Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

15500

JOHN MACDOUGALL/AFP/Getty Images

L'attaque de Berlin : ceci était-il le 11/9 de l'Allemagne ?

Les Allemands sont aux prises avec un choix entre qui ils veulent être et qui ils doivent être.

Ouah, c’est là. L'horrible attaque terroriste déchirante, frappant la capitale allemande, que beaucoup attendaient et que les ennemis islamistes radicaux de l'Ouest avaient annoncée, est arrivée. La question maintenant est, quel effet cette attaque aura-t-elle sur l'Allemagne et l'Europe?

Seul l’avenir nous le dira. Mais il y a raison de croire que cela pourrait changer les règles du jeu. Un analyste a dit mardi matin que cela pourrait être le 11/9 de l'Allemagne. Il est facile d'exagérer dans des moments comme celui-ci, mais il peut avoir raison. Le décompte mortel n'est pas presque aussi élevé, mais le symbolisme et surtout les conséquences—sur l'Allemagne et l'Europe, et même la communauté internationale—pourraient être semblable.

Lundi, un homme dans un camion a fauché dans une foule, dans un marché de Noël de Berlin, tuant 12 personnes et en blessant 48 autres. L'attaque s’ajoute à la liste déjà longue d’attaques terroristes islamistes sur l'Europe, une liste qui inclut la tuerie de Charlie Hebdo (12 morts), les attentats à Paris de novembre 2015 (130 morts), les bombardements de Bruxelles (32 morts), les agressions sexuelles de Cologne (1200 victimes), le massacre de Nice (84 morts), l'assaut à la hache de Würzburg (5 blessés), l'attaque de Reutlingen (1 tué, 2 blessés), la fusillade de Munich (9 morts), et l'attentat suicide du festival d'Ansbach (15 blessés). Mais ce qui est arrivé à Berlin aura probablement un impact plus profond sur les Allemands que ceux-ci. Pourquoi?

Pour l’instant, trois raisons: le moment, la cible et l'endroit.

Le moment de l'attaque de lundi, moins d'une semaine avant Noël, résonne puissamment avec le peuple allemand. Les Allemands ont un amour fervent spécial pour ce jour férié. La tradition de Noël est enracinée dans l’ancienne Babylone, mais a été perpétuée particulièrement bien par les Allemands. Ce n'était pas seulement une attaque sur une foule de gens, une communauté, ou même une ville. C'était une attaque sur une tradition culturelle et sociale profondément enracinée. C'était une attaque sur ce que cela signifie d'être allemand, au moins en ce temps de l'année. «Pendant les derniers mois de l'année, l'Allemagne est très populaire à cause de ses marchés de Noël», explique Berlin-Enjoy.com, un site Internet de voyage populaire. «L'ambiance de Noël en Allemagne est différent de la plupart des autres pays dans le monde. Le peuple allemand aime tout simplement Noël et cela peut être observé dans les rues, dans les centres commerciaux et même autour des attractions touristiques.»

En visitant l'Allemagne la semaine dernière, j'ai connu cette affection unique et profonde. Mercredi soir dernier, j'ai voulu manger avec un ami allemand, mais il était presque impossible de trouver un restaurant avec une table disponible. À la fin, nous en avons trouvé un et nous nous sommes assis, entourés par des Allemands heureux avec des chapeaux rouges, et ouvrant des cadeaux. «Nous, les Allemands, nous aimons Noël», a expliqué mon ami allemand assez âgé.

Aujourd'hui cet amour de Noël est peut-être plus culturel et social que spirituel ou religieux. Quoi qu’il en soit, Noël est évidemment une croyance et une pratique distinctement chrétiennes. Les terroristes islamistes radicaux le savent, ce qui ajoute sans doute à la «gloire» et au succès de l'attaque de lundi. Mais il en va de même pour le peuple allemand, et beaucoup verront ceci comme un assaut sur l'héritage chrétien de l’Allemagne. Il y a déjà un élan croissant en Allemagne (surtout dans le sud conservateur et traditionnel) et en Europe, pour réanimer et défendre les racines chrétiennes de l'Europe. Cette tendance n'est pas manifestement évidente; les églises d'Europe ne sont pas exactement débordantes. Mais regardez les politiciens et les partis dont la popularité est en croissance, comme François Fillon en France et Geert Wilders aux Pays-Bas. Ceux-ci et une foule d'autres cherchent tous à réanimer l'héritage chrétien de l'Europe.

Ce sera difficile pour nous étrangers de le détecter, mais l'attaque de lundi fera comprendre aux Allemands que la culture chrétienne de l’Allemagne, ses traditions chrétiennes, et ses valeurs et moralité chrétiennes sont attaquées. La réponse, tout naturellement, sera pour un nombre croissant d'Allemands de graviter vers le politicien ou le parti politique qu'ils croient les défendra le mieux. Indice: Ce politicien n'est pas Angela Merkel.

Considérez ensuite, la cible spécifique de cette attaque. Une mesure de l'amour des Allemands pour Noël est le nombre de marchés de Noël qui surgissent dans les villages, les villes et les centres-villes à travers la nation en ce temps de l'année. Ils varient, mais beaucoup de marchés de Noël incluent des lumières étincelantes, un grand arbre de Noël, des artistes de rue, des étals innombrables vendant des babioles et des cadeaux, et une abondance de nourriture et de bière. «Une des plus grandes choses que vous pouvez visiter en novembre-décembre est le marché de Noël», explique Berlin-Enjoy.com. «Aussi dans la ville de Berlin, vous pouvez visiter beaucoup de grands marchés de Noël et la plupart d'entre eux commencent déjà à la fin de novembre.»

Certains de ces marchés de Noël sont de renommée internationale. Les touristes du monde entier voyagent en Allemagne à cette période de l'année pour visiter ces marchés. Le marché attaqué lundi à Berlin, Weihnachtsmarkt am Gedächtniskirche, est l’un des plus populaires de Berlin. Les guides touristiques le placent dans les cinq premiers du pays; plus de 2 millions de personnes le visitent chaque année. Ce n'était pas un petit marché dans un village obscur en Allemagne de l'Est. Si vous êtes Américain, ce qui est arrivé à Berlin est semblable à un camion de 50 tonnes dévalant sur la Sixième avenue à New York, et labourant les spectateurs lors de la Parade d'Action de grâce de Macy’s.

Ce serait assez affreux, et cela rendrait des millions d'Américains furieux—très furieux.

Après cette attaque, il est difficile d'imaginer que l'assistance ne diminuera pas aux autres marchés de Noël à travers l'Allemagne. Les gens qui visitent les marchés le feront avec anxiété et avec un œil sur les véhicules dévoyés. Cela va aigrir l'esprit de fête et l'humeur nationale de l'Allemagne. Voler Noël de cette façon aura un impact sur les esprits de beaucoup d'Allemands d'une manière unique et personnelle.

Finalement, considérez le lieu de cette attaque: Berlin. Il y a beaucoup à considérer ici. Berlin est la capitale de l’Allemagne et, à bien des égards, la capitale de l'Europe. C’est la demeure du Bundestag, de la plupart des dirigeants politiques et intellectuels de l’Allemagne et, bien sûr, la personne la plus puissante en Europe, Angela Merkel. Ce qui est arrivé lundi montre que le terrorisme islamiste radical n'a pas été arrêté, pas même dans la ville la plus importante de l'Europe. Vous pouvez être sûr que ce message sera répété maintes fois.

Mais Berlin est plus que juste une capitale nationale.

Berlin est la ville allemande qui brille sur une colline. C'est un symbole du progrès et des accomplissements de l'Allemagne d'après-guerre et après l’unification. Berlin est un brillant témoignage de l’incroyable transformation post-unification de l’Allemagne, et une prophétie—aux yeux de l'élite allemande—de l'avenir de l’Allemagne.

Pendant la guerre froide, Berlin était une ville divisée, délabrée. Depuis 1989, cependant, elle est devenue une des villes les plus dynamiques, riches, sophistiquées et libérales de l'Europe. Berlin est cosmopolite et multiculturelle—une ville marinée dans différentes cultures, races et religions. Time Magazine en 2009 a appelé Berlin la «super» capitale de l'Europe.

Tout cela est important à cause de la mentalité et de l'esprit derrière la transformation impressionnante de Berlin. Berlin a été créé par les libéraux allemands et aujourd'hui, c’est l'épicentre du libéralisme allemand. Pour la classe intellectuelle et politique de l’Allemagne, la ville de Berlin—sa culture, ses lois, son atmosphère, sa politique et ses médias—incarne ce que signifie être un Allemand après l’unification. C'est-à-dire, séculier, sophistiqué, tolérant, non moralisateur, ouvert d’esprit, multiculturel, et respectueux de l'environnement.

Berlin est la demeure des dirigeants et des lanceurs de modes de l’Allemagne, de l'élite intellectuelle, des gens travaillant dans les médias traditionnels, des membres des principaux partis politiques, des meilleurs journalistes de la nation, des professeurs, des artistes et des politiciens. Et c'est de Berlin que ces dirigeants libéraux cherchent à transformer le reste du pays en Berlin. De Berlin, ils transmettent leur message de tolérance, de multiculturalisme et de laïcisme au reste de la nation.

Cette attaque à Berlin—une ville qui témoigne censément des avantages innombrables d'être multiculturelle, progressiste et sophistiquée—a porté un coup significatif au libéralisme allemand. Beaucoup d'Allemands vont passer Noël 2016 en considérant cette attaque et en voyant plus clairement que jamais comment cela expose les défauts profonds et dangereux du multiculturalisme, du laïcisme, de la tolérance et de l’ouverture d’esprit.

L’avenir nous le dira, mais cela pourrait être un événement marquant dans l'évolution de la psyché allemande de la post-unification. Cette attaque pourrait marquer le moment où l'Allemagne a cessé de devenir progressiste, séculaire et multiculturelle et à commencer à se pencher rapidement vers ses racines plus traditionnelles, conservatrices, et nationalistes.

Berlin aujourd'hui est une ville où les rêves altruistes font face à une sombre réalité menaçante. Être ouvert d’esprit et multiculturel peut être merveilleux et valorisant—jusqu'à ce qu'un terroriste islamiste détourne un camion et percute des spectateurs innocents appréciant un marché de Noël. Être altruiste et accueillir des migrants peut vous faire sentir bien—jusqu'à ce que les migrants commencent à agiter des drapeaux de l'État islamique et harcèlent vos filles adolescentes.

Des réalités dures comme l'attaque de Berlin forceront les Européens à substituer les valeurs d'après-guerre avec les désirs humains fondamentaux. La tolérance sera remplacée par les préjugés, le multiculturalisme par le patriotisme, et l'esprit de communauté avec une plus grande détermination pour l’instinct de conservation et l'avancement personnel.

C'est la nouvelle réalité: les Berlinois, le peuple allemand—et même les Européens en général—sont saisis avec un choix entre qui ils veulent être et qui ils doivent être. Le message de Berlin est que même si beaucoup d'Allemands veulent être progressistes, ouverts d’esprit et tolérants, ils doivent être plus cyniques, plus impitoyables et plus agressifs.

Et cela, vous pouvez être sûr, est une tendance qui nous affectera tous!