Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

15289

JEWEL SAMAD/AFP/Getty Images and BRENDAN SMIALOWSKI/AFP/Getty Images

L’histoire inédite du jour des élections 2016

Peu importe qui gagne, l’Amérique perdra.

Le 8 novembre est le jour de la décision. Les Américains choisiront qui sera le prochain président des États-Unis: Donald Trump ou Hillary Clinton. Il n'y a jamais eu de cycle électoral comme celui-ci. Plus de la moitié des Américains n'aiment pas les deux candidats. Les mensonges, les insultes, les scandales et le comportement enfantin des deux candidats ont été étouffant.

Trump promet de «Rendre l'Amérique grand encore!» Clinton promet d'unifier l'Amérique avec son slogan, «Plus fort ensemble». Pourtant, les deux parties affirment que si leur candidat ne gagne pas, ce sera le désastre pour l'Amérique. Certains décrivent Trump comme un fasciste; Certains décrivent Clinton comme un criminel. Pourtant, l'une de ces deux personnes deviendra le prochain président de la superpuissance mondiale. Les tensions sont fortes, et le désastre semble surgir à l'horizon.

La démocratie semble être brisée. Les nombreux processus qui ont élu des dirigeants capables dans le passé semblent nous avoir échoués. L'avenir de l'Amérique est en suspens.

Il y a une histoire inédite du jour des élections 2016. Alors que l'Amérique et le monde se concentrent sur ce que sera l'Amérique après l'élection, ils ignorent ce que l'Amérique est maintenant. Le président Barack Obama a changé cette nation. L'Amérique a été attaquée pendant huit ans. Celui qui héritera de la Maison Blanche présidera les États-Unis radicalement transformés.

Pour comprendre ce que l'avenir présage pour l'Amérique, nous devons comprendre les dommages infligés par l'administration Obama au cours des huit dernières années.

Le changement promis

Lorsque le président Obama a été élu en 2008, une vague d'euphorie a balayé le pays: Le premier afro-américain avait été élu président. Beaucoup croyaient qu'il était un symbole de l'espoir que l'avenir de l'Amérique était brillant. Ce fut un moment historique et un point tournant pour la nation. Pendant le discours de victoire du président Obama à Chicago, les larmes ont coulé comme les gens ont écouté la promesse de changement:

«Cela a pris beaucoup de temps, mais ce soir, à cause de ce que nous avons fait ce jour-ci, lors de cette élection, à ce moment déterminant, le changement est arrivé en Amérique. ... La route sera longue. Notre ascension sera abrupte. Nous n'arriverons peut-être pas dans un an ou même un seul mandat, mais l'Amérique—je n'ai jamais été aussi optimiste que je ne le suis ce soir que nous y arriverons. Je vous le promets—nous en tant que peuple y arriverons.»

L'Amérique a changé sous la direction du président Obama, mais pas dans la direction que beaucoup espéraient. Il y a eu un virage drastique vers la gauche radicale dans la gouvernance. L'administration actuelle a délibérément cherché à transformer le pays. Le président Obama a une philosophie politique de la gauche radicale et a mis en œuvre des politiques visant à saper les piliers de la société américaine.

Cela peut sembler plus étrange que la fiction. Cependant, il y a des preuves accablantes pour prouver que le président a été utilisé pour attaquer l'Amérique.

L’âge d’Antiochus

Dieu a inspiré le Prophète Daniel à prédire ce qui se passerait dans «le temps de la fin». Une telle prophétie était sur Antiochus Épiphane dans Daniel 8 et 11.

Anciennement, Antiochus Épiphane régnait sur les Grecs séleucides de 175 à 164 avant J-C. L'Empire séleucide était l'une des quatre divisions de l'empire d'Alexandre le Grand quand il s'est fracturé après sa mort. Les Grecs séleucides régnaient sur l'Asie Mineure, la Syrie et le Levant du Nord, avec la capitale à Antioche. Au cours d'une des campagnes d'Antiochus en Égypte, il a été repoussé par les Romains et est descendu dans une fureur. Il dirigea cette colère contre les Juifs.

La Judée était sous son contrôle, et l'armée séleucide devait traverser cette région pour rentrer chez elle en 168 avant J-C. En raison d'un mélange de politique intérieure, d'antisémitisme et d'influence satanique, Antiochus a déchaîné un torrent de barbarie contre les Juifs. Il abattit beaucoup, détruisit autant de copies de la loi qu'on pouvait trouver, et installa une statue de Zeus dans le temple.

Daniel 8: 9 prophétise d'une «petite corne», qui fait référence à Antiochus Épiphane (pour plus d'informations, lire Daniel Enfin Descellé! ). Une force satanique a possédé cet homme et l'a fait commettre des crimes brutaux contre les Juifs. Le plus grand fut le «péché dévastateur» trouvée dans le verset 13. Antiochus avait placé une statue de Zeus dans le saint des saints, l'endroit même qui symbolisait la salle du trône de Dieu.

Le verset 14 révèle que le sacrifice perpétuel serait arrêté pendant 3 ans et demi. Cette oppression a provoqué la rébellion des Maccabées, où un petit nombre de Juifs ont combattu et ont éventuellement retrouvé leur liberté après une lutte désespérée.

La Bible et l'histoire séculière indiquent qu’Antiochus était une personne vile avec une profonde haine pour les Juifs. Daniel révèle qu’Antiochus a été utilisé par Satan pour attaquer les Juifs et pour détruire la loi. Tandis que cette première figure d'Antiochus dont Daniel a prophétisé est arrivée et est partie, sa prophétie a aussi une application pour notre temps aujourd'hui! Il devait y avoir des types d'Antiochus au temps de la fin, qui attaquerait le peuple de Dieu.

Un Antiochus spirituel de la fin des temps est déjà venu et a démantelé la véritable Église de Dieu. Satan a utilisé cet homme pour attaquer la direction de l'Église et ensuite, pour détruire le reste. Pour en savoir plus sur cette histoire fascinante, demandez le Message de Malachie.

Il y a aussi un type physique de cette Antiochus de la fin des temps qui attaquerait l'Amérique. Tout comme Satan a attaqué d'abord les dirigeants de l'Église avec un Antiochus, Satan attaquerait aussi l'Amérique de la même manière. La raison de cette attaque est parce que l'Amérique est l'une des nations modernes d'Israël (pour prouver cela pour vous-même, s'il vous plaît lisez notre livre Les Anglo-Saxons selon la prophétie).

Regardez en arrière au cours des huit dernières années. Comparez l’Amérique 2016 à l'Amérique 2008. Un grand changement s'est produit dans ce pays, et tout cela suit les directives d'un programme radical-gauche. Cette transformation va à l'encontre du fondement du droit, de la culture et de l'identité américaine. Tout est destiné à détruire l'histoire de l'Amérique avec Dieu et à briser la foi de la nation. Le rédacteur en chef de la Trompette, Gerald Flurry, explique tout cela dans son livre L’Amérique Sous Attaque.

L’attaque contre la loi

Dans The Bible as History [La Bible comme Histoire], Werner Keller a écrit qu'Antiochus cherchait à «écraser et détruire la foi d'Israël». La principale méthode qu'il employait était la destruction systématique des copies de la Torah. Les troupes séleucides ont défilé dans la campagne de Judée, détruisant toute copie de la Torah qu'ils ont trouvée. C'était un assaut contre la loi de Dieu et la principale source de la foi des Juifs.

L'ancien Antiochus haïssait le règne de la loi, et cela est également vrai pour l’Antiochus de la fin des temps qui dirigerait l'Amérique. Il n'y a jamais eu d'attaque contre la loi en Amérique comme cela a été fait par cette administration. La Constitution est la loi suprême du pays, l’élément vital de l'identité américaine et la garantie de nos libertés. C'est l'objectif principal de l'agenda de l'extrême gauche de cette administration.

Avant qu'un président n'assume la responsabilité de l’office, il doit prêter le serment d’office: «Je jure solennellement (ou affirme) que je remplirais fidèlement les fonctions de président des États-Unis et que je ferai de mon mieux pour protéger et défendre la Constitution des États-Unis.»

Le président Obama, un avocat formé à Harvard qui a enseigné le droit constitutionnel à l'Université de Chicago, a fait le contraire. Dans L’Amérique Sous Attaque, M. Flurry écrit: «L'administration Obama prend des mesures à peu près toutes les semaines qui soulèvent des questions constitutionnelles et qui menacent d’amoindrir le document fondamental de l’Amérique.» Le président a cherché à dissoudre la séparation des pouvoirs en contournant le Congrès et en agissant en tant que chef de l'exécutif et de la législature. Aucun autre président de l'histoire des États-Unis n'a élargi les pouvoirs de l'exécutif si rapidement et si efficacement. L'idéologie radical-gauche approuve un gouvernement enflé, et c'est exactement ce que le président Obama a livré.

Dans son livre le plus récent, Great Again [Grand Encore], M. Flurry écrit: « Quand il est devenu président, Barack Obama a promis à ses partisans une transformation radicale des États-Unis. …

«M. Obama est un critique franc de la Constitution et a longtemps souhaité abandonner ses restrictions.» C'est le processus que nous avons vu au cours des huit dernières années! Où est-ce que tout cela mène? M. Flurry poursuit:

« Vous rendez-vous compte combien dangereuse est cette tendance vers l'anarchie? Très peu de gens le font. Mais il donne un aperçu de la nature réelle de la menace qui pèse sur l'Amérique.

«Ceci mène l’Amérique rapidement vers une guerre raciale et un règne par la dictature ou la tyrannie.»

C'est là où cela nous mènes. Le président Obama et la gauche radicale ont réussi à affaiblir les contrôles et les équilibres du gouvernement américain au point où un dictateur pourrait prendre le pouvoir. Cela peut sembler être une fantaisie cruelle que le pays de la liberté cesserait d'être une démocratie, mais c’est ce qui a été l'objectif d'Antiochus dès le début.

Nous ne connaissons pas encore l'issue du jour des élections 2016 et le futur chef de l'Amérique, mais quiconque gagne la Maison Blanche héritera des pouvoirs élargis et des précédents dangereux qui pourraient mettre la république en danger. C'est le danger suprême: Peu importe qui gagne l'élection ou mène l'Amérique, les dommages à la Constitution et au règne de la loi ont déjà été fait.

La retraite globale

L'un des héritages déterminants du président Obama sera sa tentative de transformer la politique étrangère. M. Obama a cherché à s'éloigner de l'apparente militarisation de son prédécesseur George W. Bush. Au cours des huit dernières années, cependant, il y a eu un changement beaucoup plus radical dans l'idéologie.

Le président Obama a préconisé une politique de diriger à partir de l’arrière. Les États-Unis sont depuis très loin derrière. Dans chaque théâtre mondial, les rivaux et les ennemis américains ont saisi l'initiative. La Russie a saisi la Crimée et certaines parties de l'Ukraine orientale; Elle domine également le conflit en Syrie. L'hégémonie de l'Iran au Moyen-Orient augmente chaque jour. La Chine contrôle efficacement la mer de Chine méridionale et agit agressivement en toute impunité. L'État islamique et le terrorisme ont ravagé le monde avec vengeance. L'ordre mondial s'effondre, et tout ceci s’est produit sous la surveillance du président Obama.

Un incident, avant tout, caractérise l'échec du président dans la politique étrangère. En août 2012, le président Obama a créé une «ligne rouge» pour le président syrien Bashar Assad: Si Assad utilisait des armes chimiques, les États-Unis interviendraient. Un an plus tard, Assad a utilisé du gaz sarin pour abattre près de 1500 de ses propres habitants. Plus de 400 étaient des enfants. Pourtant, le président Obama a choisi de ne pas faire respecter la ligne rouge. En fait, nous savons par l'article de Jeffrey Goldberg dans la revue The Atlantic intitulé «The Obama Doctrine» [La Doctrine d’Obama] que le président considère son inaction sur la ligne rouge syrienne comme l'une de ses plus grandes réalisations en matière de politique étrangère. En plus de détruire la crédibilité américaine, il n'a rien fait pour arrêter la souffrance des Syriens innocents. Lorsque le président Obama a eu la possibilité d'intervenir en 2013, 5 000 Syriens avaient été tués. Aujourd'hui, le bilan de la guerre civile syrienne est d'environ 500 000 personnes.

Le président a également tenté de réorienter complètement les loyautés américaines. Il a entrepris une croisade diplomatique pour créer un accord nucléaire avec l'Iran. Les circonstances de l'entente étaient frauduleuses, et elle demeure l'une des pires décisions diplomatiques de l'histoire des États-Unis. Le régime iranien n'a fait aucune concession et ses menaces anti-occidentales, antisémites et apocalyptiques sont plus crédibles que jamais. Même après que l'Iran a humilié 10 marins américains, le gouvernement américain n'a rien fait pour arrêter l'allégement des sanctions. Au lieu de cela, l'Iran a reçu des milliards de dollars.

La deuxième catastrophe a été la levée de l'embargo économique sur Cuba. Depuis la révolution cubaine de 1959, Cuba était une menace pour la sécurité nationale des États-Unis. Cela a été dangereusement illustré par la crise des missiles à Cuba. Ce qui est le plus étonnant, c'est que le gouvernement cubain n'a apporté aucun changement à ses idéologies anti-américaines ou à son modèle d'abus des droits humains. Maintenant, les États-Unis ont assoupli les restrictions commerciales et les restrictions de voyage sur une île communiste hostile; Pas de repentance nécessaire.

Ce qui est le plus évident, ce sont les sentiments anti-israéliens de l'administration. Le président Obama a embarrassé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à plusieurs reprises, et a méprisé les opinions de l'État juif. L'administration actuelle a également mentionné Israël comme une force d'occupation. C'est surtout ce sentiment anti-israélien qui reflète le caractère d'Antiochus. Alors que l'État juif fait face à des menaces existentielles de l'Iran et d'autres voisins du Moyen-Orient, M. Obama se plie diplomatiquement aux ennemis des Juifs.

Ces changements de politique étrangère et l'aliénation soudaine de vieux alliés ont laissé l'Amérique dans un état de faiblesse sans précédent. En fait, il s'agit simplement d'une brève étude des vastes catastrophes de politique étrangère subies au cours des huit dernières années. Cet effondrement international laisse au prochain président un énorme désavantage. Les plates-formes de politique étrangère de Donald Trump et Hillary Clinton offrent peu d'espoir de se remettre de huit années de retraite.

À cause du péché

Depuis huit ans, l'Amérique a vécu dans l’âge d’Antiochus. Le 8 novembre, les Américains choisiront qui les guidera dans leur avenir incertain. Trump et Clinton ont tous deux une histoire de corruption. Les mensonges et les accusations sont les seuls titres de la campagne. Comment l'Amérique a-t-elle atteint le point où le seul choix est entre Donald Trump et Hillary Clinton?

La réalité est que c'est la faute du peuple américain. La seule façon dont la corruption morale peut triompher dans le gouvernement, c'est quand les gens sont moralement corrompus.

Daniel 8:12 dit que Dieu a permis à Antiochus de commettre des maux contre les Juifs, et de profaner le temple «à cause du péché». Ce sont les péchés du peuple qui a produit cette punition. Au deuxième siècle avant J-C, le peuple en Judée avait déjà commencé à adopter la culture des Grecs et à s’Helléniser. L'historien Edwyn Bevan a écrit:

«C’est un fait cardinal à saisir en estimant la politique d'Antiochus Épiphane que l'initiative dans l'Hellénisation de Jérusalem n'était pas du côté du roi, mais des Juifs eux-mêmes.»

Avant même qu'Antiochus ait arrêté le sacrifice perpétuel dans le temple et détruit des copies de la loi, les Juifs s'éloignaient de la loi et de la vraie religion, se dirigeant vers les voies du monde. Seuls quelques-uns ont aimé la loi et la vérité assez pour se battre pour elle.

C'est la même chose aujourd'hui. La seule raison pour laquelle un Antiochus politique pourrait systématiquement saper la Constitution et l'Amérique elle-même est à cause des péchés du peuple américain. Il y avait déjà un esprit anarchique dans la société américaine, surtout dans la classe intellectuelle. Le président Obama l'a simplement exploité à ses propres fins. Nous n'avons personne pour blâmer, sauf nous-mêmes.

Grand encore

Donald Trump et Hillary Clinton sont un miroir pour chaque Américain. Ils reflètent ce qu'est devenu le caractère national américain. Le président Obama a été capable d'agir illégalement en raison de l'anarchie de notre peuple, et c'est aussi pourquoi deux candidats présidentiels corrompus sont le seul choix de la nation.

C'est l'histoire inédite du jour des élections 2016. L'Amérique a été sous attaque pendant huit ans. Celui qui gagnera l'élection fera face à une Amérique démantelée sur le plan national et international. Quiconque gagnera, héritera aussi des pouvoirs qui dépassent de loin ce que la Constitution permet. Quelle que soit la politique adoptée, les dégâts ont été causés et aucun chef humain ne peut offrir de solutions. Comme Antiochus sort de la scène, un nouvel acteur mènera la tragédie.

Le cri de ralliement de Donald Trump de «Rendre l’Amérique grand encore» a exploité la colère et la frustration de nombreux Américains qui ont une idée de ce qui est arrivé à ce pays. Pourtant, Trump est incapable de rendre l'Amérique grand encore. Et Hillary Clinton non plus. Les temps ne feront qu'empirer pour l'Amérique dans les jours à venir. Peu importe qui gagne, l'Amérique perdra—elle connaîtra les pires souffrances de l'histoire humaine.

Pourtant, il y a une fin brillante. L'Amérique sera grande encore, mais seulement après qu'elle se repent et cède au règne de Dieu, et à l’avenir merveilleux qui est réservé pour l'humanité.