Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

2umrc601hh file

iStock.com/silverjohn

Le centre du cœur d’Israël

Un point particulièrement chaud et inflammable dans les relations israélo-palestiniennes est Jérusalem-est, le voisinage arabe de Silwan. Israël projette d’y construire un parc archéologique—mais avant qu’il puisse commencer, il doit démolir 88 maisons arabes. En dépit du fait que les maisons ont été construites illégalement, cette question a évolué en un sujet de discussion important pour l’Amérique et la communauté internationale grâce, et ce, de manière importante, à la tempête médiatique déclenchée par les principaux médias anti-Israël, mal informés.

Pendant une visite à Jérusalem, en mars, la secrétaire d’État des États-Unis, Hillary Clinton, a critiqué Israël pour ses plans du parc à Silwan, en avertissant que la démolition de 88 maisons serait «non utile» pour le processus de paix. Dans les derniers mois tout le monde arabe, les gouvernements européens, l’Union européenne, la Grande-Bretagne, les Nations unies et le Vatican ont tous rejoint l’Amérique en réprimandant Israël pour sa destruction légitime planifiée de 88 maisons.

Pendant des années, Silwan a existé en voisinage insalubre, sur-construit, surpeuplé, encombré avec des allées étroites, remplies de déchets. Certains secteurs n’ont pas l’eau courante ou l’électricité. Les enfants arabes de Silwan n’ont pas de cour de récréation ou de terrains sportifs, et doivent jouer dans les rues sales. Leurs parents sont pauvres et souvent sans emploi.

Pour beaucoup, le message de Silwan est clair: le gouvernement israélien est responsable de ces conditions, et maintenant il veut démolir 88 maisons, déplaçant plus d’un millier d’Arabes. Ces Palestiniens innocents sont persécutés et purgés par des Juifs furieux et cruels. Cet Israël est l’ennemi intransigeant des Palestiniens et la principale pierre d’achoppement à la paix.

La réalité et l’histoire disent autre chose. Premièrement, Silwan est surpeuplée et grandement réduite à cause des années de construction arabe illégale et sans contrôle, souvent promue et financée par l’Autorité palestinienne et ses alliés en Iran, en Arabie Saoudite et même en Europe.

Deuxièmement, et plus fondamentalement, Silwan couvre une poche de terrain qui est au cœur de l’histoire juive. Située au milieu de Silwan, la Cité de David est le site ancien de la ville originelle de Jérusalem, appelée d’après le nom du roi juif légendaire responsable de la transformation de Jérusalem en capitale des anciens Israélites.

C’est pour cela que le maire de Jérusalem, Nir Barkat, veut développer un parc archéologique à Silwan: pour préserver cette histoire magnifique et irremplaçable!

Un coup d’œil à la Cité de David révèle sa judaïté inhérente. La célèbre source du Guihon, située dans la vallée du Cédron, est citée pour la première fois dans Genèse 2, et était la principale source d’eau pour les premiers Israélites installés dans la Cité de David. Au 10ème siècle avant J.-C., Salomon, le fils de David, a été oint roi d’Israël près de la source du Guihon. Puis il y a le tunnel d’Ézéchias, un tunnel de 518 m que les touristes peuvent parcourir aujourd’hui, taillé dans le soubassement par les résidents de la Cité de David pour amener l’eau à l’intérieur des murs de Jérusalem en anticipation d’un siège assyrien (2 Chroniques 32). Même le nom Silwan est tiré de Siloam, le bassin d’eau découvert en 2004 dans la partie sud de la Cité de David, auquel le Christ a fait référence dans Jean 9 quand Il a donné l’ordre à un homme aveugle de se laver dans la «piscine de Siloé».

Au-delà de ces caractéristiques réputées, le témoignage archéologique stupéfiant continue à faire surface révélant le passé glorieux des Juifs dans la Cité de David. En 2005, l’archéologue Eilat Mazar a dévoilé une petite section de ce qu’elle pensait être, vraisemblablement, le palais royal du roi David, lors d’une excavation à cet endroit-là. Durant l’hiver 2006-07, les spéculations du Dr Mazar ont été confirmées quand elle a découvert un mur massif sur le côté est du complexe royal. Dans la même zone, l’équipe de E. Mazar a aussi découvert deux sceaux de glaise (connus sous le nom de bulles) avec les noms de personnages bibliques inscrits dessus, ajoutant une preuve de plus que la structure est vraiment le palais du roi David.

En novembre 2007, le Dr Mazar a révélé qu’elle avait découvert le mur de Néhémie, datant des 5ème et 6ème siècles av. J.-C. Puis, en automne de l’année dernière, E. Mazar a annoncé la découverte d’un tunnel datant du 10ème siècle av. J.-C., en déclarant que les caractéristiques du «tunnel, la date et l’endroit attestent avec de hautes probabilités que le tunnel d’eau est celui appelé tsinnor dans l’histoire de… la conquête du roi David de Jérusalem». (Pour en savoir davantage, voyez l’article, à la page 8.)

Beaucoup d’archéologues reconnaissent que ce sont des trouvailles spectaculaires. Chaque trouvaille est la preuve de la connexion historique des Juifs aussi bien avec la Cité de David, qu’avec la Judée et la Samarie.

En considérant les découvertes stupéfiantes de E. Mazar, on se demande ce qui repose d’autre sous la terre, dans la Cité de David. L’Ancien Testament dit que le roi David a été enterré dans la Cité de David, plus que probablement quelque part dans son palais (1 Rois 2:10). Le Dr Mazar pourrait-elle bientôt découvrir les tombes des rois israéliens? Le témoignage archéologique continuera à faire surface, prouvant l’existence de l’empire du roi David, cimentant le caractère juif de la Cité de David, et en démontrant le lien historique des Juifs avec Silwan.

L’Amérique et la communauté internationale sont fortement critiques vis-à-vis des desseins d’Israël dans Silwan. Comme sur le problème de la colonisation en Judée et en Samarie, ils demandent à Israël de rompre son lien avec la ville qui est l’essence du caractère juif! 

Tb Ad Fr