Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

190916 saudi%20oil%20attack gettyimages 1168032858

AFP/GETTY IMAGES

L'Iran attaque la plus grande installation de traitement du pétrole au monde

Les prix du pétrole bondissent de 20% après que les attaques ont interrompu 5% de la production mondiale de pétrole.

Des panaches de fumée s'échappaient de la plus grande usine de traitement du pétrole au monde, le 14 septembre après qu'une attaque iranienne coordonnée eut causé l'arrêt temporaire de la moitié de la production de pétrole de l'Arabie.

Selon ABC News, l'Iran a lancé près d'une douzaine de missiles de croisière et plus de 20 drones dans le cadre d'une attaque contre l'usine de traitement du pétrole d'Abqaiq en Arabie saoudite. Les images satellitaires diffusées par les autorités américaines montrent clairement que 17 structures ont été endommagées lors de l'attaque, notamment ses réservoirs de stockage, démontrant un niveau de précision sans précédent de la part de l'Iran. Bien que les Houthis aient revendiqué la responsabilité de l'attaque, les responsables américains s'accordent à dire que, sur la base de la précision de l'attaque et de l'angle des impacts, l'Iran pourrait être tenu pour responsable.

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a accusé catégoriquement l'Iran d'être responsable de l'attaque du 14 septembre, malgré les dénégations des autorités iraniennes. Pompeo a publié sur Twitter : « L'Iran a maintenant lancé une attaque sans précédent sur l'approvisionnement énergétique du monde. Il n'y a aucune preuve que les attaques sont venues du Yémen. » Le Koweït, qui borde l'Irak, a déclaré qu'il enquêtait sur l'observation d'un drone au-dessus de son territoire.

« Il ne fait aucun doute que l’Iran est responsable de cela », a déclaré un autre représentant des États-Unis aux journalistes. « Peu importe comment vous le trancher, il n'y a pas d'échappatoire. Il n'y a pas d'autre candidat. »

Le président Donald Trump était moins catégorique. Sur Twitter, il a déclaré : « Il y a des raisons de croire que nous connaissons le coupable, que nos armes sont prêtes et chargées en fonction de la vérification, mais que nous attendons des nouvelles du Royaume pour nous dire qui, selon eux, a été la cause de cette attaque, et dans quelles conditions nous procéderions ! »

Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman a déclaré au président Trump que le gouvernement saoudien était prêt à faire face à cette « agression terroriste ».

Un haut commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique a averti que l'Iran était prêt pour une guerre « à part entière ». Le président Trump affirme que les armes des États-Unis sont « prêtes et chargées » pour des représailles ; cependant, cela peut être du bluff car toute représailles à grande échelle risque de déclencher une guerre régionale au Moyen-Orient.

Pompeo a accusé l'Iran pour plus de 100 attaques contre l'Arabie saoudite. Les États-Unis ont également accusé l'Iran d'avoir saboté six pétroliers. Ces attaques comprennent l'attaque du 12 mai contre quatre pétroliers dans le golfe d'Oman et l'attaque du 14 mai contre deux installations pétrolières saoudiennes sur l’oléoduc Est-Ouest d'Aramco.

La hausse des prix du pétrole

« Depuis les deux crises pétrolières des années 1970, les responsables de la sécurité énergétique s'inquiètent d'une attaque délibérée sur l'un des points d'étranglement critiques de la production et des transports d'énergie », écrivait le Wall Street Journal le 14 septembre. « Les couloirs de navigation maritimes comme le détroit d'Ormuz font généralement l'objet de telles spéculations. L'installation en question à Abqaiq est peut-être plus critique et vulnérable. »

Depuis l'attaque du 14 septembre, les prix du pétrole ont déjà bondi de 20 % le matin du 16 septembre, soit la plus grande hausse en 28 ans.

Dans l’article « Les prix du pétrole brut augmentent plus que jamais après l'attaque qui a réduit les approvisionnements saoudiens », Bloomberg a écrit, « Pour les marchés pétroliers, il s'agit de la pire perturbation soudaine jamais vue, et même si l'Arabie saoudite peut être en mesure de retourner une partie de l'approvisionnement en quelques jours, les attaques mettent en évidence la vulnérabilité du premier exportateur du monde. »

L'attaque a réduit la production de pétrole de Saudi Aramco de 5,7 millions de barils par jour et a arrêté la moitié de la production pétrolière de l'Arabie saoudite. Aramco n'a pas donné un calendrier de réparation prévu, mais une source a déclaré à Reuters qu'un retour à la pleine capacité pétrolière pourrait prendre « des semaines, pas des jours ».

Selon Consultancy Rapidan Energy Group, des images de l'installation d'Abqaiq ont montré qu'environ cinq de ses tours de stabilisation semblent avoir été détruites. Il est estimé que la reconstruction pourrait prendre des mois, ce qui entraverait la production de pétrole pendant une période prolongée.

Helima Croft, responsable mondiale de la stratégie des matières premières chez RBC Capital Markets, a déclaré à Reuters : « Abqaiq est le centre névralgique du système énergétique saoudien. Même si les exportations reprennent dans les prochaines 24 à 48 heures, l'image de l'invulnérabilité a été altérée. » L'Arabie saoudite est reconnue pour avoir dépensé des milliards de dollars pour protéger ses infrastructures pétrolières. Mais cette attaque est un message clair de l'Iran que le pétrole saoudien n'est pas sûr !

La poussée du pétrole

Depuis le début des années 1990, nous avons mis en garde contre la politique étrangère agressive de l’Iran. Le comportement belliqueux de l’Iran a été prophétisé dans le livre de Daniel, il y a 2,500 ans : « Au temps de la fin, le roi du midi [du Sud] se heurtera contre lui. Et le roi du septentrion [du Nord] fondra sur lui comme une tempête, avec des chars et des cavaliers, et avec de nombreux navires ; il s'avancera dans les terres, se répandra comme un torrent et débordera. » (Daniel 11 : 40).

Le rédacteur en chef de la Trompette, Gerald Flurry, identifie l'Islam radical dirigé par l'Iran, comme ce bloc de pouvoir du Moyen-Orient dans Le roi du sud. Il écrit :

Le roi du sud répand le terrorisme parrainé par l'État. C'est ainsi que l'Iran est devenu roi ! Daniel 11 : 40-43 est une prophétie de la fin des temps. Il s'agit d'une nation qui est agressive dans sa politique étrangère. Cette nation pousse jusqu'à ce qu'elle commence une guerre. Avoir une telle puissance signifie qu'il doit s’agir d’un pays qui est un grand producteur de pétrole. La prophétie montre que ce roi est proche de Jérusalem, de l’Égypte, de l'Éthiopie et de la Libye.

Qui d'autre pourrait être ce roi dans ce temps de la fin, sauf l'Iran ?

L'Iran est extrêmement radical—le roi de l'Islam radical. Où mène la poussée de cette nation ? Vers la guerre !

Les versets 40 à 43 affirment qu'un « roi du sud », à la fin des temps, prendra le contrôle de l'Égypte, de la Libye et de l'Éthiopie. Cela lui donnera le contrôle sur plusieurs des principaux points d'étranglement du pétrole mondial. Le contrôle de l’Égypte signifierait le contrôle du canal de Suez. Le contrôle de l'Éthiopie inclurait probablement le contrôle de la Corne de l'Afrique et du détroit de Bab el-Mandeb. La Libye est une nation productrice de pétrole et ajouterait une base stratégique sur la Méditerranée. L'Iran contrôle déjà pratiquement l'Irak, le quatrième plus grand producteur de pétrole au monde.

Le verset 40 décrit comment l'Iran pousserait « le roi du nord », l'Union européenne dirigée par l'Allemagne, à déclencher une Troisième Guerre mondiale. Pourquoi les États-Unis ne sont-ils pas mentionnés dans cet affrontement ? M. Flurry explique :

Le contrôle arabo-iranien sur la mer Méditerranée et la mer Rouge pourrait être la véritable raison pour laquelle les États-Unis ne sont pas impliqués dans cette guerre du Moyen-Orient dans Daniel 11. Notre économie est chancelante, le dollar est extrêmement faible, et l'Iran pourrait menacer ou même couper tout notre pétrole et détruire l'économie américaine pour empêcher l'Amérique de faire la guerre.

L'attaque du 14 septembre était une démonstration de tout le pouvoir obtenu par l'Iran. Le Jerusalem Post a écrit : « La capacité de lancer 20 drones et une douzaine de missiles profondément en territoire saoudien, à moins de 100 kilomètres des bases américaines au Bahreïn et ailleurs, est non seulement une escalade massive, mais signifie également que les forces américaines pourraient être ciblées. »

L'agence de presse iranienne Tasnim, affiliée à l'État, a cité le Commandant Amirali Hajizadeh qui a déclaré : « Toutes bases américaines et leurs porte-avions sur une distance allant jusqu'à 2,000 kilomètres [1,250 milles] autour de l'Iran sont à portée de nos missiles. » L'un des principaux objectifs de l'Iran est de chasser les États-Unis du Moyen-Orient. Que l'Iran réussisse ou non, la prophétie biblique indique que les États-Unis ne feront pas partie de ce conflit de la fin des temps entre l'Iran et l'Europe.

En 2003, M. Flurry écrivait : « L'Allemagne et l'Europe obtiennent plus d'un tiers de leur pétrole du Moyen-Orient... Le pétrole et l’argent donnent au roi du sud le pouvoir de ‘pousser’ et de déclencher une catastrophe mondiale ! » Le pétrole est une denrée précieuse pour l'Europe, et le contrôle de l'Iran sur le commerce mondial du pétrole est un aspect de la poussée prophétisée de l'Iran contre l'Europe. Il déclarait que l'attaque de l'Iran contre le commerce mondial du pétrole pourrait contribuer à déclencher un effondrement des monnaies faibles du monde occidental, « ce qui pourrait amener l'Europe à s'unir rapidement pour former le bloc économique le plus puissant du monde. Cet événement même est prophétisé de se produire dans votre propre Bible ! »

L'Iran teste jusqu'où il peut pousser ses voisins. Finalement, il poussera l'Europe au bord du gouffre et ce bloc de pouvoir dirigé par l'Allemagne ripostera dans une attaque « tourbillonnante », écrasant le roi du sud et conduisant finalement au retour de Jésus-Christ.

Pour plus d'informations, demandez notre brochure gratuite : Le roi du sud .