Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

210527 putin gettyimages 1232791673%20copy

MIKHAIL METZEL/TASS/GETTY IMAGES

La coopération Russie-Tadjikistan prend son envol

L’annonce du retrait des troupes américaines de l’Afghanistan offre à la Russie l’occasion rêvée de renforcer sa présence dans la région.

Le président russe Vladimir Poutine a autorisé le 17 mai la création d'un système régional de défense aérienne commun avec le Tadjikistan, une décision qui augmentera l'influence de la Russie en Asie centrale.

Lors d'une réunion avec le président tadjik Emomali Rahmon plus tôt en mai, Poutine a exprimé sa préoccupation concernant les « problèmes de sécurité » autour de la frontière tadjike-afghane. Le conflit interne en Afghanistan menace toute la région d'extrémisme, de trafic de drogue et d'armes biologiques. La situation s'est encore détériorée depuis l'annonce du retrait des troupes américaines d'Afghanistan. Mais cela a offert à la Russie l'occasion idéale de renforcer sa présence dans la région.

« Actuellement, nous formons plus de 500 de vos militaires, et jusqu'à un millier de jeunes spécialistes sont formés chaque année dans les fonds de la 201e base militaire russe », a déclaré le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou aux chefs militaires tadjiks lors d'un sommet en avril. « Nous sommes prêts à augmenter le nombre de stagiaires et de spécialistes. »

Ainsi, la direction des systèmes de défense aérienne interarmées sera dirigée par le commandant de la force du District militaire central de la Russie, et ce sera un travail colossal. Le Tadjikistan partage une frontière importante de 800 milles avec l'Afghanistan. Les analystes s'attendent donc à ce que la Russie fournisse au Tadjikistan une technologie, un matériel et des renseignements aéronautiques importants dans le cadre des systèmes de défense aérienne.

Poutine a déclaré au président Rahmon que la Russie s'est engagée à « travailler au renforcement des forces armées tadjikes » afin de répondre à sa « préoccupation justifiée » concernant la situation avec l'Afghanistan. « Nous avons un travail commun dans ce domaine, tout un programme conçu pour plusieurs années », a-t-il déclaré, « et nous ferons de notre mieux pour qu'il soit mis en œuvre dans un délai raisonnable ».

Ces systèmes de défense aérienne intégreraient certainement ces deux armées. La Russie a déjà fait la même chose en Biélorussie et en Arménie. Et le Tadjikistan n’est en aucun cas étranger à l’assistance militaire russe.

Depuis 2014, plus de 7 000 militaires tadjiks ont été formés aux tactiques et à la guerre russe. Des milliers de militaires tadjiks et de fonctionnaires ont été formés dans des universités russes. Rien qu'en février, la Russie a fourni au Tadjikistan plus de 40 pièces d'équipement d'ingénierie.

Pourquoi Poutine s'intéresse-t-il autant au Tadjikistan ? Pourquoi s'intéresse-t-il tant à l'Asie centrale ? Voici ce que dit Geopolitical Futures [L’avenir géopolitique] :

Historiquement, la Russie considère l'Asie centrale comme faisant partie de sa sphère d'influence, à la fois économiquement et militairement. Cependant, les États post-soviétiques de la région apprécient leur souveraineté. Ainsi, Moscou avance lentement et délibérément, essayant d'attirer les gouvernements régionaux à participer à des projets communs et de les convaincre de la nécessité d'une coopération étroite.

La Russie a aidé plusieurs autres anciens États soviétiques à se militariser. Dans la plupart des cas, elle a profité des conflits locaux ou régionaux. En Biélorussie, c’était les troubles civils qui ont suivi les élections présidentielles. Avec l'Azerbaïdjan et l'Arménie, c'était la guerre du Haut-Karabakh. Le Tadjikistan est tout simplement le dernier pays à se rapprocher encore plus de l'orbite de la Russie.

Au cours de son mandat, Poutine a manifesté le désir d'inverser ce qu'il a appelé la plus grande catastrophe du 20e siècle : l'effondrement de l'Union soviétique. Ses actions dans ces pays aident à atteindre cet objectif. Mais la Bible explique pleinement ces mouvements et les place dans un contexte prophétique plus large.

Dans Apocalypse 9 : 16, l’Apôtre Jean enregistre une prophétie concernant une armée de 200 millions de soldats ; il nomme cette armée « les rois venant de l'Orient » (Apocalypse 16 : 12). Ézéchiel 38 identifie la composition principale de ce bloc militaire gigantesque et qui le dirige. Le verset 2 mentionne le « pays de Magog » et un « prince de Rosch, de Méschec et de Tubal ».

Magog fait référence à la région qui compose la majeure partie de la Chine moderne. (Cela explique en partie comment cette alliance sera si grande.) Méschec et Tubal sont des noms anciens désignant les villes russes modernes de Moscou et de Tobolsk ; Rosh est un ancien nom de la Russie.

Dans la Trompette de septembre 2014, le rédacteur en chef Gerald Flurry a identifié qui est ce puissant prince russe :

Je crois fortement que Vladimir Poutine va diriger l’armée de 200 millions d’hommes. Voyez la puissance qu’il a déjà. Connaissez-vous un autre politicien russe qui pourrait devenir aussi puissant, et avoir la volonté de conduire la Russie dans la crise des crises ? Je ne vois personne d’autre à l’horizon qui pourrait le faire… Ce qui est absolument certain, c’est ceci : la restauration de la puissance de la Russie par Vladimir Poutine—le prince de la Russie—a été prophétisée !

D’autres aspects de cette prophétie sur le « prince de Rosch », comme la consolidation du partenariat entre la Russie et la Chine, ont déjà commencé à se réaliser. Et alors que Poutine s'efforce d'inverser l'effondrement de l'Union soviétique en attirant les anciens pays membres plus profondément dans l'orbite de la Russie, cela prépare la scène pour que davantage de prophéties se réalisent. De tels événements ne feront qu'accélérer la solidification de la coalition des rois de l'Orient sous la forte direction de Poutine.

« Il reconstruit progressivement l'empire soviétique », a écrit M. Flurry. « D'autres nations se penchent vers une alliance avec la Russie. Plusieurs d'entre eux sont prophétisées à se joindre… Nous devons surveiller de près Vladimir Poutine. Il est le « prince de Rosh » dont Dieu a inspiré à Ézéchiel d'écrire il y a environ 2500 ans !

Lisez l’article de M. Flurry « Vladimir Poutine est le prince prophétisé de la Russie » pour obtenir une compréhension complète de ces prophéties et où elles mènent.

Tb Ad Fr