Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

190211 von%20der%20leyen gettyimages 1094520470

THOMAS SAMSON/AFP/GETTY IMAGES

La France et l'Allemagne s'associent pour un nouvel avion de chasse

Le fait qu'ils travaillent ensemble sur des capacités militaires avancées fortifie l'alliance franco-allemande prophétisée.

La ministre française de la Défense, Florence Parly et la ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen ont annoncé le 6 février que la France et l'Allemagne signeront un accord de €65 millions (US$73.5 millions) pour procéder à un projet de production d'un avion de chasse furtif commun.

« Ce que nous faisons aujourd'hui avec l'avion de combat franco-allemand du futur est concret, équilibré, nous rend plus fort, et nous prépare à la défense de l'Europe », a écrit Parly.

Annoncé pour la première fois en juillet 2017, le projet est appelé FCAS—Future Combat Air System (Système de combat aérien futur) et fait partie du système plus large NGWS—Next Generation Weapons System (Système d'armes de nouvelle génération), qui vise à moderniser les capacités de combat européennes pour rivaliser dans l'ère de la technologie, de la furtivité, du partage des données et la technologie des drones en constante évolution. Dassault et Airbus conduiront le projet. La période de recherche commencera le 20 février, et sera suivie par les essais et la production.

L'Amérique et la Chine sont actuellement les deux seules nations dotées d'une technologie furtive crédible de fabrication nationale. La Russie s'en rapproche, et le Japon semble avoir abandonné son développement furtif en faveur du F-35 américain.

La compétition pour fournir à l'Europe un successeur furtif de nouvelle génération succédant à l'Eurofighter, a été poussée plus haut sur la liste des priorités de l'Europe, tandis que les grandes puissances telles que la Russie et la Chine se dépêchent de s'armer et l'alliance traditionnelle du continent avec les États-Unis s'est affaiblie.

L'Europe avait trois options pour produire son nouvel avion. En choisissant l'option purement européenne, la France et l'Allemagne envoient un signal : les États-Unis ne sont plus un allié digne de confiance ; l'Europe devrait se tourner vers la France et l'Allemagne.

Une option consistait d'adopter le F-35. Bien que le F-35 soit mieux établi et qu'il ait effectivement servi dans des combats, il est toujours avec des problèmes troublants et une pénurie de pièces de rechange. L'Italie et la Belgique l'utilisent déjà, tout comme la Grande-Bretagne―bien que les commandes futures pour la Grande-Bretagne vont vraisemblablement cesser quand elle aura produit son chasseur Tempest de sixième génération fabriqué localement. En Allemagne, des représentants ont fait pression sur la Luftwaffe afin qu'ils évitent le F-35 au profit d'une alternative européenne.

L'autre option de l'Europe était de coopérer avec le programme Tempest de la Grande-Bretagne. Le programme avait déjà établi un partenariat avec la firme italienne Léonardo pour certains de ses composants. Il est prévu d'être prêt pour 2035. Cependant, avec les incertitudes du Brexit qui obscurcit son avenir, il est improbable que l'Europe choisisse cette option.

L'option choisie est le programme FCAS franco-allemand, un projet pour créer un avion purement européen, furtif et à réseau intégré semblable au F-35 mais avec une technologie avancée de la sixième génération du Tempest britannique. Cette coentreprise de Dassault et d'Airbus devrait entrer en service en 2040. Comme le F-35, le chasseur furtif européen bénéficiera d'un réseau avancé d'informations lui permettant le partage des données des cibles et de missions entre les forces amies dans les airs, sur mer et sur terre. Au-delà des capacités actuelles du F-35, le réseau serait relié à des essaims de drones de combats servant d'ailiers du combattant. Les drones pourraient potentiellement attaquer un objectif, récolter des données sur les forces ennemies, et défendre l'avion de combat contre des missiles arrivant de l'extérieur. Ils sont conçus pour utiliser les dernières technologies de l'intelligence artificielle et la technologie d'apprentissage pour optimiser leurs comportements.

Avec l'annonce de von der Leyen et de Parly, l'Europe a officiellement choisi l'option européenne. Le programme FCAS est considéré comme meilleur pour les entreprises européennes, et symboliquement plus européen.

L'Union européenne s'est traditionnellement appuyée sur la Grande-Bretagne et sur l'Amérique pour une grande partie de sa puissance militaire et sa sécurité générale. Cette ère tire rapidement à sa fin. On craint que le Brexit, les coupes budgétaires de la défense britannique, et la position négative de l'Amérique sur l'OTAN ne laissent gravement l'UE manquer d'une force militaire stratégique. La Grande-Bretagne « risque de devenir un nain militaire » à cause des coupes budgétaires de la défense, a averti Carnegie Europe. L'Europe sait que les temps changent. Elle voit que la Grande-Bretagne et l'Amérique ne sont plus des partenaires de défense fiables.

Pour cette raison, il y a des pressions pour faire avancer les initiatives de défense européennes communes en dehors des contraintes de l'UE. L'un de ces exemples est la création par la France de l'Initiative européenne d'intervention (IEI), une structure permettant aux nations européennes d'agir militairement en dehors des contraintes juridiques de l’OTAN et de l'UE. Son objectif est de prioriser la préparation opérationnelle des nations désireuses et capables d'agir, plutôt que de les alourdir par celles qui sont réticentes ou en sont incapables. De cette manière, elle contourne la lourde structure de l'UE et donne la liberté d'agir volontairement aux nations plus fortes.

Continuez de surveiller la France et l'Allemagne. Bien que l'Europe ne soit pas politiquement unie en ce moment, ces deux nations progressent de plus en plus vers une défense européenne renforcée et une plus grande liberté d'action. C'est une tendance que la Trompette a observée depuis plusieurs années. Récemment nous avons attiré l'attention sur le rapprochement croissant entre la France et l'Allemagne et comment leur éloignement récent de l'Amérique et leur rapprochement l'un vers l'autre s'aligne avec la prophétie biblique. Le rédacteur en chef de la Trompette, Gerald Flurry, a écrit un article sur ce sujet intitulé  « La France rejette l'Amérique—et donne le pouvoir à l'Allemagne !  » Il a écrit :

La France prend déjà des mesures concrètes pour construire une armée européenne aux côtés de l'Allemagne. Peut-être que c'est pour cette raison que Macron a l'audace de critiquer les États-Unis. Ses critiques laissent entendre que l’Europe n'a plus besoin de l’OTAN, car elle construit sa propre armée…

La France et l'Allemagne collaborent également au développement de nouvelles armes et à la fabrication d'armes. Le Léopard II allemand est déjà considéré comme l'un des meilleurs chars blindés au monde. Il est utilisé par 18 pays différents. L'Allemagne envisage de se doter d'un nouveau modèle de char blindé d'ici à 2030, et les experts prédisent déjà que ce sera le plus puissant du monde. Et la France et l'Allemagne y travaillent ensemble. Le projet, appelé le Principal char de combat européen, est une entreprise commune d'entreprises françaises et allemandes. Ces deux pays travaillent également sur un système d'artillerie appelé Système de tir indirect commun. Des entreprises françaises et allemandes collaborent également à l'élaboration d'un nouvel avion de chasse qu'ils visent à être prêt d'ici 2035 à 2040. Les experts prédisent qu'il sera également l'un des meilleurs au monde, surpassant ainsi le F-35 américain. La France et l'Allemagne ont déjà un excellent bilan d'accomplissements en travaillant ensemble. Une précédente entreprise commune, l'Eurocopter Tiger (EC 665), est l'un des hélicoptères d'attaque le plus puissant au monde. Celui-ci est déjà construit et prêt à servir. La France aime vraiment l'Allemagne—vous pouvez le voir dans ces entreprises communes importantes ! Depuis des décennies nous prévoyons la montée de cette superpuissance militaire européenne que l'Allemagne et la France sont en train de construire. En mai 1953, Herbert W. Armstrong écrivait : « Dix nations européennes puissantes vont combiner leurs forces. » Le projet d'unification européenne va se consolider dans 10 pays que l'Allemagne peut vraiment dominer. Vous pouvez lire au sujet de cette puissance dans Daniel 2 et 7 et dans Apocalypse 13 et 17. M. Armstrong a discuté de ces Écritures maintes et maintes fois. Je les explique dans mon livret gratuit, Daniel dévoile l'Apocalypse. Aujourd'hui ces puissances s'unissent exactement comme M. Armstrong a dit qu'elles le feraient !

Avec plus de progrès sur leur avion de combat commun, ces deux puissances continuent de se rapprocher. La France aide l'Allemagne à créer une nouvelle superpuissance militaire en Europe. Pour plus d'information sur cette tendance critique, lisez « La France rejette l'Amérique—et donne le pouvoir à l'Allemagne !  » 

Fr Dur