Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Jonas weckschmied 117633 unsplash%20copy

Jonas Weckschmied/Unsplash

La grandeur nationale promise à Israël ne fut jamais reçue par les Juifs—Pourquoi? (quatrième Partie)

Les Anglo-Saxons selon la prophétie (chapitre trois)

La suite provenant de  La grandeur nationale promise à Israël ne fut jamais reçue par les Juifs—Pourquoi? (troisième Partie)

U

ne nation et une multitude de nations

Ces promesses magistrales furent faites à Isaac et à Jacob. Ismaël, de même que les autres fils d’Abraham, ne bénéficièrent pas du droit d’aînesse. Esaü, fils d’Isaac et frère jumeau de Jacob, vendit son droit d’aînesse et il fut rejeté. La promesse, telle que confirmée à Isaac, apparaît dans Genèse 26:3-5: «Je serai avec toi, et je te bénirai, car je donnerai toutes ces contrées à toi et à ta postérité, et je tiendrai le serment que j’ai fait à Abraham, ton père. Je multiplierai ta postérité comme les étoiles du ciel; je donnerai à ta postérité toutes ces contrées …» Notez! Par deux fois, Dieu promet «toutes ces contrées» (ou tous ces pays). Le territoire dont il s’agit est des millions de fois plus grand que ce petit bout de terre de 3 m sur 1 m, réclamé par notre cynique intellectuel. De plus, les descendants d’Isaac allaient se «multiplier comme les étoiles du ciel»—des milliers de fois plus nombreux qu’une petite ville et sa banlieue!

Cette promesse est réitérée à Jacob dans Genèse 27:26-29, où les nombreuses bénédictions matérielles, provenant du sol, viennent s’ajouter à la prospérité, avec la prophétie selon laquelle les nations païennes seraient dominées par les nations d’Israël, détentrices du droit d’aînesse. «Que Dieu te donne de la rosée du ciel et de la graisse de la terre, du blé et du vin en abondance! Que des peuples te soient soumis, et que des nations se prosternent devant toi! Sois le maître de tes frères, et que les fils de ta mère se prosternent devant toi! Maudit soit quiconque te maudira, et béni soit quiconque te bénira.»

s’étendre sur toute la terre

Et nous trouvons ces promesses à nouveau mentionnées dans Genèse 28:13-14, où vient s’ajouter l’information selon laquelle ces nations d’Israël s’étendraient en fin de compte, sur toute la terre. «Je suis l’Éternel, le Dieu d’Abraham, ton père, et le Dieu d’Isaac. La terre sur laquelle tu es couché, je la donnerai à toi et à ta postérité. Ta postérité sera comme la poussière de la terre; tu t’étendras à l’occident et à l’orient, au septentrion et au midi …»

En hébreu, la notion: «tu t’étendras» est illimitée quant à la distance jusqu’où les descendants de Jacob allaient s’étendre vers l’est, l’ouest, le nord ou le sud. Par conséquent, cela indique qu’ils allaient s’étendre sur toute la terre. Ceci est confirmé dans Romains 4:13: «… l’héritage du monde a été promis à Abraham ou à sa postérité …»

Il ne s’agit pas d’une promesse selon laquelle les descendants d’Abraham devaient hériter, ou posséder, toute la terre, ne laissant aucune place pour les Gentils—c’est-à-dire, avant la nouvelle terre—mais plutôt, qu’au cours des années et des siècles qui allaient s’écouler, ils s’étendraient et occuperaient diverses contrées du globe. Pourtant, la nouvelle terre—après le Millénium—ne sera peuplée que par les enfants d’Abraham à travers le Christ (Romains 4:13).

Il y a un aspect dans cette prophétie qui, jusqu’à présent fut tout à fait négligé—jamais compris auparavant. En effet, ces nations israélites détentrices du droit d’aînesse se sont étendues et ont occupé plusieurs pays ou contrées autour du monde. Ceci eut lieu après qu’elles ont été—entre 721 et 718 avant notre ère—emmenées en captivité hors de leur terre promise de Samarie, en Palestine. Les versets suivants dans Genèse 28 complètent cette phase de la prophétie. «Voici, je suis avec toi, je te garderai partout où tu iras [Dieu ne fait pas seulement allusion à Jacob, ici, mais également à ses descendants qui allaient s’étendre dans toutes les directions], et je te ramènerai dans ce pays; car je ne t’abandonnerai point, que je n’ai exécuté ce que je te dis» (verset 15).

Cette importante prophétie, bien que généralement peu connue, s’accomplira au Second Avènement du Christ. Il en est également question dans Jérémie 23:7-8, et 50:4-6,19-20, et dans d’autres prophéties.

Promise de nouveau à Jacob

Encore plus tard, Dieu apparut à Jacob, dont le nom fut changé en celui d’Israël, et Il définit un peu plus ce que serait cette «multitude de nations». «Dieu lui dit: Je suis le Dieu tout-puissant. Sois fécond et multiplie: une nation et une multitude de nations naîtront de toi, et des rois sortiront de tes reins» (Genèse 35:11). Par conséquent, cette «multitude de nations» allait éventuellement prendre forme pour devenir, d’une part—une nation importante, puissante et prospère—et d’autre part—un groupe, ou ‘commonwealth’ de nations.

Notez bien ce fait crucial! Ceci est fondamental pour saisir la clef importante qui est indispensable à la compréhension de toute prophétie—une clef qui permet d’expliquer la signification réelle des événements mondiaux sans précédents, qui ont lieu à présent. Cette promesse n’a jamais été accomplie par les Juifs. On ne peut pas la «spiritualiser» au point de prétendre qu’elle ne fut accomplie que par le Christ. Elle ne pourrait pas s’appliquer à l’Église, car il n’y a qu’une seule et vraie Église dans la Bible, et elle n’est pas une nation ou un groupe de nations, mais une seule Église composée d’individus que Dieu appelle, de par le monde. Pourtant, cette promesse extraordinaire doit être accomplie, si nous ne voulons pas nier la Bible et la Parole sacrée de Dieu!

Voici l’énigme des âges! Est-ce une promesse divine non tenue? Thomas Paine et Robert Ingersoll ont perdu la foi en Dieu et ont rejeté la Bible parce qu’ils croyaient que ces promesses nationales n’ont jamais été tenues.

L’autorité biblique, en tant que parole inspirée de Dieu—la preuve de l’existence de Dieu—dépend de la réponse à cette question cruciale. Ces promesses ne furent pas accomplies par le peuple Juif. Les promesses ne se réfèrent pas à l’Église. Le monde, avec ses grands dirigeants d’églises, est ignorant d’un tel accomplissement. Dieu aurait-Il failli? Une telle promesse aurait-elle pu s’accomplir sans que personne ne le sache? La vraie réponse est la révélation la plus étonnante de la vérité biblique, de la prophétie, et de l’histoire méconnue! 

La suite sur...

Usbp Ad Fr