Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

210521 spain gettyimages 1232986309

DIEGO RADAMES/ANADOLU AGENCY/GETTY IMAGES

L’Espagne envoie des troupes contre les migrants nord-africains

L’Europe en a assez avec son problème de migrants. Où cela mènera-t-il ?

Plus de 8,000 migrants illégaux d'Afrique du Nord sont arrivés à Ceuta entre le 17 et le 18 mai. Ceuta est un petit territoire espagnol d'Afrique du Nord, frontalier du Maroc. Le groupe comprend environ 2,000 mineurs. L'Espagne avait déjà renvoyé plusieurs milliers de migrants de l'autre côté de la frontière vers le Maroc. Pour lutter contre l'afflux de migrants—l'un des plus importants de la région depuis des années—Madrid a fait appel à l'armée. Des soldats espagnols dans des véhicules blindés de transport de troupes ont débarqué pour arrêter la migration. Des soldats—ainsi que des renforts de la police espagnole—patrouilleront désormais la frontière.

De nombreux réfugiés ont nagé du Maroc jusqu'à Ceuta. Mais beaucoup d'autres ont été admis par les autorités marocaines de l'autre côté de la frontière. L'Espagne et le Maroc se disputent actuellement l'hospitalisation de Brahim Ghali, le chef du Front Polisario. Le Front Polisario est le groupe rebelle qui lutte pour l'indépendance du Sahara occidental. Le Sahara occidental est une région administrée par le Maroc mais peu reconnue internationalement. Beaucoup soupçonnent que le Maroc a aidé les migrants pour se venger de l'hospitalisation de Ghali. « Cela se produit à cause de la passivité absolue des autorités marocaines », a déclaré le chef de la région de Ceuta, Juan Jesús Vivas.

Comme en témoigne le déploiement des troupes, Madrid prend cela très au sérieux. « Nous allons rétablir l'ordre dans la ville et ses frontières », a déclaré le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez dans un discours télévisé. « Nous serons fermes pour garantir votre sécurité face à tout défi. »

Malgré la revendication territoriale du Maroc sur Ceuta, le ministre espagnol de l'Intérieur Fernando Grande-Marlaska a déclaré que Ceuta « est autant l'Espagne que Madrid, Séville ou Barcelone ».

L'Union européenne a également exprimé sa préoccupation face à la crise migratoire en Espagne. « Le plus important maintenant est que le Maroc continue de s'engager à empêcher les départs irréguliers, et que ceux qui n'ont pas le droit de rester soient renvoyés de manière ordonnée et efficace », a déclaré Ylva Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures. « Les frontières espagnoles sont des frontières européennes. » Ceuta a longtemps été un moyen populaire pour les migrants d'entrer en Europe.

Cette dernière crise survient après que 20,000 migrants ont tenté d'entrer aux îles Canaries l'année dernière. Beaucoup de migrants venaient du Maroc et même d'aussi loin que du Sénégal.

Mais il n'y a pas que l'Espagne qui souffre. L'Europe dans son ensemble a été confrontée à l'immigration musulmane illégale et même au terrorisme. En avril, un Tunisien, entré illégalement en Europe, a commis un acte terroriste dans la banlieue parisienne. En mars, le Danemark est devenu le premier pays européen à révoquer les permis de séjour des réfugiés syriens. Lors des récentes élections législatives néerlandaises, les partis d'extrême droite anti-Islam ont obtenu les meilleurs résultats de leur histoire.

L'Europe moderne est fière de sa progressivité avant-gardiste. Les politiques comme le multiculturalisme étaient autrefois quelque chose dont les Européens étaient fiers.

Mais sur les rives de Ceuta—et dans le reste de l'Europe—le vent tourne.

« Il y a des villes et des banlieues en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne et dans d'autres pays européens qui ressemblent, sonnent et sentent plus comme Riyad ou Damas », a écrit Brad Macdonald, directeur de la rédaction du site Web theTrumpet.com en avril 2015. « Des communautés islamiques, qui se développent à travers l'Europe, choisissent de ne pas s'intégrer et établissent plutôt la culture musulmane dans leurs pays d'accueil. « Dans certaines villes, les minarets sont aussi courants que les clochers. Dans certaines communautés, la loi est la charia. Plus de quelques villes d'Europe occidentale ont des quartiers ‘interdits’ qui sont tout simplement trop dangereux pour que les Européens natifs s'y aventurent. »

Ce n'était pas ce que les Européens avaient en tête lorsqu'ils ont décidé d'embrasser le multiculturalisme.

Et avec chaque poussée provocatrice du monde musulman—qu'il s'agisse d'un attentat terroriste à Paris, ou du Maroc encourageant l'immigration illégale en Espagne—l'Europe devient de plus en plus frustrée par son « problème musulman ».

Où cela mènera-t-il ?

La Bible fournit la réponse dans le livre de Daniel. « Au temps de la fin, le roi du midi [du Sud] se heurtera contre lui. Et le roi du septentrion [du Nord] fondra sur lui comme une tempête, avec des chars et des cavaliers, et avec de nombreux navires ; il s'avancera dans les terres, se répandra comme un torrent et débordera. Il entrera dans le plus beau des pays, et plusieurs succomberont… Il étendra sa main sur divers pays, et le pays d'Égypte n'échappera point. Il se rendra maître des trésors d'or et d'argent, et de toutes les choses précieuses de l'Égypte ; les Libyens et les Éthiopiens seront à sa suite » (Daniel 11 : 40-43).

Comme l’explique Gerald Flurry, le rédacteur en chef de la Trompette, dans son livret gratuit Le roi du sud, ceci se réfère à un affrontement entre deux blocs de pouvoir. Le « roi du sud » est l’Islam radical dirigé par l’Iran, le plus grand État parrainant le terrorisme dans le monde entier. Mais il comprendra également de nombreux pays africains comme l’Égypte, la Libye et l’Éthiopie. Le « roi du nord » est une puissance européenne unie.

Le roi du sud « se heurtera » spécifiquement contre le roi du nord. En d’autres termes, l’Islam radical pousse l’Europe à la colère par des mesures provocatrices.

Les masses de réfugiés nord-africains qui s’efforcent d’entrer en Espagne reflète cela. Et l'Espagne y voit une menace suffisamment importante pour impliquer l'armée.

Pour en apprendre plus, commandez votre exemplaire gratuit du livret Le roi du sud . Veuillez lire aussi l’article « Je suis Charles the Hammer » (disponible uniquement en anglais) pour en savoir plus sur l’angoisse croissante de l’Europe avec ses populations musulmanes.

Fr Kos