Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Grad

Trumpet

L’éducation qui transcende l’Amérique, l’histoire, et le temps lui-même !

L’éducation moderne souffre des échecs qu’elle refuse de reconnaître. Il y a une alternative inspirante et remplie d’espoir !

Les gens aujourd’hui condamnent presque complètement l’idée d’ empire. Ils y pensent comme à quelque chose de mauvais et de sinistre. Le plus grand dirigeant du 20ème siècle pensait différemment.

Winston Churchill avait une vision glorieuse de l’empire. Bien sûr, l’Empire britannique avait des aspects négatifs. Mais extraordinairement, Churchill a considéré l’empire comme une voix civilisatrice dans le monde. À travers l’Empire britannique, il désirait apporter plus de liberté, de paix et de prospérité au monde en aidant ceux qui ne pouvaient se débrouiller par eux-mêmes.

L’auteur, et historien, Kirk Emmert a écrit un livre intitulé Winston S. Churchill on Empire [De l’empire, selon Winston S. Churchill]. Dans l’avant-propos de ce livre, Harry V. Jaffa a écrit qu’aux yeux de Churchill, l’Empire britannique a agi pour « élever la vie humaine loin de la barbarie et de la sauvagerie pour la mener vers la civilisation et l’excellence humaine ». En maintes occasions, c’est exactement ce qu’a fait l’Empire britannique. C’était, comme Churchill le croyait, une puissante force civilisatrice qui a profité à toute l’humanité !

Il est difficile de trouver quelqu’un qui comprend ce que Churchill pensait vraiment de l’empire. Même le meilleur biographe de Churchill, Martin Gilbert, ne l’a pas compris complètement. Malheureusement, la vision que Churchill avait de l’empire a disparu dans notre monde.

Beaucoup d’historiens ont loué Churchill, disant qu’il a été l’artisan de la victoire lors de la Seconde Guerre mondiale. Lui-même, cependant, n’a pas estimé que sa vie a été un succès. Dans une conversation, à la fin de sa vie, il a dit à un ami qu’il ressentait comme un échec. Pourquoi ? Parce que l’Empire britannique s’effondrait. Bien sûr, il a mené les Alliés à la victoire lors la Seconde Guerre mondiale, mais il a vu cela comme une fausse victoire. Il avait travaillé toute sa vie pour exalter l’Empire britannique. Au lieu de cela, c’est tout à fait l’opposé qui prenait place : son empire bien-aimé s’effondrait devant ses yeux.

Pourquoi ? Les concitoyens de Churchill ne partageaient pas ses vues sur l’empire. Ceux qui l’entouraient et ceux qui sont venus après lui ne croyaient plus à la capacité de l’Empire britannique de servir et d’aider le monde. L’établissement éducatif de la Grande-Bretagne en était venu, également, à avoir une vue extrêmement critique de l’empire.

Comment Churchill était-il vu par les gens instruits, en Grande-Bretagne ? En 1933, Adolf Hitler s’est élevé au pouvoir, et Churchill a commencé à avertir la Grande-Bretagne, et le monde, sur ce qui était en train d’arriver. À cette même époque, un grand débat est survenu à l’Université d’Oxford, approuvant le mouvement selon lequel « cette maison ne va, en aucune circonstance, se battre pour son roi et son pays ».

Cet acte, par les étudiants de l’institution d’éducation la plus prestigieuse en Grande-Bretagne, a profondément offensé Churchill. Lors d’un discours, le 17 février 1933, il l’a traité d’« aveu abject, ignoble et éhonté » et de « symptôme dégoûtant et très inquiétant. » Poursuivant dans ce discours, Churchill a déclaré : « Mon esprit se tourne vers l’autre côté des eaux étroites de la Manche et de la mer du Nord où de grandes nations se dressent, résolues à défendre leurs gloires nationales ou leur existence nationale avec leurs vies. Je pense à l’Allemagne, avec ses magnifiques jeunes gens aux yeux clairs avançant sur toutes les routes du Reich en entonnant leurs anciens chants, demandant à être enrôlés dans une armée ; réclamant, avec empressement, les armes de guerre les plus terribles ; brûlant de souffrir et de mourir pour leur patrie. » La jeunesse allemande brûlait de souffrir et de mourir pour la patrie, et cependant, à Oxford, la jeunesse de la Grande-Bretagne se promettait de ne pas lutter pour le roi ou le pays.

Churchill savait que l’empire était, littéralement, suspendu à un fil ! (Notre livre Les Anglo-Saxons selon la prophétie démontre que l’empire était un don de Dieu. C’est ce que Churchill ne savait pas, mais aurait dû savoir. Toute notre littérature est gratuite.) Il essayait de pousser les gens à sauver leur propre pays. L’histoire prouve qu’il avait raison ! Pourtant la majorité de l’élite intellectuelle, les facultés universitaires et même les médias, tant en Grande-Bretagne qu’en Amérique, étaient contre ce message d’avertissement au sujet de la perte de l’empire et même de leur propre pays.

Comme Churchill l’a, maintes fois, dit : « L’humanité ne veut rien apprendre ». Depuis cette époque-là, les folles vues des gens très éduqués ne sont devenues que plus toxiques et plus déconnectées de la réalité ! L’éducation moderne, politiquement correcte, condamne avec véhémence Churchill et l’empire qu’il a aimé—tandis qu’elle se présente comme l’arbitre de tout qui est moral et bon dans le monde. Ce système éducatif a produit la plupart des dirigeants du monde. Pourtant, voici la vérité à laquelle ils refusent de faire face : le principal problème du monde, aujourd’hui—encore plus que pendant la Seconde Guerre mondiale —, c’est celui de la survie humaine ! Ce fait démontre qu’il y a quelque chose d’affreusement mauvais avec l’éducation ! Après tout, c’est l’éducation qui a produit cette fâcheuse situation. Il faut des gens instruits pour faire des bombes nucléaires.

Transcender la Grande-Bretagne

Dans l’avant-propos du livre de K. Emmert, H.V. Jaffa fait cette déclaration fascinante : « La gloire de l’Empire britannique était son service à une cause qui a transcendé la Grande-Bretagne, qui a transcendé l’histoire, qui a transcendé le temps lui-même ».

Alors que Churchill était déçu par l’échec du système éducatif britannique à bâtir l’empire, je crois que nous avons un système éducatif que Winston Churchill aurait apprécié. Au Collège Herbert W. Armstrong, nous offrons une éducation qui transcende l’Amérique ou la Grande-Bretagne, qui transcende l’histoire et qui transcende même le temps.

Notre institution vit par la devise que Herbert W. Armstrong, dont notre collège porte le nom, a utilisée au Collège Ambassador qu’il a fondé : La Parole de Dieu est le fondement de toute connaissance. La Bible nous enseigne beaucoup de choses au sujet de l’éducation. Mais la majorité de l’humanité n’est pas très intéressée par ce type d’éducation.

Nous croyons, assurément, que notre éducation Armstrong transcende l’Amérique. Avant tout, notre collège est une institution pour former le caractère. Nous enseignons à nos étudiants la pratique de la voie consistant à donner comme un mode de vie. Nous avons, également, une émission télévisée qui offre le matériel éducatif à quiconque, dans le monde, en fait la demande en ligne, ou sous forme imprimée. Tout est entièrement gratuit parce que soutenu par un groupe de personnes qui ont du caractère et qui font de donner un mode de vie.

M. Armstrong croyait toujours atteindre la plus grande audience possible avec l’éducation qu’il a offerte. Nous nous efforçons de suivre cette tradition. Nous continuons à l’étendre autant que nous pouvons.

Nous avons, également, inspecté récemment beaucoup de beaux domaines en Grande-Bretagne pour avoir un deuxième collège afin que nous puissions développer plus facilement cette éducation au-delà de l’Amérique. Vous pourriez demander : Pourquoi ne nous contentons-nous pas de rester ici ? Parce que notre éducation transcende l’Amérique.

En voyant un certain nombre de vieux domaines britanniques, on sent vraiment l’immensité et la grandeur de l’Empire britannique. Nous croyons et pratiquons pleinement le principe biblique selon lequel un bel environnement est plus favorable à des études efficaces. La plupart des propriétés que nous avons visitées étaient vraiment à couper le souffle par leur architecture et leurs parcs entretenus – un témoin de la grandeur des temps passés.

Autrefois, Churchill a qualifié d’« insulaires » ceux qui ne soutenaient pas l’Empire britannique. Ces gens voulaient se débarrasser de l’empire – voulaient y renoncer et mener une vie repliée sur eux-mêmes. Ces gens ne regardaient pas le passé de la petite île d’Angleterre. Churchill a consacré sa vie à regarder au-delà des frontières de l’île. C’est pourquoi, même s’il a sauvé l’Angleterre de la destruction, il avait toujours l’impression de ne pas avoir réussi à en faire suffisamment. Bien qu’il ait averti, il n’a pu sauver l’Empire britannique de sa fin.

Transcender l’histoire

C’est de l’histoire récente, pourtant combien en avons-nous appris ? Si votre empire est sur le point d’être détruit, il semble logique d’essayer de tirer des leçons de cette histoire. Cependant, je constate que l’Amérique et la Grande-Bretagne n’en ont rien appris.

Le Premier ministre britannique du dix-neuvième siècle, Benjamin Disraeli, croyait également dans la construction de l’empire. Il a déclaré : « Je me suis efforcé de développer et de renforcer notre empire, croyant que la combinaison de l’accomplissement et de la responsabilité élève le caractère et la condition d’un peuple. » Disraeli a vu le besoin de développer le caractère afin de renforcer l’empire ! Une telle noblesse de pensée est perdue chez les politiciens d’aujourd’hui. Les dirigeants politiques actuels ne parlent même pas du caractère quand ils sont candidats à un poste parce que les gens ne s’en soucient plus – à leur propre honte répugnante !

Autrefois, ce n’était pas le cas en Grande-Bretagne. Beaucoup d’effort et de caractère entraient dans la construction de l’Empire britannique. Le caractère de l’individu développait la grandeur nationale. C’est pourquoi le développement du caractère est la chose la plus importante que nous enseignons au Collège Armstrong. Si vous ne savez pas comment mener une vie avec un caractère élevé, alors peu importe combien d’argent vous gagnez, quelle qualité réelle de vie il est même possible de mener !

Voyant la prolifération des armes de destruction massive, nous devons nous demander où cela finira. Si quelque chose ne se passe pas pour l’arrêter, une guerre nucléaire arrêtera l’histoire elle-même, et effacera toute vie humaine de la planète !

Heureusement, il y aura un Être qui l’arrêtera avant ce moment-là, comme Jésus-Christ l’a prophétisé dans Matthieu 24 : 21-22. La Bible est, également, pleine de prophéties sur ce qui arrivera après ce moment-là. Elle promet que dans les mille ans qui suivront, la véritable éducation—l’éducation même pour laquelle nous travaillons dur afin de la fournir au Collège Armstrong aujourd’hui – va former l’histoire. C’est une éducation qui transcende l’histoire.

Transcender le temps

Finalement, l’éducation que nous offrons transcende le temps lui-même. Ésaïe 57 : 15 dit que Dieu « habite l’éternité ». Cela signifie que Dieu vit en dehors du temps. Il a créé le temps, et l’éducation qu’Il fournit à ceux qui sont enseignés par Lui
transcende le temps comme Lui.

Hébreux 2 : 8 dit que Dieu a mis « toutes choses sous ses pieds [ceux de l’homme]. En effet, en lui soumettant toutes choses, Dieu n’a rien laissé qui ne lui fût soumis. Cependant, nous ne voyons pas encore maintenant que toutes choses lui soient soumises ». L’expression « toutes choses » fait allusion à tout ce que Dieu a fait dans l’univers matériel ! (Voir la traduction Moffatt, par exemple.) C’est une des nombreuses Écritures de la Bible qui montrent que Dieu a, pour l’humanité, des plans transcendants, et à l’échelle de l’univers, qui s’étendent dans l’éternité ! Quelle potentialité Dieu vous a donné ! Son message pour l’homme est rempli d’espoir parce qu’il transcende le temps et l’espace.

Beaucoup de grands personnages historiques se sont saturé l’esprit de la Bible. Il a été dit que William Shakespeare se référait à la Bible plus que tous les autres poètes réunis. Shakespeare, également, de Grande-Bretagne, était un autre partisan ferme de l’empire. Dans sa pièce Les joyeuses commères de Windsor, il a écrit : « Eh bien, puisque le monde m’appartient » !—une expression célèbre qui continue d’exister dans notre langue, aujourd’hui. Une grande partie des écrits de Shakespeare renferme des références semblables à sa pensée étendue. Il a écrit sur le Danemark, l’Égypte et l’Italie. « Il n’y avait pas assez de place pour lui dans l’île de la Grande-Bretagne », a écrit Hermann Sinsheimer. La mission de Shakespeare, c’était « d’enrichir à partir de sources extérieures, à partir de chaque coin d’espace et de temps, une nation qui se contente de se battre dans sa forme convenable et non insulaire. Entre les lignes et entre les caractères, on peut lire la légende : Notre île est trop petite ; notre royaume, c’est le monde ! » (Shylock : L’histoire d’un caractère).

C’est la pensée de l’empire ! Mais cela doit être soutenu par une éducation d’empire, ou le but ne sera jamais atteint. Churchill ressentait comme un échec à la fin de sa vie parce qu’il n’avait pas pu donner à la génération suivante l’envie d’être des bâtisseurs d’empire.

Dans le cadre de l’éducation que nous offrons au Collège Herbert W. Armstrong, nous envoyons des étudiants volontaires sur des sites d’excavations archéologiques, à Jérusalem. Nous avons aidé le Dr Eilat Mazar à creuser à travers les millénaires de l’histoire pour dévoiler le palais de David, le mur de Salomon et le mur de Néhémie. Les fouilles auxquelles nous avons participé ont permis de découvrir les sceaux de deux princes mentionnés dans la Bible, qui ont jeté le prophète Jérémie en prison et ont essayé de le faire tuer. L’extraction de ces sceaux est une solide indication que Jérémie a existé. Et si Jérémie a existé, c’est que Dieu existe, également !

Des projets comme cela révèlent comment l’éducation, remplie d’espoir, de la Bible transcende le temps ! Les gens peuvent être sceptiques au sujet de la Bible, mais n’importe qui peut voir les problèmes épouvantables auxquels nous faisons face, dans ce monde. Beaucoup d’experts croient que la survie de l’humanité est incertaine. Dans nos institutions éducatives, nous apprenons aux jeunes gens à faire face à la réalité des problèmes de ce monde—et ensuite nous leur montrons le remède ! Nous enseignons que Dieu va résoudre ces problèmes ; qu’Il va sauver la majorité de l’humanité, y compris tous ceux qui sont déjà morts, en dépit de nous-mêmes ! Nous enseignons cet espoir à tous nos jeunes gens. Et plus important encore, nous enseignons à nos étudiants que cet espoir doit être donné à d’autres.

Alors que nous nous efforçons de réaliser ces nobles buts éducatifs, nous travaillons à préparer une nouvelle génération de bâtisseurs d’empire—des hommes et des femmes qui élèveront la vie humaine, loin de la barbarie et de la sauvagerie, à la civilisation et à l’excellence, des hommes et des femmes qui aideront Dieu à élever un nouvel empire brillant qui couvrira le globe et apportera la liberté, la paix et la prospérité à toutes les nations.

Ce ne sera que le commencement. Ensuite, nous aiderons Dieu à développer Son empire, ou Sa civilisation, partout dans l’univers ! (Ésaïe 9 : 6-7). Dieu vous invite à être un dirigeant dans ce plan magnifique !  

No Fr