Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Empire

KEYSTONE-FRANCE/GAMMA-KEYSTONE/GETTY IMAGES

La gloire d’un empire

La Grande-Bretagne a honte de son passé impérial. Elle ne devrait pas l’être. La bonne sorte d'empire a un impact noble et puissant sur ce monde !

L'histoire est attaquée, et l'Empire britannique est au cœur de la tempête.

Tout ce qui concerne l'empire est dénoncé comme étant mauvais. Les grandes figures de l'Empire sont en train d'être démolies.

Le professeur Philip Murphy à l'Université de Londres a dit que la Grande-Bretagne vit un nouveau type de politique « dans lequel l'empire est presque le péché originel de la Grande-Bretagne, parce qu'elle est fondamentalement raciste et qu'elle incarne toutes les valeurs masculines autoritaires contre lesquelles la gauche est maintenant en révolte ».

Sir Winston Churchill fut la plus grande figure du 20e siècle et peut-être la personnalité la plus imposante venant de la Grande-Bretagne dans les quelques derniers siècles. Bien que Churchill ait eu, et a encore, des critiques et des détracteurs, peu de gens ont remis en question son amour pour son pays.

Mais lui aussi est attaqué. Sa statue a été étiquetée de « raciste ». Le maire de Londres a couvert la statue plutôt que de risquer des dommages supplémentaires.

Ce que les manifestants détestent plus que tout c'est le soutien de Churchill à l'Empire britannique. Un éditorial du Guardian l'a qualifié « de partisan enthousiaste d'un système impérial raciste ».

Même pour les défenseurs de Churchill, son soutien à l'Empire britannique est souvent négatif—même s'il est contre balancé par sa position héroïque contre Adolf Hitler.

La vérité est que l'amour de Churchill pour l'empire était en fait une de ses plus grandes caractéristiques ! C'est cet amour qui le rendit capable de résister à Hitler. L'amour pour l'empire contient une leçon noble qui, si nous l'apprenons, nous permettrait de résoudre les problèmes massifs auxquels nos nations sont confrontées aujourd'hui.

M. Churchill est encore largement considéré comme un grand homme. Il était un guerrier intrépide, un tacticien et un chef militaire magistral. Il était un homme d'état brillant et un politicien à l'esprit vif. Il était aussi un historien exceptionnel, un orateur éloquent, un peintre doué et l'un des philosophes les plus sous-estimés de l'histoire. Exceller dans l'un de ces domaines est suffisant pour qualifier un homme comme grand, mais Churchill excellait dans chacun de ces domaines.

Mais qu'est-ce qui motivait Winston Churchill ? Qu'est-ce qui le motivait à consacrer pratiquement chaque minute de sa vie à se battre pour sa nation ? Qu'est-ce qui le motivait à maîtriser les tactiques et la stratégie militaires ? Qu'est-ce qui le motivait à travailler si fort pour devenir un grand orateur public ? Qu'est-ce qui le motivait à endurer les dures besognes de la politique ? Qu'est-ce qui le motivait, même au crépuscule de sa vie, à écrire des articles, des rubriques et des livres ?

Qu'est-ce qui a motivé Winston Churchill à devenir un grand homme ?

Fils de l'Empire

Winston Churchill naquit en novembre 1874. La Reine Victoria était sur le trône royal d'Angleterre à l'époque, et l'Empire britannique était proche du sommet de sa puissance mondiale et de sa majesté.

Sous le règne de Victoria, les possessions de l'Empire britannique dans le monde entier se développèrent jusqu'à ce que l'empire devienne le plus grand empire de l'histoire. Bien que la Grande-Bretagne était une petite nation insulaire, à la fin du 19e siècle on disait que le soleil ne se couchait jamais sur son territoire. Avec ses colonies, ses protectorats et ses territoires, l'Empire comprenait plus de 14 millions de miles (23.53 millions de kilomètres) carrés de territoire et 450 millions de personnes—soit plus d'un quart de la population mondiale. Avec la suprématie en mer, la Grande-Bretagne assumait le rôle de policier mondial et en vint à dominer la politique mondiale.

Les vastes étendues de territoire qu'elle possédait pour récolter les ressources naturelles apportaient une grande richesse à l'empire. Posséder une si grande part de la planète donnait à la Grande-Bretagne un pouvoir inégalé dans le commerce mondial et lui conférait une importante influence sur les économies de beaucoup de pays. Dans les ports britanniques, les bateaux arrivaient de partout sur la planète transportant des biens et des matériaux bruts qui alimentaient l'économie locale. La richesse soutenait une ère de développement scientifique, industrielle, culturelle et militaire au Royaume-Uni.

C'est dans cet environnement de grandeur impériale que Winston Churchill grandissait. Dans son livre Churchill and His Generals, (Churchill et ses généraux), Raymond Callahan explique l'impact que l'Empire britannique avait sur la maturation mentale, intellectuelle et morale de Churchill : « L'hostilité de Churchill à l'égard du bolchevisme à l'étranger et du socialisme à l'intérieur du pays eut son parallèle dans sa réaction au nationalisme dans l'Empire. Il avait grandi avec la poussée victorienne tardive de la construction de l'empire. Il avait 8 ans quand la Grande-Bretagne occupa l'Égypte, 11 ans quand Gordon tomba à Khartoum, et il était présent lorsque Gordon fut vengé à Omdurman en 1898. L'Empire qu'il avait connu en tant que jeune homme lui semblait toujours faire partie de l'ordre naturel des choses... ».

Churchill aimait passionnément l'Empire britannique, plus que tout autre chose dans sa vie. Il voulait que l'Empire fasse partie de l'ordre naturel des choses. Callahan continue : C'était « bénéfique et un support indispensable à la puissance et à la grandeur britannique. Pourtant, toute sa carrière politique se déroulerait dans une ère de contestation et de dissolution pour le pouvoir impérial ». Chaque minute de la vie de Churchill, chaque décision et tactique, chaque nouveau projet de loi, chaque colonne et chaque livre, découlait de sa dévotion à l'Empire britannique !

Il est facile de simplifier l'amour que Winston Churchill ressentait pour l'Empire. Il ne l'aimait pas simplement parce qu'il était anglais, ou puissant et riche, ou parce qu'il régnait sur des dizaines de millions de personnes. Les écrits de M. Churchill montrent que son amour pour l'empire était beaucoup, beaucoup plus profond. Il y avait une dimension altruiste et noble à sa dévotion.

Winston Churchill voulait partager l'Empire britannique avec le reste de l'humanité.

Un Empire avec un but

Churchill croyait que l'Empire britannique avait un plus grand but. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il déclara un jour, « Quoi qu'il puisse arriver sur le continent, nous ne pouvons pas douter de notre devoir, et nous utiliserons certainement toute notre puissance pour défendre l'île, l'Empire et notre cause. » Peut-être que la plupart de ses compatriotes se battaient uniquement pour l'Angleterre ou pour le Commonwealth britannique. Mais Winston Churchill se battait pour l'humanité !

Les historiens ont noté comment Churchill parlait du destin spécial de l'Angleterre. Le Merriam-Webster définit le destin comme « quelque chose à laquelle une personne ou une chose est destinée ; un cours prédéterminé d'événements souvent considérés être un pouvoir ou un agencement irrésistible ». Churchill ne fut jamais un homme excessivement religieux. Mais il croyait, d'autant plus qu'il vieillissait, dans la présence d'une puissance supérieure, et qu'il y avait un grand dessein en cours d'accomplissement sur Terre.

À une occasion, M. Churchill a annoncé, « Je ne suis pas devenu le premier ministre du roi afin de présider à la liquidation de l'Empire britannique. » Voici ce que Lord Moran, le médecin de Churchill et son proche confident de 1940 jusqu'à 1965, a dit au sujet de cette déclaration : « Ce n'était pas que bravade. Il affirmait une foi pour laquelle il était prêt à donner sa vie, et il l'a prouvé tout au long de sa vie. »

Le Dr. Moran ensuite déclara, « Si Winston avait cru en quoi que ce soit au cours de sa longue vie, c'est dans l'Empire britannique et tout ce qu'il représente. »

Les ambitions de Churchill étaient plus grandes et plus nobles parce qu'il remplissait son esprit avec des pensées de l'empire. Ceci élargissait sa capacité à donner de manière désintéressée et sans relâche, à sacrifier et à faire tout ce qui était nécessaire pour agrandir et préserver cet Empire.

L'auteur et historien Kirk Emmert explore la dévotion de Churchill dans son excellent livre Winston S. Churchill on Empire (Winston S. Churchill sur l'Empire). Il a écrit, « Le mot ‘empire’ dans le titre peut être interprété à plusieurs niveaux. La gloire de l'Empire britannique était son service à une cause qui transcendait la Grande-Bretagne, qui transcendait l'histoire, qui transcendait le temps lui-même. »

Bien sûr, l'Empire britannique n'était pas même proche de la perfection ; il y eut beaucoup d'erreurs et d'injustices. Mais il n'était pas la force cruelle, méchante, et inhumaine que beaucoup aujourd'hui pensent qu'il était.

Emmert écrivit qu'aux yeux de Churchill, l'Empire britannique agissait pour « élever la vie humaine au-delà de la barbarie et de la sauvagerie vers la civilisation et l'excellence humaine ». Dans bien des cas, c'est exactement ce qu'il fit. Il était, comme Churchill le croyait, une puissante force civilisatrice qui profita à toute l'humanité !

L'Empire dont le monde a besoin

L'historien et professeur de Harvard Niall Ferguson explique en détail le bon travail de l'Empire britannique dans son livre Empire. Malgré les nombreuses critiques formulées sur l'Empire britannique aujourd'hui, il écrit, « Le fait demeure, qu'aucune organisation dans l'histoire n'a fait plus pour promouvoir la libre circulation des biens, des capitaux et du travail que l'Empire britannique au 19e siècle et au début du 20e siècle. Et aucune organisation n'a fait plus pour imposer les normes occidentales de la loi, de l'ordre et de la gouvernance dans le monde entier. »

Ferguson fit un très bon travail à démontrer que « le monde que nous connaissons aujourd'hui est dans une large mesure le produit de l'âge de l'empire de la Grande-Bretagne ». Il documente les contributions considérables de la Grande-Bretagne aux terres qu'elle colonisa, et à l'humanité en général—y compris la langue et la littérature anglaises ; les formes anglaises de propriété foncière ; des services bancaires écossais et anglais ; le droit commun ; les sports d'équipe ; les assemblées représentatives ; et les notions modernes de liberté.

Toutes ces choses étaient enracinées dans les valeurs judéo-chrétiennes, que la Grande-Bretagne partageait avec l'humanité pendant leur domination mondiale.

N'est-ce pas une bonne chose qu'un empire éloigne le monde de la sauvagerie, vers l'excellence humaine ? Ce monde a besoin de ce type d'empire !

Même les pères fondateurs de l'Amérique, en dépit de leur hostilité aux nombreux aspects de la domination britannique, reconnaissaient les énormes contributions de la Grande-Bretagne aux valeurs morales de l'homme. En juin 1783, George Washington écrivit, « La fondation de notre empire n'a pas été établie dans l'âge sombre de l'ignorance et de la superstition, mais dans une époque où les droits de l'humanité étaient mieux compris et plus clairement définis, qu'à n'importe quelle autre période antérieure... »

Le 10 juillet 1833, Lord Macaulay déclara dans un discours devant le Parlement britannique, « Il y a un empire exempt de toutes les causes naturelles de désintégration. Cet empire est l'empire impérissable de nos arts, de nos mœurs, de notre littérature et de nos lois. » Lorsque Churchill entra en scène quelques décennies plus tard, sa perspective était essentiellement la même. Ces hommes croyaient que la Grande-Bretagne avait un système unique et spécial de droit, de valeurs et de moralité, et ils voulaient les partager avec le reste de l'humanité.

Comparez cet idéal avec ce que vous voyez aujourd'hui, alors que la plus grande exportation de la Grande-Bretagne est une brutalité anarchique, amorale et ivre ! Des lois justes et des mœurs honnêtes devraient être exportées autour du monde. Mais la Grande-Bretagne répand plutôt une profonde corruption et un fléau du mal, tout comme l'Amérique. C'est une honte terrible.

Emmert a expliqué que Churchill croyait que « la promotion de la civilisation est le but le plus élevé de l'empire ». L'espoir et la croyance de Churchill était que l'Empire britannique, fondé sur un système de lois et de moralité solide, pourrait améliorer le caractère des dirigeants de la Grande-Bretagne et de ses sujets. L’Empire britannique n'a jamais fait cela parfaitement, mais il le fit plus que n'importe quel autre peuple ou empire !

« Le véritable impérialisme... développe la virilité », disait Churchill. C'est politiquement incorrect aujourd'hui—mais c'est quand même très juste ! Le véritable impérialisme—l'expansion d'un empire enraciné dans la loi et la moralité—crée des hommes et des femmes de qualité. Churchill était un homme viril, un individu courageux, et altruiste. C'est en grande partie l'Empire britannique qui fit de lui un véritable dirigeant, l'un des plus grands de notre époque.

‘Petits Anglais’

Churchill a toujours eu ses détracteurs. Il les appelait souvent les « petits Anglais ». Ces gens voulaient se débarrasser de l'Empire—y renoncer et vivre une vie tournée vers l'intérieur. Churchill pensait qu'une telle retraite du monde aurait des conséquences terribles.

« Dans son opposition aux petits Anglais et aux impérialistes sans frein, il défendait ce qu'il considérait comme une compréhension moderne, essentiellement politique, de l'empire », a écrit M. Emmert. « Contrairement aux critiques actuelles de l'impérialisme, Churchill soutenait qu'une loi impériale correctement constituée civilisait, par le fait qu'elle améliorait aussi bien les dirigeants que les gouvernés, préparant les gouvernés à l'autonomie gouvernementale. »

Churchill a averti les « petits Anglais » que leur désir de retraite et de vie dans l'isolement était un rêve—et qu'une telle pensée amènerait inévitablement des conflits !

Lisez ces paroles de Churchill lors de la bataille de Dunkerque : « Nous combattrons en France, et nous combattrons sur les mers et les océans... Et alors notre Empire au-delà des mers, armé et gardé par la flotte britannique, poursuivra la lutte jusqu'à ce que, au moment favorable pour Dieu, le nouveau monde, avec toute sa puissance et toute sa force, puisse se mettre au secours et à la libération de l'ancien monde. »

Churchill ne considérait pas l'Empire britannique comme une force conquérante. Il le voyait comme une force pour la liberté, la justice et la civilisation—et ce l'était !

Cette croyance ferme dans l'empire a fait de grandes choses pour l'humanité !

Où trouvez-vous cet esprit aujourd'hui en Grande-Bretagne ? Si Churchill visiterait la Grande-Bretagne aujourd'hui, je pense qu'il serait horrifié, et profondément attristé et honteux, par l'état de la nation pour laquelle il dédia sa vie à servir.

En fait, il pourrait à peine la reconnaître !

Comment Dieu voit l’Empire

L'histoire humaine a certainement produit quelques empires très mauvais. Plutôt que de civiliser le monde, certains empires l'ont rendu encore plus barbare et violent. Selon la prophétie biblique, l'empire le plus sauvage de tous va se lever juste avant le Second avènement de Jésus-Christ—et nous pouvons le voir émerger devant nos yeux en Europe aujourd'hui ! À présent, il est déguisé avec sophistication, mais bientôt il reviendra à sa brutalité historique.

Cette histoire affreuse a contribué à la mauvaise opinion que beaucoup de gens aujourd'hui ont d’un empire en général, surtout parmi les intellectuels et les érudits en Occident. Cependant, l'existence de ces empires barbares ne change pas le bien qu'un empire civilisateur peut faire. Et la représentation cynique des érudits de l'Empire britannique est très trompeuse et malhonnête.

Au fond, l'empire est-il immoral ? Non. Il n'y a rien de mal avec l'empire s'il apporte du bien. En réalité, le bon type d'impérialisme peut accomplir de grandes choses !

En fait, si vous comprenez l’Évangile que Jésus-Christ apporta sur Terre—la bonne nouvelle de Dieu le Père au sujet de la venue imminente du Royaume de Dieu—c'était au fond un message impérialiste !

Le Royaume de Dieu pourrait très précisément être appelé l'Empire de la Famille Dieu !

Dieu a un plan pour élever la vie humaine loin du barbarisme et de la sauvagerie vers la civilisation et l'excellence. Il a une stratégie pour répandre des lois justes et une bonne morale. Il a l'intention d'accomplir l'objectif noble de favoriser le bon type de civilisation pour le bénéfice du monde entier !

Dieu pose la fondation du futur empire aujourd'hui. Il prépare un peuple—Son Église—qui sera prête quand le temps viendra où Jésus-Christ sera couronné Roi des rois et Seigneur des seigneurs.

Êtes-vous un de ceux que Dieu pourrait utiliser pour ce noble but ? Donneriez-vous votre vie pour cette plus grande de toutes les causes ?

Pensez à cette déclaration de James Anthony Froude, qu'il a écrite dans son livre Oceana : « Un homme... qui est plus que lui-même, qui fait partie d'une institution, qui s'est consacré à une cause—ou qui est un citoyen d'une puissance impériale—développe la portée et la plénitude du plus grand organisme ; et plus l'organisation est vaste, plus large et plus importante est l'unité qui sait qu'elle lui appartient. Ses pensées sont plus vastes, ses intérêts moins égoïstes, ses ambitions plus amples et plus nobles... Une grande nation produit de grands hommes, une petite nation produit de petits hommes. »

Froude parlait de l’Empire britannique. Churchill et beaucoup d’autres en étaient la preuve vivante. Ce grand Empire les a anoblis et a mis le feu à leur imagination.

Mais l'observation de M. Froude est infiniment plus vraie à propos de l'empire que Dieu établit Lui-même ! Cet empire améliore à la fois les dirigeants et les dirigés. Plus nous le comprenons et y consacrons nos passions, moins nos intérêts sont égoïstes, plus nos pensées sont élargies, et plus nos ambitions deviennent plus nombreuses et nobles !

Après tout, c'est l'Empire de Dieu ! C'est la plus grande, la plus merveilleuse et inspirante entreprise qu'il n'y aura jamais. Aucune nation ou royaume sur Terre ne produira jamais de plus grands hommes et de plus grandes femmes que le Royaume de Dieu—et vous pouvez y joindre vos forces même encore aujourd'hui !

Tb Ad Fr