Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

11688

Hulton Archive/Getty Images

Comment l’Empire a aidé le monde

Empire est un gros mot dans l’esprit de la plupart des universitaires et des experts modernes, même quand il fait référence à l’ère coloniale de la Grande-Bretagne.

« Tous les empires, par définition, sont des affaires qui sont maladroites, désordonnées, tyranniques et bureaucratiques », a dit l’auteur britannique Felix Dennis. Debasish Mitra, éditeur du Times of Oman a dit : « L’histoire ne ment pas, et elle dit… le règne colonial britannique a été excessivement cruel—une saga criante de violation des droits de l’homme ».

L’Empire britannique était-il « excessivement cruel » et « tyrannique » ? N’était-il pas différent des empires babylonien, perse, gréco-macédonien, romain ou mongol qui étaient avant lui ? A-t-il opéré dans le même esprit que l’empire nazi et le Japon impérial ?

Personne ne prétend que l’impérialisme britannique était parfait. Il était administré par des hommes, et tous les hommes gouvernent de manière imparfaite. Mais l’histoire, en fait, ne ment pas, et considérer objectivement l’Empire britannique donne le reflet d’une domination qui contraste nettement par rapport à d’autres empires. Dans l’ensemble, il n’était pas cruel. C’était une force civilisatrice qui a profité à l’humanité.

Les bénédictions les plus significatives que l’Empire britannique a apportées au monde ont été le règne de la loi, de la liberté, de la moralité et de l’éducation. Avec celles-ci, il a arraché de la misère, de l’obscurité et de l’oppression des millions de gens dans le monde entier. Cependant, il y a eu des avantages supplémentaires de nature purement matérielle que chaque nation a partagés à travers les bénédictions données par Dieu à Éphraïm. Cet article examine trois des moyens par lesquels l’Empire britannique a servi le monde.

La révolution industrielle et le libre-échange

Dans la majeure partie de l’histoire humaine, le revenu moyen par individu n’a pas beaucoup augmenté. Les historiens de l’économie disent, qu’autour de l’an 1 apr. J.-C., il était de 1,30 dollar par jour selon les valeurs modernes. Vers l’an 1000 apr. J.-C., ce chiffre était tombé en fait à 1,23 dollar. En 1750, il était monté à environ 1,75 dollar.

L’économiste britannique, Thomas Malthus, était sur la scène aux alentours de cette époque. Il a fait la sombre prédiction selon laquelle la population mondiale dépasserait bientôt la production alimentaire, rendant tous encore plus pauvres qu’ils ne l’étaient déjà. Malthus avait raison quant à la croissance démographique—elle a augmenté rapidement, peu de temps après sa mort. Mais il avait tort pour le reste.

De 1750 à 2009, le revenu quotidien moyen a augmenté 11 fois—bondissant de 1,75 dollar à 20 dollars par jour.

Quand le revenu s’élève, presque tous les indicateurs physiques du bien-être humain s’améliorent également : l’espérance de vie, le niveau des désirs, la mortalité infantile, l’alphabétisation, l’éducation, la liberté économique et le taux de travail des enfants. « Jamais auparavant les indicateurs du succès de l’espèce humaine n’ont été à la hausse aussi rapidement que dans le dernier quart du millénaire passé », a écrit l’expert Indur Goklany, du Cato Institute.

Est-ce une coïncidence si ces profits, sans précédent pour l’humanité, sont survenus à l’époque de l’Empire britannique ? Ils sont le résultat de la révolution industrielle et des avancées associées de la technologie et de la science. Ils ont résulté du plus grand marché de libre-échange dans le monde entier. Et qui a mené cette révolution et disséminé ses principes à l’échelle mondiale ? Qui a ouvert le libre-échange international ? En grande majorité, c’étaient les Britanniques.

Les empires massifs qui se sont élevés avant la Grande-Bretagne ont eu un effet nul sur l’augmentation du revenu moyen par personne. Les dirigeants au sommet ont accru leurs richesses, mais leurs sujets sont devenus plus pauvres dans l’ensemble. Les données irréfutables montrent que pour l’Empire britannique c’était l’opposé.

Certains de ces profits massifs pour l’humanité sont survenus après que le soleil s’est, pour l’essentiel, couché sur l’Empire britannique. Mais ils sont encore le résultat des répercussions économiques émanant des jours de gloire de cet empire et des initiatives que les Britanniques ont menées.

Infrastructure et technologies essentielles

Dans toutes les nations où les Britanniques ont développé l’empire, ils ont construit des routes, des chemins de fer, des ports, des édifices, ont produit de l’énergie, ont monté des systèmes d’irrigation, des réseaux de communication, des systèmes sanitaires et une infrastructure qui a accru la production agricole.

En Inde, les Britanniques ont dépensé généreusement pour développer et améliorer les anciens systèmes d’irrigation du pays. Entre 1891 et 1938, la quantité de terre sous irrigation a plus que doublé. Les Britanniques ont, également, construit de vastes systèmes de télégraphie et de distribution de courrier, et plus de 64 000 kilomètres de lignes de chemin de fer. Ceux-ci ont créé des millions
d’emplois pour les Indiens.

« Le règne britannique semble avoir fait de loin bien plus que ses régimes prédécesseurs et les régimes indiens contemporains », a écrit Tirthankar Roy dans The Economic History of India [L’histoire économique de l’Inde]. « Les chemins de fer, les ports, les systèmes d’irrigation importants, le télégraphe, le système sanitaire et les soins médicaux, les universités, le système postal, les cours de justice étaient des actifs que l’Inde n’aurait pu acquérir, de manière crédible, dans une telle mesure et avec une telle qualité si elle n’avait développé des liens politiques proches avec la
GrandeBretagne. »

La même chose était vraie des colonies britanniques partout sur la planète.

Parlez-vous anglais ?

L’Empire britannique a également servi le monde en lui donnant une langue commune. L’anglais est la langue étrangère la plus communément étudiée du monde. C’est la langue des médias du monde entier, et la langue officielle pour les communications maritimes et aéronautiques. Plus de 2 milliards de personnes—presqu’un individu sur trois—le parlent tous les jours. Il joue un rôle crucial dans l’intégration des économies du monde, permettant aux idées de sauter facilement de pays en pays. Sans cette « langue mondiale », la plupart des pays en voie de développement seraient en grande partie incapables de profiter de l’industrialisation et de l’avancement technologique dans d’autres parties du monde.

Et la diffusion de l’anglais a commencé entièrement avec l’expansion de l’Empire britannique.

Outre ces contributions essentielles, l’Empire britannique a également donné un gouvernement représentatif mondial ; la défense contre la tyrannie nazie ; la littérature de Shakespeare, de Milton et de Dickens ; l’abolition de l’esclavage ; l’éducation vitale ; et la preuve de l’existence de Dieu.

« Nulle organisation dans l’histoire », a écrit Niall Ferguson dans Empire, « a fait plus pour promouvoir la libre circulation des marchandises, du capital et du travail que l’Empire britannique... Et aucune organisation n’a fait plus pour imposer des normes occidentales de loi, d’ordre et de gouvernement autour du monde… Il semble plausible que l’empire ait amélioré le bien-être mondial—entre autres, c’était une bonne chose.