Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

New%20coaliion...%20

JOHN MACDOUGALL/AFP/GETTY IMAGES

Est-ce qu’une autre grande coalition peut résoudre les problèmes de l’Allemagne ?

Des mois sans un gouvernement stable en Allemagne sont sur le point de prendre fin, mais ses problèmes vont certainement continuer.

Après des mois d'incertitude, l'Europe a poussé un soupir de soulagement le 4 mars. L'Union chrétienne-démocrate (cdu/csu) et le Parti social-démocrate (spd) en Allemagne ont convenu de former un autre gouvernement de grande coalition. Les électeurs du spd ont approuvé le contrat de coalition nouvellement écrit avec 66 pour cent en sa faveur. Si tout se passe comme prévu, le nouveau gouvernement sera intronisé le 14 mars.

Mais la formation de la coalition ne met pas fin au dilemme politique de l'Allemagne. Les parties doivent maintenant travailler ensemble pour gouverner, car les problèmes urgents de l'Allemagne et de l'Europe sont sous leurs yeux.

Un gouvernement aussi divisé peut-il résoudre les défis historiques de la nation?

Les derniers mois ont montré que le reste de l'Europe dépend du leadership allemand. L'Allemagne a besoin d'un gouvernement fort pour faire face aux défis internationaux qui l'attendent, ainsi qu'à ses propres problèmes intérieurs. Mais ses partis au pouvoir manquent d'unité, de leadership et de soutien du peuple.

Dans chacun des trois partis qui sont sur le point d'entrer dans le gouvernement de coalition, les principaux dirigeants du parti ont perdu un pouvoir important. L'Allemagne peut donner l'impression qu'elle a finalement atteint un gouvernement stable, mais à l'intérieur, elle est dans une crise terrible de leadership. Comment ces partis peuvent-ils diriger la nation alors qu'ils sont eux-mêmes gravement désunis ?

Le CDU

Le parti le plus fort de la coalition est l'Union chrétienne-démocrate, dirigée par la chancelière Angela Merkel. Mais des rebelles à l'intérieur se lèvent et divisent le parti.

Le cdu est divisé en deux camps : les conservateurs et ceux qui sont plus libéraux. Sous la direction de Merkel, le parti s'est déplacé de plus en plus vers le centre politique. Pendant des années, Merkel a été en mesure de plaire les conservateurs et empêcher tout soulèvement de diminuer son pouvoir. Cependant, la crise des réfugiés, en cours à travers l’Europe, a radicalement changé ceci. Elle est maintenant confrontée à une forte opposition de la part des conservateurs, surtout en matière d'immigration. Mais personne n'a été disposé à se révolter ouvertement contre elle—pour l'instant. Mais ses jours en tant que dirigeante sont comptés—c'est seulement une question du nombre de jours, grand ou petit—et le cdu est déjà en train de planifier pour le monde après Merkel.

Merkel a perdu du soutien non seulement au sein de son propre parti, mais aussi parmi ses partenaires de la coalition. Les commentateurs et les politiciens de la cdu s'attendent à ce que son nouveau mandat de chancelière soit de courte durée.

Le CSU

Le parti frère du cdu dans l'État de Bavière est l'Union chrétienne-sociale (csu). Horst Seehofer est le chef actuel du parti du csu et le premier ministre de Bavière. Mais son pouvoir a considérablement diminué et il pourrait faire face à des résultats dévastateurs dans les élections de l'État de Bavière cet automne. Alors Seehofer a annoncé qu'il démissionnerait en tant que premier ministre de la Bavière. Le nouveau premier ministre sera un autre membre important du csu, Markus Söder. Mais Seehofer continuera à diriger le csu à Berlin.

Depuis des années, Seehofer et Söder ont lutté pour la direction du csu et de la Bavière. L'entourage du pouvoir de Seehofer avait été assez fort jusqu'à présent pour empêcher la montée d'un quelconque successeur, mais le niveau historiquement bas lors des élections fédérales de 2017 a inversé les rôles en faveur de Söder. Mais Söder n'avait pas assez de soutien pour détrôner complètement Seehofer. Seehofer a donné à Söder la fonction de premier ministre, mais a gardé la direction du csu. La Bavière est maintenant divisée entre deux rivaux.

Historiquement, la csu a été le seul parti à gouverner la Bavière. Mais cet héritage est menacé si le parti obtient un autre résultat électoral dévastateur comme il l'a fait lors des élections fédérales de septembre. Une telle défaite jetterait le parti dans la tourmente.

Le SPD

Mais le parti de la coalition qui a souffert la pire crise politique, c'est le Parti social-démocrate. Auparavant le parti a rejoint Merkel dans une grande coalition. Il était dominé par la cdu/csu de Merkel et sa popularité a chuté. Sigmar Gabriel a remis la direction du parti à Martin Schulz avant les élections fédérales de Septembre. Gabriel devint alors ministre des Affaires étrangères de l'Allemagne.

Schulz, qui est un ancien président du Parlement européen, était considéré comme le nouvel espoir du spd. Mais après que la grande euphorie se soit calmée dans ses sondages de popularité et que les électeurs aient déposés leurs bulletins de vote aux élections fédérales, le spd a fait face à une réalité choquante. Il n'a remporté que seulement 20% des voix : son pire résultat depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Schulz déclara qu'il reconnaissait que les électeurs qui ont quitté le spd lui envoyaient un message, et il a dit que le parti n'entrerait pas dans une autre grande coalition avec la cdu/csu. Mais après que les négociations de coalition, entre la cdu/csu, le Parti démocratique libéral et le Parti vert, ont échoué, le spd a été persuadé de tenter à nouveau la grande coalition. Schulz manqua à sa promesse, abandonna la direction du parti, et annonça qu'il servirait comme ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de la grande coalition. L'ancien chef du parti Gabriel a reçu les nouvelles avec un grand mécontentement, et après une dispute publique et de la pression interne du parti, Schulz abandonna également le poste de ministre des Affaires étrangères et quitta l'arène politique.

Le spd a perdu tant de partisans et la droite alternative für Deutschland (afd)spd a remis sa direction à Olaf Scholz, le premier maire de Hambourg, en tant que président par intérim. Il partage actuellement le leadership du spd avec Andrea Nahles, chef du groupe parlementaire du parti. Dans le nouveau gouvernement qui sera investi le 14 mars, Scholz servira comme vice-chancelier et ministre des Finances.

Un autre partenaire de la coalition, un autre parti en pleine agitation.

Plus de problèmes à venir

Les partis traditionnels de l'Allemagne luttent pour garder la tête hors de l'eau. Les trois partis s'efforceront de faire passer leur propre agenda pour faire plaisir à leurs électeurs en cette période critique. Cela a presque failli de faire échouer les négociations de coalition et rendra le gouvernement plus difficile.

L'agitation politique de l'Allemagne est loin d'être terminée. Le nouveau gouvernement de l'Allemagne manque d'unité et luttera pour résoudre les problèmes auxquels fait face la nation, et l'Europe dans son ensemble. La crise des réfugiés est toujours en ébullition au Moyen-Orient, les crises financières en Europe pourraient s'intensifier à tout moment, et tous les yeux reposent sur l'Allemagne.

Mais comment le nouveau gouvernement de l'Allemagne peut-il mener l'Europe à relever les défis de 2018 si elle ne peut même pas se gouverner ? L'Allemagne est prise dans une crise terrible de leadership. Cette crise va transformer considérablement l'Allemagne.

Les Allemands réclament du changement mais ne sont pas entendus. L'Europe a grand besoin de direction, mais l'Allemagne réagit à contrecœur. Mais la prophétie biblique montre que les cris du peuple et de l'Europe seront entendus. Ce sera au milieu de l'agitation politique, telle que nous la voyons aujourd'hui, que l'homme fort de l'Allemagne se lèvera.

Le rédacteur en chef de la Trompette, Gérald Flurry, écrit dans sa brochure Un dirigeant allemand fort est imminent , « Daniel 11 : 21 prophétise que ce chef fort arrivera au pouvoir ‘par des flatteries’—probablement pas par des votes, mais par une certaine sorte de gouvernement de coalition. Nous devons surveiller attentivement l'Allemagne et l'Europe. Bien que la prophétie biblique nous donne les grandes lignes sur la façon comment cela se déroulera, nous n'en connaissons pas les détails. »

Il serait faux de penser que la formation de la coalition allemande mettra fin aux bouleversements politiques de la nation. Les prochaines semaines vont montrer que les problèmes ne feront que de s’accroître. Gardez les yeux sur l'Allemagne et vous trouverez que l'avertissement de la Trompette est vrai. 

Lead Ad Fr