Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Kod fr 21 22%20the%20watchman%20who%20is%20a%20prophet%20thumbnail

ISTOCK-1222173395

La sentinelle qui est un prophète

Dieu sauva la civilisation occidentale par Winston Churchill. Une autre sentinelle est sur la scène aujourd'hui. Apprenez comment cette sentinelle de la fin des temps est aussi un prophète avec un message d'avertissement venant directement de Dieu. (Transcription de la Clef de David)

Dans Genèse 35 et le verset 11, il est question d'une grande nation, d'une nation prospère, et vraiment de la plus grande nation unique qu'il y ait jamais eu (et tout cela est dans la prophétie), ainsi que d'une multitude de nations, qui est devenue le plus grand empire du monde entier : les États-Unis et l'Empire britannique.

Winston Churchill s'est battu toute sa vie pour essayer de s'accrocher à cet Empire et le rendre encore plus grand, mais il s'éloignait, dégénérait et échappait à l'emprise de Winston Churchill et de quelques autres personnes, alors Dieu a donné à la Grande-Bretagne cet Empire britannique. Je ne sais pas à quel point M. Churchill a compris à ce sujet, mais probablement pas beaucoup. Mais c'était la prospérité ; tout cela faisait partie des bénédictions du droit d'aînesse à deux nations : l'Amérique et la Grande-Bretagne. Et bien sûr, Dieu voulait qu'elles soient un exemple pour le monde et qu'elles leur montrent la voie de Dieu, mais elles n'ont guère fait cela de la manière dont Dieu le voulait, et Il est mécontent de tout cela, et nous devrions être préoccupés par cela. Israël n'est pas le peuple favori de Dieu, mais Dieu lui a donné une commission, une responsabilité dans ce monde, qu'il n'a pas remplie de la manière dont Dieu lui a ordonné de le faire.

Remarquez ce qui est dit dans Ézéchiel 33 et le verset 1, « La parole de l'Éternel me fut adressée, en ces mots : (2) Fils de l'homme, parle aux enfants de ton peuple, et dis-leur : Lorsque je fais venir l'épée sur un pays, et que le peuple du pays prend dans son sein un homme et l'établit comme sentinelle… » En d’autres termes, c'est le peuple qui choisit la sentinelle ici, et non Dieu, mais le peuple.

Verset 3, « Si cet homme voit venir l'épée sur le pays, sonne de la trompette, et avertit le peuple ; (4) et si celui qui entend le son de la trompette ne se laisse pas avertir, et que l'épée vienne le surprendre, son sang sera sur sa tête. » Tout ceci concerne donc la fin des temps. Il s'agit de prophéties de la fin des temps, et notre brochure sur Ézéchiel vous l'expliquera. Si vous n'avez pas d'exemplaire, demandez-en un. Toute notre littérature est gratuite. Mais tout ce que je vous lis ici s'est passé à la fin des temps, dans les derniers jours ; c'est à ce moment-là que ces promesses du droit d'aînesse ont été prophétisées comme devant être données.

Et puis notez verset 4, « Et si celui qui entend le son de la trompette ne se laisse pas avertir, et que l'épée vienne le surprendre, son sang sera sur sa tête. (5) Il a entendu le son de la trompette, et il ne s'est pas laissé avertir, son sang sera sur lui ; s'il se laisse avertir, il sauvera son âme. (6) Si la sentinelle voit venir l'épée, et ne sonne pas de la trompette ; si le peuple n'est pas averti, et que l'épée vienne enlever à quelqu'un la vie, celui-ci périra à cause de son iniquité [manque de respect pour la loi], mais je redemanderai son sang à la sentinelle. » Donc cela n'est arrivé, il n'y a eu qu'un seul moment dans ces derniers jours, où l'épée est venue sur ce qui est vraiment l'Israël prophétique : l'Amérique et la Grande-Bretagne. Et cela inclut également la petite nation du Moyen-Orient, appelée Juda biblique dans la Bible.

Nous avons donc ici six versets qui parlent vraiment de Winston Churchill parce qu'il était la seule sentinelle lorsqu’une épée venait sur ces deux nations dans ce temps de la fin, ou dans les derniers jours. Il voyait cela arriver, mais en fait, tout a commencé avec l'Empire britannique en Europe, et ils craignaient une attaque de l'Allemagne, une Allemagne très forte à cette époque. Il s'agit donc de Winston Churchill et de l'Empire britannique, qui était vraiment un don de Dieu à la Grande-Bretagne, et l'Amérique qui est devenue la plus grande nation de tous les temps, une seule nation, est un don de Dieu ; c'est un don du droit d’ainesse donné à l'Amérique et à la Grande-Bretagne. Et Juda, bien sûr, a reçu le don du sceptre, qui consiste à avoir une personne juive toujours assise sur le trône de David sur cette Terre jusqu'à ce que Jésus-Christ revienne sur cette Terre.

Mais je veux vous parler aujourd'hui et vous montrer quelque chose ici sur la sentinelle qui est un prophète, la sentinelle qui est un prophète. William Manchester, le biographe de Churchill, a dit que Winston Churchill sauva la civilisation occidentale. Maintenant, il serait préférable de dire que Dieu a sauvé la civilisation occidentale par l'intermédiaire de M. Churchill. Mais néanmoins, Winston Churchill était un grand homme, et nous croyons qu'il a été quelque peu préparé, de toute façon, pour ce travail d'une manière spéciale. Mais l'épée n'est venue sur la Grande-Bretagne et l'Amérique qu'en cette fin des temps. L'Allemagne envahissait l'Europe et le Japon a attaqué Pearl Harbor, et l'Amérique était très impliquée dans cette guerre et a perdu beaucoup de ses soldats.

Herbert W. Armstrong est entré en scène à peu près au même moment que M. Churchill, et il prophétisait aussi à ce sujet. Mais ici, il se concentre sur M. Churchill, et il a parlé de ce « grand silence » qui est venu sur l'Europe, toute l'Europe, parce qu'ils avaient peur de l'Allemagne ! Ils craignaient Adolf Hitler et l'Allemagne ! Et remarquez ce qu'il a écrit : « Hélas, c'est un silence de suspense et dans de nombreuses mains, c'est le silence de la peur. » C'est tiré de Martin Gilbert, son biographe. « Écoutez bien. Je crois que j'entends quelque chose ! Oui, c'était là, très clair. Vous ne l’entendez pas ? C'est le pas des armées qui font crisser le gravier des terrains de parade, qui éclaboussent les champs détrempés par la pluie, le pas de deux millions de soldats allemands et de plus d'un million d'Italiens qui vont aux manœuvres. Oui, seulement aux manœuvres. »

Puis, il a ajouté, sur un ton très sarcastique, que des Danois, des Néerlandais, des Albanais et des Suisses, l'Allemagne avait tellement peur de ces nations qu'elle devait agir et organiser des manœuvres. Et bien sûr, ces nations avaient très peur de l'Allemagne et avaient très peu de pouvoir pour se défendre. Il y avait un grand besoin de vrai leadership à cette époque. Il n'y avait tout simplement pas de leadership. Et un homme a même dit : « Ces gens qui sont aux commandes, on dirait des bébés, parce qu'ils n'ont jamais rien su de la Première Guerre mondiale, et ce ne sont pas du tout des militaires et ils ne comprennent pas cela. Mais il y a une prophétie qui dit que cet homme a vraiment raison.

Et une grande, eh bien, une grande prophétie affirme la même chose. Ésaïe 3, versets 1 à 4. Je ne vais pas vous donner les versets entiers, mais il est dit que « Je leur donnerai des jeunes gens pour chefs, et des enfants domineront sur eux », juste des bébés quand il s'agit de savoir comment diriger une nation et comment gouverner une nation, comment diriger un peuple. Dieu prophétise dans Ésaïe que cela va arriver à l'Amérique et à la Grande-Bretagne dans ce temps de la fin si nous ne regardons pas à Dieu, si nous n'écoutons pas Son message.

Donc le point est le suivant : Le danger de tout cela est que, écoutez, si cela est une réalité, alors nous devons comprendre que c'est une malédiction de Dieu. Dieu ne veut pas qu'Israël ou n'importe quelle nation ait ce genre de leadership. Cela détruit les nations ! Elles s'effondrent si on ne fait pas quelque chose à ce sujet.

Alors voici ce que Churchill a écrit lorsque la France et la Grande-Bretagne ont forcé les Tchèques à céder une partie de leur pays à Hitler, Adolf Hitler. Churchill était vraiment profondément honteux, et voici ce que rapporte Martin Gilbert citant Winston Churchill, « Comment », demanda Churchill, « ‘Comment des hommes honorables avec une grande expérience et de bons résultats dans la grande guerre’ », la Première Guerre mondiale, « ‘pourraient-ils approuver une politique si lâche ? C'était sordide, sous-humain et suicidaire’ ». Churchill a prévenu que « ‘La suite du sacrifice de l'honneur serait le sacrifice de vies, de la vie de notre peuple’ ».

Mais quand M. Chamberlain est revenu de la réunion avec l'Allemagne sur l'abandon, je veux dire qu'ils furent vraiment forcés, les dirigeants de la Tchécoslovaquie, à abandonner une partie critique de leur pays qui les protégeait vraiment de l'Allemagne, une zone montagneuse. Et donc quand Chamberlain est revenu dans son propre pays, Churchill n'applaudissait pas cela. Il le condamnait ! Mais quand Chamberlain est revenu et a annoncé au peuple ce qu'il avait fait et comment ils avaient obtenu la paix avec Adolf Hitler, le peuple était presque hystérique et se réjouissait, disant, Oh, wow ! Nous n'avons pas besoin d'avoir une guerre, une autre guerre terrible avec l'Allemagne ! Ils ont commencé la Première Guerre mondiale et ils ont commencé la Deuxième Guerre mondiale, et il y en a encore une autre à venir, selon la prophétie biblique.

Churchill a déclaré : « Nous avons subi une défaite totale et sans appel ! Et que la France a souffert encore plus que nous. Nous sommes en présence d'un désastre de première grandeur, qui a frappé la Grande-Bretagne et la France. » Alors, que se passait-il ? Des temps très tristes.

Et bien sûr, Churchill faisait également appel à l'Amérique, essayant de les faire entrer en guerre, et ils étaient très, eh bien, neutres à l'époque, à un niveau extrême, et ils ne voulaient pas aider la Grande-Bretagne, et ils ne l'ont pas fait jusqu'à ce qu'ils soient bombardés par le Japon à Pearl Harbor. Et Edward R. Murrow a dit que l'Amérique n'est pas entrée dans la guerre ; ils ont dû être bombés pour y entrer, et il était très critique à leur égard.

Churchill essayait donc de dire aux gens qu'ils n'avaient même pas la volonté de s'opposer aux tyrannies du monde. Ils n'avaient pas la volonté ! Ils n'avaient pas la volonté de lutter pour se protéger, et ils n'avaient même pas la volonté de survivre dans de nombreux cas ; c'était grave à ce point. Très, très difficile !

Et Hitler lui-même a dit, c'est stupéfiant de voir à quel point les démocraties sont faibles et à quel point il est facile pour nous de faire ce que nous voulons.

Mais quoi qu'il en soit, les dirigeants ont finalement dû admettre, M. Baldwin et d'autres, le Premier ministre de l'époque, ont dû admettre qu'ils n'avaient pas fait face aux faits concernant Hitler, et ils ont présenté leurs excuses au Parlement et au peuple, et il a reçu toutes sortes d'applaudissements pour avoir admis qu'ils avaient fait cette erreur ! Ce qui a failli leur coûter leur nation et leur liberté, et la liberté de toute l'Europe ! Et ils l'ont applaudi.

Eh bien, Churchill n'était certainement pas heureux de cela, et je pense que vous pouvez comprendre pourquoi. Mais regardez, il a dit et a écrit que, Regardez, les anglophones vont devoir être les champions de cet Empire et de cette nation unique qui est unifiée ensemble. Nous allons devoir être les champions de la liberté ! Ou nous n'aurons pas de liberté en Europe et dans le monde. Et il y en a très peu aujourd'hui, et il y en avait très peu à l'époque. Mais Churchill a dit : « Quelque chose d'extraordinaire se prépare. Tous les signaux sont prêts pour le danger. Les lumières rouges clignotent dans l'obscurité ! Que les gens paisibles prennent garde ! C'est le moment de faire attention, d'être bien préparé. » Ouais, c'était aussi mauvais que ça. Vous voyez, il disait simplement qu'on ne peut pas enseigner aux êtres humains à se protéger, surtout dans les démocraties. Vous ne pouvez pas leur enseigner qu'ils doivent rester armés, sinon un tyran viendra les asservir et les tuer ! Il a dit que c'était juste une terrible répétition de notre histoire, que les gens ne semblent jamais apprendre de l'histoire. Et nous n'avons pas vraiment appris de M. Churchill et de ce qu'il a dû endurer pendant la Seconde Guerre mondiale, et de ce que son peuple a dû endurer, ainsi que beaucoup d'autres personnes.

Lorsque Hitler s'est emparé de l'Autriche en 1938, 25 à 35 pour cent des gens soutenaient Hitler, mais la plupart des gens ne le soutenaient pas, et Hitler a marché et les a dépassés, a tué ceux qui s'opposaient à lui, et la Grande-Bretagne n'a rien fait. Et l'Amérique n'a rien fait. Nous avons juste laissé faire.

Et Churchill a poursuivi en disant, Eh bien, regardez, la Seconde Guerre mondiale était une guerre inutile, si nous avions tenu tête à Hitler quand il a commencé, quand nous aurions pu le battre. Nous l'avons laissé devenir fort et maintenant nous avons une guerre, une guerre inutile. C'est ce qui arrive quand on essaie d'apaiser les tyrans. Eh bien, Hitler a même dit qu'il n'entrerait pas dans ces nations jusqu'à ce qu'il soit certain que ce serait sûr pour lui de le faire.

Mais remarquez ce qui s'est passé dans le milieu universitaire de l'époque. L'Oxford Union, dont la majorité des étudiants présents avaient approuvé la motion, a déclaré que « Cette maison refuse en toutes circonstances de se battre pour le roi et le pays », a déclaré Churchill. C'était une citation des étudiants. « Cet aveu abject, sordide et éhonté a été fait la semaine dernière par 275 voix contre 153 dans la société de débat de notre université la plus célèbre. » Vous voyez, c'est l'université numéro un en Grande-Bretagne, et regardez ce qui s'est passé. Puis le prestigieux Times était contre lui, l'appelait Jérémie, et ils ont vraiment fait pression pour que Chamberlain donne une énorme partie de la Tchécoslovaquie à Adolf Hitler. En fait, ils ne voulaient même pas imprimer ce que Churchill disait, c'était devenu si grave, et c'était probablement le journal numéro un dans le monde. Churchill s'est donc battu contre les médias, le monde universitaire et bien d'autres.

Cela vous rappelle-t-il quelque chose qui pourrait se produire aujourd'hui ? Cela n'a rien à voir avec la politique partisane. Nous ferions mieux de nous élever au-dessus de la politique ou nous ne pourrons pas survivre. Ça, c'est sûr.

Eh bien, je veux continuer sur mon point aujourd'hui et vous montrer quelque chose ici que vous devez comprendre. Il y a une sentinelle dont on parle aussi ici dans Ézéchiel 33 et dont je veux vous parler. Je pourrais juste mentionner que Churchill a poursuivi en disant que nous sommes confrontés à une situation horrible maintenant à cause de la bombe nucléaire, la bombe atomique à l'époque, et nous ferions mieux de réaliser que nous pouvons absolument détruire chaque être humain sur cette Terre ! Et bien sûr, le Christ a dit que cela arriverait s'Il n'intervenait pas, donc il y a une bonne nouvelle dans tout cela. Le Christ est sur le point d'intervenir ! Et Il va suivre de près tout cela.

Mais remarquez ce qui est dit au verset 7, « Et toi, fils de l'homme, je t'ai établi comme sentinelle sur la maison d'Israël. Tu dois écouter la parole qui sort de ma bouche, et les avertir de ma part. » Maintenant, voici une sentinelle que Dieu a envoyée ! Cet homme, cependant, va devoir être plus qu'une sentinelle !

Remarquez ce qui est dit au verset 33, « Quand ces choses arriveront—et voici, elles arrivent !—ils sauront qu'il y avait un prophète au milieu d'eux. » Voici donc une sentinelle qui est aussi un prophète ! C'est de cela que je voulais parler aujourd'hui. Voici la sentinelle qui est un prophète, ce qui signifie qu'elle a un message de Dieu ! Et c'est le message qui est vraiment important ! Nous recevons un message de Dieu ! Si vous regardez tous ces problèmes qui s'abattent sur nous aujourd'hui, Dieu dit que nous pourrions les éviter. Nous pourrions les éviter ! Mais il s'agit de la Grande Tribulation et du Jour du Seigneur, annoncés dans plus d'une centaine de prophéties dans votre Bible. Mais vous voyez, il y a un message de Dieu, il y a un avertissement de Dieu que nous devons comprendre.

Maintenant, si vous regardez la sentinelle de Dieu aujourd'hui, vous voyez qu'il n'y a pas d'autre sentinelle, il n'y a pas d'autre sentinelle comme Winston Churchill. Il n'y a qu'un seul message, dit Dieu, qu'Il donnera dans cette dernière ère de l'Église de Dieu. Lorsque nous entrons dans le verset 7, nous entrons dans la dernière ère de l'Église de Dieu. La Deuxième Guerre mondiale et Herbert W. Armstrong étaient dans la sixième ère de l'Église de Dieu, et nous l'avons prouvé dans notre brochure The True History of the True Church (La vraie histoire de la vraie église) qui, encore une fois, est quelque chose que nous vous enverrons. Si vous ne l'avez pas, veuillez le commander. C'est gratuit.

Mais ici, vous voyez, nous avons tous ces problèmes auxquels nous devons faire face, et c'est un peu comme Winston Churchill a dit. Nous n'avons pas la volonté de gouverner ! Nous n'avons pas la volonté de gouverner pour protéger notre nation parce que Dieu ne nous bénit pas comme nous le devrions. Nous avons encore beaucoup de bénédictions du droit d’ainesse, mais elles ne vont pas durer si nous ne comprenons pas ce que Dieu nous dit de faire, parce que nous avons ces bénédictions du droit d’ainesse. Dieu nous bénit depuis si longtemps. Mais avons-nous la volonté de vivre et la volonté de régner ?

Vous pouvez regarder Ésaïe 30, versets 9 et 10. Il dit, « Nous voulons que tu nous prêches des choses douces et des mensonges. » C'est ce que les gens demandent, mais voici ce que Dieu dit que nous pouvons faire pour résoudre tous ces problèmes. Nous pouvons les résoudre si nous prêtons attention à ce que Dieu dit ici. Remarquez ceci dans Ézéchiel 33, verset 11 : « Dis-leur : je suis vivant ! dit le Seigneur, l'Éternel, ce que je désire, ce n'est pas que le méchant meure, c'est qu'il change de conduite et qu'il vive. » Voyez, Dieu dit, je veux que tu te détourne de ta voie et que tu vives ! Maintenant, aussi, « Revenez, revenez » trois fois différentes, revenez. Vous allez devoir revenir vers Dieu pour résoudre ces problèmes. Ce n'est pas de la politique, cela n'a rien à voir avec la politique. Dieu dit, vous devez vous tourner vers Moi. C'est la seule solution à vos problèmes. Et les gens qui ont été grandement bénis par Dieu devraient être désireux d'entendre ce que Dieu a à dire. Mais nous avons abandonné Dieu de bien des façons. Cette nation s'est tournée dans l'autre sens. Dieu dit : Maintenant, je veux que vous reveniez à Moi, et je vous donnerai de la protection, et vous pourrez vous sauver physiquement. Et même spirituellement. Détournez-vous, « de votre mauvaise voie ; et pourquoi mourriez-vous, maison d'Israël ? » Dieu ne veut pas que nous passions par quelque chose comme ça. Dieu ne veut pas que nous mourions. Il veut que nous vivions ! Il veut que nous vivions ! Mais Il a Son plan et nous devons nous réveiller pour savoir où nous en sommes dans la prophétie biblique.

Dieu, en fait, appelle cette nation à se repentir. Winston Churchill n'a jamais fait cela. Il n'a jamais appelé la nation à se repentir, mais il leur a dit où ils faisaient beaucoup d'erreurs, et il était un grand dirigeant. Mais il n'avait pas le message de Dieu, et il ne comprenait pas grand-chose à l'Empire britannique—qui était le plus grand empire de tous les temps sur cette Terre et qui a vraiment fait beaucoup, beaucoup de bonnes actions, malgré ce que les critiques disent aujourd'hui. C'était un grand empire ! Et bien sûr, ils avaient leurs fautes et leurs défauts, et c'est pourquoi ils ont perdu cet empire en grande partie. Il a presque totalement disparu.

Et vous savez ce qui va arriver juste après ? La Seconde venue de Jésus Christ ! Le Messie est sur le point de venir parce qu'Il le doit ! Notre problème numéro un est celui de la survie de l'humanité ! Et Jésus-Christ a dit que s'Il ne revenait pas et n'arrêtait pas toute cette guerre nucléaire, il n'y aurait pas de chair sauvée en vie, selon la traduction Moffat. Pas de chair sauvée en vie ! Vous voyez ?

Winston Churchill ne comprenait pas tout de l'Empire britannique. Mais Dieu est sur le point de donner cette compréhension au monde entier.