Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

13416

ARIS MESSINIS/AFP/Getty Images

L’Égypte et la Libye vont se joindre au réseau terroriste de l’Iran

L’Occident ne comprend toujours pas comment l’Iran gouverne le Moyen-Orient.

L’Iran, de loin le principal commanditaire du terrorisme d’État, a forcé sa voie en direction du Liban et de la Bande de Gaza, et est devenu l’ossature du terrorisme syrien. L’Iran a également chargé et enfoncé un coin pour avoir un rôle prédominant en Irak et en Afghanistan (après que l’Amérique a pensé avoir gagné ces guerres), et encourage maintenant les terroristes de la Fraternité musulmane à prendre le contrôle de l’Égypte.

Maintenant l’Amérique et l’Occident ont tracé la voie pour une autre victoire iranienne en Libye. Nous nous réjouissons du renversement de Mouammar Kadhafi, de Libye, alors que nous devrions nous lamenter. Le chaos libyen est maintenant le cadre idéal pour que l’Iran amène cette nation dans son dangereux réseau terroriste. Le gouvernement qui remplacera M. Kadhafi sera mille fois pire.

Et vous pouvez démontrer que cela va se produire! (Nous en dirons davantage plus tard.)

Le changement révolutionnaire de l’Égypte

L’Égypte se déplace rapidement vers le camp iranien. Cela signifie que l’Égypte, qui borde la Libye, aidera maintenant à amener cette nation dans le réseau terroriste de l’Iran.

Déjà la violence a éclaté entre Israël et l’Égypte—après 30 ans de paix. Pourquoi ce grand changement depuis que le président Hosni Moubarak a démissionné en raison de protestations massives? C’est un sujet dont les médias traditionnels n’aiment pas discuter.

Les Frères musulmans se sont associés avec la puissante armée égyptienne. Ils sont nettement la force dominante en Égypte, et ils ont plus d’autorité chaque jour.

Cela signifie que l’Égypte va dans le sens d’un changement radical, que nous prophétisons depuis 20 ans.

Voici ce que Stephen Flurry a écrit dans la Trompette d’avril 2011: «Quatre jours après la démission de Moubarak, Der Spiegel a fait des révélations sur Yousouf Al-Qaradawi, ‘la figure de père’ des Frères musulmans. En 2002, la Fraternité a demandé à Qaradawi d’être son leader, mais il a rejeté l’offre à cause des restrictions auxquelles il était soumis. Il voulait plutôt se concentrer sur la mobilisation de ‘nations musulmanes unies’.

«Le charismatique Qaradawi, égyptien de naissance, est l’un des ecclésiastiques musulmans les plus populaires dans le Moyen-Orient. Il a écrit au moins 100 livres, et son émission télévisée hebdomadaire est vue par 60 millions de musulmans sur Al-Jazeera. Il déteste les Juifs, et a demandé à Allah de les tuer ‘jusqu’au dernier’».

Il n’y a absolument aucune raison de croire que les Frères musulmans apporteront leur aide pour la paix au Moyen-Orient. Et maintenant, ils sont en position pour obtenir encore plus de pouvoir. Comme le Jerusalem Post l’a écrit dans un éditorial, le 29 août, avec l’approche des élections, en Égypte, les Frères «gagnent du terrain politique. Le groupe islamiste profondément discipliné est le mouvement politique le plus cohésif de l’Égypte, et la plus grande organisation mis à part l’armée égyptienne elle-même».

Le président Moubarak, il est vrai, a commis de sérieuses erreurs, et les deux partis politiques américains ont eux aussi commis de sérieuses erreurs au Moyen-Orient. Mais n’oublions pas ce que H. Moubarak a fait. Il s’est battu, en tant qu’allié des États-Unis contre ce qu’il a appelé le «cancer» iranien. Il a contenu les violents Frères musulmans qui ont tué Anouar Sadate, le prédécesseur de H. Moubarak. Il a maintenu la paix avec Israël pendant 30 ans. Il s’est battu avec l’Amérique dans sa guerre contre le terrorisme. Et un point encore plus important, H. Moubarak s’est battu pour que l’Iran n’ait pas la bombe nucléaire, ce qui pourrait se produire l’année prochaine.

Aucun pays arabe, dans le Moyen-Orient, n’a fait plus pour donner un appui amical à l’Amérique!

Le président Moubarak avertissait, avec gravité, les diplomates américains du «cancer» iranien s’étendant partout dans le Moyen-Orient, en 2009. Non seulement notre gouvernement n’a pas tenu compte de l’avertissement, mais dans le même temps, le président Obama rencontrait les Frères musulmans, à la Maison Blanche!

Cette information aurait dû donner froid dans le dos à tout Américain qui comprend ce qui se passe au Moyen-Orient!

«Avec les bouleversements en Égypte, le seul traité de paix réussi, au Moyen-Orient, est en danger», a écrit William L. Gensert dans American Thinker. «La frontière égyptienne passant dans la Bande de Gaza est maintenant ouverte, et le Hamas en est très heureux; il est ainsi beaucoup plus facile d’obtenir des armes sans le regard indiscret des Israéliens. Les vaisseaux de guerre iraniens, interdits depuis 1979, ont été autorisés à passer du canal du Suez dans la Méditerranée… L’Égypte, autrefois considérée comme un allié fort des Américains, dérive maintenant dans l’orbite iranienne

«Pendant des années, l’Iran a été un gros fournisseur d’armes en Afghanistan pour Al-Qaida et les talibans. Les armes et des bombes fournies par l’Iran ont été utilisées pour tuer des soldats américains, cependant notre président ne dit rien» (14 août).

Le résultat final va être que nous avons échangé H. Moubarak et «le seul traité de paix réussi, au Moyen-Orient» contre les Frères musulmans alliés de l’Iran.

Malgré les fruits positifs de H. Moubarak, l’actuelle administration américaine a entrepris de l’humilier publiquement dès le début, et a soutenu les dissidents en Égypte. Seule une réprimande de l’Arabie Saoudite a ralenti la tactique de notre gouvernement.

Le gouvernement américain n’a rien dit pour soutenir les milliers (certains disent les millions) de dissidents, à l’été 2009, quand ils ont marché contre les dirigeants iraniens qui ont volé leur élection!

Le président Obama a excusé la neutralité américaine en disant qu’«il n’est pas productif, étant donné l’histoire des relations américano-iraniennes, que l’intervention de l’Amérique soit vue comme de l’ingérence».

Le président Obama a même revendiqué un peu de crédit pour l’expulsion de H. Moubarak. «Ce que nous avons vu jusqu’ici est positif», a insisté le président Obama à la conférence de presse quelques jours après la démission de H. Moubarak. «Je pense que l’histoire finira par reconnaître qu’à chaque moment, dans la situation en Égypte, nous étions du bon côté de l’histoire».

Du bon côté de l’histoire?

Les historiens pourraient penser que l’Amérique a, en réalité, soutenu le terrorisme mondial, et a nourri la guerre nucléaire!

Il ne devrait y avoir aucun doute sur le fait que l’Iran commence une guerre. C’est pourquoi l’obtention d’armes nucléaires par ce pays est à ce point une question cruciale.

Plus qu’aucune autre nation, l’Amérique a aidé les terroristes à avoir du succès!

Il a aussi fallu cinq mois au gouvernement américain avant qu’il ne condamne l’oppression et la tuerie perpétrées par Bashar al-Assad vis-à-vis de beaucoup de gens de son propre peuple (avec l’aide de l’Iran). La Syrie est le deuxième État, en taille, à commanditer le terrorisme dans le monde—après l’Iran!

Les futurs historiens pourraient penser que l’Amérique était l’alliée de l’Iran et de la Syrie, et l’ennemie de l’Égypte!

Violence contre Israël

Après que des militants palestiniens ont récemment organisé une attaque sur Israël, attaque qui a entraîné la mort de huit Israéliens, Israël a exercé des représailles par des raids aériens visant la région de Gaza.

L’attaque terroriste a été effectuée par une faction palestinienne basée à Gaza, mais a été lancée à partir du territoire égyptien. Lors de l’attaque, trois officiers égyptiens chargés de la sécurité ont été accidentellement tués, l’Égypte en a blâmé Israël.

En réponse, l’Égypte a menacé de retirer son ambassadeur de Tel-Aviv, poussant Israël à publier une rare déclaration publique de regret pour les tués. De nouveau, Israël est maintenant sous le feu suite à ce qui a commencé comme une attaque contre lui, planifiée par des militants palestiniens, et facilitée par l’accès au Sinaï, un secteur que l’Égypte n’a pas su garder correctement sous contrôle depuis des mois.

Le New York Times a écrit dans son édition du 20 août: «La crise a été le signal plus pointu encore que la révolution qui a renversé le président Hosni Moubarak, en février, transforme les trois décennies de vieilles relations entre l’Égypte et Israël, relations qui ont été la pierre angulaire de la politique au Moyen-Orient».

Ce journal a raison quand il dit que les 30 ans entre Israël et l’Égypte ont été «la pierre angulaire de la politique au Moyen-Orient» (pas seulement entre ces deux nations). La pierre angulaire signifie l’élément de base ou la fondation de la politique au Moyen-Orient. Cela signifie que lorsque cette relation se défait, la fondation de la politique au Moyen-Orient se défait!

Ce n’est pas un petit problème, parce que l’Iran récolte la plupart des avantages.

Le New York Times voit cette crise comme «le signal plus pointu encore» que la révolution en Égypte «transforme» le rapport paisible entre Israël et l’Égypte en un cauchemar pour Israël!

Mais c’est bien pire. Cela montre que l’Égypte s’allie déjà avec l’Iran dans sa guerre terroriste sanguinaire.

Il existe un potentiel d’explosion au Moyen-Orient, et d’entraînement des habitants de toute la terre dans la Troisième Guerre mondiale!

L’article du New York Times avait ce titre dans cette édition du 20 août: «La course des nations pour désamorcer la crise entre l’Égypte et Israël». Les nations courent pour résoudre ce problème parce qu’elles connaissent le potentiel meurtrier qu’il y a que tout le Moyen-Orient n’explose.

Il y a également eu cinq bombardements d’un pipeline égyptien, qui livre le gaz naturel extrêmement important en Israël. Tous les bombardements se sont produits depuis que la révolution a commencé en Égypte. C’est un autre «signal pointu» que cette partie du «printemps arabe» a déjà produit des tempêtes terroristes amères!

Et ce n’est que le commencement des douleurs!

Avant de laisser son poste, Hosni Moubarak a dit ceci: «Ils [les dissidents] peuvent bien parler de démocratie, mais le résultat sera l’extrémisme et l’islam radical».

Quelle précision prophétique avait cette déclaration! Mais nous n’avons pas osé écouter le dictateur Moubarak.

Il a passé tout son règne de 30 ans à étouffer l’islam radical dans son pays. Il devait donc le comprendre mieux que quiconque!

Nous utilisons couramment l’expression «Moubarak le dictateur». Mais voyez ce que l’homme a fait—examiner les fruits de son règne. Il devait être un dirigeant fort. Ce n’était que par cette seule voie qu’il pouvait empêcher les Frères musulmans de l’emporter par la violence!

Nous avons vraiment peu compris l’Égypte de Moubarak. Ce monde va payer un prix de sang à cause de l’ignorance incompréhensible de l’Amérique et le manque de direction réelle.

Le destin de la Libye

La Libye est aujourd’hui dans le chaos total. Les reportages disent qu’il y a des combattants d’Al-Qaida avec des terroristes du Hezbollah et même quelques militants de l’Afghanistan et de l’Irak.

Un autre reportage a dit qu’environ 20 pour cent des suicides à la bombe en Irak sont venus de Darnah, une ville de l’est de la Libye.

L’otan ne sait presque rien sur l’identité de ces dissidents ni sur celle de celui qui prendra le pouvoir. Mais toujours tapi à l’arrière-plan un Iran riche en pétrole avec la volonté d’envoyer quelques-uns de ses principaux combattants en Libye. Cependant, l’otan ne veut que bombarder la Libye et faire demi-tour. Cela rend le sale travail de l’Iran beaucoup plus facile!

Cette nation a la volonté indubitable de faire tout ce qu’il faut pour gagner. La seule chose qu’il reste aux États-Unis, c’est une volonté brisée. Personne, à cette étape, n’a de volonté pour résister à l’Iran. (Faites-nous la demande de la brochure Le roi du sud. Toute notre littérature est gratuite.)

Le roi du nord

Le roi du sud, l’Iran, est sur le point de se heurter au roi du nord, un Saint Empire romain européen. Le livre de Daniel a été écrit seulement pour ce temps de la fin (Daniel 12:4, 9).

«Au temps de la fin, le roi du midi [l’Iran] se heurtera contre lui. Et le roi du septentrion [le Saint Empire romain] fondra sur lui comme une tempête, avec des chars et des cavaliers, et avec de nombreux navires; il s’avancera dans les terres, se répandra comme un torrent et débordera. Il entrera dans le plus beau des pays [Jérusalem], et plusieurs succomberont; mais Édom, Moab, et les principaux des enfants d’Ammon seront délivrés de sa main. Il étendra sa main sur divers pays, et le pays d’Égypte n’échappera point. Il se rendra maître des trésors d’or et d’argent, et de toutes les choses précieuses de l’Égypte; les Libyens et les Éthiopiens seront à sa suite» (Daniel 11:40-43). La traduction Moffatt dit que «à sa suite» signifie suivant dans son train! L’Égypte ne va pas échapper au roi du nord parce qu’elle est alliée à l’Iran. La même chose s’applique à la Libye et à l’Éthiopie (qui sera probablement la prochaine explosion du Moyen-Orient, et que l’Iran va exploiter).

La Libye était le 12ème plus grand producteur de pétrole au monde, avant que la révolte ne commence en février. Elle a fourni 1,4 million de barils par jour à l’Europe—Italie, Allemagne et Espagne.

Cela signifie que la crise en Libye cause une certaine panique en Europe. Les Européens savent que l’Iran pourrait avoir assez de contrôle en Libye pour utiliser le pétrole comme une arme contre eux. Également, la Libye se trouve dans un emplacement très stratégique sur la Méditerranée, par laquelle coule le pétrole du Moyen-Orient.

L’Iran sait quelle influence un pays riche en pétrole peut ajouter à sa puissance, au Moyen-Orient.

Nous avons mis en garde, depuis 1992, contre l’Iran obtenant quelque contrôle du pétrole, en Irak. Maintenant l’Iran a plus d’influence en Irak que n’importe quel autre pays.

Voici ce qu’un auteur a récemment écrit dans le Guardian, de Grande-Bretagne: «Si les soulèvements réussissent à déposer le dernier cercle de tyrans, mais que des forces islamistes violentes et intolérantes prennent le dessus dans certains de ces pays, produisant tant de nouveaux Iran, alors que le ciel nous aide tous. Tels sont les enjeux. Si cela ne signifie pas un intérêt européen essentiel, alors je ne sais pas ce que c’est» (2 février).

Tous ces événements vont pousser les nations membres de l’Union européenne à passer de 27 rois à 10, elles pourront donc devenir une superpuissance unie et agressive (Apocalypse 17:12-13). Alors l’Europe se heurtera à l’Iran et gagnera. (Faites-nous la demande de la brochure gratuite L’Allemagne et le Saint Empire romain.)

Ces événements terrifiants conduisent à l’événement le plus extraordinaire jamais arrivé sur cette terre ou même dans l’univers: le retour de Jésus-Christ (lisez Daniel 12). Il doit revenir, ou il n’y aurait pas un homme, pas une femme ou un enfant de vivant (Matthieu 24:21-22).

Quel avenir magnifique nous est réservé! Mais avant que cela n’arrive, nous allons connaître la plus grande souffrance qui soit, sur la terre.