Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

1 istock 629182732b

ISTOCK.COM/MARIOGUTI

La montée d’un homme fort allemand

L’Europe a une histoire de leadership autoritaire. Les crises qui frappent le continent aujourd’hui résulteront dans la montée du plus grand homme fort de tous.

Imaginez une nouvelle superpuissance du 21 ème siècle avec plus d’armes nucléaires et une plus grande économie que celle de la Chine, un territoire plus grand que le Canada, et exportant plus que n’importe quelle autre nation au monde. Une telle puissance rivaliserait avec les États-Unis, la Chine et toute autre puissance mondiale.

L’Union européenne pourrait être cette puissance. En fait, elle a toutes les composantes d’une superpuissance mondiale—sauf une.

L’UE est la deuxième plus grande économie mondiale et le centre du commerce mondial. Elle représente 15 pour cent des dépenses militaires mondiales, ce qui lui donne le deuxième plus grand budget de la défense au monde.

« Par la plupart des mesures objectives, [l'Europe] rivalise ou dépasse les États-Unis et la Chine dans sa capacité à projeter globalement une gamme complète de puissance militaire, économique et capacité de persuasion », a écrit Andrew Moravcsik pour Foreign Policy.

L'Europe a cette capacité, mais elle ne l'utilise pas. Pourquoi ? En raison de cette composante manquante. En fait, au lieu d'exercer son potentiel de superpuissance mondiale, elle a basculé de crise en crise. Les autres puissances ne prennent pas les Européens au sérieux.

Mais que se passerait-il si l’Europe obtenait cette composante finale, cruciale ? Que se passerait-il si l’Europe se dotait d’un chef ?

La gouvernance de l’Europe est une farce. Elle a entre trois et cinq présidents, dépendant comment vous les comptez, et aucun d’entre eux n’a de pouvoir réel. Malgré les meilleurs efforts de l’UE, les nations individuelles retiennent quand même beaucoup de leur souveraineté, laissant l’Union distinctement désunie.

Les Européens eux-mêmes voient le problème. En 2012, le soi-disant Groupe de Berlin—un groupe de 10 des nations du cœur de l’UE—ont appelé pour un « super-président de l’UE » formé en condensant plusieurs postes de haut rang. L’ancien directeur de la Campagne pour une Grande-Bretagne indépendante, Lord Stoddart, a dit : « Un tel regroupement de fonctions représenterait un important changement de pouvoir dans les mains d’une seule personne, un bureaucrate non élu. »

2 Getty Images 803287766
(Sean Gallup/Getty Images)

Dans son discours de l’état de la nation de septembre 2017, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Junker, a fait presque exactement la même proposition. « L’Europe serait plus facile à comprendre si un seul capitaine conduisait le bateau, » a-t-il dit.

Ces propositions ont gagné peu de terrain : Les nations européennes ne veulent pas abandonner leur pouvoir. Cependant, le continent a déjà en place un poste de dirigeant. Il a simplement besoin de la bonne personne pour l’occuper.

Quelqu’un a demandé une fois, Qui dois-je appeler quand je veux appeler l’Europe ? Depuis quelque temps, cette réponse est évidente : Vous appelez le chancelier de l’Allemagne. L’Allemagne est la plus forte nation de l’Union et est son dirigeant de facto.

Un dirigeant allemand fort serait facilement un dirigeant européen fort.

Cependant l’Allemagne manque un tel dirigeant.

Le 24 septembre, 2017, les électeurs allemands ont démontré leur frustration à l’égard du système politique établi en abandonnant les partis traditionnels de l’Allemagne en masse. Le Parti social-démocrate et les deux partis d’Union chrétienne n’ont reçu que 53.4 pour cent des votes. Dans l’histoire du système politique actuel de l’Allemagne, qui a été établi après la Deuxième Guerre mondiale, c’est le plus bas nombre d’électeurs pour ces deux partis.

Les électeurs allemands ont ventilé leur frustration envers le leadership de leur pays et ont plutôt voté pour les partis marginaux. Ceci a laissé les partis traditionnels avec peu ou pas d’options en ce qui a trait à la formation d’un gouvernement fonctionnel.

Cette agitation en Allemagne et en Europe survient dans un monde de plus en plus dangereux et instable. Qu’arrive-t-il s’il y a une autre attaque terroriste ? Ou une autre offensive russe ? Un effondrement économique ? Ou une autre crise quelconque ?

L’appétit déjà grand pour un dirigeant fort ne fera que grandir.

C’est exactement ce que les revues La Trompette et La Pure Vérité ont prédit depuis des années.

3 Getty Images 3201347
Hambourg, en Allemagne, en ruines après la libération des Alliés dans le dernier mois de la Deuxième Guerre mondiale, en 1945. Dans cette condition, rasée en poussière fumante par le carnage des Alliés, Herbert W. Armstrong a continué à proclamer la future résurrection de la superpuissance européenne menée par l’Allemagne. 
(Hulton Archive/Getty Images)

Une prévision audacieuse d’un dirigeant audacieux

Durant toute l’histoire des 52 ans de la Pure Vérité, l’éditeur en chef Herbert W. Armstrong et son personnel éditorial désignaient les événements qui mèneraient à l’inévitable montée d’une fédération européenne. Avant la Deuxième Guerre mondiale, M. Armstrong l’avait prévue. Durant le pire moment de la Bataille de la Grande-Bretagne, il a continué à le prédire. Et quand l’Allemagne gisait dans la défaite, réduite en poussière fumante par le carnage des Alliés, il a continué à proclamer la future résurrection de la superpuissance européenne menée par l’Allemagne. Jusqu’à son tout dernier sermon, prononcé tard en 1985, M. Armstrong a continué à puissamment prophétiser ces événements.

Cette fédération existe maintenant. Elle a simplement besoin de leadership.

La Pure Vérité de novembre-décembre 1954 présentait l’audacieux avertissement que voici :

En février 1945—seulement quelques mois avant la fin de la guerre—le président [Franklin] Roosevelt et le Premier ministre [Winston] Churchill ont annoncé la politique commune Américano-britannique sur l’Allemagne. C’était la politique solennelle et l’avertissement pour l’avenir. Écoutez : « Notre but inflexible est de détruire le militarisme et le nazisme allemand et de nous assurer que l’Allemagne ne sera plus jamais capable de perturber la paix dans le monde. Nous sommes déterminés à désarmer et dissoudre toutes les forces armées allemandes ; briser pour toujours l’état-major allemand qui a maintes fois orchestré la résurgence du militarisme allemand … » Et maintenant, neuf petites années plus tard, voyez le spectacle de Washington et de Londres faisant tous les efforts diplomatiques possibles, appuyés par les dollars américains, pour faire deux choses : Créer les États-Unis d’Europe, et réarmer l’Allemagne. … L’Allemagne [va] inévitablement ré-émerger en tant que leader d’une Europe unie. Cela exigera une certaine force spirituelle d’unification pour inspirer cette confiance—pour enlever ces peurs—et cette force spirituelle d’unification doit monter du sein même de l’Europe ! Toute l’Europe est maintenant prête—n’attendant que le dirigeant inspirant la confiance… Cet homme est là quelque part.

Dans la revue Good News [La Bonne Nouvelle] de mai 1953, M. Armstrong a écrit, « Il est probable que personne d’autre qu’un Allemand ne puisse pourvoir le leadership dynamique et inspiré requis pour organiser une telle fédération politique militaire. »

Les nations européennes deviennent « méfiantes envers l’Amérique et pensent de plus en plus à s’unir en États unis d’Europe, » a-t-il écrit en mars 1950. Pour ce faire cependant, ils avaient besoin qu’un nouveau chef suprême—le successeur d’Adolf Hitler—se lève et s’affirme et prenne le commandement ».

Même dans la dernière année de sa vie en 1985, il écrivait : « Il reste encore un autre dirigeant qui se lèvera en Europe ! »

Herbert W. Armstrong, mars 1950

L’éditeur en chef de la Trompette, Gerald Flurry a continué ce même avertissement la première année que la revue fut établie—et chaque année depuis.

« Si une vraie crise se développe, les Allemands demanderaient-ils un nouveau führer ? » a-t-il demandé dans l’édition de décembre 1991. « Votre Bible dit que cela va se produire ! Cette crise sera probablement déclenchée par un effondrement économique en Amérique. »

M. Flurry a aussi parlé comment ce dirigeant pourrait monter au pouvoir. Dans une émission télévisée de La Clef de David en 2009, il a dit que ce dirigeant pourrait « peut-être prendre avantage d’une faible coalition ». Cette prévision spécifique est particulièrement intéressante au lendemain des élections fédérales allemandes de septembre 2017 qui ont laissé le gouvernement allemand faible et divisé politiquement, ce qui pourrait laisser le pays sans gouvernement pour des mois. Ceci est exactement le genre d’environnement que le bon genre de dirigeant pourrait utiliser à son avantage.

Pourquoi M. Flurry et M. Armstrong auraient-ils fait ces prévisions à répétition—pendant des décennies ? Pourquoi les considéreraient-ils si importantes ? Parce que ces événements mènent à l’aboutissement exact prophétisé par votre Bible.

En fait, plusieurs de ces prophéties sont dans des passages qui décrivent de longues prophéties, s’étendant sur des centaines ou même des milliers d’années. Dans beaucoup de ces prophéties, les parties du début ont déjà été accomplie. Nous pouvons clairement faire correspondre la prophétie biblique avec les livres d’histoire. Ces prophéties ont déjà, en partie, été prouvées vraies.

4 Jeru Destruction
Un Antioche moderne attaquera Jérusalem—exactement comme le roi décrit dans Ésaïe 10 et Daniel 8 et 11. Il sera un chef redoutable. Et avec une superpuissance moderne sous son contrôle, il sera plus meurtrier et plus destructeur que tous les autres avant lui ! 
(Melissa Barreiro/Trompette)

‘Un roi impudent’

Les chapitres 8 et 11 de Daniel sont remplis de prophéties que Dieu a données 500 ans avant que Jésus-Christ soit né. Certaines de ces prophéties sont maintenant devenues une partie de l’histoire. Un grand « roi de Grèce » a attaqué la Perse, tout comme Daniel 8 : 20-21 l’a prédit, en 323 av. J.-C. Son nom était Alexandre le Grand. Mais Daniel a écrit que beaucoup de ces prophéties dans ces chapitres est pour « le temps de la fin » (Daniel 8 : 17 et 11 : 40).

Daniel 8 : 23-24 décrit la montée d’un « roi impudent et artificieux ». Le verset 25 dit qu’il sera brisé après s’être levé « contre le Chef des chefs » [le Prince des princes selon la version King James] révélant le cadre-horaire pour le règne de ce roi impudent. Il va venir à la toute fin des temps, juste avant le Second avènement de Jésus-Christ.

Daniel 11 : 40-45 contient une prophétie du temps de la fin qui y est étroitement liée. Elle parle d’une puissance mondiale appelée « le roi du Nord » qui se lèvera « au temps de la fin ». Tout comme le roi de Daniel 8, ce dirigeant aussi « arrivera à sa fin ».

L’individu qui dirigera ce « roi du Nord » et le roi de Daniel 8 : 23-24 sont le même homme.

Où cet homme fort régnera-t-il ? Il ne se lèvera pas en Grande-Bretagne ou en Amérique. Ces nations sont les descendants modernes de l’ancien Israël, et d’autres prophéties montrent que l’empire de ce roi du Nord attaquera et vaincra ces nations d’Israël. Daniel 11 : 44 décrit ce roi impudent lançant une attaque sur les nations à « l’Est et … au Nord » de Jérusalem—se référant géographiquement à la Russie et la Chine. Donc ce roi impudent ne provient ni des nations Anglo-américaines, ni des nations asiatiques.

Une des quelques puissances mondiales qui n’est pas l’Amérique, la Grande-Bretagne, la Russie ou la Chine, est l’Europe.

Daniel 11 montre que ce roi du Nord est un successeur moderne de l’Empire romain et du Saint Empire romain. Ceci confirme plus loin que ce dirigeant se lève en Europe. (Pour plus d’informations au sujet de la prophétie de Daniel 11, demandez notre brochure gratuite Histoire et prophétie du Moyen-Orient. )

Confirmant plus tard cette analyse, Ésaïe 10 : 5-19 donne une prophétie semblable, décrivant clairement le même dirigeant. Ce passage ajoute que ce dirigeant sera « le roi d’Assyrie ». Ceci rend plus claire l’identité nationale de ce roi : L’Assyrie se réfère aux ancêtres de l’Allemagne moderne. (Pour la preuve, lisez le chapitre deux de notre livre L'Allemagne et le Saint Empire romain .)

Ésaïe 10 se réfère partiellement à l’ancienne attaque de l’Assyrie sur Jérusalem aux jours d’Ézéchias. Mais plusieurs détails de la prophétie d’Ésaïe n’ont pas été accomplis dans cette période. Elle demeure partiellement inachevée—jusqu’à ce que ce roi impudent vienne au pouvoir.

Ce dirigeant se lèvera alors en Allemagne. Et il gouvernera cette puissance européenne.

De quoi aura-t-il l’air ? Dans sa brochure gratuite Un dirigeant allemand fort est imminent , M. Flurry a écrit :

Ce dirigeant à venir bientôt pourrait littéralement être appelé un roi. Même si ce n’est pas le cas, la Bible l’appelle ainsi. Quand la Bible parle d’un roi, dans la plupart des cas cela veut dire qu’il ne s’agit pas d’un gouvernement démocratique. Même s’il n’a pas ce titre, il gouvernera comme un roi. Cette vision dans Daniel montre que l’empire européen est sur le point de devenir beaucoup plus autoritaire.

L’Europe moderne semble être très démocratique. Comment, alors, un tel chef autocratique pourrait-il dominer une région si sophistiquée ? S’il est prophétisé qu’un roi impudent saisisse le pouvoir, il doit le faire à un moment où la démocratie européenne est en crise.

Daniel 11 : 21-31 nous dit comment. La plupart des commentaires bibliques disent correctement que ce passage se réfère à Antioche Épiphane, qui a régné entre 175 et 164 av. J.-C. Ces écritures prédisent exactement ce que Antioche Épiphane a fini par faire. Elles ont prophétisé que ses troupes « profaneront le sanctuaire, la forteresse, elles feront cesser le sacrifice perpétuel, et dresseront l'abomination du dévastateur » (verset 31). Antioche a notoirement assailli et massacré les Juifs et a attaqué la religion juive. Il a tenté d’écraser l’adoration juive dans le temple et a dressé une statue païenne de Jupiter Olympus face à l’autel.

Jésus-Christ s’est clairement référé à ce verset dans Matthieu 24 : 15, faisant une référence explicite à « l'abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel ». Mais Il parle à ce sujet, non comme quelque chose qui s’est déjà produit, mais comme quelque chose qui se produira dans l’avenir.

Si cette prophétie avait été accomplie par Antioche Épiphane près de deux siècles plus tôt, pourquoi le Christ dirait-Il à Ses disciples de surveiller cet événement ? Pourquoi Ses paroles ont-elles été préservées durant 2 000 ans ?

Comme Ésaïe 10, cette prophétie a eu un ancien accomplissement, mais elle en aura aussi un moderne—comme beaucoup de prophéties qui ont un sens double. Ceci se réfère à la fois à Antioche Épiphane et à l’émergence future d’un Antioche moderne. Comme il est clair dans le reste de Matthieu 24, cet Antioche moderne attaquera Jérusalem—exactement comme le roi décrit dans Ésaïe 10 et dans Daniel 8 et 11. Cet Antioche moderne et ce roi sont le même homme.

Cet homme est un dirigeant redoutable. Et avec une superpuissance moderne sous son contrôle, il sera plus meurtrier et plus destructeur que tous les autres avant lui !

Daniel 11 : 21 décrit comment cet homme arrivera au pouvoir. Le peuple européen « ne donnera pas » à cet Antioche « l’honneur du royaume : mais il entrera paisiblement, et prendra possession du royaume par des flatteries » (version Darby). Le Jamieson, Fausset and Brown Commentary dit que « la nation ne va pas, par un acte public, lui conférer le royaume, mais il l’obtiendra par la ruse, la ‘flatterie’». Les Barnes’ Notes on the Old and New Testaments dit : « En d’autres mots, il ne devrait pas lui être conféré par aucune loi ou acte de la nation, ou par aucune succession ou droit régulier ».

« Cet homme ne vient pas au pouvoir de manière honorable—en étant établi en poste par une élection, » a écrit M. Flurry en novembre 2002. « Il le prend de façon déshonorable ! Il travaillera en arrière-scène et viendra au pouvoir par des flatteries—non par des votes ! »

Ce roi impudent n’a certainement pas été élu par le peuple allemand dans les élections fédérales désordonnées de 2017. L’élection peu concluante a conduit à des négociations complexes de coalition et à un gouvernement de coalition inefficace. Ceci a produit la situation exacte qui conduira à l’accomplissement de ces prophéties. Si le pays reste paralysé politiquement alors que les problèmes se multiplient chez eux et que l’Europe brûle tout autour, l’Allemagne va avoir désespérément besoin d’un dirigeant fort, et sera peut-être disposée à trouver une justification sophistiquée afin de « passer par-dessus » ou « suspendre temporairement » la démocratie, et revenir à l'ancienne méthode de gouverner le continent : Couronner un roi.

La torpeur politique actuelle de l’Allemagne et les crises de l’Europe conduisent à la montée secrète d’un roi impudent !

Plus d’écritures ajoutées

La Bible contient aussi de nombreux détails sur ce que cet homme fera une fois qu’il sera en poste. Daniel 11 et Ésaïe 10 sont loin d’être les seuls écritures à décrire la nation que cet homme dirige.

Daniel 7, Apocalypse 13 et Apocalypse 17 décrivent une série de « bêtes ». La Bible explique clairement que ces bêtes sont des « royaumes » (Daniel 7 : 23). Daniel 7 : 24 dit que 10 royaumes sortiront d’une de ces bêtes—ceci a du sens si la bête est un royaume.

6 Rev13 0004
UNE BÊTE COMME AUCUNE AUTRE : Apocalypse 13 décrit l’Empire romain comme un empire qui possède les fortes caractéristiques de tous ses prédécesseurs.
(Gary Dorning/Trompette)

5 Rev17 0001
LA BÊTE ET LA PROSTITUÉE : Apocalypse 17 prophétise en détail au sujet d’un empire bestial chevauché par une fausse église. 
(Gary Dorning/Trompette)

La Bible se réfère souvent à un royaume en se référant au roi qui la conduit. Daniel 7 : 17 dit que ces bêtes sont quatre « rois ». La Bible utilise les mots « rois » et « royaume » de manière interchangeable.

La même chose est vraie dans le livre de l’Apocalypse. Quand il décrit la bête, il se réfère généralement à une puissance majeure, un empire. Mais de temps en temps il se réfère aussi à un individu—le roi ou le dirigeant de cette puissance. Apocalypse 16 : 13, par exemple, décrit des esprits impurs sortant de la bouche de cet individu. Dans ce cas-ci, « la bête selon la Bible est le dirigeant politique du système babylonien, représenté dans Daniel 7, Apocalypse 13 et 17, » a écrit M. Armstrong. « La bête apparaîtra encore en Europe pour une renaissance finale du fascisme à la tête de la dernière résurrection de l’Empire romain—les États-Unis d’Europe qui vont surprendre ce monde ! »

Avec ceci à l’esprit, nous pouvons en apprendre plus sur ce dirigeant.

Apocalypse 17 nous informe que 10 autres rois « reçoivent autorité comme rois pendant une heure avec la bête ». Ce roi règne sur un groupe de nations. Ces 10 « ont un même dessein, et ils donnent leur puissance et leur autorité à la bête ».

C’est à cause de prophéties comme celles-là que M. Armstrong a prédit que la Communauté économique européenne se réduirait éventuellement à 10 nations ou groupes de nations. Mais ils seront tous conduits par un individu ! Les dirigeants de l’UE discutent souvent du besoin de réduire le lourd bloc de 28 membres, afin de pouvoir prendre des décisions plus rapidement.

Apocalypse 17 révèle une dimension choquante de cette puissance européenne montante. Il décrit cette puissance de la bête comme conduite par une « grande prostituée ». Dans la Bible, une femme représente une église (ex. Éphésiens 5 et 2 Corinthiens 11 : 2). Cette grande bête est conduite par une grande fausse église. C’est pourquoi quand la Bible se réfère à un individu comme « la bête », elle mentionne souvent un faux prophète à ses côtés (Apocalypse 16 : 13; 19 : 20 ; 20 : 10). Le chef de cette fausse religion a aussi une très grande puissance sur cet empire qui approche.

D’autres écritures attestent aussi de la nature religieuse de cette puissance. Ézéchiel 23 contient des prophéties sur cette Assyrie moderne (verset 9). Ici le terme Assyriens est utilisé de façon interchangeable avec Babyloniens et Chaldéens (voyez les versets 14 à 18), référant au peuple de la région de Babylone et de la Chaldée. Genèse 10 et 11 montrent que les Assyriens étaient une race dominante et dirigeante dans l’ancienne Babylone qui travaillait en étroite collaboration avec les Chaldéens. Ensemble, ces deux races étaient les puissances dominantes de l’ancienne Babylone.

Anciennement ces royaumes vivaient côte à côte. Mais les Assyriens n’avaient pas de religion propre ; ils ont adopté celle des Babyloniens. Ésaïe 23 : 13 prophétise spécifiquement sur ces deux puissances travaillant ensemble dans les temps de la fin. Ils l’ont fait lors de la Deuxième Guerre mondiale. L’Italie sera certainement l’un de ces 10 rois. Et parce que la religion établie en Italie sera la religion de tout l’empire, la Bible se réfère aussi à cet empire en tant que « Babylone » ou « Chaldée ».

Habacuc 1 : 6 utilise ce terme. Ici, Dieu dit, « je vais susciter les Chaldéens, peuple furibond et impétueux ». C’est un langage très semblable à Ésaïe 10 : 5, où Dieu dit, « Malheur à l'Assyrien, verge de ma colère ! La verge dans sa main, c'est l'instrument de ma fureur. » Assyriens et Chaldéens sont des titres interchangeables pour l’empire que Dieu utilise pour corriger Son peuple.

Ce chapitre nous dit quelque chose d’important au sujet du dirigeant de cet empire. Cet homme subira un « changement dans sa pensée » (Habacuc 1 : 11). Il va commencer à « imputer sa force à lui, voilà son dieu ! » Il impute sa puissance guerrière à « son dieu »—un faux dieu : Satan le diable.

Ésaïe 10 décrit la même transformation. Le verset 7 dit : « Mais il n'en juge pas ainsi, et ce n'est pas là la pensée de son cœur ; Il ne songe qu'à détruire, qu'à exterminer les nations en foule. » « Un esprit méchant prendra possession du nouveau dirigeant allemand et l’amènera à faire des choses horribles qu’il n’a jamais imaginées, » écrit M. Flurry en mars 2016.

À ce point, le diable est aux commandes. Et à travers cet homme, il inflige d’énormes souffrances dans le monde. Habacuc 1 : 8 dit que cette puissance est « plus féroce que les loups du soir ». Le verset 9 dit qu’ils « viennent tous avec violence » (selon la version King James).

« Il y a beaucoup de puissance, mais elle vient de Satan—bien que cet homme pensera qu’elle vient de Dieu ! (verset 4), » écrit M. Flurry dans sa brochure sur Habacuc. « Satan prendra le contrôle de ces deux dirigeants (politique et religieux) et causera la pire période d’horreurs et de souffrances dans l’histoire humaine ! Le diable hait Israël et l’Église de Dieu et a l’intention de leur faire violence ! Il n’a aucune compassion ni miséricorde ».

À travers cet homme, Satan le diable causera la pire souffrance de l’histoire humaine.

Espoir à la fin

Mais toutes ces prophéties ont aussi un autre détail en commun. Elles montrent toutes que cet homme fort lancera sa destruction juste avant le plus grand événement de l’histoire humaine : le retour de Jésus-Christ sur Terre. Comme le Christ a Lui-même dit, en parlant de Son Second avènement, « De même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l'homme est proche, à la porte » (Matthieu 24 : 33).

Daniel 8 : 25 établit que cet homme « s'élèvera contre le Chef des chefs ; mais il sera brisé, sans l'effort d'aucune main ». Daniel 11 : 45 dit qu’il « arrivera à la fin, sans que personne lui soit en aide ». Apocalypse 19 : 19 dit que cet homme rassemblera ses armées et essayera de combattre le Christ. Il perdra et sera jeté dans un étang de feu ardent (Apocalypse 19 : 20).

Daniel 7 : 22 établit que cette bête puissante prévaudra « jusqu'au moment où l'ancien des jours vint donner droit aux saints du Très-Haut, et le temps arriva où les saints furent en possession du royaume ».

Le verset 27 décrit l’avenir inspirant qui vient après que ce roi méchant ait été vaincu : « Le règne, la domination, et la grandeur de tous les royaumes qui sont sous les cieux, seront donnés au peuple des saints du Très-Haut. Son règne est un règne éternel, et tous les dominateurs le serviront et lui obéiront ». Habacuc décrit la même période, écrivant que « la terre sera remplie de la connaissance de la gloire de l'Éternel, comme le fond de la mer par les eaux qui le couvrent » (Habacuc 2 : 14).

Ce roi cruel amènera une souffrance terrible. Mais il est le dernier tyran européen de l’histoire ! Après cela, les Assyriens et Israël se soumettront tous les deux à Dieu et le monde entier jouira d’un merveilleux temps de paix (Ésaïe 19 : 25).

Tout aussi certain que les prophéties bibliques ont été accomplies, en préfigure, anciennement par le violent Antioche Épiphane, un accomplissement moderne est aussi certain et viendra par un dirigeant impudent en Allemagne. Et tout aussi certain que le règne de ce dirigeant commencera bientôt, il est aussi certain que nous sommes sur le point de voir le règne subséquent de Jésus-Christ !

Les conditions sont prêtes pour que cet homme émerge en Allemagne, ce qui veut dire que nous nous approchons très près du retour de Jésus-Christ et du temps où toute guerre et conflits seront arrêtés pour de bon.

Voilà pourquoi la Trompette surveille l’apparition imminente de ce dirigeant fort en Allemagne. C’est un événement majeur qui conduira au pire conflit dans l’histoire du monde. Mais la même Bible qui a correctement prédit Alexandre le Grand, l’Empire romain, la grande fausse église, le Saint Empire romain et ses sept résurrections, et le roi impudent s’élevant maintenant en Allemagne, prophétise aussi ce grand événement qui se produira immédiatement après ce conflit : le retour glorieux de Jésus-Christ. 

Lead Ad Fr