Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

210322 france gettyimages 1231665080

STEPHANE MAHE/POOL/AFP VIA GETTY IMAGES

La France organise son premier exercice spatial militaire

Les inquiétudes concernant la Russie et la Chine poussent l'Europe à envisager la guerre dans l'espace.

Du 8 au 11 mars, la France a effectué son tout premier exercice spatial militaire. La force spatiale était chargée de protéger les satellites français contre les menaces des puissances étrangères. Les dirigeants français considèrent leur force spatiale comme une défense contre la militarisation russe et chinoise de l'espace, mais des armes spatiales offensives sont également en cours de développement.

L'exercice s'était déroulé en coopération avec l'Allemagne et les États-Unis, qui tous deux ont un commandement spatial militaire. Il présentait une crise avec « une autre puissance étrangère possédant une force spatiale considérable », selon Deutsche Welle. Dix-huit situations de menace différentes ont été testées, des attaques de missiles et de brouillage sur les satellites français, aux tempêtes de rayonnement solaire et à la prévision de la trajectoire des débris tombant sur la Terre.

Seuls les États-Unis, la Russie, la Chine, la France et l'Allemagne ont des programmes spatiaux militaires. Cela laisse la Russie ou la Chine comme la « puissance étrangère » agressive.

Après que la France ait lancé sa force spatiale en 2019, la ministre française de la Défense Florence Parly a cité la militarisation russe de l'espace comme le motif de sa création, faisant référence à un incident de 2017 au cours duquel un satellite russe espionnait des messages d'un satellite de communication de l'armée franco-italienne. Mme Parly exprimait également une politique d'indépendance vis à vis des États-Unis, disant en juillet 2019, « Si nous voulons être en mesure de mener de véritables opérations militaires dans l'espace, alors nous devons développer la capacité d'agir seuls. »

Consciente que les événements dans l'espace pourraient déterminer l'issue des guerres futures, la France développe sa technologie en conséquence. Elle vise à devenir la troisième puissance spatiale au monde. Mme Parly a déclaré en septembre 2019 que les satellites français seraient protégés « d'une manière active ».

« Si nos satellites sont menacés », a-t-elle dit, « nous envisagerons d'éblouir ceux de nos adversaires. Nous nous réserverons le temps et les moyens de la réponse : cela peut impliquer l'utilisation de lasers puissants déployés à partir de nos satellites. »

Les programmes de missiles antisatellites russes remontent à la guerre froide. Le pays a aussi produit des satellites militarisés, qui se sont rapprochés de près des satellites de surveillance européens et américains, démontrant leur capacité à interférer ou à causer des dommages.

La Chine aussi, teste des missiles antisatellites depuis 2007. Certains d’entre eux peuvent atteindre 30,000 kilomètres au-dessus de la Terre, où les satellites de surveillance militaire opèrent souvent. À titre de comparaison, la Station spatiale internationale vole à une altitude moyenne d'environ 400 kilomètres.

De nombreuses avancées de la technologie spatiale française sont le résultat direct des provocations russes. C'est le cas du développement militaire de l'Europe en général. Chaque fois que le gouvernement russe devient plus centralisé et plus puissant—chaque fois que les forces armées russes montrent de nouvelles capacités—chaque fois que la Russie annexe plus de territoire, l'Europe se renforce.

« Une nouvelle Russie vient de naître », a écrit le rédacteur en chef de la Trompette Gerald Flurry après que Vladimir Poutine est devenu le président de la nation en 2004. M. Flurry a écrit que sous M. Poutine, la Russie retrouverait sa place de superpuissance, et rendrait les dirigeants européens nerveux. Le temps a prouvé que cette prédiction était correcte. L'invasion de la Géorgie par la Russie et son annexion ultérieure de la Crimée ont contribué à pousser l'Europe à investir dans sa propre défense.

« Les initiatives audacieuses de la Russie suscitent une crainte qui hâtera l'unification de l'Union européenne », est ce que nous avons écrit dans Russia and China in Prophecy [La Russie et la Chine selon la prophétie—disponible en anglais seulement]. « Cette crainte va pousser l'Allemagne et d'autres nations européennes à vouloir un leadership plus fort. Tout au long de l'histoire, l'Allemagne a souvent cherché un dirigeant fort. La prophétie biblique dit qu'elle le fera à nouveau—pour la dernière fois ! »

Aujourd'hui, plus que jamais, cette prophétie est visible sur la scène mondiale. L'Europe se réarme. Daniel 11 montre qu'elle aura bientôt un dirigeant fort qui ne craindra pas d'utiliser cette puissance. Mais sa première cible ne sera pas la Russie ou la Chine. De nombreuses prophéties avertissent qu'elle utilisera ce pouvoir pour attaquer les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'État juif.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Adolf Hitler craignait la puissance militaire de la Russie. C'était une des raisons pour lesquelles il fit un pacte avec Joseph Staline pour garder la Russie hors de la guerre jusqu'au moment de son choix. Le parti nazi d'Hitler utilisait souvent la menace de la Russie et de son système communiste pour justifier la militarisation du pays et la répression au niveau national.

L'Europe répétera-t-elle cette histoire ? Une Europe militarisée décidera-t-elle d'attaquer à nouveau l'Amérique et la Grande-Bretagne, en coopérant avec la Russie pendant une courte période ? La prophétie biblique dit que c'est imminent. Pour les réponses, que seule la prophétie biblique peut fournir, lisez « Russia Frightens Europe—and Fulfills Bible Prophecy [La Russie effraie l'Europe—et accomplit la prophétie biblique] » dans notre brochure gratuite Russia and China in Prophecy [La Russie et la Chine selon la prophétie—disponible en anglais seulement].

Tb Ad Fr