Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

4hm%20cover%20art1

Philadelphia Church of God

Le Cheval Blanc (première partie)

Les quatre cavaliers de L’Apocalypse: Chapitre un (première partie)

La plus importante prophétie délivrée par le Christ lors de Son séjour sur cette terre fut la prophétie du mont des Oliviers. Toutes les prophéties en vérité tournent autour de cette prophétie rapportée dans Matthieu 24, Marc 13 et Luc 21. Je crois que c’est la prophétie charnière de la Bible. Certains commentaires l’appellent “la petite apocalypse,” et à juste titre.

Matthieu, Marc, Luc et Jean, enregistrèrent tous l’Evangile du Christ. Pourquoi Jean est-il le seul des quatre évangélistes à ne pas mentionner la prophétie du mont des Oliviers? En fait, il l’a fait, mais pas dans l’Evangile de Jean. Il l’a enregistré dans le livre de l’Apocalypse, au chapitre six. C’est dans ce chapitre que Jean traite des sept sceaux—mettant l’accent sur les quatre premiers—également appelés les quatre cavaliers de l’Apocalypse. Le terme apocalypse est un mot grec non traduit qui signifie révélation. Dans le livre de l’Apocalypse, Jean décrit les sept sceaux dont l’interprétation nous est donnée par Matthieu 24, Marc 13 et Luc 21. Donc, en fait, ces quatre auteurs avaient tous une version de la prophétie du mont des Oliviers.

La Bible interprète la Bible

Le livre de l’Apocalypse a de nombreux symboles interprétés de beaucoup de façons différentes. Cependant, il faut se rappeler que la Bible s’interprète elle-même. La majorité des exégètes ne comprennent pas cela et c’est la raison pour laquelle nous voyons un si grand nombre d’interprétations bizarres du livre de l’Apocalypse.

Seul le Christ peut ouvrir les sept sceaux. “Et l’un des vieillards me dit: Ne pleure point; voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux” (Apocalypse 5:5). Ces sept sceaux sont ouverts dans Matthieu 24, Marc 13 et Luc 21. “Sachant tout d’abord vous-mêmes qu’aucune prophétie de l’Ecriture ne peut être un objet d’interprétation particulière, car ce n’est pas par une volonté d’homme qu’une prophétie a jamais été apportée, mais c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu” (2 Pierre 1:20-21). Nul homme ne peut interpréter la Bible. C’est la première leçon qu’il nous faut apprendre.

Le Cheval blanc

Examinons le premier sceau: “Je regardai, quand l’agneau ouvrit un des sept sceaux, et j’entendis l’un des quatre êtres vivants qui disait comme d’une voix de tonnerre: Viens. Je regardai, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait avait un arc; une couronne lui fut donnée, et il partit en vainqueur et pour vaincre” (Apocalypse 6: 1-2). L’humanité suppose habituellement que cela se rapporte à Jésus-Christ. C’est la raison pour laquelle de multiple millions de gens sont trompés par une fausse chrétienté! (2 Corinthiens 4:4; Apocalypse 12:9). Un chrétien, c’est une personne qui suit le Christ. Aussi, assurons-nous de laisser le Christ nous donner l’interprétation de ce premier cavalier de l’Apocalypse.

Le Christ revient effectivement sur cette terre sur un cheval blanc: “Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s’appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice. Ses yeux étaient comme une flamme de feu; sur sa tête étaient plusieurs diadèmes; il avait un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n’est lui-même; et il était revêtu d’un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu.

Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues d’un fin lin, blanc, pur. De sa bouche sortait une épée aiguë, pour frapper les nations; il les paîtra avec une verge de fer; et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu tout-puissant. Il avait sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit: roi des rois et seigneur des seigneurs” (Apocalypse 19:11-16). Mais notez-le soigneusement, le Christ tient une epee—pas un arc.

L’homme monté sur le cheval blanc dans Apocalypse 6, comme les autres trois cavaliers de l’Apocalypse, apporte de grandes souffrances sur cette terre. Ici dans Apocalypse 19, le Christ apporte la paix et la joie en abondance, après avoir écrasé les rebelles.

Les prophéties symbolisées par les quatre cavaliers commençèrent à s’accomplir lors de la première venue du Christ. Les souffrances assurément les plus intenses précèdent immédiatement le Second Avènement du Christ.

Le premier cavalier est le premier parce que, sans conteste, c’est celui qui cause le plus de souffrances! “Il partit en vainqueur et pour vaincre.” Le terme conquérir signifie “emporter la victoire” (Thayer’s Lexicon). Cette conquête s’effectue de la première venue du Christ à son Second Avènement. Le premier cavalier conquiert par la tromperie! Les trois autres cavaliers, si on se fie aux apparences extérieures, semblent être la cause de catastrophes beaucoup plus sérieuses. En vérité, le premier cavalier cause la plupart des épouvantables événements attribués aux trois autres! Ces catastrophes se produisent parce que l’humanité est trompée. Le premier et le plus mortel des cavaliers est celui de la tromperie religieuse! Et pourtant l’humanité est si désinvolte et superficielle dans ses intérêts religieux qu’elle ne comprend pas cela. Laissons le Christ ouvrir pour nous ce premier sceau.

La Tromperie religieuse

L’humanité n’a aucune idée combien de souffrances sont causées par la tromperie religieuse. “Comme Jésus s’en allait, au sortir du temple, ses disciples s’approchèrent pour lui en faire remarquer les constructions. Mais il leur dit: Voyez-vous tout cela? Je vous le dis en vérité, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversée. Il s’assit sur la montagne des oliviers. Et les disciples vinrent en particulier lui faire cette question: Dis-nous, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde?” (Matthieu 24:1-3). Le Christ s’adressait seulement à un petit groupe de Ses propres disciples—pas au monde. Eux seuls faisaient partie de Son petit groupe intime de croyants. Le message s’adressait à notre époque—la fin du monde, ou fin de cette ère. Non seulement le Christ donne un signe de la fin du monde, Il donne également un signe de la fin du temps de la fin! Il fait connaître des détails précis au sujet desquels nous devons être sur nos gardes.

Prenez maintenant note du premier et du plus important avertissement que le Christ leur donna. “Jésus leur répondit: Prenez garde que personne ne vous séduise. Car plusieurs viendront sous mon nom, disant: C’est moi qui suis le Christ. Et ils séduiront beaucoup de gens” (verset 4-5). C’est le premier cavalier de l’Apocalypse! Il ne s’agit pas seulement de tromperie venant de fausses religions. Les gens seront dupes au sujet du Christ et de Son messagela véritable chrétienté. Et les choses empirent au point où les propres disciples du Christ sont abuses! Pas seulement la chrétienté de ce monde.

Lorsque le Christ utilise le terme vous, il s’agit de Ses propres disciples. Eux aussi sont trompés au point de croire un message au sujet de la personne du Christ, tout en rejetant Son message. Ce sont des gens qui avaient reçu le Saint-Esprit et les précieuses vérités de Dieu. Puis ils les rejetèrent afin d’adopter une fausse chrétienté!

Voyons-nous à quel point ce premier cavalier de l’Apocalypse est mortellement dangereux?! Tellement dangereux qu’un grand nombre d’élus de Dieu sont tués en conséquence de cette imposture! “Alors on vous livrera aux tourments et l’on vous fera mourir; et vous serez haïs de toutes les nations, à cause de mon nom” (verset 9). Le Christ parle encore à Ses propres disciples. C’est pourquoi Il s’adresse à eux en disant vous. Cela se produisit en 70‑ap. J.-C., mais ce n’était qu’un type de la duperie au temps de la fin. “Et parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira” (verset 12). Le mot charité vient du mot grec agape qui veut dire l’amour même de Dieu. Dieu leur donna Son plus précieux cadeau, Son amour, et ils le laissèrent se refroidir. Cette prophétie s’accomplit en ce moment même dans l’Eglise de Dieu!

L’expression “le plus grand nombre” devrait se lire la majorité. Donc la majorite du propre peuple de Dieu laisse refroidir son amour en ce temps de la fin! C’est le même problème laodicéen que celui mentionné dans Apocalypse 3:14-20. Il n’y a pas de pire tragédie pour le propre peuple de Dieu. Eux-mêmes sont frappés par les flèches de l’arc du premier cavalier.

Ce sont les propres paroles d’avertisssement du Christ. C’est l’avertissement le plus fort qu’Il puisse nous donner! Cependant, la plupart des membres de l’Eglise de Dieu le prennent à la légère et sont trompés.

Cette tragédie se déroule depuis presque 2.000 ans. Mais elle empire au centuple en ce temps de la fin! Tout cela arrive parce qu’ils sont trompés par le premier cavalier de l’Apocalypse.

Le grec du récit de Luc dit littéralement “Prenez garde que vous ne soyez séduits” (Luc 21:8). Souvenez-vous que le Christ parlait à Ses propres disciples. Seuls les saints peuvent être menes hors de la bonne voie car ils sont les seuls à posséder, ou à avoir déjà possédé, la vérité! Cette prophétie se rapporte à l’Eglise de Dieu à laquelle fut enseignée la précieuse vérité de Dieu, puis qui se fait tromper. Ils ne font pas simplement que trébucher. Ils sont amenés à se détourner de Dieu!

C’est le même problème du temps de la fin prophétisé dans 2 T hessaloniciens 2, le livre de Malachie et dans beaucoup d’autres prophéties. Le propre peuple de Dieu est trompé au sujet du message du Christ. Ils sont trompés également au sujet d’un homme dont Dieu s’est servi en ce temps de la fin. 

La suite sur...

Four Ad Fr