Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

3cz2lno1u6 file

iStockphoto

Le monde remis à l’endroit Vous en avez assez

du monde à l’envers? Quelque chose de mieux est en vue!

Nous le voulons tous. Un meilleur monde. Un monde qui a du sens. Nous voulons plus de paix, plus de sécurité, plus de prospérité. Nous aspirons à n’avoir aucune maladie, aucun meurtre, aucun vol, aucun mensonge, aucun divorce.

Pourquoi ne pouvons-nous avoir un monde meilleur ? Et pourquoi ce présent monde en est-il si loin ?

Les êtres humains ont essayé toutes les façons imaginables pour tenter de rendre le monde meilleur. Dans chaque âge, dans chaque itération, dans chaque cohorte, dans chaque style imaginable. Nous avons débattu des rois philosophes de Platon, de la république de Cicéron, du Commonwealth de More, de la Cité de Dieu d’Augustin. Nous avons lu les traités de Locke sur le gouvernement, le contrat social de Hobbes, les principes du droit politique de Rousseau. Les chrétiens croient en une certaine forme de celui-ci; il en est de même des juifs, des musulmans et d’autres.

Durant des millénaires, nous avons essayé de trouver le paradis perdu, de naviguer vers l’Utopie, de retourner dans le jardin d’Éden. Nous avons cherché un paradis naturel sur l’horizon perdu. Ou nous avons rêvé d’un monde où «tout est réalisable par la technologie», comme le dit un des personnages d’un film récent.

Nous mettons cela à l’essai. En Allemagne, aux États-Unis, au Canada, en Israël, en Russie et au-delà, dans des paradis en puissance, nous avons fait la démarche audacieuse de mettre cela en action. Cela a été le totalitarisme et l’anarchisme, le communisme et le capitalisme, le naturel et l’industriel, le sans classe et le classifié, le religieux et l’athéisme, le multiculturalisme et le mono-culturalisme, la technologie et l’écologie, l’ouvert et le fermé, le restreint et le libre, le fictif et le réel.

Cela a échoué. Cent pour cent des tentatives, cent pour cent du temps: ce fut la non utopie!

Le paradis a été confiné aux pages de la fiction. Pourtant, même là cela a mal tourné. Les auteurs ont exploré des utopies dans l’antiquité, des utopies dans l’espace, des utopies peuplées par des humains, par des êtres unisexués, par des êtres asexués, par des homosexuels. Même l’utopie fictive est dissonante, autour de la contre-utopie de 1984, du Seigneur des mouches, ou de quelque chose de pire.

Même une discussion sur le plus grand but de l’humanité, une société parfaite, est déprimante. D’autant plus quand nous comprenons à quel point notre société réelle est éloignée de cet idéal imparfait et auto-conflictuel.

À quoi la vie ressemblerait-elle si vous saviez ce à quoi ressemble un monde parfait? Qu’en serait-il si vous saviez, qu’en fait, il arrive, et arrive bientôt ? Qu’en serait-il si vous saviez comment y être?

Il y a de l’espoir. Non pas dans le fait de réformer ce monde. Mais dans le magnifique monde à venir.

Il est en train de venir

La Bible est, en fait, pleine de prophéties—de prophéties certaines—indiquant un meilleur lendemain.

Contre toute attente, contre un monde littéral de preuves contraires, Dieu dit que ce magnifique monde à venir sera là! Lisez Sa prédiction intrépide dans Ésaïe 2 et 11. Il est en train de venir, dit Dieu!

Les gens seront unis, la guerre sera abolie (Ésaïe 2:1-4); les maladies seront guéries, les déserts fleuriront; la prospérité s’épanouira, l’honnêteté s’accroîtra (Zacharie 3:10; 8:16); les gens s’aimeront (Matthieu 22:37-39).

Mais comment cela pourrait-il jamais se produire? Comment pourriez-vous obtenir qu’une nation, qu’un État, voire qu’une ville vive dans l’harmonie ne serait-ce qu’un an?

Il y a une raison importante pour laquelle le monde sera ainsi. Il s’agit de la façon dont les gens penseront. Nous vivons dans un monde charnel gouverné par des gens charnels qui tiennent à trouver leur propre voie charnelle à travers la vie, qui définissent le bien et le mal pour eux-mêmes.

Depuis ce paradis originel, le jardin d’Éden, les êtres humains ont rejeté le fait de suivre Dieu et de Le laisser définir ce qui est bien et ce qui est mal. Ils ont, en fait, suivi le dieu de ce monde (2 Corinthiens 4:4), l’auteur réel de la nature humaine qui rejette Dieu. Trouver l’«utopie» sous l’influence de Satan (Éphésiens 2:2) est encore plus impossible que le sceptique le plus calleux ne l’imagine.

L’homme ne peut, tout simplement, pas se gouverner lui-même.

Dieu, Lui, le peut. Et Dieu le veut. Après que l’homme aura démontré combien il était incompétent à promouvoir une meilleure société, et après qu’il se sera plongé dans une tribulation atroce, Dieu interviendra et sauvera l’homme de lui-même (Matthieu 24:22). Ensuite, Il déposera le méchant dieu de ce monde, et prendra Lui-même le pouvoir pour gouverner l’humanité avec justice (Apocalypse 20; Michée 4:3).

Quand le seul gouvernement officiel vraiment qualifié pour le faire dirigera la Terre, Il commencera à construire un nouveau monde, un meilleur monde. Il donnera à l’homme ce qui lui a si cruellement manqué pendant des milliers d’années: Son mode de vie (Ésaïe 11:9).

Imaginez un monde rempli de bonheur—un monde réel, et non pas un rêve fantasque.

Des règles qui fonctionnent

Une nouvelle naissance du caractère élèvera le monde entier—l’éducation, les affaires, la science, l’agriculture, la santé, le sport, la littérature, le langage, la musique, l’art, même la plus banale des conversations—à des hauteurs qui rendront barbare, en comparaison, le début du 21ème siècle. Il ne s’agira pas de réformes. Ce sera un monde différent.

Il n’y aura plus l’indéfinissable mascarade de la «moralité», ou l’échelle mobile des «normes», ou les «préférences personnelles», ou des «choix de style de vie», ou des «codes de conduite», ou même des «valeurs de la famille», comme si la droiture était une variable mathématique neutre. L’humanité vivra selon un seul mode de vie.

Finalement, avec l’influence de Satan éliminée, les gens sauront qu’il existe une chose telle que le bien. Oui, des choses sont absolument erronées. Ce qui «semble bien» n’est pas la même chose que ce qui, en fait, est bien. Et nous sommes tenus de découvrir ce que c’est et de le faire.

Il ne s’agit pas seulement du fait que le monde partage un mode de vie—des dictatures peuvent accomplir cela. La clé, c’est que ce mode de vie soit le bon mode de vie.

Il s’agit de la vérité.

Tout comme des lois gouvernent la biologie, la physique, l’astronomie, les mathématiques, et toutes les autres parties de l’univers, des lois gouvernent les gens. Ce n’est que rationnel! Certaines causes ont certains effets. Quelque chose cause le bonheur. Il y a une loi de vie juste qui produit le bonheur. C’est d’avant-garde! La question devient donc: comment la trouver?

Sommes-nous sûrs de pouvoir nous fier à nous-mêmes pour le faire? Connaissez-vous vraiment la bonne façon de vivre? Est-ce que moi-même, je la connais? Un individu, quelque part dans son salon, la connaît-il? Non! La seule autorité qui puisse définir le bon mode de vie pour les humains, c’est leur Créateur. Sa «définition» du bien et du mal s’applique à tous. Et Il permet—en fait, Il exige—que les gens pensent et décident par eux-mêmes s’ils veulent la suivre ou non.

La vérité, après tout, n’est pas une religion. Ce n’est pas une plate-forme politique. Ce n’est pas une philosophie. Il s’agit de la façon dont les choses sont, en fait—scientifiquement, socialement, spirituellement.

Un monde d’amour

C’est simple. Le principe de ce mode de vie est tellement clair que vous pouvez l’apprendre par cœur: donner au lieu de prendre. Lisez les Dix Commandements dans Exode 20. Le Christ les a résumés en un mot, amour: «Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force … Tu aimeras ton prochain comme toi-même» (Marc 12:30-31).

Imaginez ce monde. Pas de crime rampant. Pas de terrorisme horrible. Pas de sale guerre. Pas de cultures fragmentées. Pas de racisme. Pas d’autodestruction. Pas de confusion du sexe. Pas de groupe de victimes. Pas de langues corrompues. Pas de malhonnêteté scientifique. Pas d’intimidation intellectuelle. Pas de rectitude politique. Pas de religion insensée. Pas de meurtre, ni de mensonges, ni de vol, ni de convoitise, ni d’adultère, ni d’excuses.

Si vous êtes collé à l’envers dans ce début de 21ème siècle, ce monde peut sembler incroyable. Mais vous pouvez faire un pas vers lui. Regardez le monde autour de vous. Jugez les résultats de cette expérience charnelle et de ses utopies ratées. Vous pouvez faire partie de ce monde—ou faire un pas vers quelque chose de meilleur. Quelque chose qui a beaucoup plus de sens.

Ce n’est pas trop beau pour être vrai. Un monde meilleur, un merveilleux monde à venir, arrive—bientôt! 

Tb Ad Fr