Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

210629 germany gettyimages 1233610908%20copy

CLEMENS BILAN - POOL/GETTY IMAGES

La Libye met l'Allemagne mal à l'aise

Berlin garde un œil sur l'Afrique du Nord.

L'Allemagne a accueilli une conférence internationale sur la stabilisation de la Libye le 23 juin. La deuxième conférence de Berlin sur la Libye a été organisée par le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas et le secrétaire général des Nations Unies António Guterres. Les pays participants comprenaient les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, la Russie, la Turquie, les Émirats arabes unis et d'autres.

La première conférence de Berlin sur la Libye s'est tenue en janvier 2020. À cette époque, la guerre civile libyenne faisait toujours rage. Le chef de guerre rebelle Khalifa Haftar assiégeait le gouvernement reconnu par l'ONU à Tripoli. L'objectif principal de cette dernière conférence était de mettre fin à la guerre. Cela a été accompli depuis. Haftar et le gouvernement de Tripoli ont convenu d'une trêve. Un gouvernement d'unité règne désormais sur la Libye.

La deuxième conférence a réaffirmé les engagements de la conférence initiale. L'article 5 des conclusions de la conférence se démarque des autres. Il se lit (soulignement ajouté tout au long) :

Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour traiter et résoudre les causes sous-jacentes du conflit, consolider la souveraineté libyenne, tirer parti des progrès réalisés et restaurer la paix et la prospérité pour tous les Libyens. Les élections présidentielles et législatives nationales prévues le 24 décembre 2021 doivent avoir lieu comme convenu dans la feuille de route adoptée par le Forum de dialogue politique libyen (LPDF) à Tunis en novembre 2020, et leurs résultats doivent être acceptés par tous. Les dispositions constitutionnelles et législatives nécessaires doivent être adoptées. Toutes les forces étrangères et tous les mercenaires doivent être retirés de la Libye sans délai, et le secteur de la sécurité doit être réformé et placé fermement sous une autorité et une surveillance civiles unifiées.

La référence aux « forces étrangères et mercenaires » est essentielle. L'ONU estime qu'il y a environ 20,000 combattants et mercenaires étrangers en Libye.

D'où viennent ces soldats ?

Plusieurs centaines de soldats turcs—ainsi que des milliers de combattants affiliés à la Turquie en provenance de Syrie—ont soutenu le gouvernement basé à Tripoli. La Turquie est créditée d'avoir arrêté le siège de Haftar sur Tripoli. Les drones turcs ont été particulièrement efficaces contre Haftar. Le représentant spécial de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé, a qualifié la guerre civile libyenne de « la plus grande guerre de drones au monde ». Le président turc Recep Tayyip Erdoğan est l'un des plus grands parrains actuels de Tripoli. Ankara a des intérêts majeurs dans ce qui se passe en Libye.

Ensuite, il y a le Groupe Wagner qui, en mai 2020, comptait 800 à 1,000 soldats en Libye. Officiellement une société mercenaire privée russe, le groupe a fait la guerre partout, de la Libye à l'Ukraine en passant par la Syrie et la République centrafricaine. C'est très probablement une couverture pour le ministère de la Défense de la Fédération de Russie pour entrer en guerre sans faire mal paraître Moscou. Cependant, un rapport du renseignement américain suggère que le Groupe Wagner est, dans le cas de la Libye, contracté par les Émirats arabes unis. Ils le nient, mais la Russie et les Émirats arabes unis soutiennent l'armée rebelle de Haftar. La Russie est également accusée de parrainer des soldats syriens pour combattre en Libye.

La Turquie, la Russie et les Émirats arabes unis étaient tous présents à la conférence de Berlin. Ils ont tous, sur papier, accepté les conclusions de la conférence. Mais étant donné que le retrait des combattants étrangers a un impact direct et négatif sur eux, il est peu probable qu’ils le fassent. Ou, du moins, qu’ils le fassent immédiatement.

Mais la conférence montre l'intérêt croissant de l'Allemagne pour la Libye et sa méfiance à l'égard d'une implication étrangère dans ce pays. L'Allemagne est l'État membre le plus puissant de l'Union européenne, avec la plus grande économie, la plus grande population et la plus grande attribution de sièges au Parlement européen. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen est allemande. Le chef du groupe du Parti populaire européen (le plus grand parti au Parlement européen), Manfred Weber, est également allemand. Les préoccupations de l'UE sont des préoccupations allemandes, donc l'intérêt de Berlin pour la Libye est parfaitement logique.

La Libye est un point de transit majeur pour des centaines de milliers de migrants africains qui tentent d'entrer en Europe. L'Europe a besoin de la coopération des garde-côtes libyens pour empêcher nombre d'entre eux d'atteindre l'Italie et, de là, le reste de l'Europe. L'Afrique du Nord en général est une source importante de combustibles fossiles pour l'UE. La Libye possède les plus grandes réserves de pétrole d'Afrique et exporte la majorité de son pétrole vers l'UE. La Libye a récemment révisé sa frontière maritime avec la Turquie, empiétant sur les frontières grecques et chypriotes—et donc, les frontières de l'UE.

La Libye est donc une préoccupation stratégique primordiale pour l'Allemagne. Si une puissance étrangère prenait le contrôle du pays, cela signifierait des problèmes pour l'Europe.

La Bible prophétise qu'une puissance étrangère prendra le contrôle de la Libye. Et cela ne rendra pas l'Allemagne heureuse. Daniel 11 déclare : « Au temps de la fin, le roi du midi [du Sud] se heurtera contre lui. Et le roi du septentrion [du Nord] fondra sur lui comme une tempête, avec des chars et des cavaliers, et avec de nombreux navires ; il s'avancera dans les terres, se répandra comme un torrent et débordera… Il étendra sa main sur divers pays, et le pays d'Égypte n'échappera point. Il se rendra maître des trésors d'or et d'argent, et de toutes les choses précieuses de l'Égypte ; les Libyens et les Éthiopiens seront à sa suite » (versets 40-43).

Cette prophétie est datée pour le « temps de la fin », le temps dans lequel nous vivons maintenant. La Trompette a prévu depuis des décennies que le roi du sud dans cette prophétie fait référence à un bloc islamiste radical dirigé par l'Iran. Le roi du nord fait référence à une superpuissance européenne unie, dirigée par l'Allemagne. Veuillez demander le livret gratuit Le roi du sud du rédacteur en chef de la Trompette, Gerald Flurry, pour plus de détails.

Le verset 43 dit que le roi du sud aura une sphère d’influence en Afrique. Cela comprend des pays comme l'Égypte, l'Éthiopie et la Libye. Reste à savoir si la Turquie et la Russie retireront leurs troupes de la Libye. S'ils le font, cela pourrait laisser un vide pour qu'une autre puissance prenne le contrôle de la Libye—une puissance avec une politique étrangère agressive qui ne craint pas de mettre les autres puissances en alerte.

Si la Turquie et la Russie ne partent pas, les Libyens pourraient être mécontents de leur ingérence dans les affaires libyennes. Ils pourraient se tourner vers une puissance extérieure pour obtenir de l'aide.

Une puissance comme la république islamique d'Iran.

Et une fois que l'Iran entrera en Libye, qui est à quelques minutes en bateau de l'Europe, attendez-vous à ce que l'Allemagne le remarque.

Pour en savoir plus, lisez l’article La Libye et l’Éthiopie révèlent la stratégie militaire de l’Iran.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la montée de l'Iran et ce que cela signifie pour le monde, veuillez demander Le roi du sud.

Fr Kos