Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

8255

TIMOTHY A. CLARY/AFP/GettyImages

Jésus ferait-Il volte-face sur ‘le mariage’ homosexuel ?

‘Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement.’

Quand il faisait campagne pour être élu au Sénat américain, en 2004, Barack Obama a crédité la religion et la foi pour dicter sa position contre le « mariage » homosexuel. « Je suis un chrétien », a-t-il dit. « Je crois vraiment que la tradition et mes convictions religieuses disent que le mariage est quelque chose de sanctifié entre un homme et une femme ». Il a réitéré cette position quand il faisait campagne pour la présidence, en 2008, qualifiant le mariage d’« union sacrée » entre un homme et une femme.

En mai, pourtant, le président Obama a changé d’avis, et a décidé d’approuver le « mariage » homosexuel. Il a alors défendu sa volte-face en invoquant le même Jésus — et le même texte inspiré — qu’il avait autrefois utilisé pour défendre l’union du mariage traditionnel. Il a également donné crédit aux membres du personnel, à des voisins, à des amis et à des membres de sa famille — même à ses deux filles — pour avoir influencé sa position qui a « évolué » au cours des années. Mais à la fin, ce qui a importé le plus, c’était la règle d’or : « Traiter les autres de la façon dont on aimerait être traité », a dit le président, paraphrasant Luc 6 : 31.

Bien évidemment, la position du président sur le « mariage » homosexuel, position qui a « évolué », a réellement trait à de l’opportunisme politique — certainement pas aux enseignements inspirés de Jésus. Mais cela produit toujours un véritable choc quand Jésus-Christ et la sainte Bible sont traînés dans la boue pour défendre une conduite que Dieu condamne énergiquement.

L’année dernière, en Grande-Bretagne, le Premier ministre David Cameron a bouleversé beaucoup de chrétiens traditionnels quand il a annoncé des projets de légalisation du « mariage » homosexuel avant les prochaines élections. En avril denier, pour défendre son projet controversé et combler le fossé entre son gouvernement et la communauté chrétienne, M. Cameron s’est, de nouveau, tourné vers — vous l’avez deviné — Jésus-Christ.

« Le Nouveau Testament nous en dit beaucoup sur le caractère de Jésus ; un homme d’une compassion, d’une générosité, d’une grâce, d’une humilité et d’un amour incomparables », a dit M. Cameron. Il a ensuite fait allusion au même passage dans Luc que le président Obama avait paraphrasé.

Peu importe ce qui est dit dans Genèse 19, Lévitique 20 : 13, Luc 17 : 28-30, Romains 1 : 26-27, 2 Pierre 2 : 6 ou Jude 7. Ce sont, maintenant, des versets obsolètes, souvent cités par les homophobes et les fanatiques, nous dit-on. Jésus, vous ne le savez pas, aurait voulu que les homosexuels se marient — ainsi disent ceux qui sont « éclairés ».

L’Église d’Angleterre, pendant ce temps, a été rapide à critiquer la croisade pour le « mariage » homosexuel du Premier ministre. Le mariage est entre un homme et une femme, a dit l’Église en réponse à la tentative du gouvernement de redéfinir l’union. Dans la même déclaration, cependant, l’Église d’Angleterre a avalisé l’homosexualité et les unions homosexuelles — mais a tracé une ligne très distincte entre cela et le « mariage » homosexuel.

Quelle défense pitoyable et faible d’une institution décrétée par le Dieu omnipotent ! L’autorité morale supposée, en Grande-Bretagne, a résumé sa position officielle sur l’homosexualité et le mariage, et n’a même pas inclus un passage biblique ou une référence scripturaire. Même pas un verset !

Et nous nous demandons pourquoi nos dirigeants sont si rapides à décrier la Bible et la réputation de Jésus-Christ pour défendre, avec fourberie, leur programme sans loi. Le clergé « éclairé » d’aujourd’hui est bien trop occupé à chercher quelle quantité de la Bible peut être catégorisée comme mythe ou hyperbole pour s’embêter, en fin de compte, à prêcher la pure vérité de la parole inspirée de Dieu !

Quel signe inquiétant des temps dans lesquels nous vivons !

« Je t’en conjure devant Dieu », a écrit l’apôtre Paul à son jeune assistant, son ministre fidèle — l’évangéliste Timothée. « Prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant » (2 Timothée 4 : 1-2).

Dieu a chargé Ses véritables ministres de la responsabilité simple et considérable de prêcher la vérité de la Bible. Il ne dit pas de prêcher ce que les hommes veulent entendre ou de modifier des positions dogmatiques à mesure que la conduite sociétale évolue au cours du temps.

« Car je suis l’Éternel, je ne change pas », tonne Dieu dans Malachie 3 : 6. Et Ses ministres doivent soutenir et défendre le caractère sacré et la permanence de Sa vérité révélée. Ayez un sentiment d’urgence avec la vérité de Dieu, a dit Paul. Cela signifie que nous devons nous lever et lutter pour la vérité de Dieu !

« Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables » (2 Timothée 4 : 3-4). C’est le temps dans lequel nous vivons en ce moment. La plupart des gens se sont, aujourd’hui, détournés de ce que la Bible dit vraiment, et ont accepté des mensonges à la place de la vérité.

Et vous, cher lecteur ? Accepterez-vous la simplicité et la pureté de la vérité révélée de Dieu ? Vous pouvez connaître la vérité si vous êtes honnête dans votre étude de la Parole de Dieu, et disposé à vous soumettre à l’autorité de la Bible.

Dans son livre L’incroyable potentialité de l’homme, Herbert W. Armstrong dit que Dieu a rendu Sa connaissance et Sa vérité révélées disponibles pour quiconque est disposé à croire ce qu’Il dit dans Son livre inspiré, la sainte Bible. C’est le livre le plus vendu au monde, a dit M. Armstrong, « mais ce précieux livre a été interprété et mal interprété, dénaturé, tordu, déformé, mal compris et décrié comme aucun autre livre !

Effectivement, c’est le cas, et c’est pourquoi vous devez mettre de côté ce que disent les hommes au sujet de la Bible, et étudier la source par vous-même. Il n’est pas besoin d’« interprétation privée », comme l’apôtre Pierre l’a écrit. La Parole de Dieu s’interprète elle-même pour ceux qui sont humbles et honnêtes — et qui sont disposés à fouiller et étudier. La Bible dit bien ce qu’elle dit — et avec autorité ! Et elle dit exactement ce qu’elle dit. Prenez-la comme le chef-d’œuvre intemporel qu’elle est, et elle commencera à avoir du sens.

« Examinez-la par vous-même », a conseillé vivement M. Armstrong aux lecteurs de la Pure vérité, en février 1982. « Elle est pleine de surprises, elle est pleine de vérité, elle est pleine de la voie pour une paix intérieure positive, pour le bonheur, pour la prospérité, pour la vie abondante ici et maintenant, et pour le salut dans une vie éternelle joyeuse — pour toujours ! »