Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Nuke

James Cridland/Flickr

L'Europe recherche une stratégie nucléaire collective

Plus d'Européens acceptent l'idée que le continent doit développer un commandement consolidé des armes nucléaires.

Lundi, le New York Times a rapporté la conversation croissante en Europe sur la nécessité d'élaborer un programme d'armes nucléaires collectif européen.

Les responsables européens discutent d'un plan, écrit Max Fisher, dans lequel

« l'arsenal nucléaire de la France serait réutilisé pour protéger le reste de l'Europe et serait mis sous un commandement européen commun, un plan de financement commun, une doctrine de défense commune ou une combinaison des trois. Il ne serait promulgué que si le continent ne pouvait plus compter sur la protection américaine. »

Le fait que l'Europe discute même de ce sujet est remarquable. L'Europe d'après-guerre est fameusement pacifiste et, au moins jusqu'à récemment, a été à l'avant-garde du désarmement nucléaire mondial. Le fait que cette question est maintenant ouvertement et sérieusement discutée par les dirigeants européens, les médias traditionnels, et un nombre croissant de citoyens européens, révèle des angoisses pulsant à travers le continent ; des inquiétudes qui incluent une Russie résurgente et combative à l'Est, une présence américaine en retrait dans des régions critiques pour la stratégie européenne, et une Grande Bretagne plus indépendante.

Aussi instructif que cela puisse paraître, l'article du Times n'a pas été au cœur de cette question. Bien que la notion d'amener les armes nucléaires de la France sous un « commandement européen commun » semble rationnelle, le fait est, en ce qui concerne l’intégration européenne sur toute question, il n'y a pas de « commandement européen commun ». L'Allemagne est la plus grande nation de l’Europe et la plus puissante économiquement et politiquement. La simple présence de l'Allemagne dans toute entité européenne collective en fait le chef de facto. Accorder des armes nucléaires à un « commandement européen commun » signifie accorder des armes nucléaires à l'Allemagne.

Voici la question sur laquelle nous devrions réfléchir : l'Europe est-elle—le monde est-il—à l'aise avec l'Allemagne obtenant des armes nucléaires ?

Nous sommes encore au début de la conversation et, comme l'a expliqué Fisher, certains obstacles importants doivent être surmontés avant que l'Europe ne forme une stratégie nucléaire commune. Mais le fait que cette discussion est même en cours—qu'il n'a pas été catégoriquement rejeté ou consommé dans un tollé public massif—est extrêmement révélateur. Même le fait que cette conversation se déroule montre qu'il y a un appétit croissant pour une sorte de stratégie nucléaire et militaire paneuropéenne globale. Considérez également que les facteurs qui poussent l'Europe à penser dans cette direction ne disparaîtront pas bientôt. Au contraire, les conditions mondiales et les conditions à l'intérieur de l'Europe intensifieront l'envie de développer une sorte de couverture de sécurité nucléaire.

Il s'agit d'un développement majeur qui doit être surveillé de près. Fisher a écrit (emphase ajoutée) :

Bien qu'aucun nouveau pays ne rejoigne le club nucléaire dans le cadre de ce programme, il s'agirait d'une escalade sans précédent de la puissance militaire collective européenne et d'une rupture radicale avec le leadership américain.

Aujourd'hui, les armes nucléaires sont considérées avant tout comme une question géopolitique. Chaque fois que les armes nucléaires sont discutées, c'est généralement dans le contexte de la stratégie et de l'effet de levier. Beaucoup apprendront probablement de la stratégie nucléaire en développement de l'Europe et penseront, l'Amérique a des armes nucléaires, la Grande-Bretagne a des armes nucléaires, et la Russie a des armes nucléaires. N'est-il pas juste pour l'Europe aussi d'avoir des armes nucléaires ? La réponse est simple : l'histoire de l'Europe est pleine de compétitions et de conflits. L'Allemagne, en particulier, n'a pu vivre pacifiquement avec ses voisins pour plus de quelques décennies. Aujourd'hui, plusieurs facteurs convergent sur l'Europe qui ressuscite les tendances historiques qui résultent inévitablement à la guerre.

Le développement d'une sorte de stratégie nucléaire européenne signifierait que le prochain conflit majeur de l'Europe sera nucléaire.

Cela devrait susciter plus qu'un peu d'inquiétude. Pour en savoir plus, lisez « Le secret nucléaire de l'Europe ».  

No Fr