Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

210802 jag%20fauci%20cmyk

LA TROMPETTE/GETTY IMAGES

La tyrannie de la ‘science’ faussement dénommée

La société fait des sacrifices à un faux messie.

« Beaucoup de ce que vous voyez comme des attaques contre moi, très franchement, sont des attaques contre la science. » Voilà la description du Dr Anthony Fauci par le Dr Anthony Fauci, lors d’une interview en juin. « Puisque toutes chose dont j’ai parlé, constamment depuis le tout début, ont été essentiellement basés sur la science. … Si vous tentez de, vous savez, s’en prendre à moi en tant que responsable de la santé publique et que scientifique, vous n’attaquez pas seulement le Dr Anthony Fauci, vous attaquez également la science. »

Anthony Fauci est un ancien étudiant du College of the Holy Cross et un médecin du Cornell University Medical College. Il a reçu 50 doctorats honoraires des universités dans les États-Unis et d’autres pays. Selon un site Web gouvernemental, il est le 132e auteur le plus cité sur 992,000 auteurs en médecine générale et interne, le 32e chercheur vivant le plus cité, le 20e auteur le plus cité sur 2,4 millions dans le domaine de la recherche et de la médecine expérimentale, le 9e auteur le plus cité sur 2,5 millions d'immunologistes, un présentateur de conférences majeures dans le monde entier, et un récipiendaire de la Médaille nationale de la science, de la Médaille George M. Kober, du prix Mary Woodard Lasker, du prix Albany Medical Center, de la médaille d'or Robert Koch, du prix Prince Mahidol, du prix Canada Gairdner Global Health et de la médaille présidentielle de la liberté, la plus haute distinction civile décernée par le gouvernement américain. Il est également le mieux payé des plus de deux millions d'employés du gouvernement.

À tous ces égards, le Dr Anthony Fauci est une réussite. C'est la raison pour laquelle il a été à l'avant-garde du gouvernement dans sa réponse à l'épidémie de la COVID-19. Et apparemment, c'est pourquoi il assimile le domaine de l'étude scientifique à lui-même.

Pourtant Anthony Fauci, ce médecin 50 fois docteur, bien payé, primé, et abondamment cité, est aussi l'homme qui a initialement contribué à financer le laboratoire d'où provient probablement la COVID-19, puis s'est opposé à la théorie de la fuite du laboratoire ; qui a initialement déclaré que l'épidémie resterait probablement mineure, puis a préconisé « 15 jours pour ralentir la propagation », et a ensuite préconisé des confinements sans précédent pendant plus d'un an. C'est l'homme qui a d'abord conseillé de ne pas porter de masques, puis a prétendu qu'il avait induit les gens en erreur afin qu'ils laissent suffisamment de masques pour les travailleurs de la santé, et qui a ensuite déclaré que l'efficacité des doubles masques relevait du « bon sens ». C'est l'homme qui dit maintenant au monde entier qu'il s'est exprimé « de manière cohérente depuis le tout début » et qu'il a, dans le même temps, « fait évoluer » ses conseils.

Certaines personnes progressent dans les systèmes éducatifs, médicaux, politiques ou autres de nos sociétés et deviennent ce que nous considérons comme une élite, des sages, des esprits élevés. Pourtant, cela ne les immunise pas contre l'erreur.

L'apôtre Paul a écrit ceci à propos de certaines personnes de son époque : « Se vantant d'être sages, ils sont devenus fous » (Romains 1 : 22). Regardez les élites qui font l'actualité aujourd'hui. Ces mots ne s'appliquent-ils pas à elles ?

Certaines personnes progressent dans les systèmes éducatifs, médicaux, politiques ou autres de nos sociétés et deviennent ce que nous considérons comme une élite, des sages, des esprits élevés. Pourtant, cela ne les immunise pas contre l'erreur.

Se fier aux experts

La communauté scientifique est probablement la deuxième institution la plus digne de confiance en Amérique, après l'armée américaine. Seuls 20 pour cent des Américains disent avoir confiance dans le gouvernement, mais 44 pour cent disent avoir une grande confiance dans la communauté scientifique.

La foi dans les experts scientifiques est restée stable au cours des 50 dernières années, même après les mesures drastiques de confinement de la COVID-19 recommandées par Fauci et imposées par le gouvernement. Une enquête menée par le professeur David Lazer auprès de plus de 20,000 Américains a révélé que les démocrates et les républicains faisaient confiance aux scientifiques et aux médecins pour gérer la pandémie de la COVID-19, plus que tout autre individu ou institution, y compris les gouvernements des États et le gouvernement fédéral.

Cette foi a subsisté malgré les erreurs de jugement répétées des scientifiques et des experts en santé publique au cours des deux dernières années, qui ont démontré qu'ils ne savent pas vraiment comment faire face à cette pandémie. Prétendant que leurs décisions étaient « étayées par la science », les experts de la santé ont recommandé un labyrinthe de règles contradictoires et insisté sur des mesures phénoménalement oppressives qui ont entraîné la fermeture d'entreprises, dévasté l'éducation, bouleversé des millions de vies et créé des problèmes bien plus graves qu'ils n'en ont résolu.

Ceci sans parler du fait que des scientifiques, dont le Dr Fauci lui-même, ont presque certainement provoqué la pandémie.

L'un des nombreux articles du Dr Fauci a été publié en 2012 par l'American Society for Microbiology. Il y écrivait explicitement que la recherche sur le « gain de fonction » des coronavirus de chauve-souris valait le risque d'une pandémie si elle permettait d'accroître notre connaissance des maladies. Le gouvernement a néanmoins interdit la recherche sur le « gain de fonction » seulement deux ans plus tard. Mais le Dr Fauci et ses collègues de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses ont trouvé une faille. Ils admettent aujourd'hui devant les législateurs américains que, sous la direction de M. Fauci, l'Institut national de la santé a affecté 600,000 dollars à l'Institut de virologie de Wuhan et les a versés au laboratoire chinois par l'intermédiaire de l'organisation à but non lucratif Eco-Health Alliance. Cet argent a été utilisé pour étudier si les coronavirus des chauves-souris pouvaient être transmis aux humains. Maintenant, même les gauchistes qui se sont récemment moqués de la fuite du laboratoire en la qualifiant de théorie du complot admettent qu'il s'agit probablement d'un fait.

S'il est vrai que la COVID-19 est né dans un laboratoire de l'Institut de virologie de Wuhan, alors le Dr Fauci peut avoir directement contribué au développement de la pandémie de la COVID-19 en finançant cette recherche.

Pourtant, pour beaucoup, leur dévotion est inébranlable. Mandats de masques, mesures de distanciation sociale, fermetures d'écoles, fermetures d'entreprises : Des millions de personnes se sont cédées et ont été soumises à ces actes de « foi en Fauci ». Les Américains se sont endettés de 6 trillions de dollars supplémentaires et ont sacrifié leur économie devant un sacerdoce d'experts scientifiques pour être sauvés d'une pandémie que ces experts ont probablement provoquée !

Conséquences

Rien ne prouve que la COVID-19 soit sensiblement plus contagieux ou mortel qu'une grippe normale, qui infecte quelque 9 à 45 millions d'Américains chaque année. Rien ne prouve que le port d'un masque en papier ou en tissu empêche la propagation d'une particule de coronavirus de 20 nanomètres. Mais les scientifiques, flanqués de politiciens de gauche et de médias progressistes, ont poussé ces interventions drastiques et catastrophiques avec une assurance étonnante, étouffant toute inquiétude quant aux conséquences plus larges.

Ces conséquences plus larges étaient colossales. En plus des perturbations financières et économiques, et des problèmes de santé physique et mentale causés par l'isolement social obligatoire, ces confinements ont aidé les politiciens à pousser des changements de dernière minute aux règles de vote par correspondance qui ont contribué à jeter dans le chaos l'élection présidentielle de 2020.

Est-ce une coïncidence que les prédictions catastrophiques avancées par les experts scientifiques aient eu des ramifications politiques majeures ? Est-ce une coïncidence que les solutions exigées par la presse et la gauche politique soient des interventions socialistes massives ? Ou est-il plus raisonnable de penser que la communauté scientifique est tout aussi faillible—voire partiale et politiquement motivée—que toute autre institution gouvernementale ?

Prenons l'exemple de la récente série de messages contradictoires des Centers for Disease Control and Prevention sur ceux qui doivent porter des masques. Au début de 2021, alors que de plus en plus de personnes étaient vaccinées, beaucoup se demandaient quand l'obligation de porter un masque serait levée. Si le vaccin était aussi efficace que le prétendaient les experts, pourquoi porter le masque ? En mai, le CDC a révisé ses directives, ce qui a incité Joe Biden à annoncer : « Si vous êtes complètement vacciné, vous n'avez plus besoin de porter un masque. » À peine deux mois plus tard, cependant, la science a de nouveau changé. En juillet, le CDC a découvert que les personnes vaccinées pouvaient toujours contracter, porter et propager la COVID-19. Retour aux masques ! Suivez-vous la science ?

Anthony Fauci a défendu le CDC, affirmant qu'ils ne faisaient pas volte-face. « Ils traitent les nouvelles informations fournies par la science », a-t-il déclaré. Mais le jour où le CDC est revenu sur ses recommandations concernant le port du masque, ils n'ont pas publié de nouvelles recherches. Même le Washington Post a demandé : « Où sont les données ? »

Après la volte-face du CDC, un journaliste a interpellé Joe Biden : « Vous avez dit que si vous étiez complètement vacciné, vous n'aviez plus besoin de porter un masque. » Réponse de Biden : « Je n'ai pas dit ça. »

Même lorsque les experts ont manifestement tort, ils ont toujours raison ! Les critiquer, c'est s'attaquer à la science—et à la vérité.

Et la même semaine où les nouvelles directives du CDC ont été publiées—démontrant effectivement que les vaccins n'empêchent pas les gens de contracter et de propager le coronavirus—Joe Biden a annoncé de nouvelles mesures strictes visant à réprimer tous les travailleurs fédéraux non vaccinés. Les contradictions donnent le tournis.

Cette pandémie est une étude de cas massive et douloureuse qui prouve que la confiance des Américains dans la communauté scientifique est mal placée.

En réalité, la science est exposée comme un faux messie.

Une description exacte

La Bible décrit parfaitement notre situation. Elle prophétise la société qui existerait « dans les derniers jours ». Elle dit que parmi ceux qui sont « égoïstes, amis de l'argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, » et même « traîtres », il y a ceux qui sont « enflés d'orgueil » (2 Timothée 3 : 1-4). Ces versets s’appliquent aux « temps difficiles » de notre génération. Cela décrit parfaitement la grande partie des élites éduquées qui se cachent derrière la pandémie de la COVID-19.

Dieu a également inspiré Paul à écrire cette admonition perspicace à son assistant : « O Timothée, garde le dépôt, en évitant les discours vains et profanes, et les disputes de la fausse science dont font profession quelques-uns, qui se sont ainsi détournés de la foi » (1 Timothée 6 : 20-21).

Une science faussement dénommée ainsi !

La version New King James traduit le verset 20, « en évitant les bavardages profanes et vains et les contradictions de ce qu'on appelle faussement la connaissance ». Le mot grec pour « science » dans ce verset est gnosis, qui signifie connaissance.

La vraie science est la vraie connaissance. Notre Créateur veut que nous recevions une véritable éducation, que nous nous engagions dans une véritable étude scientifique et que nous acquérions une véritable connaissance de la création qui nous entoure. Mais il existe une chose telle que la science faussement dénommée. En fait, la science faussement dénommée domine notre société. Et ces derniers mois, elle se transforme de plus en plus en tyrannie !

Pourquoi cela ?

La vraie science est la vraie connaissance. Notre Créateur veut que nous recevions une véritable éducation, que nous nous engagions dans une véritable étude scientifique et que nous acquérions une véritable connaissance de la création qui nous entoure.


En ces « derniers jours » de la civilisation humaine, les scientifiques ainsi appelés supposent l'inexistence du Créateur. Ils sont presque tous enseignés et entraînés à rejeter la révélation de Dieu et la Parole de Dieu et à nier l'existence de Dieu. Ce rejet de Dieu est le fondement même de la production de la connaissance humaine.

C'est pourquoi la science et le monde universitaire sont si enclins, comme le traduit la New Living Translation au verset 20, à des « discussions impies et insensées ». Les scientifiques et autres experts ont des connaissances, mais la plupart d'entre elles sont fausses. Elles sont remplies de déclarations faisant autorité qui entrent en conflit avec d'autres déclarations de faits irréfutables. Nous flottons dans un déluge d'informations qui mêlent la vérité à l'erreur, le bien au mal.

Les traditions des hommes

Lisez ce que la Bible dit de la connaissance et des soi-disant experts, et demandez-vous si cela ne décrit pas parfaitement l'arrogance intellectuelle qui motive le régime scientifique autoritaire qui domine de plus en plus notre société.

Paul a écrit que ceux qui rejettent la vérité de Dieu sont vaniteux, ignorants et passionnés par la controverse et les arguments, ce qui conduit à l'envie, à la dissension, aux insultes et aux insinuations (1 Timothée 6 : 3-4). Il a dénoncé « les vaines discussions d'hommes corrompus d'entendement, privés de la vérité, et croyant que la piété est une source de gain »—et il conclut avec ce conseil sage—« retire-toi de ceux qui sont tels » (verset 5—King James française).

À l'époque de Jésus-Christ, les élites dirigeantes étaient bien informées, très appréciées, riches et puissantes. Elles croyaient même en Dieu et consacraient une grande partie de leur vie à leur religion. Elles excellaient au sein de ce système. Elles ont acquis un statut, du respect et bien plus encore. Pourtant, tout religieux qu'ils étaient, ils étaient imprégnés de vanité intellectuelle. Eux et d'autres se croyaient pieux, mais lorsqu'ils ont découvert la connaissance du Fils de Dieu Lui-même, ils ont voulu la détruire et Le détruire !

Dans Marc 7 : 7-9, le Christ a dit : « C'est en vain qu'ils m'honorent, en donnant des préceptes qui sont des commandements d'hommes. Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes. Il leur dit encore : Vous anéantissez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition. »

Dans Matthieu 11 : 24, le Christ a donné cet avertissement choquant : « C'est pourquoi je vous le dis : au jour du jugement, le pays de Sodome sera traité moins rigoureusement que toi. » Mon père a cité ce passage remarquable dans « Le défaut fatal de la science moderne » (disponible en anglais seulement) et a écrit : « La vanité intellectuelle est plus dangereuse que les péchés sexuels de Sodome ! » (La Trompette, janvier 2018).

Au verset 25, Jésus a remercié Dieu le Père d'avoir caché la vérité aux élites et de l'avoir révélée aux humbles.

Ces gens n'étaient pas des adorateurs de Satan, comme nous pensons habituellement à ce terme, et pourtant Jésus-Christ leur a dit en face : « Vous avez pour père le diable… il ne se tient pas dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui... » (Jean 8 : 44). Quelle déclaration révélatrice ! Le diable n'inspire pas seulement les personnes « sataniques »—il influence tout le monde (voir 2 Corinthiens 4 : 4 et Apocalypse 12 : 9).

Pour quelqu'un qui a excellé dans la tradition des hommes, qui détient 50 diplômes honorifiques, il est facile de supposer qu'il est comme un dieu. C'est ainsi qu'il peut dire, Je suis la science ! Je suis la vérité ! alors qu'il trompe les gens qui font face à une situation de vie ou de mort dans toute la société.

Cette attitude est profondément ancrée dans la nature humaine. Paul l'a rencontré à Athènes parmi les intellectuels de la Grèce : « Or, tous les Athéniens et les étrangers demeurant à Athènes ne passaient leur temps qu'à dire ou à écouter des nouvelles » (Actes 17 : 21). Ces penseurs ont consacré leur vie à acquérir de nouvelles connaissances. Ils étaient émerveillés par l'esprit humain, mais ils l'adoraient plutôt que d'adorer Dieu et de développer le caractère de Dieu. Comme Herbert W. Armstrong l'a écrit dans « Les Athéniens modernes dans les universités d'aujourd'hui », notre système éducatif vénère l'esprit humain !

Notre système d'éducation est fondé sur cette croyance. Il exalte la connaissance et la science faussement dénommée. Il les vénère comme si c'était un messie ! C'est pourquoi, bien qu'il ait produit des avancées étonnantes, il a également propagé des maux flagrants. Être intelligent et être bon sont deux choses différentes. De nombreuses personnes très intelligentes ont fait des choses très mauvaises !

À quelle profondeur va ce défaut fatal ?

L’origine de la méthode scientifique

Genèse 3 raconte le raisonnement subtil de Satan le diable avec la toute première femme qui a été créée. Le choix ultime qu’Adam et Ève durent faire était ceci : qui croiraient-ils ? Dieu leur a donné un choix de Le croire et Lui obéir. Satan leur a donné le choix de rejeter Dieu, en promettant, « mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal » (verset 5).

Cela est un appel à l’esprit et à l’intellect humains. C’est un appel à ne pas croire et à désobéir au Dieu qui a créé cet esprit et cet intellect. C’est un appel à décider du bien et du mal pour soi-même, à expérimenter selon ce que vous semble bon, à déterminer vos propres limites.

Le verset 6 dit, « La femme vit que l'arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu'il était précieux pour ouvrir l'intelligence ; elle prit de son fruit, et en mangea ; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d'elle, et il en mangea. »

« Ils ont été les pionniers en décident pour eux-mêmes du bien et du mal—ce qui est la justice et ce qui est le péché ! » a écrit M. Armstrong dans The Missing Dimension in Sex (La dimension manquante du sexe—disponible en anglais seulement). « Et depuis lors l’humanité fait ce qui semble bon à ses propres yeux. Et comment ont-ils fait cela ? Ils ont 1) rejeté la révélation, 2) utilisé l’observation, 3) utilisé l’expérimentation, et 4) utilisé le raisonnement humain. Et c’est précisément la méthode ‘scientifique’ utilisée par la science moderne aujourd’hui ! »

La fausse « méthode scientifique » a commencé avec les premiers êtres humains ! Ils ont rejeté la révélation de Dieu, et au lieu de cela ont mis leur confiance dans leurs propres cinq sens et leurs esprits humains. Cela a marqué la fondation du monde comme nous le connaissons ! Les êtres humains ont continué à bâtir la civilisation en rejetant la vérité révélée de Dieu et en mettant leur confiance dans l’observation, l’expérimentation et le raisonnement humain. Et ce que nous avons construit est de plus en plus instable—et prêt à s’effondrer !

Quelle perspicacité de la Bible. Dieu n’est pas le seul être spirituel qui existe. Le même être spirituel qui a donné à Adam et Ève une fausse éducation est toujours en train d’éduquer les gens aujourd’hui. C’est pourquoi notre société est ainsi !

La philosophie et l’orgueil

« Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s'appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ » (Colossiens 2 : 8). La philosophie signifie « aimer la sagesse », mais ce domaine est tout aussi faillible, erroné et contradictoire que la science et l’éducation.

« Que nul ne s'abuse lui-même : si quelqu'un parmi vous pense être sage selon ce siècle, qu'il devienne fou, afin de devenir sage. Car la sagesse de ce monde est une folie devant Dieu. Aussi est-il écrit : Il prend les sages dans leur ruse. Et encore : Le Seigneur connaît les pensées des sages, Il sait qu'elles sont vaines. Que personne donc ne mette sa gloire dans des hommes … » (1 Corinthiens 3 : 18-21). Ceci est une sagesse soi-disant, qui veut dire, « la sagesse de ce monde » (par exemple, 1 Corinthiens 2 : 6).

Nos esprits charnels résistent naturellement à croire, honorer et obéir à Dieu. « Puisque ayant connu Dieu, ils ne l'ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces ; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres » (Romains 1 : 21). Des êtres humains peuvent penser profondément, mais si nous ne nous repentirions humblement envers Dieu, nous adorons le soi et considérons le soi comme l’autorité finale. Toute notre pensée, notre sagesse et nos opinions expertes basées sur cela sont ultimement futiles.

Les intellectuels dans la science et d’autres domaines tirent fierté en la poursuite de la connaissance. Ce qui se manifeste toujours est l’orgueil. La vanité intellectuelle engendre l’orgueil dans nos accomplissements insignifiants, la méprise pour Dieu, et d’autres maux.

Être intelligent et être bon sont deux choses différentes. De nombreuses personnes très intelligentes ont fait des choses très mauvaises !


Le verset 22 dit : « Se vantant d'être sages, ils sont devenus fous ». La Bible avertit à maintes reprises de ne pas se fier dans son propre raisonnement. Proverbes 28 : 26 dit, « Celui qui a confiance dans son propre cœur est un insensé, Mais celui qui marche dans la sagesse sera sauvé. » Le prophète Ésaïe a écrit, « Malheur à ceux qui sont sages à leurs yeux, et qui se croient intelligents ! » (Ésaïe 5 : 21).

« Dieu est certainement pas opposé à la connaissance et la compréhension, » a écrit M. Armstrong en 1974. « Mais ‘l’érudition’ moderne parle une langue qui lui est propre. … Il ne s’agit pas seulement d’une manière de parler et d’écrire. C’est une manière de penser—une attitude. Et je dis franchement que c’est injecté par Satan. C’est une forme de la vanité intellectuelle ! [U]ne fois un intellectuel, il ne changera guère son esprit. Il a raison—il sait qu’il a raison—d’autres ont tort—sa vanité intellectuel ne lui permettra pas d’admettre qu’il est erroné. »

Un esprit honnête qui est libre de l’influence autoglorifiante de Satan reconnaît la vérité évidente et incontournable que nous avons été fait par un Créateur, que nous sommes faillibles, et que nous avons besoin d’être éduqué de Lui.

« Aujourd’hui la vérité semble n’être que la folie pour les érudits de ce monde ! » a écrit M. Armstrong dans une lettre aux co-ouvriers du 29 novembre 1946. « Personne sauf l’insensé dit : ‘il n’y a pas de Dieu’. Or, les sondages montrent que la plupart des diplômés de collège le disent—les insensés éduqués ! »

Dieu choisit les ‘choses folles’

Dans cette même lettre, M. Armstrong a annoncé qu’il établissait un collège pour soutenir l’œuvre de l’église, écrivant plus tard, « Dieu m’a montré que le temps est venu pour établir une institution éducative basée sur la vérité, sur la révélation de la vérité de Dieu, supplémentée par les faits des sciences naturelles et exacts que l’homme a pu, lui-même, découvrir—et tout cela basé sur, et expliqué par, et en harmonie avec, la Bible. »

La vérité de Dieu est un « mystère » et une « sagesse…cachée » pour l’esprit humain naturel qui a choisi de rejeter la révélation de Dieu (1 Corinthiens 2 : 7), ce que, malheureusement, presque tous les esprits humains a fait depuis les tous premiers humains. Mais la vraie compréhension, la véritable éducation, la sagesse de Dieu est ouverte à ceux qui croient et obéissent à leur créateur !

« Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes » (1 Corinthiens 1 : 25). Les intellectuels trouvent que la révélation de Dieu—de ce que sont les êtres humains, les lois de cause à effet, notre raison d’être—est une folie. Ils dédient alors leurs vies aux poursuites intellectuellement malhonnêtes, comme faire pression de façon orgueilleuse sur d’autres afin qu’ils croient qu’il n’y a pas de Dieu !

« Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il n'y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles » (verset 26). Dieu n’a pas appelé dans Son Église beaucoup de professeurs, d’avocats, de juges, de politiciens ou d’élites. C’est parce que la plupart des « sages » se détournent de Dieu plutôt que de se repentir de leur propre vanité.

« Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages ; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes ; et Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu'on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire à néant celles qui sont » (versets 27-28). Dieu appelle les humbles des humbles. Alors c’est à chaque individu de céder son esprit et sa vie à Dieu et Sa vérité.

« Le Dieu Tout-Puissant n’est pas impressionné par les puissants de ce monde, » écrit mon père. « Jusqu’à ce qu’ils amènent Dieu dans leur vie, ils ne comptent pour rien. Leurs talents et leurs richesses sont de la menue paille. Les serviteurs de Dieu devraient-ils être impressionnés et intimidés par des gens très talentueux ? Si nous n’évaluons pas avec l’esprit de Dieu et avec la profondeur de Sa pensée, il est facile de devenir trop impressionné par des choses qui ne comptent pas vraiment. Dieu veut des gens qui soient riches en foi. » (L'Épître de Jacques ).

Une poursuite de la vérité honnête, humble, ouverte et ferme vous mène directement au Créateur ! Elle vous mène directement dans Sa parole. Et elle vous mène directement à un moment pour choisir. Vous accrocherez-vous aussi à votre prétendu droit de choisir pour vous-même ce qui est bien et ce qui est mauvais ? C’est ce que les êtres humains, y compris les experts, ont fait depuis le commencement. Seulement un peu de gens se soumettent à Dieu et Lui permettent de leur donner une véritable éducation. Le ferez-vous ?

La vérité que vous pouvez prouver

Lorsque l'on ne peut faire confiance aux politiciens, aux scientifiques et même aux religieux, vers qui se tourner pour trouver la vérité ? Vous pouvez la trouver dans la Bible, et vous pouvez trouver la Bible expliquée dans Le mystère des siècles, par Herbert W. Armstrong.

Fr Moa