Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

1 180124 turkey%20tanks gettyimages 909615416

OZAN KOSE / AFP / Getty Images

La Turquie lance ‘L'opération rameau d'olivier’ en Syrie

La dernière offensive de la Turquie en Syrie pourrait encore changer les alliances régionales.

La Turquie a lancé une opération militaire dans la région d'Afrin, au nord-ouest de la Syrie, dans le cadre de ses efforts continus pour résoudre la crise syrienne et combattre les terroristes dans la région.

Avec le nom de code Opération rameau d'olivier, cette offensive est un effort de la Turquie de débarrasser la région frontalière d'Afrin d'environ 10 000 militants kurdes et de créer un tampon de sécurité d'environ 30 kilomètres de profondeur. Ces rebelles kurdes sont affiliés aux Unités de protection du peuple (ypg) et au Parti des travailleurs du Kurdistan (pkk), et la Turquie les considère comme des terroristes.

L'opération rameau d'olivier a débuté le 20 janvier, six jours après que les États-Unis eurent annoncé leur intention de soutenir une « force frontalière » de 30 000 combattants kurdes en Syrie. Le Président Turc Recep Tayyip Erdoğan a réagi avec colère à cette annonce : « Un pays que nous appelons un allié insiste à former une armée terroriste sur nos frontières. Qu’est-ce que cette armée terroriste peut viser, sauf la Turquie ? » Ensuite il menaça, « Notre mission est de l'étrangler avant même qu'elle naisse. » Par conséquent, nous avons l'offensive d'Afrin.

« Notre but n'est pas de se heurter aux Russes, au régime syrien ou aux États-Unis, » a dit le ministre des Affaires étrangères turc Mevlüt Çavusoglu. « C'est de combattre l'organisation terroriste. »

Le New York Times a rapporté le 22 janvier :

L'offensive turque, menée malgré les protestations des États-Unis mais avec l'assentiment apparent de la Russie, marque une nouvelle phase périlleuse dans les relations entre deux alliés de l'otan—mettant leurs intérêts en conflit direct sur le champ de bataille. Cela dévoile à quel point les États-Unis ont perdu de leurs avantages en Syrie, où leur concentration résolue a été de vaincre les militants islamistes.

Les États-Unis et la Russie avaient tous deux exprimé leur inquiétude au sujet de l'offensive turque, et tous deux avaient exhorté la Turquie à faire preuve de retenue dans l'opération. Toutefois, selon certains analystes, la Russie a acquiescé l'invasion de la Turquie pour saper les États-Unis. Selon Sergei Markov, un analyste politique et ancien politicien russe, « la Russie ne soutient pas publiquement une telle opération militaire, mais elle a ouvert la porte à cette opération, parce qu'elle commence dans le fond une guerre par procuration entre la Turquie et les États-Unis [à travers le ypg]. »

L'importance de l'offensive de la Turquie est double.

Premièrement, elle expose la tendance de la Turquie à trahir ses amis et à éloigner ses alliés. La guerre en Syrie a fourni à la Turquie, à la Russie et à l'Iran une occasion rare de s'unir pour tenter de résoudre conjointement la crise. Mais parmi d'autres développements récents, la réticence de la Russie à soutenir la Turquie, montre que cette alliance peut échouer. La crise syrienne a également détérioré les relations de la Turquie avec les États-Unis, son principal allié de l'otan.

Deuxièmement, elle révèle le pouvoir grandissant de l'homme fort de la Turquie, Recep Tayyip Erdoğan, et de l'armée turque. L'armée turque est l'une des plus puissantes au Moyen-Orient. Son emplacement stratégique en tant que pont terrestre reliant le Moyen-Orient, le Caucase et l'Europe lui confère un poids géopolitique énorme.

La prophétie biblique peut-elle éclairer ce développement ? Elle le peut. Une prophétie du Psaume 83, par exemple, indique que la Turquie moderne sera assez puissante pour former une alliance politique et militaire majeure avec certaines nations arabes, et avec l'Allemagne. Cette prophétie indique également que ce bloc germano-arabe serait fortement anti-américain et qu'il travaillerait activement à saper les États-Unis.

L'Allemagne est le partenaire commercial le plus important de la Turquie, mais au cours de ces derniers mois et années, les relations entre les deux pays ont été fortement tendues par le virage d'Erdoğan vers l'autoritarisme et une prise de bec entre lui et les dirigeants européens, notamment la chancelière allemande Angela Merkel. La Turquie a encore plus irrité l'Allemagne quand elle a emprisonné plusieurs journalistes allemands et militants des droits de l'homme. Mais il y a des signes « d'émergence d'une amitié turco-allemande », comme l'écrivait Politico le 12 janvier.

Spiegel online a écrit le 22 janvier que « récemment, Ankara a commencé à envoyer des signaux précoces de rapprochement vers Berlin, et plusieurs citoyens allemands innocents, emprisonnés sans raison valable, ont été libérés. » Spiegel a rapporté que les Turcs et les Allemands négocient actuellement la libération d'un citoyen allemand particulier en échange d'armes allemandes et d'améliorations apportées aux chars Léopard 2 de fabrication allemande en Turquie, dont elle a désespérément besoin dans ses opérations en Syrie.

Dans Le Roi du Sud , le rédacteur en chef de laTrompette.fr, Gérald Flurry, discute de l'alliance de la Turquie avec l'Allemagne. Lisez-la en ligne ou demandez une copie personnelle de la brochure gratuite de M. Flurry pour comprendre les prophéties bibliques sur le destin de la Turquie. 

Kos Fr Bo