer l'immense quantité de douleur et de souffrance dans ce monde comme le résultat inévitable de la séquence naturelle des événements, c'est-à-dire des lois générales, plutôt que de l'intervention directe de Dieu. »

C'est pourquoi Darwin rejetait la Bible. Son livre, L'Origine des espèces, n'a jamais été basé sur la science rationnelle. Il s'agissait d'une hypothèse obscure sans fondement sur la raison pour laquelle la douleur et la souffrance existent.

À la fin de sa vie, Charles disait qu'il était agnostique, quelqu'un qui pense que l'existence de Dieu est inconnaissable. Il avait du mal à expliquer comment la vie pouvait naître de la matière non vivante. « Je ne sais pas quoi dire », écrivait-il à un instituteur de Liverpool qui lui avait demandé son opinion sur l'existence de Dieu. « Bien qu'aucune preuve digne d'intérêt, à mon avis, n'ait encore été avancée en faveur d'un être vivant développé à partir de matière inorganique, je ne peux cependant pas m'empêcher de croire que cette possibilité sera démontrée un jour conformément à la loi de la continuité.... Si jamais on découvre que la vie peut provenir de ce monde, le phénomène vital relèvera d'une loi générale de la nature. Si l'existence d'un Dieu conscient peut être prouvée à partir de l'existence des soi-disant lois de la nature... est un sujet compliqué, sur lequel j'ai souvent réfléchi, mais que je ne peux pas clairement voir. »

Près de 140 ans plus tard, aucun scientifique n'a produit des « preuves qui valent quoi que ce soit » montrant comment un organisme vivant peut se développer à partir de matière inorganique. Les êtres vivants ne proviennent que d'autres êtres vivants.

Darwin n'a jamais découvert la preuve qu'un type d'animal pouvait évoluer en un autre. Toutes ses théories étaient les pensées confuses d'un homme torturé, pleurant la perte de sa fille et hanté par la pensée que son grand-père, son père, son frère et ses amis étaient éternellement punis dans le feu de l'enfer !

Le rejet du rationnel

Charles Darwin était un individu troublé et peiné, induit en erreur par les chefs religieux de son époque sur ce que dit la Bible. Pendant la majeure partie de sa vie adulte, il souffrait de crises d'anxiété. Les palpitations cardiaques accompagnaient ces attaques, tout comme l'essoufflement, les vomissements, des sentiments de malheur imminent et des pleurs hystériques. Il écrivit à son médecin en 1865, six ans après avoir terminé L’Origine des espèces, se plaignant que ses crises de vomissements étaient souvent « précédées par des bourdonnements d'oreilles, des piétinements et des visions... »

Un débat médical sur ce qui n'allait pas avec Darwin fait rage depuis plus d'un siècle. Mais une étude publiée en 1997 dans le Journal of the American Medical Association [Journal de l’Association médicale américaine] conclut qu'il n'aurait peut-être jamais révolutionné la science moderne avec sa théorie de l'évolution s'il n'avait pas souffert d'une maladie mentale chronique.

« Sans cette maladie, sa théorie de l'évolution n'aurait peut-être pas été la passion dévorante qui donna naissance à L’Origine des espèces », ont écrit Thomas Barloon et Russell Noyes dans leur étude.

C'est un aveu surprenant ! La théorie de l'évolution au moyen de la sélection naturelle constitue le fondement de la science moderne. Pourtant, il n'y a aucune preuve scientifique de cette théorie. Elle a été conçue par un homme déprimé à la recherche de réponses à certaines des plus grandes questions de la vie. Soulignant que Darwin est arrivé aux mauvaises conclusions n'est pas une attaque personnelle contre lui. Cependant, il est important de se rendre compte, que les athées intellectuels et les promoteurs d'idées évolutives prétendent que les croyances de Darwin sont rationnelles alors qu'elles ne le sont pas.

Le franc-parler de l'athée Richard Dawkins dit : « Darwin donne le courage au reste de la science que nous finirons par comprendre littéralement tout, jaillissant de presque rien—une pensée extrêmement difficile à comprendre et à croire. » Pourtant, Darwin ne comprenait presque rien et mourut incertain de sa propre théorie.

Même les scientifiques reconnaissent que la théorie d'Erasmus Darwin sur l'héritage des caractéristiques acquises est totalement fausse. La théorie de l'évolution de Charles Darwin au moyen de la sélection naturelle n'explique pas comment de nouvelles informations génétiques sont créées. L'évolution n'explique absolument pas l'origine de la vie et la biodiversité de notre monde.

Ce que les évolutionnistes promeuvent n'est pas la science. C'est une croyance irrationnelle que la vie peut se développer spontanément à partir de la matière morte, et qu'un type d'animal peut se transformer en un autre type d'animal.

Sans aucune preuve ni connaissance scientifique que ce soit, les promoteurs d'idées évolutives croient ce qu'ils veulent croire, parce qu’ils refusent, avec un esprit rebelle, de croire la vérité.

C'est pourquoi la Bible proclame : « L'insensé dit en son cœur : Il n'y a point de Dieu ! » (Psaume 14 : 1).

La science rationnelle est basée sur le fait indéniable qu'un Créateur rationnel a conçu l'univers. Lorsque vous rejetez ce fait indéniable, vous rejetez la rationalité elle-même et commencez à embrasser des croyances insensées. Dans la Bible que Darwin rejetait, l'apôtre Paul explique comment ceux qui refusaient de reconnaître Dieu deviennent des insensés.

« Car la colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et injustice des hommes, qui par leur injustice suppriment la vérité. Car ce que l'on peut savoir sur Dieu est clair pour eux, parce que Dieu le leur a fait connaître. Car ses attributs invisibles, c’est-à-dire sa puissance éternelle et sa nature divine, ont été clairement perçus, depuis la création du monde, dans les choses qui ont été faites. Ils sont donc sans excuse. Car bien qu'ils connaissaient Dieu, ils ne l'honoraient pas comme Dieu ou ne lui rendaient pas grâce, mais ils devinrent futiles dans leur pensée, et leur cœur insensé a été obscurci. Prétendant être sages, ils sont devenus fous.... Et puisqu'ils n'ont pas jugé bon de reconnaître Dieu, Dieu les a livrés à un esprit dépravé pour faire ce qui ne devrait pas être fait » (Romains 1 : 18-22, 28 ; Version standard anglaise).

La foi de Darwin dans la Bible a été affaiblie par une religion qui prétendait enseigner la Bible, mais qui enseignait des superstitions païennes sur l'enfer et la confusion sur les raisons pour lesquelles Dieu permet la souffrance humaine. Mais une fois qu'il a cessé de reconnaître Dieu, il est devenu un insensé.

Il ne s'agit pas d'une attaque personnelle contre Darwin ou ceux qui croient à ses théories. C'est simplement une question de fait.

L'évolution n'est pas une science. C'est une religion laïque—une croyance ; une foi—basée sur le dogme selon lequel les forts gouvernent les faibles ; seuls les plus aptes survivent. En supprimant la vérité, l'évolution est devenue la religion des fous !

L'évolutionniste dont vous n'avez probablement pas entendu parler

Posez la question à presque n’importe qui pour savoir qui est le plus responsable de l'intégration de la pensée évolutive, et ils répondront probablement Charles Darwin. Pourtant, un naturaliste nommé Alfred Russel Wallace proposa presque exactement la même théorie à la même époque. Son article fut présenté à la Société linnéenne le 1er juillet 1858, le jour même où le document de Darwin était présenté.

Pourquoi n'entendez-vous pas parler d'Alfred Wallace ?

Wallace était autrefois considéré comme un « expert » de premier plan en matière de répartition géographique des animaux. Contrairement à Darwin, qui passait la majeure partie de sa vie à la maison, Wallace faisait de vastes travaux sur le terrain étendu dans la forêt tropicale amazonienne et l'archipel malais. Il avait lu des articles sur la « transmutation » et espérait découvrir la preuve de l'idée, dans la jungle.

Après sept ans d'études, il ne pouvait toujours pas trouver une façon par laquelle un type d'animal pourrait évoluer vers un autre. Puis, en février 1858, Wallace subit une grave crise de fièvre tropicale dans le village de Dodinga, sur une île indonésienne isolée. La fièvre l'amena à éprouver des visions et des hallucinations sur l'évolution. Lorsqu'il fut rétabli, il croyait que les animaux évoluent « perpétuellement » en s'adaptant à leur environnement. Il écrivit un journal ce mois-là et l'envoya à Charles Darwin avec une note lui demandant de le montrer à Charles Lyell.

Darwin avait l'intention d'attendre plus longtemps avant de publier l'Origine des espèces. Mais quand il découvrit que Wallace en était venu indépendamment aux mêmes idées que les siennes, il a rapidement écrit un article de journal sur l'évolution qui pourrait être présenté à la Société linnéenne en même temps que le journal de Wallace cet été-là.

Ces deux documents ont secoué le monde scientifique, mais le nom de Wallace s'est estompé dans l'obscurité peu de temps après la publication de son article. Il avait expérimenté l'hypnotisme dans sa jeunesse, et ses hallucinations vives sur l'évolution le laissaient curieux sur le spiritisme. Après son retour en Angleterre, il a commencé à assister à des séances. Il rendit visite à un photographe qui prit une « photo de son esprit » avec « l’esprit » de sa mère décédée depuis longtemps. Et il a publiquement défendu les médiums spiritualistes contre les allégations de fraude.

La défense publique pour le spiritisme par Wallace a mis à rude épreuve sa relation avec Darwin et d'autres scientifiques, qui craignaient que Wallace allait discréditer toute la théorie de l'évolution. Vous n'entendez pas beaucoup parler de Wallace aujourd'hui parce qu'il attribuait ses hallucinations à une intervention spirituelle, tandis que Charles Darwin attribuait ses propres hallucinations à une maladie physique non diagnostiquée. Malgré les différences entre les hallucinations de Darwin et celles de Wallace, il est particulièrement intéressant de noter que ces deux « grands experts », faisant la promotion du concept évolutif, en réalité, hallucinaient !

Les dangers de la vanité intellectuelle

Par Gerald Flurry

Il n'est pas surprenant que la plupart des scientifiques, aujourd'hui, rejettent le Créateur. Après tout, certains qui vivaient à l'époque du Christ insultaient et niaient le Fils de Dieu dans la chair. « Et toi, Capernaüm, seras-tu élevée jusqu'au au ciel ? Non. Tu seras abaissée jusqu'au séjour des morts ; car si les miracles qui on été faits au milieu de toi avaient été faits dans Sodome, elle subsisterait encore aujourd'hui » (Matthieu 11 : 23). Ceux de Capernaüm étaient « exaltés jusqu'au ciel », remplis de vanité intellectuelle. Ils ne voulaient même pas être enseignés par Jésus-Christ ! C'est le problème des savants, des scientifiques et de l'homme en général.

« C'est pourquoi je vous le dis : au jour du jugement, le pays de Sodome sera traité moins rigoureusement que toi » (verset 24). La vanité intellectuelle est plus dangereuse que les péchés sexuels de Sodome !

Considérez : La civilisation moderne a d'énormes quantités de connaissances, certaines bonnes, d'autres mauvaises—et nous constatons que notre plus grand problème aujourd'hui est de savoir si oui ou non la race humaine survivra même !

« En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants » (verset 25). Dieu garde délibérément la plupart des scientifiques, des intellectuels et la grande majorité de l'humanité sous un voile d'ignorance. Seulement une petite minorité de gens humbles et enseignables peuvent recevoir la vérité de Dieu.

« Mon peuple est détruit, parce qu'il lui manque la connaissance », dit Dieu (Osée 4 : 6). Cela ne fait clairement pas référence à la connaissance physique : les êtres humains l'ont en abondance. Les gens manquent cruellement de la connaissance de Dieu.

L'humanité n'est tout simplement pas équipée pour résoudre les problèmes du monde. La connaissance physique—le bien mélangé avec le mal—ne suffit pas ! Il nous manque l'Esprit de Dieu, qui se combine à l'esprit humain pour donner aux êtres humains une compréhension réelle, une compréhension qui peut réellement commencer à résoudre nos maux. Sans l'Esprit de Dieu, l'esprit charnel est naturellement hostile envers Dieu (Romains 8 : 7) et incapable de résoudre ses maux.

« Mais heureux sont vos yeux, parce qu'ils voient, et vos oreilles, parce qu'elles entendent ! Je vous le dis en vérité, beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l'ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l'ont pas entendu » (Matthieu 13 : 16-17). Ceux que Dieu bénit avec cette compréhension possèdent la seule vraie liberté académique.

La science n'a fait qu'effleurer la surface de l'immense merveille qui remplit l'univers. Mais une merveille supérieure est sur le point de revenir sur Terre dans la personne de Jésus-Christ Lui-même ! Il écourtera la souffrance de l'homme et établira le Royaume de Dieu. C'est la vision pour laquelle nous devrions tous vivre.

Fr Dge