Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

W1siziisijiwmjevmdevmtivmnluajh1yxe3bv9hukzfugfuyw1hx09wzw5lci5qcgcixv0?sha=acb2047018570ee3

Reese Zoellner/Trompette

La manœuvre chinoise la plus dangereuse de tous les temps contre l'Amérique

Les Américains se rendent compte que la Chine est une menace dangereuse. Mais vous ne devinerez probablement pas son coup anti-américain le plus mortel.

La Chine est devenue l’une des puissances les plus agressives et dangereuses du monde. Ses dirigeants ont clairement l'ambition de diriger le monde ! Et le danger et l’ambition de la Chine sont multipliés par son partenariat remarquablement étroit avec la Russie.

Mais le plus gros problème que pose la Chine n'est généralement pas mentionné. C'est quelque chose que les politiciens américains, en particulier, veulent oublier. Peut-être même les Américains veulent-ils l'oublier parce qu'ils partagent le blâme d'avoir laissé cette manœuvre se produire. Ce problème peut s'avérer être l’action la plus insidieuse de la Chine contre l'Amérique, de tous les temps. Et cela affectera les États-Unis dans un proche avenir !

Je parle de la prise de contrôle du canal de Panama par la Chine.

Puissance économique

Tailler un canal à travers l'Amérique centrale était un objectif pendant des siècles. Mais ce n’est qu’en 1880 que la France a fait la première tentative concertée sous la direction de Ferdinand de Lesseps, l’entrepreneur français qui a achevé le canal de Suez. Les Français ont dépensé l'équivalent moderne de 6 milliards de dollars, seulement pour l'abandonner après que la maladie et les accidents aient tué plus de 22 000 ouvriers. Construire un canal interocéanique semblait impossible.

Mais en 1903, le président américain Theodore Roosevelt a convaincu les Panaméens de déclarer leur indépendance de la Colombie et a signé un traité historique avec eux. L'Amérique a payé à la France 40 millions de dollars américains pour ses équipements et ses fouilles et a versé aux Panaméens un premier paiement de 10 millions de dollars. Puis les Américains sont venus et ont commencé à creuser !

Roosevelt a été le premier président à vraiment voir que l'Amérique devrait être une puissance mondiale. Et il a gouverné comme si l'Amérique était une puissance mondiale, pas seulement une colonie d'Europe.

Après 10 ans d'innovation et de labeur éreintant, des centaines de millions de dollars des contribuables américains et la perte de plus de 5 600 vies, les Américains ont réussi là où tant d'autres avaient échoué. Ils ont transformé le rêve vieux de 400 ans en réalité, c’est-à-dire, de séparer l'Amérique du Nord de l'Amérique du Sud, et de mélanger les eaux des océans Atlantique et Pacifique.

Plutôt que de parcourir 8 000 milles en naviguant autour du dangereux cap à l’extrémité de l'Amérique du Sud, les marins pouvaient désormais traverser le canal de 51 milles en moins de la moitié du temps.

L'une des « sept merveilles du monde moderne », le canal de Panama a servi non seulement les Américains, mais a ouvert le libre-échange et toutes sortes de services et de bénédictions au monde entier !

Aujourd'hui, 340 millions de tonnes de marchandises, dont de nombreux matériaux et produits que nous utilisons tous quotidiennement, transitent par le canal de Panama. Plus d'un million de navires y sont passés. Certaines chaînes d'approvisionnement qui desservent des millions de personnes ne seraient même pas possibles sans cela.

L'un des plus grands experts en politique étrangère, feu Charles Krauthammer, a déclaré que la construction de ce « joyau stratégique » éleva l'Amérique « au rang de grande puissance » (la revue Time, 27 décembre 1999).

Le canal a joué un rôle majeur dans la transformation de l'Amérique en une grande puissance ! C'était un spectacle sans pareil—une création merveilleuse et une grande victoire dans l'histoire américaine. C'était une grande bénédiction pour les États-Unis et pour d'autres nations et peuples. Je crois que la construction du canal de Panama a peut-être été le plus grand succès de l’histoire de la politique étrangère américaine.

Puissance militaire

Le canal de Panama était également d'une immense valeur militaire pour les États-Unis.

Pour comprendre, considérez cette histoire : En 1898—des années avant la construction du canal—le cuirassé américain Maine a explosé au large de Cuba, tuant 260 officiers américains et autres hommes et déclenchant la guerre hispano-américaine. La Marine a dépêché son navire de guerre le plus avancé, l'USS Oregon, sur les lieux. Mais l'Oregon était ancré dans la baie de San Francisco. Il a dû parcourir 12 000 milles, brûler 4 100 tonnes de charbon et a pris 68 jours pour atteindre Cuba. Si le canal de Panama avait existé, le voyage n'aurait été que de 4 000 milles et n'aurait duré que trois semaines.

Cet événement a montré aux États-Unis à quel point il était militairement important de creuser un canal à travers l'Amérique centrale. Il n’est donc pas étonnant qu’une fois que Roosevelt a donné son feu vert au projet du canal, l’armée américaine a fourni une grande partie de la main-d’œuvre, des ingénieurs et de la sécurité pendant la construction. Et pendant qu'ils creusaient le canal, ils construisaient simultanément des bases militaires le long du canal.

Au moment où l'Amérique est entrée dans la Seconde Guerre mondiale, elle avait neuf forts militaires opérationnels à chaque extrémité du canal—et plusieurs installations intérieures le long de son chemin. Ceux-ci comprenaient des bases pour l'armée, l'armée de l'air et la marine. La présence militaire américaine couvrait près de 90 000 acres et comprenait plus de 5 420 bâtiments d'une valeur estimée à 4 milliards de dollars. Au plus fort de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont stationné 65 000 soldats dans tout le Panama pour protéger leur capacité stratégique inestimable à déplacer rapidement les navires de guerre, le matériel et les troupes d'un océan à l'autre et de projeter leur puissance dans le monde entier. Le site web GlobalSecurity.org a écrit que pendant la Seconde Guerre mondiale, « Lorsque les États-Unis se sont retrouvés impliqué dans une guerre de deux océans, le canal de Panama est soudainement devenu le point le plus stratégique du monde. »

Pendant la guerre froide, le canal de Panama était à nouveau une porte d'entrée stratégique cruciale et le quartier général du Commandement Sud des États-Unis. Les soldats, marins, aviateurs et marines américains sous ce commandement ont promu la liberté et la démocratie dans l'hémisphère occidental et ont contré la propagation du communisme.

Aucune porte maritime sur Terre n'était aussi importante pour les États-Unis que le canal de Panama. Sans aucun doute !

Mais, tragiquement, le contrôle de l’Amérique sur ce « joyau stratégique » ne devait pas durer.

Une fois, deux fois, adjugé

Bien que le peuple panaméen ait énormément profité du canal et de la zone du canal contrôlée par les États-Unis, certains ont éprouvé du ressentiment face à la présence américaine dans leur pays. La revue en ligne The Globalist a écrit en 2014 : « Les riches Panaméens se sont plaints de ne pas pouvoir vendre suffisamment à la Zone, tandis que les Panaméens pauvres se sont plaints de tout le reste. Les revendications se sont intensifiées après la révolution cubaine de 1959... »

Dans cette révolution sanglante, les communistes dirigés par Fidel Castro ont pris le contrôle de Cuba. En 1964, une certaine influence marxiste-léniniste s’est répandue du Cuba de Castro au Panama. Les communistes ont enflammé le ressentiment que certains Panaméens ressentaient envers l'Amérique. Bientôt, les étudiants panaméens et ce qui étaient presque certainement des instigateurs communistes ont déclenché des émeutes dans la zone du canal, et plus de 20 personnes ont été tuées.

Le gouvernement panaméen a temporairement rompu ses relations avec les États-Unis et l’administration du président américain Lyndon B. Johnson a ressenti une pression pour céder le canal. Lors d'un discours de 1964, il a promis que l'Amérique élaborerait un « plan à long terme » de « changements majeurs » pour le canal.

Ces plans ont abouti à un accord terrible signé en 1977. C'est à ce moment-là que le dictateur du Panama, Omar Torrijos, a signé de nouveaux traités avec le président américain Jimmy Carter qui ont remplacé le traité Roosevelt de 1903. Selon les nouvelles conditions, Carter a accepté que le canal soit transféré à un petit groupe de voyous politiques au Panama. En d'autres termes, Carter a simplement donné ce « joyau stratégique » ! Les voyous qui dirigeaient ce petit pays menaçaient de continuer les émeutes et de causer des problèmes qui perturberaient le commerce à travers le canal, alors Carter l'a tout simplement abandonné !

La phase finale du traité Torrijos-Carter a pris effet le 31 décembre 1999, lorsque les États-Unis ont renoncé le contrôle du canal. Mais il y a beaucoup plus dans cette histoire que le monde—et particulièrement l'Amérique—ne comprend pas.

L’Amérique n’abandonnait pas seulement le contrôle au Panama.

Puissance chinoise

Même avant la phase finale du transfert, un événement s'est produit qui aurait dû secouer l’Amérique—mais il a à peine été remarqué ! Le 1er mars 1997, une société chinoise géante a pris le contrôle des ports construits par les États-Unis à chaque extrémité du canal de Panama.

Comme la plupart des grandes entreprises chinoises, Hutchinson Whampoa (maintenant CK Hutchison Holdings) est contrôlée par le Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir. Cela signifie que le PCC pourrait finalement prendre le contrôle de qui peut entrer et sortir du canal de Panama.

Tout étudiant en stratégie militaire devrait voir les possibilités effrayantes que ce terrible accord chinois a ouvert. Une entreprise de Chine—la nation possédant la plus grande armée du monde et qui développe agressivement sa marine et ses forces aériennes—a pris le contrôle de la principale porte d’entrée maritime entre l’Est et l’Ouest. Si la Chine coulait soudainement un gros navire dans le canal ou le sabotait d'une autre manière, la nation pourrait refuser à la marine américaine l'accès par ce point d'étranglement stratégique. Les implications de cela en temps de guerre sont alarmantes !

Et maintenant que la Chine a une solide implantation commerciale au canal, qu'est-ce qui l'empêcherait d'y ouvrir des bases militaires et d'y déplacer ses troupes, ses sous-marins, ses navires de guerre et ses avions de combat ? Il est vrai que le traité Torrijos-Carter comprend une clause exigeant « la neutralité et le fonctionnement permanents » du canal, et précise que quiconque tenterait d'attaquer la voie maritime ou d'y établir une présence militaire serait confronté à une réponse militaire immédiate de l'Amérique.

Mais si le PCC chronométrait prudemment un tel mouvement—en attendant que les États-Unis souffrent de graves troubles internes ou que les partenaires de la Chine s'opposent à l'Amérique ailleurs—alors dans quelle mesure l'armée américaine pourrait-elle réagir ?

Christopher R. O’Dea, chercheur adjoint à l’Institut Hudson, a écrit en 2018 que nous devrions nous attendre à ce que la Chine militarise ses ports commerciaux ! « Les entreprises de transport et de construction appartenant à l'État chinois ont assemblé un réseau mondial de ports commerciaux qui peuvent être facilement convertis en bases militaires… La Chine a clairement l'intention de militariser ses installations commerciales », a-t-il écrit, affirmant que cela pourrait se produire rapidement au Panama.

Autour du Panama, la marine chinoise effectue des visites portuaires. Ces dernières années, des navires de guerre naviguant sous le drapeau rouge chinois à cinq étoiles ont jeté l'ancre au large de Cuba et du Venezuela. L'Institut naval américain a écrit sur ce type d'escales portuaires en juin 2019, et a déclaré que les Chinois « tireront parti de leur présence latino-américaine lorsqu'ils le jugeront nécessaire ».

La piste est déjà tracée ! Lorsque les circonstances sont bonnes, la Chine peut déplacer ses militaires au Panama. Ensuite, elle pourra non seulement refuser à l'Amérique le transit par le canal, mais aussi utiliser sa présence là-bas comme terrain de rassemblement pour attaquer le Sud des États-Unis !

Avec des navires de guerre, des sous-marins et des bombardiers à seulement 900 miles de Miami, la Chine serait bien placée pour de telles attaques. Si la Chine déplaçait des avions de combat ou des missiles pour « protéger » ses intérêts au Panama, une grande partie du continent américain serait à portée de main. La menace potentielle pour la sécurité des États-Unis et du monde que représente la décision du Panama de laisser la Chine gérer le canal est difficile à comprendre !

Pensez-vous que cela ne tourmentera pas l'Amérique dans l'avenir ? Où est notre vision ? L’Amérique est tellement repliée sur elle-même qu’elle ne voit même pas ce qui se passe.

À ne pas faire confiance

Si vous pensez que la Chine ne se comportera pas de cette façon, regardez ce que le PCC a déjà fait ces dernières années. Examinez leurs pratiques commerciales illégales, y compris le vol systématique de propriété intellectuelle et la distorsion de concurrence subventionnée par le gouvernement. Regardez leur prise de contrôle illégale de la mer de Chine méridionale et de Hong Kong. Regardez la façon dont ils mettent de la pression sur les Indiens et essaient de prendre plus de terres le long de leur frontière. Regardez leur agression contre Taiwan. Regardez les prêts prédateurs aux petits pays utilisant la dette comme une arme pour en faire des pions dans le grand jeu chinois.

On ne peut faire confiance au Parti communiste qui dirige la Chine. Vous pouvez le voir par leurs fruits. Ce régime athée communiste est ambitieux d'une manière très mauvaise.

C’est la puissance qui peut contrôler la passerelle entre les deux plus grands océans du monde ! Elle peut contrôler la navigation entre les côtes Est et Ouest des États-Unis. Tout cela est arrivé grâce à un accord conclu par un gouvernement panaméen à la recherche d'argent.

Et l'Amérique est restée là et a laissé cela se produire.

Theodore Roosevelt a dit un jour : « Si nous restons les bras croisés… si nous nous éloignons des dures épreuves où les hommes doivent gagner au péril de leur vie, et au risque de tout ce qui leur tient à cœur, alors les peuples plus audacieux et plus forts passeront devant nous, et gagneront pour eux-mêmes la domination du monde. »

Roosevelt avait l'audace et la force d'agir ! Il a pris des risques ! Il n'avait pas peur de ceux qui voulaient détruire l'Amérique. Mais il craignait Dieu ! Il a écrit un livre célèbre intitulé Fear God and Take Your Own Part (Craignez Dieu et prenez votre propre part). Même le titre en dit long : Craignez Dieu et faites confiance à Dieu, et faites votre propre part avec courage ! Bon conseil !

Qu'aurait pensé Roosevelt de ses successeurs à la présidence qui ont carrément abandonné le joyau stratégique que lui et tant d'autres avaient tant risqué de construire ? Que penserait-il de leur abandon à des « peuples plus audacieux et plus forts » en Chine, qui ont pour but de « dominer le monde » ?

La vérité est que nous avons abandonné le canal à cause de la peur ! Nous voulions retirer nos forces du Panama plutôt que de risquer un affrontement qui, selon nos dirigeants, se produirait inévitablement. Ensuite, nous avons agi comme si le canal était sans importance. Pourtant, nous rêvons toujours comme des enfants que nous sommes une superpuissance. Aucune vraie superpuissance n'agit de cette façon !

Peu d'Américains sont aujourd'hui préoccupés par le canal. C'est un autre signe que nous avons perdu notre vision du monde et que nous nous enlisons dans le présent. Ce qui s'est passé avec le Panama est très dangereux. Et dans les prochaines années, le monde verra à quel point c'était dangereux.

Le Panama est déjà une victoire massive pour le Parti communiste chinois et une grande perte pour la sécurité de l'Amérique et du monde. C'était aussi la preuve des vraies prophéties de votre Bible !

Posséder les ‘portes’

Genèse 35 : 11 rapporte une promesse que Dieu a faite au petit-fils d'Abraham, Jacob, dont le nom a été changé en Israël : « Dieu lui dit : Je suis le Dieu tout puissant. Sois fécond, et multiplie : une nation et une multitude de nations naîtront de toi, et des rois sortiront de tes reins. » Remarquez : Dieu Lui-même dit cela !

La « grande nation » mentionnée ici est les États-Unis. La « multitude de nations » est l'Empire britannique. Le fait que Dieu ait rempli cette promesse à Jacob en bénissant les États-Unis et la Grande-Bretagne peut être prouvé de plusieurs manières. Vous pouvez le lire et le prouver à vous-même en commandant un exemplaire gratuit de Les Anglo-Saxons selon la prophétie, par Herbert W. Armstrong. Cela montre comment Dieu a accompli cette prophétie puissamment par le fils de Jacob, Joseph et ses descendants, qui sont finalement devenus les Américains et les Britanniques.

Deutéronome 28 : 52 montre qu'une manière spécifique dont Dieu bénirait ces deux puissances était de leur donner le contrôle des « portes ». Ces « portes » sont les ports et les passages maritimes par lesquels le commerce mondial passe, et même les portes terrestres dans quelques cas.

À l’apogée de la puissance britannique et américaine aux 19e et 20e siècles, la Grande-Bretagne possédait ou contrôlait le canal de Suez, Gibraltar, Malte, les Dardanelles, la Manche, le golfe d'Aden, les îles Andaman-et-Nicobar, le Zanzibar, Le Cap, Ceylan (Sri Lanka), le détroit de Malacca, Singapour, Hong Kong et les îles Falkland. L'Amérique possédait ou contrôlait les îles Aléoutiennes, les îles hawaïennes, l’île de Midway, l’île de Guam, l'île de Wake, les Philippines—et le canal de Panama. Et les marines britannique et américaine ont maintenu les voies maritimes ouvertes à travers de nombreux autres points d'étranglement dans le monde.

La Grande-Bretagne et les États-Unis n’ont pas obtenu toutes ces portes stratégiques parce que nous sommes en quelque sorte meilleurs que les autres nations. Dieu nous a donné ces superbes cadeaux ! Il les a donnés afin que nous puissions pratiquement gouverner le monde, mais d'une manière beaucoup plus bienveillante que des puissances comme la Chine ne le feraient jamais.

Le fait même que la Grande-Bretagne et l'Amérique aient acquis tous ces emplacements océaniques stratégiques, prouve que ces nations sont l'Israël moderne.

L'une de ces portes était bien plus importante stratégiquement pour l'Amérique que toutes les autres. Elle est discutée spécifiquement dans votre Bible d'une manière étonnante.

Dans Genèse 22 :17 Dieu dit à Abraham : « Je te bénirai et je multiplierai ta postérité, comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est sur le bord de la mer… » Cela montre à quel point la famille d'Abraham deviendrait immense, en grande partie grâce à son petit-fils Israël.

Dieu continue : « …et ta postérité possédera la porte de ses ennemis ».

Deutéronome 28 spécifie « portes », pluriel, une traduction exacte du mot hébreu seareka. Mais ici dans Genèse 22, c'est écrit au singulier « la porte ». Il s’agit seulement d’une. Quelle porte s’agit-il ? Laquelle Dieu identifie-t-Il comme la réalisation principale de cette bénédiction de Dieu ?

Je ne crois pas qu’aucune porte de mer pourrait être appelée « LA porte » sauf le canal de Panama.

Les estimations publiées en 1934 ont calculé que le trafic maximal que le canal de Panama pourrait gérer serait d'environ 80 millions de tonnes de marchandises par an. Mais en 2015, le trafic était de plus de 340 millions de tonnes d'expédition par an—soit le quadruple de l'estimation maximale initiale.

En 2010, le millionième navire a traversé le canal de Panama. Un million de navires en moins de 100 ans ! Cela représente des milliards de dollars économisés par des navires qui n’ont pas eu à naviguer autour de l’Amérique du Sud. Toutes ces économies sont transférées à quiconque achète des produits expédiés par le canal de Panama, qui est presque nous tous.

Et cela va au-delà de l'économie. Comme indiqué ci-dessus, le canal de Panama a contribué à garantir la sécurité du monde, en particulier du monde occidental. Il a positionné les États-Unis pour mieux contrôler le monde et pour empêcher les pays agresseurs puissants de sévir contre les pays faibles

Ce canal a servi le monde pendant des décennies. C'était un grand cadeau donné par Dieu à travers l'Amérique et son chef exceptionnel, Theodore Roosevelt, parce qu'il craignait Dieu ! De toute évidence, le canal de Panama est « la porte » dont Dieu parle dans Genèse 22 : 17.

Perdre les ‘portes’

Dans Deutéronome 28 : 52, Dieu dit que si les descendants d'Abraham, d'Isaac et de Jacob refusaient de se tourner vers Lui, Il ferait en sorte que leurs ennemis prennent le contrôle de toutes les mêmes portes dont Il les avait précédemment bénies.

Remarquez qu'il s'agit du temps de la fin—le temps dans lequel nous vivons maintenant. Genèse 49 : 1 parle de ce qui arriverait aux fils de Jacob (ou d'Israël) dans les « derniers jours », et ce passage dans Deutéronome, à propos des nations d'Israël perdant les portes, est en grande partie à peu près dans la même période.

Dieu dit à ces mêmes descendants d'Israël dans Lévitique 26 : 19 : « Je briserai l'orgueil de votre force ». C'est aussi une prophétie. Si nous ne nous tournons pas vers le Dieu qui a créé les grandes puissances de la Grande-Bretagne et de l'Amérique, alors Il inversera ces bénédictions. Elles ont déjà disparu, en particulier pour la Grande-Bretagne. Quelqu'un a-t-il déjà demandé pourquoi ? Dieu ne donne pas de bénédictions comme ceci et ensuite les enlèvent à moins qu’il n’y ait une grande raison. Savez-vous ce que c’est ?

Une grande partie de la réponse est l'ingratitude envers Dieu et se détourner de Lui. Nos péchés ont fait de nous un faible spectacle devant le monde. La Bible dit clairement que Dieu continuera à briser l'orgueil de notre force si nous ne l'écoutons pas et ne sommes pas reconnaissants pour toutes Ses bénédictions.

Au cours de ses nombreuses années d'écriture et d'enseignement, M. Armstrong a vu la Grande-Bretagne perdre le contrôle du canal de Suez, de Singapour, de Chypre, du cap de Bonne-Espérance et de nombreuses autres portes. Sur la base de ces écritures, il a prophétisé que la tendance s'accélérerait. En 1980, il écrivait : « Alors que ‘l’orgueil de notre puissance’ continue d'être brisé, alors que les Britanniques continuent de perdre leurs portes maritimes étrangères et leurs possessions autour de la Terre, alors que l'Amérique cède la propriété du canal de Panama... cette seule prophétie focale représente une preuve gigantesque de l'endroit où réside aujourd'hui le ‘reste’ moderne des peuples d'Israël ! »

À la mort de M. Armstrong en 1986, les États-Unis contrôlaient toujours « la porte », le canal de Panama. Mais environ 14 ans après sa mort, l'Amérique l'a abandonnée, prouvant que M. Armstrong avait raison.

La fierté brisée en notre puissance est la raison pour laquelle notre peuple n'est pas remué par ce qui s'est passé avec la capitulation du Panama. Combien de temps Dieu doit-Il nous maudire avant de nous réveiller ? C'est la grande question à laquelle chacun de nous doit répondre. La décision est entre nos mains—à l'échelle nationale et individuelle.

Le monde entier est en train de surveiller. À moins que nous ne nous repentions devant Dieu, ils verront notre effondrement tragique. Et les prophéties bibliques montrent que l’emprise de la Chine sur le canal de Panama pourrait jouer un rôle majeur dans cet effondrement tragique.

‘Marché des nations’

La Bible prophétise également la montée d'un bloc commercial massif à la fin des temps. Ésaïe 23 : 3 le décrit comme un « marché de nations ».

Le verset 1 montre qu'une nation chef de file dans ce bloc commercial serait « Kittim », un ancien nom pour la Chine. Une autre puissance de premier plan dans le bloc commercial est « Tyr », un nom représentant le centre commercial de l'Europe moderne. Un passage connexe dans Ézéchiel 27 mentionne des noms anciens pour la Russie et le Japon modernes montrant qu'eux aussi rejoindront ce « marché ».

Cette étonnante prophétie est étroitement liée à l'avertissement dans Deutéronome 28 : 52 à propos de l'Amérique et de la Grande-Bretagne assiégées par leurs ennemis. La prophétie du « marché des nations » rend plus clair qui seront exactement ces ennemis assiégeant les États-Unis et le Royaume-Uni !

La Bible contient de nombreuses prophéties d'une puissance européenne de la fin des temps attaquant l'Amérique et la Grande-Bretagne. Lorsque ces prophéties sont placées aux cotés des prophéties du « marché des nations » et d'autres passages de la Bible, il est clair que les premières phases de cette attaque consisteront en un siège économique ! L'Europe, la Chine, la Russie, le Japon et d'autres pays excluront l'Amérique du commerce mondial !

La prophétie du « marché des nations » indique également que les partenariats entre l'Europe et l'Amérique latine, et entre la Chine et l'Amérique latine, se renforcent considérablement. Avec une religion, une culture et des langues communes, l'Europe exerce déjà une influence considérable en Amérique latine. Et la Chine et la Russie ont une grande influence au Panama, au Venezuela, à Cuba et ailleurs. Cela donne vie aux prophéties dans les pages de votre Bible à propos de l'Amérique et la Grande-Bretagne tombant sous le siège !

Ces prophéties effrayantes indiquent des jours sombres à venir pour l'Amérique et certains de ses alliés. Mais la prophétie biblique montre que le marché des nations et le terrible conflit qu'il déclenchera seront en fait utilisés par Dieu comme une correction aimante.

Deux grands blocs commerciaux se positionnent pour contrôler le monde. Mais ce partenariat commercial ne durera pas longtemps. Bientôt, ils s'affronteront, juste avant que Jésus-Christ ne revienne et ne les détruise tous les deux.

Le Christ mettra fin rapidement à toute l’autodestruction de l’humanité. Il inaugurera une ère de paix et de prospérité pour les peuples du Panama, de la Chine, des États-Unis et du monde entier. Nous devons remercier Dieu chaque jour qu'au-delà de cette mauvaise nouvelle, il y a la meilleure nouvelle que nous pourrions entendre !

Dieu permettra à l'Amérique et aux autres nations descendant d'Israël de souffrir aux mains de peuples audacieux et brutaux. Il punira ensuite ces peuples pécheurs avec de nouvelles guerres et mettra finalement un terme aux gouvernements humains perfides, sanglants et corrompus du monde entier avec le retour de Son Fils, Jésus-Christ, pour gouverner toutes les nations ! Enfin, l'homme apprendra une leçon bien plus précieuse que toutes les portes maritimes du monde : ce que signifie véritablement de craindre Dieu et de prendre votre part.

Usbp Fr