Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

200427 iraq%20food%20distribution gettyimages 1209796996

AMEER AL MOHAMMEDAW/PICTURE ALLIANCE VIA GETTY IMAGES

Le coronavirus pourrait provoquer la famine à des ‘proportions bibliques’

Des millions de personnes sont à risque. Les gouvernements peuvent-ils donner une réponse ?

Le 22 avril, le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM) a déclaré que le coronavirus avait mis plus de 30 nations du monde en danger, face à une famine de « proportions bibliques ». Actuellement, 135 millions de personnes sont en proie à une crise liée à la faim ; 130 autres millions pourraient être au bord de la famine d’ici la fin de 2020.

« Nous pourrions faire face à de multiples famines aux proportions bibliques  en quelques mois », a déclaré David Beasley, chef du PAM. « La vérité, c’est que nous n’avons pas le temps de notre côté. » L’agence n’a la capacité de fournir une aide alimentaire qu’à environ 100 millions de personnes.

Avec 100 millions de personnes supplémentaires qui devraient avoir besoin d’une telle aide d’ici la fin de l’année, cette crise à venir menacera davantage une chaîne d’approvisionnement déjà tendue.

Il s’agit des dernières conséquences de cette pandémie, qui a non seulement tué des milliers de personnes dans le monde, mais qui pèse lourdement aussi sur les économies nationales. Le PAM demande une aide de 2 milliards de dollars à l’ONU pour les pays pauvres qui devraient être les plus touchés. Cependant, comme les pays occidentaux ont du mal à subvenir aux besoins de leur propre population, l’octroi de fonds est loin d’être garanti.

Un autre défi tient au fait que les mesures de confinement imposées par les gouvernements ont restreint la circulation des marchandises et des provisions à travers les frontières. Les chaînes d’approvisionnement existantes risquent fort d’être brisées.

La menace de la faim pèse le plus lourdement sur les pays d’Afrique et du Moyen-Orient. Au début de cette année, les pays d’Afrique de l’Est ont subi leur pire infestation de criquets pèlerins  en plus de 70 ans. L’invasion, impliquant des milliards d’insectes, met en danger les agriculteurs, l’approvisionnement alimentaire et les économies africaines dans leur ensemble. Les pays qui dépendent des exportations de pétrole, comme le Sud-Soudan, souffrent de la chute des prix du pétrole. Et le tourisme, qui est généralement une source fiable de revenus pour les nations africaines, est une autre victime des récentes mesures de confinement.

Le Moyen-Orient ravagé par la guerre est également menacé. Avec des pays comme la Syrie et l’Afghanistan déjà si dépendants de l’aide, l’impact du coronavirus met encore plus en danger la vie de millions de personnes dans la région.

De nombreuses familles dans les pays en développement bénéficient des transferts de fonds de parents vivant dans la diaspora. Compte tenu de la hausse du taux de chômage dans le monde, ces paiements devraient se tarir.

Le coronavirus a donc créé la tempête parfaite pour une « famine pandémique », selon David Beasley. Tout cela s’ajoute aux 821 millions de personnes dans le monde qui souffrent déjà de « faim chronique  ».

Il y a 4 000 ans, Dieu a averti l’humanité de famines imminentes. Ces avertissements se trouvent dans la sainte Bible.

Lorsque Ses disciples Lui demandèrent quels seraient les signes de la fin, Jésus-Christ prophétisa qu’il y aurait des conflits internationaux, des maladies et des « famines… en divers lieux » (Matthieu 24 : 7). C’est une prophétie sur ce qui se passerait dans le temps où nous vivons maintenant.

Dans le livre de l’Apocalypse, l’apôtre Jean a été inspiré pour écrire sur ce qui se passerait avant le retour de Jésus-Christ. Le chapitre 6 contient une prophétie sur ce que l’on appelle communément les « quatre cavaliers de l’Apocalypse », représentant la tromperie religieuse, les guerres, les maladies et la famine (versets 1-8).

Dans notre brochure gratuite, Les quatre cavaliers de l’Apocalypse , le rédacteur en chef de La trompette, Gerald Flurry, et le coauteur Wayne Turgeon, écrivent : « Le troisième cavalier, monté sur un cheval noir, symbolise la famine. Dans Matthieu, Marc et Luc, le Christ parle de famines générales, lors d’une période de guerre. L’emploi au pluriel du mot « famine » fait référence aux occurrences répétitives de la famine à travers le temps, qui s’accélèrent rapidement, immédiatement avant Son retour ».

Nous pouvons nous attendre à ce que les famines s’aggravent—c’est ce que votre Bible dit qu’il se passera.

Alors que la faim provoquée par le coronavirus  affectera principalement les pays en voie de développement, les pénuries alimentaires toucheront bientôt le monde entier, y compris les nations les plus prospères. M. Flurry et M. Turgeon écrivent :

Ézéchiel 5 : 12 révèle qu’un tiers des États-Unis et du Commonwealth britannique, y compris des pays comme l’Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande, sera tué dans les premières salves de la guerre. Bon nombre de ces personnes mourront de la destruction combinée des troisième et quatrième cavaliers, la famine et la peste…

Nous ne parlons pas de vieilles prophéties poussiéreuses. Ce sont des prophéties dramatiques et sinistres qui nous font face ! Le regard fier et hautain fondra sur les visages de notre peuple et réduira ceux qui s’accrochent encore à peine à la vie, à fouiller dans les tas d’ordures et les décombres éparpillés pour avoir leur prochain repas. Cette grande famine finira par se propager à tous les coins de la Terre avant que l’humanité ne se repente dans un abandon inconditionnel à Dieu (Philippiens 2 : 10).

Le monde développé ne peut pas sauver le monde en voie de développement. Et bientôt, il deviendra évident qu’il ne pourra même pas se sauver lui-même. Mais Dieu offre l’espoir et un moyen d’échapper à tous les problèmes à venir, si nous nous tournons vers Lui. Pour en savoir plus sur la façon dont vous pouvez échapper aux catastrophes mondiales à venir, demandez votre exemplaire gratuit de: Les quatre cavaliers de l’Apocalypse.

Fr Four