Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Adolf hitler 45

By Roto3'14/Wikimedia Commons

Hitler et le Saint Empire romain (première partie)

L’Allemagne et le Saint Empire romain : Chapitre quatre

La suite provenant de L’Empire Romain Profane (deuxième partie)

Quand Adolf Hitler etait age de 17 ans, un changement radical se produisit dans sa vie. Un ami intime de Hitler fut profondément secoué par sa voix. Voici une citation d’un livre intitulé: The Psychopathic GodAdolf Hitler, par Robert G. L. Waite (c’est moi qui souligne): «Après avoir regardé fixement son ami durant une minute, il commença à parler. ‘Jamais auparavant, et jamais plus, je n’ai entendu Adolf Hitler parler comme il le fit à ce moment-là, alors que nous étions seuls, sous un ciel étoilé, comme si nous étions les seules créatures au monde.’ [August] Kubizek pensait que quelque chose d’étrange s’était passé en Hitler cette nuit-là. ‘C’etait comme si un autre etre parlait par lui, et le faisait se mouvoir autant qu’il le faisait pour moi. Ce n’était pas du tout le cas d’un orateur emporté par ses propres paroles. Au contraire; j’avais plutôt l’impression qu’il écoutait lui-même, avec étonnement et émotion, ce qui sortait de lui avec une force élémentaire. Je n’essaierai pas d’interpréter ce phénomène, mais c’était un état d’extase et de ravissement complets’. Ce que Hitler déclara cette nuit-là, a été perdu, mais une chose s’est gravée dans la mémoire de Kubizek. Adolf ne parlait pas de devenir un artiste ou un architecte. A présent, il se voyait, à l’instar de Rienzi, comme le messie de son peuple. Il parla d’un ‘mandat qu’il recevrait, un jour, du peuple, pour le conduire de la servitude vers les hauteurs de la liberté… Il parla d’une mission speciale qui, un jour, lui serait confiee’» (p. 205).

Nous devons y penser et laisser Dieu interpréter ce phénomène très rare. L’ami de Hitler déclara qu’une autre voix parlait a travers lui! Ils étaient tous deux fortement émus.

Après cette expérience, Hitler ne raisonna plus comme un garçon de 17 ans. A présent, il se voyait comme «le Messie»! C’est exactement la manière de raisonner du diable! (Es 14:14). Hitler savait qu’il recevrait un mandat—»une mission spéciale» pour diriger son peuple. Une chose extrêmement rare et radicale se déroula cette nuit-là.

La sixième tête

Quand Benito Mussolini devint le dirigeant italien, avant la Seconde Guerre mondiale, il appela son régime le Saint Empire romain. Herbert W. Armstrong savait qu’il s’agissait de la sixième tête de l’empire romain (Apocalypse 17:8). Ce que Monsieur Armstrong ne comprit pas, c’était que Hitler jouait le rôle clé dans le Saint Empire romain—pas Mussolini. Davantage d’informations sont maintenant disponibles, informations que n’avait pas M. Armstrong. Satan était le pouvoir réel derrière la sixième tête du Saint Empire romain (Apocalypse 13:4). Mais il donna le rôle de dirigeant humain à Hitler. Hitler dirigea le Saint Empire romain, même s’il n’appela pas ouvertement son régime par ce nom-là. Cependant, le Troisième Reich avait une signification similaire.

La Bible dit que cette bête politique est toujours guidée, ou lourdement influencée, par une grande église. Cependant, une grande partie des liens avec l’église s’opèrent habituellement derrière la scène. Mais la force unique qui les unit, c’est le diable.

«La bête que tu as vue était, et elle n’est plus. Elle doit monter de l’abîme, et aller à la perdition. Et les habitants de la terre, ceux dont le nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie, s’étonneront en voyant la bête, parce qu’elle était, et qu’elle n’est plus, et qu’elle reparaîtra» (Apocalypse 17:8). Le mot grec pour «trou sans fond» [version King James] est abîme, ce qui signifie souterrain—ou clandestinité. Cela veut dire que ce grand empire a continué à survivre depuis l’empire romain original; il est juste entré «en clandestinité»—sous terre—à certains moments. Il y a eu des intervalles (des vallées entre les pics montagneux). Les sept dernières têtes, ou résurrections, devaient, selon la prophétie, être guidées par une grande église. Voilà de quelle manière l’église et l’état prirent le nom de «Saint» Empire romain.

La sixième tête est sortie de la clandestinité. Cela signifie que la majeure partie du monde ignorait son existence. Après qu’elle eut été défaite par les Alliés, durant la Seconde Guerre mondiale, elle retourna en clandestinité où elle commença à travailler avec duplicité pour reprendre du pouvoir sur le monde. Dans sa pensée, il n’y a pas de défaite finale. Une défaite n’est qu’un contretemps dans son but, qui est la domination mondiale!

Cet empire continuera jusqu’à ce que Dieu la détruise, parce qu’elle est dirigée par Satan.

La bête fait puissamment sa proie de l’ignorance mondiale. La tromperie est sa plus grande arme. La Bible dit que c’est de cette manière qu’elle écrasera ses «amants»!

Satan la garde en vie pour gouverner le monde et elle est sur le point de surgir à nouveau sur la scène mondiale—cette fois avec un pouvoir plus grand que jamais. Soudainement dans le monde entier, le visage des gens deviendra livide d’une frayeur sans parallèle! Cette puissance européenne est—à nouveau—presque prête à choquer le monde!

Heureusement ce sera la dernière fois.

Nous pouvons comprendre la septième tête qui monte, beaucoup mieux et plus facilement, si nous comprenons la sixième. La sixième tête nous donne un apercu dramatique de ce qui va arriver dans un proche avenir, au temps final. Tout ce que nous devons faire est de comprendre ce que fit la sixième tête, puis de le multiplier par environ 20 ou 30! La Bible révèle que la sixième tête a des liens très proches avec la septième.

Le pouvoir de Satan

«Et ils adorèrent le dragon, parce qu’il avait donné l’autorité à la bête; ils adorèrent la bête, en disant: Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle?» (Apocalypse 13:4). Satan est le pouvoir qui se cache derrière cette combinaison européenne qui apparaît. Sa bête démontre son pouvoir en allant à la guerre. Satan est le maître destructeur. Il est sur le point de diriger son pouvoir rempli de haine contre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la nation juive. Ce sont là les principales cibles de Satan parmi les nations. Ce sont les peuples qui ont eu un passé avec Dieu.

Le diable utilisa Hitler et le Saint Empire romain pour détruire environ 50 millions de vies durant la Seconde Guerre mondiale. Ils amenèrent d’intenses souffrances à un bien plus grand nombre de personnes. Nous avons vu, de manière répétitive, à la télévision, les nombreux camps de concentration. Edward R. Murrow les appela, avec justesse des camps d’extermination—leur fonction principale était d’exterminer les gens! C’est un petit aperçu de ce qui va toucher le monde une fois encore.

Satan a déjà démontré son pouvoir durant la Seconde Guerre mondiale. Nous devrions recevoir cela comme un avertissement de ce qui va survenir, à nouveau, mais sur une bien plus grande échelle!

Mais Satan a, au niveau spirituel, une cible encore plus grande. «Et il lui fut donné une bouche qui proférait des paroles arrogantes et des blasphèmes; il lui fut donné le pouvoir d’agir pendant quarante-deux mois» (verset 5). Le monde est sur le point d’être plongé dans une tribulation de 3 années et demie—le «temps des Gentils» (Luc 21:24). Ce seront les pires souffrances que cette terre ait jamais connus (Jérémie 30:6-7; Daniel 12:1; Matthieu 24:21-22).

«Et elle ouvrit sa bouche pour proférer des blasphèmes contre Dieu, pour blasphémer son nom, son tabernacle, et ceux qui habitent dans le ciel» (Apocalypse 13:6). Cette union européenne prononce des blasphèmes contre Dieu. Elle a un pouvoir impressionnant et une arrogance sataniques.

«Il lui fut donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. Il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation» (verset 7). La guerre principale de Satan sera dirigée contre les saints de Dieu. Il les vainc ou les tue. A présent, la plupart des saints se rebellent contre Dieu. S’ils ne se repentent pas avant la Tribulation, ils devront sacrifier leurs vies physiques pour se qualifier pour le Royaume.

«Et tous les habitants de la terre l’adoreront, ceux dont le nom n’a pas été écrit dans le livre de vie de l’Agneau qui a été immolé dès la fondation du monde» (verset 8). Satan forcera tous ceux qui sont sous son emprise à adorer sa religion, en les menaçant de mort. Seuls ceux dont le nom est écrit dans le livre de vie de Dieu refuseront.

Le monde ne peut même pas imaginer à quel point ce sera un horrifiant cauchemar!

Nous devons savoir comment Satan travailla, par le biais d’un homme, durant la Seconde Guerre mondiale. Ensuite, nous pourrons mieux comprendre comment il utilisera un homme pour plonger le monde dans la Troisième Guerre mondiale.

La religion d’Hitler

En 1926, Hitler déclara: «Le Christ fut le précurseur et le plus grand combattant dans la bataille contre l’ennemi du monde, les Juifs… Le travail que le Christ commença, mais ne put finir, moi—Adolf Hitler—je le finirai» (John Toland, Adolf Hitler, p. 302). Il ne considérait pas Jésus comme un Juif, mais seulement comme un demi-Juif, parce qu’Il avait été engendré par Dieu.

Hitler reçut la révélation de son ‘dieu’ pour diriger le Troisième Reich durant la Seconde Guerre mondiale.

Il était manifestement utilisé par le dieu de ce monde—Satan—et ses démons (2 Corinthiens 4:4). La plupart des gens sont ignorants, quant au monde spirituel, parce qu’ils refusent de reconnaître l’existence de Dieu et du diable!

Hitler déclara: «Nous ne sommes pas un mouvement, nous sommes plutôt une religion… Je suis en train de devenir une figure religieuse» (Waite, op. cit.). Même «le Reich de mille ans» de Hitler était une croyance religieuse basée sur les 1000 années du Millenium biblique.

Il est véritablement stupéfiant que le monde en sache si peu sur le pouvoir satanique qui était derrière Hitler. Beaucoup de choses ont été écrites, mais non comprises. «La salle d’Assemblée colossale, projetée pour sa nouvelle capitale de Germanie, devait être vue comme une cathédrale séculaire et non pas comme un bâtiment administratif. Le dôme devait être suffisamment grand pour contenir sept fois—un chiffre favori—le dôme de Saint-Pierre. Comme Albert Speer le remarqua: ‘C’était fondamentalement une salle d’adoration … Sans une telle signification de culte, la motivation, pour l’édifice principal de Hitler, n’aurait pas eu de sens et aurait été incompréhensible…’» (ibid., p. 32).

Qu’est il en train de dire? Albert Speer, un très intelligent et proche associé de Hitler, déclara clairement que Hitler était motivé par une adoration extrême du culte. Cela signifie qu’on ne peut pas comprendre ce qui motivait Hitler à moins d’appréhender sa religion très radicale! Nous devons saisir pourquoi il projetait de construire une grande «salle d’adoration» avec une «signification cultuelle» aussi bizarre.

Ces personnes, proches de Hitler, avaient parlé au monde de sa religion réellement satanique. Néanmoins, le monde, comme d’habitude, refusa de les croire!

Les fruits meurtriers du régime de Hitler devraient nous faire voir une maladie qui va au-delà du domaine humain!

L’humanite doit apprendre la realite de Satan—soit par les mots soit par l’expérience de la souffrance!

Hitler fut préparé pour son travail. Satan est le grand contrefacteur. Puisque Dieu utilise un homme pour diriger son Eglise, Satan fait de même. Le diable a aussi un «élu». Mr. Waite commente une déclaration éloquente de Hitler: ‘J’ai été enseigné, avant tout, par l’ordre des jésuites.’ Sans aucun doute, le serment d’obéissance directe au Führer était de manière frappante une réminiscence du serment spécial que les jésuites jurent au pape. De plus, Hitler parlait de son élite SS, qui portait le symbole sacré et s’habillait de noir, comme sa Société de Jésus. Il ordonnait également aux officiers SS d’étudier les Exercices Spirituels de Ignace de Loyola pour l’entraînement dans la discipline rigide de la foi» (ibid., p. 32).

Il y a une combinaison de l’Eglise et de l’Etat dans le Saint Empire romain. Notez ce qu’écrivit John Toland sur les liens étroits entre Hitler et les leaders de l’église catholique: «Vers la moitié de l’année 1933, la majorité des Allemands soutenaient Hitler… ‘Hitler sait comment guider le navire,’ annonça Monseigneur Ludwig Kass, leader du parti catholique récemment proscrit, après une audience avec le pape. ‘Avant même qu’il ne devienne Chancelier, je l’ai fréquemment rencontré et fus grandement impressionné par la clairvoyance de sa pensée et par sa façon de faire face aux réalités tandis qu’il soutenait ses idéaux, qui sont nobles… Peu importe qui gouverne, du moment que l’ordre est maintenu.’ ‘Pie xi souscrivit aux mêmes principes, comme cela fut prouvé le 20 juillet quand un concordat entre le Vatican et Hitler fut signe. L’Eglise accepta de garder les prêtres et la religion en dehors de la politique pendant que Hitler, entre autres choses, garantissait une liberté complète aux écoles confessionnelles dans tout le pays; une victoire notable pour les catholiques allemands. Sa Sainteté accueillit le représentant de Hitler, Franz von Papen, très gracieusement et fit remarquer à quel point il était ravi que le gouvernement allemand ait à présent à sa tête un homme irrémédiablement opposé au communisme et au nihilisme russe dans toutes ses formes.’

«Le Vatican apprécia tellement d’être reconnu comme partenaire à part entière, qu’il demanda a Dieu de benir le reich. Sur le plan pratique, il ordonna aux eveques allemands de faire allegeance au regime national socialiste. Le nouveau pacte se terminait avec ces mots significatifs: ‘Dans le cadre de ma charge spirituelle et dans ma sollicitude pour le bien-être et l’intérêt du Reich allemand, je m’efforcerai d’éviter tout acte préjudiciable qui le mettrait en danger’» (op. cit., pp. 430-432).

Cela illustre de belle manière comment l’Eglise et l’Etat ont coopéré durant les six résurrections de l’empire romain. Et cela arrive à nouveau, en Europe.

Beaucoup de catholiques, de nos jours, refusent d’admettre les liens de Hitler avec le catholicisme. Nous avons souvent écrit sur la façon dont la majeure partie des dirigeants nazis s’echappa, apres la seconde guerre mondiale, grace aux «enflechures» du Vatican. C’est une vérité bien documentée. Les plus hauts dirigeants de l’eglise Catholique aiderent les pires criminels de ce siecle a s’echapper! Il ne s’agit pas là de relations saintes. Cette seule vérité devrait électrifier les gens d’un souci intense à propos de ce qui se passe actuellement en Europe!

C’est plus qu’un profond sommeil dans lequel les gens sont plongés—c’est un coma! Mais plus pour longtemps. Le temps de l’aveuglement est sur le point de se terminer. 

La suite sur Hitler et le Saint Empire romain (deuxième partie)

Ger Fr Bo