Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Homosexual

iStock.com/Pekic

Des écoles chrétiennes se font dire de permettre des clubs homosexuels–ou de fermer

Le lobby homosexuel continue de tenter de forcer sa volonté dans toutes les écoles, partout.

Deux écoles chrétiennes privées en Alberta, au Canada, doivent établir des clubs pour homosexuels, a décrété le ministre de l'éducation de la province, David Eggen, le 23 mars.

John Carpay, l'avocat des deux petites écoles de campagne, a répliqué que les écoles « ne permettraient pas aux clubs d'opérer s'ils n'étaient pas en accord avec leurs croyances religieuses. »

La Société Baptiste d'Éducation Indépendante préside sur ces deux écoles albertaines. Alléchée par les promesses de financement, la société s'est reliée d’elle-même au système d'écoles publiques de façon limitée. L'Alberta subventionne maintenant la société à 70 pour cent.

Bien que ces deux petites écoles chrétiennes aient cédé à toutes les demandes de réglementation qui leur ont été imposées dans cette entreprise de financement, Eggen requiert maintenant qu'ils établissent des clubs de « l'Alliance Gay–Straight ». En réalité, établir ces clubs est seulement exigé par la loi sur l’éducation si un ou plusieurs étudiants le demandent. Eggen cependant, exige leur établissement, même sans aucune demande du corps étudiant, et menace de fermer les écoles si elles résistent.

Ce n'est pas un environnement « sécuritaire » pour tous les étudiants, et il y a une attitude « hostile » envers les personnes LGBTQ (lesbiennes, gay, bisexuelles, travesties et queer [ou bizarres]), a dit Dan Scott, un avocat envoyé par Eggen pour enquêter dans les écoles. Les écoles étaient dirigées par des gens « sincères » et aimants, a-t-il dit, mais elles n'offrent pas un environnement respectueux pour les LGBTQs.

« Les commentaires de l'école Baptiste indépendante étaient très inacceptables et alarmants pour plusieurs Albertains, donc nous devons nous assurer que nous pouvons corriger ceci, » a répondu Eggen.

L'insistance de l'Alberta pour ce qui est considéré de l'endoctrinement pro-homosexuel dans une école chrétienne fait partie d’une guerre culturelle sur les morales traditionnelles et la vie familiale.

Joël Hilliker écrit dans notre livret gratuit Redefining Family [Redéfinir la famille—seulement disponible en Anglais, pour le moment] :

La résistance à l'homosexualité aujourd'hui est la plus faible parmi les jeunes gens. …

Ces jeunes gens ont grandi dans un monde qui traite de plus en plus l'homosexualité non seulement comme normale, mais désirable. De plus, les militants homosexuels ont spécifiquement ciblé les gens aussi jeunes que possible en travaillant à s'assurer que le style de vie homosexuel est promu dans les écoles publiques.

Considérez ce qui s'est produit en Grande-Bretagne. En 1988, la première ministre Margaret Thatcher a présenté une loi qui interdisait aux conseils locaux d'utiliser l'argent des contribuables pour financer tout projet qui démontrait que les relations homosexuelles étaient normales, et qui faisait la promotion « de l'enseignement … de l'acceptation de l'homosexualité comme une relation prétendument familiale » illégal dans les écoles. …

En 2003, à peine 15 ans après que cette loi eut été votée, le Premier ministre Tony Blair l'a fait retirer. Dans les années qui ont suivi, le gouvernement britannique a réécrit les curriculums des écoles publiques non seulement pour tolérer, mais même pour soutenir le style de vie homosexuel, lesbienne, bisexuel et transgenre. Et en mesure supplémentaire sur la façon dont les choses changent rapidement, en 2009, le dirigeant du parti conservateur David Cameron—le principal dirigeant politique « conservateur » de la Grande-Bretagne—est allé aussi loin d'émettre des excuses au nom de son parti pour avoir même fait voter la loi en premier lieu.

Mais ceci n'est pas seulement un phénomène britannique ou canadien. Cela a atteint les États-Unis aussi. M. Hilliker continue :

En 2007, le Sénat de l'État de la Californie a voté « en faveur d'une loi qui requiert les écoles de présenter l'homosexualité, la bisexualité et la transsexualité comme étant des choix positifs aux enfants » tout au long de leur programme scolaire, de la garderie jusqu'à leur graduation. En 2011, le gouverneur de la Californie Jerry Brown a signé une loi qui exigeait les écoles publiques d'enseigner les étudiants sur les contributions des « Américains lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres » à l'histoire américaine.

Cette même année, la ville de New York a adopté un nouveau curriculum d’éducation sexuelle, obligatoire pour les étudiants intermédiaires et secondaires, qui fait ouvertement la promotion de l'homosexualité. Les textes scolaires dirigent les étudiants vers un site Web de référence qui célèbre de nombreux aspects de l'homosexualité, la pornographie, les actes sexuels à partenaires multiples et encore plus. Sur une page, un lecteur demande comment il peut savoir s'il est ou n'est pas homosexuel ; la réponse l'encourage à « explorer » la réponse pour lui-même, et dit, « La route vers la paix intérieure n'est pas toujours facile et calme, mais elle vaut le déplacement. Avance vers la lumière. » Une autre lectrice ayant la même question sur elle-même reçoit cette réponse : « Votre désir, de contempler et possiblement explorer vos sentiments et attractions sexuels, est essentiel pour vous apporter la satisfaction et la paix d'esprit, soit dans la chambre à coucher ou à l'extérieur (ou le salon, ou la voiture, ou peu importe l'endroit de votre choix). » Comment les lecteurs de ce site font-ils cette exploration ? Il y est inclus une liste de sites Web et de groupes où ils peuvent rencontrer d'autres homosexuels. Les livres de classe qui dirigent les étudiants vers ce site Web sont offerts à des enfants aussi jeunes que 11 ans.

Ce sont des instructions publiques pour nos enfants financées par les payeurs de taxes, dirigés spécifiquement à s'assurer qu'ils sont des véritables croyants de la cause homosexuelle, sinon des participants à ce style de vie.

Maintenant, ce mouvement à travers le monde travaille à s'assurer que le même endoctrinement fait son chemin dans les écoles généralement hors d'atteinte du gouvernement, telles que des écoles privées ou religieuses, et même des familles qui enseignent à la maison.

En 2012, l'Alberta a voté une loi qui rendait illégal, pour les parents qui faisaient l'éducation à la maison, d'enseigner que les actes homosexuels sont un pêché dans leur programme académique—bien que la loi n'allait pas aussi loin que de restreindre ce qui pouvait être enseigné dans la vie de famille à l'extérieur des cours.

Le jugement impliquant les deux écoles d'Alberta n'est que le dernier dans une marche régulière d'initiatives pour changer radicalement le mariage et la vie familiale. 

No Fr