Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Zac nielson s4vumuapk4y unsplash

Zac Nielson/Unsplash

Le mystère d’Israël (quatrième partie)

Le Mystère Des Siècles – Chapitre 5

La suite provenant de Le mystère d’Israël (troisième partie)

La préfiguration du Royaume de Dieu

Le dessein immédiat de Dieu, jusqu’à présent, dans l’histoire de l’homme, consiste à préparer l’humanité en vue du royaume de Dieu, qui va restaurer Son gouvernement sur toute la terre.

Le Royaume de Dieu est la véritable famille divine, avec les fils qui ont été engendrés et qui y naîtront. Cette famille, en fait, paraîtra en premier lors d’une résurrection et d’une transformation instantanée au Second avènement du Christ ! Par fils engendrés et nés de Dieu, je ne veux absolument pas parler de ceux qui sont trompés par l’enseignement courant dont le sujet est : « né de nouveau » — et selon lequel celui qui « professe recevoir le Christ » est, dans cette présente vie humaine, déjà « né de nouveau ». Il s’agit d’une habile supercherie par laquelle Satan le diable a séduit ceux (la grande majorité dans une soi-disant « chrétienté » ) qui ont « accepté » une fausse conversion. Il se peut qu’ils soient bien intentionnés — ils sont néanmoins séduits ! Et une personne séduite ne sait pas qu’elle l’est — elle peut parfaitement être sincère !

Mais alors, comment la nation d’Israël de l’Ancien Testament prend-elle part à la préparation progressive du royaume de Dieu ?

Le Gouvernement dans le Royaume de Dieu

Pour commencer, Abraham était un homme possédant de grandes qualités. Il ne fait aucun doute qu’il occupera dans le Royaume de Dieu — à la résurrection — avec ses fils Isaac et Israël, un poste directement sous le Christ. Le Royaume de Dieu sera un royaume spirituel, universel, dans lequel l’Église et l’État ne feront qu’un. Ces trois hommes formeront une équipe qui, probablement, viendra en second dans la chaîne d’autorité, sous le Christ — mais au-dessus de l’Église et de l’État.

Quant à Moïse, qui faisait partie d’Israël et que Dieu lui suscita comme leader et législateur (quoique Dieu le Père soit le Législateur originel véritable), il sera, selon toute probabilité, sous l’équipe Abraham-Isaac-Jacob mais à la tête des gouvernements nationaux durant le Millénium à venir. Josué qui succéda à Moïse sera, probablement, l’assistant de ce dernier à ce poste de gouvernement des nations du monde.

Qu’en sera-t-il de toute la nation d’Israël ?

En dépit de son hérédité favorable, elle a complètement manqué de se qualifier. Pourtant, lorsque Dieu lui avait proposé de devenir Sa nation, « le peuple tout entier répondit : Nous ferons tout ce que l’Éternel a dit » (Exode 19 : 8). Mais il ne tint pas parole, et se rebella.

Ils étaient dans une relation « mari et femme » avec le Seigneur Dieu. Mais le Seigneur déclara plus tard : « Mais, comme une femme est infidèle à son amant, ainsi vous m’avez été infidèles, maison d’Israël, dit l’Éternel » (Jérémie 3 : 20).

Sous Moïse, la nation d’Israël se composait d’une race — très peu de mariages mixtes avaient entaché la race nationale.

À l’époque, la Terre promise s’appelait Canaan. Les Cananéens, de race noire, étaient installés dans le pays. Mais Dieu, par promesse, avait donné ce pays aux descendants de la race d’Abraham ! Il n’appartenait pas aux Cananéens ni à aucune autre race qui s’y trouvait.

Quand Dieu y installa Ses quelque deux millions d’Israélites, Il leur donna, par la bouche de Moïse, l’ordre suivant : 

« Lorsque vous aurez passé le Jourdain et que vous serez entrés dans le pays de Canaan, vous chasserez devant vous tous les habitants du pays, vous détruirez toutes leurs idoles de pierre, vous détruirez toutes leurs images de métal fondu, et … vous prendrez possession du pays, et vous vous y établirez ; car je vous ai donné le pays, pour qu’il soit votre propriété. Mais si vous ne chassez pas devant vous les habitants du pays, ceux d’entre eux que vous laisserez seront comme des épines dans vos yeux et des aiguillons dans vos côtés, ils seront vos ennemis dans le pays où vous allez vous établir » (Nombres 33 : 51-53, 55).

Une race, une nation et une religion à part

Il est temps de bien comprendre ceci !

Cette nation d’Israël était la nation de Dieu. Néanmoins, c’était une nation physique et non pas une nation spirituelle. Cependant, Dieu lui donna son Église et son gouvernement sur le plan national, ainsi que Sa religion. Dieu voulait la garder physiquement séparée des autres nations — tant au niveau national (racial) qu’au niveau religieux.

Pour Israël, contracter des mariages avec d’autres races aboutirait à deux résultats : cela métisserait sa population, et lui ferait côtoyer d’autres cultes idolâtres !

Les Israélites n’obéirent pas à Dieu !

Beaucoup plus tard, après la captivité d’Israël et de Juda, Dieu envoya à Jérusalem une colonie juive — issue de la population de Juda en esclavage à Babylone — avec Zorobabel comme gouverneur, pour bâtir le second temple.

Les prophètes Esdras et Néhémie faisaient partie de cette colonie. Contrairement aux instructions de Dieu, les gens de cette colonie commencèrent à contracter des mariages avec les Cananéens, les Héthiens, les Phéréziens, les Jébusiens et les ressortissants d’autres races, « et ont mêlé la race sainte [c’est-à-dire pure, du point de vue racial, car ils n’avaient pas le Saint-Esprit] avec les peuples de ces pays » (Esdras 9 : 2).

Le prophète Esdras était furieux ! Il se leva devant la congrégation et déclara : « Vous avez péché en vous alliant à des femmes étrangères, et vous avez rendu Israël encore plus coupable … Séparez-vous des peuples du pays et des femmes étrangères » (Esdras 10 : 10-11).

Jésus descendait de la tribu de Juda et il importait qu’Il soit, tout comme Noé, du lignage original.

Mais, néanmoins, l’Ancienne Alliance avec Israël, faite au Sinaï, préfigurait la nouvelle alliance. Celle-ci sera conclue avec l’église du Nouveau Testament qui est l’Israël et le Juda spirituels (Jérémie 31 : 31 ; Hébreux 8 : 6, 10).

Entre-temps, dans l’Israël de l’Ancien Testament, quelques individus ont obéi à Dieu et, devenant Ses prophètes, ils prirent part à la fondation de l’Église de Dieu du Nouveau Testament. L’Église est édifiée sur le solide fondement des prophètes (Ancien Testament) et des apôtres (Nouveau Testament), Jésus-Christ Lui-même étant « la pierre angulaire » (Éphésiens 2 : 20).

Parmi ces prophètes, Élie dirigera sûrement l’Église au niveau mondial, sous le Christ et l’équipe Abraham-Isaac-Israël. Jean-Baptiste sera probablement sous Élie. Quant au prophète Daniel, on est en droit de penser qu’il sera responsable des Gentils, sous Moïse et sous le Christ.

La suite sur...

Fr Moa