Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

201110 money istock 184136418

ISTOCK.COM/PLEASUREOFART

L’Europe aide la Russie et la Chine à affaiblir le dollar

Les plans pour un monde dédollarisé s’accélèrent.

L'Union européenne—en particulier l'Allemagne—s'associe à la Russie et à la Chine pour affaiblir le dollar. La recherche d’une plus grande indépendance vis-à-vis du dollar, par la Russie et la Chine, n’a rien de nouveau. Cependant, la tendance continue de connaître des événements marquants.

La part du dollar dans les échanges entre la Russie et la Chine est tombée en dessous de 50% pour la première fois cette année, atteignant 46%. Il y a à peine 50 ans, ce chiffre était de 90%. Il a été remplacé par l'euro, à 30%, et le rouble russe et le yuan chinois, représentant encore 24% ensemble. Ce sont de nouveaux records pour les trois devises.

En outre, la part de l'euro dans les exportations russes vers l'UE est passée de 38% à la fin de 2019 à 43% au premier trimestre de 2020.

Une plus longue perspective montre la même tendance. Depuis la création de l'euro, la part des dollars détenus en réserve par les banques centrales du monde entier est passée de 70% à 60%. L'euro représente désormais 20% des réserves étrangères détenues globalement. Le yuan chinois représente un autre 5%, tout comme le yen japonais.

Tout cela mène à un « moment décisif » pour la Russie et la Chine sur la voie de la dédollarisation, a déclaré Alexey Maslov, directeur de l'Institut d'études d'Extrême-Orient à l'Académie des sciences de la Russie, s'adressant à la revue Nikkei Asian Review. « La collaboration entre la Russie et la Chine dans le domaine financier nous indique qu'ils trouvent enfin les paramètres d'une nouvelle alliance entre eux », a-t-il déclaré. « Beaucoup s'attendaient à ce qu'il s'agisse d'une alliance militaire ou d'une alliance commerciale, mais maintenant, l'alliance évolue davantage dans la direction bancaire et financière… »

Tout cela peut être un petit début, mais il est clair que la Chine veut déplacer les fondations du monde économique. Que peut-elle gagner d'un tel déplacement ?

« Si la Chine peut gagner l'Allemagne, elle peut gagner l'Europe. Elle peut gagner le monde », a déclaré une analyse du 14 octobre publiée par la Fondation pour la défense des démocraties. La Chine a besoin de l'Europe—et de l'Allemagne en particulier—comme alliées, si elle veut réussir dans ses ambitions mondiales. L’objectif de la Chine est de remplacer le dollar par sa propre monnaie et de bâtir un empire industriel. Et « la coopération avec l'industrie allemande est au cœur de cette stratégie », indique le rapport. En Europe, la rhétorique sur le remplacement du dollar devient de plus en plus manifeste.

Le commissaire de l’Union européenne, Günther Oettinger, a appelé à la « dédollarisation » de l'Europe et a déclaré que le moment était venu « de créer un contrepoids monétaire au dollar », a rapporté German-Foreign-Policy.com le 14 septembre.

Oettinger a souligné le récent accord de relance de l’UE, dans lequel l’Union a accepté une dette partagée et une impression massive de monnaie, comme une « sorte de Bretton Woods du 21e siècle » qui pourrait aider à « affaiblir » le dollar à l’avenir.

Qualifier le plan de sauvetage économique de l’UE de « Bretton Woods » européen est révélateur. L'accord original de Bretton Woods a été négocié par les États-Unis en juillet 1944. Il a réuni 44 pays pour créer un système financier mondial utilisant le dollar américain pour le commerce et la détention de réserves. Il a également mis fin à la dépendance à l’étalon-or et a fixé la valeur des devises de ces pays à celle du dollar américain. Pour faire fonctionner ce système, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale ont été créés.

L'abandon de l'étalon-or et l’adoption du dollar américain comme monnaie de réserve au lieu de la livre sterling britannique ont accéléré la dissolution de l'Empire britannique. La Grande-Bretagne, accablée par la dette des deux guerres mondiales, n'avait guère le choix. Cela a laissé les États-Unis comme leur successeur naturel et la prochaine superpuissance financière du monde. Le commerce en dollars américains est devenu si répandu que Washington a acquis le pouvoir de sanctionner pratiquement n'importe quel pays, car toutes les transactions en dollars américains, à un moment donné, doivent passer par une banque américaine.

Maintenant, les politiciens européens veulent ce pouvoir. Ils parlent d'avoir un nouvel accord de type Bretton Woods, établissant l'Europe et l'euro comme successeur des États-Unis et du dollar.

Afin d'exercer sa puissance financière croissante, l'UE doit d'abord se mettre d'accord entre ses propres membres sur la manière d'utiliser ce pouvoir.

Cela pourrait bientôt devenir beaucoup plus facile.

La présidence allemande de la Commission de l’UE pourrait apporter certains de ces changements nécessaires. Le 16 septembre, la présidente de la Commission de l’UE, Ursula von der Leyen, a prononcé un discours sur « l'état de l'union ». Un sujet, qui n'a reçu que quelques lignes de passage dans la seconde moitié de son discours, pourrait s'avérer être l'un des plus significatifs de tout ce qu'elle a mentionné : passer du vote par consensus à la prise de décisions à la majorité. Ce pouvoir serait utilisé pour appliquer des sanctions internationales.

« Lorsque les États membres disent que l'Europe est trop lente, je leur dis d'être courageux et de passer enfin au vote à la majorité qualifiée—au moins sur les droits de l'homme et la mise en œuvre des sanctions », a-t-elle déclaré.

Comment un tel changement pourrait-il transformer l'UE ? Le célèbre journaliste et auteur italien Luigi Barzini a écrit dans The Europeans [Les européens] que si cela aurait été adopté dès le début, le vote à la majorité « aurait finalement transformé une simple union douanière lâche et criblée de lacunes en une confédération compacte comme la Suisse ou les États-Unis. » La France l'a reporté indéfiniment en 1966. Mais l'UE l’envisage encore. Une « confédération compacte comme… les États-Unis » est peut-être plus proche que la plupart ne le pensent.

« À maintes reprises, cette Assemblée a appelé l'Europe à se doter d'un équivalent de la loi Magnitsky », a poursuivi von der Leyen, « et je peux annoncer que nous allons maintenant présenter une proposition ». Après son discours, elle a dit à Euronews que l’Europe a besoin d’un outil « pour imposer des sanctions plus rapidement, et par conséquent, en tant que Commission, nous proposerons une loi Magnitsky, ainsi nommée, pour faire avancer tout le monde sur ce sujet. »

La loi Magnitsky est une autre référence à la puissance économique américaine. Il a établi un système juridique permettant aux États-Unis de sanctionner les pays qui violent le droit international. L'Europe envisage maintenant un cadre similaire pour faire appliquer ses propres règles sur le monde entier.

Avec un dirigeant fort, ces nouveaux pouvoirs de sanction et de vote, et une monnaie soutenue par la Russie et la Chine, l'UE pourrait devenir une force redoutable.

Bien sûr, des changements majeurs sont nécessaires avant que cela ne devienne une menace. Le dollar demeure toujours la méthode préférée des échanges mondiaux—pour le moment. En 2017, 88% des échanges mondiaux de devises se faisaient en dollars. Cela restera probablement le cas tant que l'économie américaine sera forte. Cependant, cela ne durera pas. Bien que cela puisse paraître lointain, nous devons être conscients de la façon dont l'UE pourrait bientôt gagner beaucoup plus de pouvoir.

Un discours sur l'état de l’union. Le pouvoir de sanctionner d’autres nations avec des conséquences. Le développement d'une monnaie de réserve mondiale. Les analystes commencent à peine à commenter ce que la Trompette dit depuis des années : l'Europe veut être une superpuissance. Et elle ne sera pas seule : la Russie et la Chine, et éventuellement d'autres nations asiatiques, joueront également un rôle vital.

Ces développements correspondent exactement à une alliance qui a été prophétisée dans la Bible il y a des milliers d'années.

« Deux grands blocs commerciaux se positionnent pour contrôler le monde », écrit le rédacteur en chef de la Trompette, Gerald Flurry, dans son livret sur Ésaïe. Dans son livre sur Ézéchiel, il déclare que « l'Union européenne dirigée par l'Allemagne va bientôt unir ses forces avec la Russie, la Chine et le Japon pour exclure les États-Unis de plus en plus de marchés. Cette alliance croissante entre une superpuissance européenne montante et la Russie, la Chine et d'autres nations asiatiques est appelée « le marché des nations » dans la Bible (Ésaïe 23 : 3). Ézéchiel 5 ajoute plus de détails, montrant que cette alliance assiégera les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'État juif, se terminant par une attaque militaire et une captivité. Mais avant que cette captivité ne commence, un tiers de la nation périra des conséquences de ce siège économique.

Cette alliance économique puissante, prévue il y a des milliers d'années, est déjà visible. Lorsqu'elle sera suffisamment forte, les conséquences pour le dollar—et pour les États-Unis—seront bien plus graves que la plupart ne le réalisent. Commandez notre livret gratuit sur Ésaïe pour comprendre cette alliance et pour voir sa pertinence directe pour vous dans un monde qui change rapidement.

Tb Ad Fr