Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

200612 autobiography%20images 88

La Trompette

Le mystère de l’Église

La vérité sur la raison pour laquelle Jésus-Christ a établi son Église échappe au christianisme traditionnel. Mais vous pouvez dévoiler ce mystère !

Pourquoi Jésus-Christ a-t-il établi Son Église ? La plupart des gens ne peuvent pas répondre à cette question. Mais il est essentiel que nous la comprenions. C’était extrêmement important pour Jésus-Christ. Il risqua Sa vie éternelle pour établir Son Église ! Voilà à quel point les enjeux étaient importants.

Jésus a dit à Ses disciples : « Je bâtirai mon église, et les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle » (Matthieu 16 : 18). C’est une déclaration extraordinaire : l’Église que le Christ a établie ne mourrait jamais ! Cela signifie que cette Église est, là, encore aujourd’hui.

L’Écriture décrit plusieurs caractéristiques de cette Église. En voici une révélatrice : Jésus, Lui-même, l’a appelée un « petit troupeau » (Luc 12 : 32). Cette déclaration seule—bien que la plupart des gens l’ignorent—révèle que la véritable Église de Dieu est petite, comparée aux nombreuses églises de ce monde. Elle n’est pas censée être une organisation mondiale énorme, à notre époque. Parce qu’elle est petite, l’Église de Dieu demeure un mystère pour le monde.

Pourtant, si vous suivez la Bible et avez la compréhension que Dieu a révélée à Ses serviteurs, alors vous pouvez savoir où trouver la véritable Église, aujourd’hui. Le mystère peut être résolu.

Herbert W. Armstrong en parle en détail dans son livre Le mystère des siècles. Dans ce livre, il a fait des déclarations vraiment profondes que nous devrions examiner en profondeur.

M. Armstrong a écrit sur le but, en cinq points, du séjour du Christ sur Terre : Jésus « vint 1) pour se qualifier, là où le premier Adam avait échoué—de manière à remplacer l’ancien archange Lucifer sur le trône de la Terre, pour régner avec le gouvernement de Dieu. Il vint 2) pour annoncer l’instauration future du royaume de Dieu, pour enseigner cette bonne nouvelle prophétique (l’Évangile) aux apôtres qu’Il allait choisir. Il vint 3) pour se charger—Lui, notre Créateur—de nos péchés en payant l’amende par Sa mort sur la croix, afin que nous participions au merveilleux monde à venir. Et Il vint 4) pour être ressuscité des morts par Dieu, rendant ainsi possible la vie éternelle divine pour le peuple de Dieu et, après Sa Seconde venue, pour tous ceux—issus de toute l’humanité—qui voudront bien, et qui auront déjà vécu sur cette Terre. Et Il vint 5) pour établir l’Église de Dieu, afin qu’elle soit formée pour régner sous Sa direction. »

Pour comprendre ce cinquième objectif, étudiez le chapitre 6 du livre, Le mystère des siècles, intitulé « Le mystère de l’Église ».

La bataille titanesque

Les cinq accomplissements du Christ sur Terre sont entremêlés et chronologiques. Avant qu’Il ne puisse fonder Son Église, Sa principale priorité était de vaincre Satan.

« Lorsque Jésus eut environ 30 ans, Il était prêt à commencer Son ministère. Choisissant Ses apôtres, Il leur proclama et leur enseigna Son message—Son Évangile—venant de Dieu, et destiné aux hommes », poursuit M. Armstrong. « Mais auparavant, il était impératif qu’Il se qualifiât pour remplacer Satan et instaurer le royaume de Dieu, en vainquant le diable. » Le Christ ne commença pas à enseigner Ses disciples ou à délivrer le message de Dieu avant d’atteindre cet objectif crucial.

La bataille face à face entre Jésus et Satan est enregistrée dans Matthieu 4, Marc 1 et Luc 4. « Sans doute », écrit M. Armstrong, « s’agissait-il là de la bataille la plus importante, la plus gigantesque et la plus décisive jamais livrée dans tout l’univers ». C’était tellement décisif que, si le Christ n’avait pas vaincu Satan, le plan de Dieu pour l’humanité ne pourrait, alors, pas se réaliser ! Si Jésus avait péché, il n’aurait pas pu être notre Sauveur. L’issue de cette guerre déterminerait si le Christ remplacerait Satan, maintenant dieu de ce monde (2 Corinthiens 4 : 4), en tant que dirigeant de la Terre.

Satan utilisa plusieurs tactiques pour tenter Jésus-Christ. Mais le Christ ne voulait pas être tenté. À une tentation, Il répondit : « Il est écrit : L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (Matthieu 4 : 4). Le Christ gardait Son attention sur le spirituel, établissant un exemple pour nous, à savoir : connaître et vivre de toute parole de Dieu—même dans cette bataille avec Satan !

À un moment donné, Satan, également, cita un passage des Écritures (verset 6)—mais, comme l’écrit M. Armstrong, « il l’utilisait de façon erronée. Il en tordait le sens en l’isolant de son contexte, tout comme il pousse si souvent les érudits bibliques à le faire ». Nous devons être proches de Dieu afin de pouvoir répondre comme le Christ, et empêcher la tromperie.

« Jésus lui dit : Il est aussi écrit : Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu » (verset 7). La réponse du Christ venait de Deutéronome 6 : 16. La Bible était la défense du Christ contre l’embuscade de Satan. Remarquez, le Christ citait l’Ancien Testament ; Il ne venait pas sur Terre pour s’en débarrasser !

Le Christ a utilisé les Écritures pour repousser Satan le diable, et nous pouvons faire de même. Bien sûr, cela signifie que nous devons connaître notre Bible.

Finalement, Satan emmena le Christ sur une haute montagne et Lui montra tous les royaumes de la Terre. « Et lui dit : Je te donnerai toutes ces choses, si tu te prosternes et m’adores » (verset 9). Le Christ ne nia pas la prétention de Satan ; Satan était, en effet, en charge de tous les royaumes de la Terre, et pouvait donc les donner à sa guise.

« Jésus lui dit : Retire-toi, Satan ! Car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et tu le serviras Lui seul » (verset 10). Sur l’ordre du Christ, Satan s’éloigna. Satan doit obéir à l’autorité de Dieu !

« Jésus-Christ, le second Adam, venait de se qualifier ! » M. Armstrong a écrit sur la conclusion de cette bataille titanesque. « Jamais, jusqu’à cette minute, la bonne nouvelle du royaume de Dieu ne put être annoncée au monde. »

Avant cette bataille, le Christ n’était pas assuré de gouverner la Terre lors de Sa Seconde venue. Cette lutte le qualifia pour prendre le trône de Satan, aussi longtemps qu’Il continuait de rester sans péché, pendant Son ministère et Sa crucifixion. Quelle victoire !

Notre tour

« Désormais, l’Église devait aussi se qualifier pour régner avec Lui ! », poursuit M. Armstrong. C’est exact ! Le Christ a alloué environ 2 000 ans à Son Église pour qu’elle soit qualifiée pour l’aider à gouverner la Terre et l’univers. Comment ? De la même manière qu’Il l’a fait : en conquérant le diable, bien que nos batailles quotidiennes soient loin d’être aussi dures que la confrontation du Christ avec Satan.

Au moment où le Christ vainquit Satan, Il pouvait prêcher l’Évangile, la bonne nouvelle du royaume de Dieu à venir. « Le commencement de l’Évangile de Jésus-Christ, le Fils de Dieu ; …Jésus vint en Galilée, prêchant l’Évangile du royaume de Dieu, et disant : Le moment est accompli, et le royaume de Dieu est à portée de la main : repentez-vous, et croyez l’Évangile » (Marc 1 : 1, 14-15—King James française). Aujourd’hui, la plupart des gens ne savent pas ce qu’est la repentance. Même la plupart qui déclare être chrétiens ne savent pas ce qu’est le véritable évangile. Et l’Église de Dieu est un mystère pour eux.

Pourtant, Jésus-Christ a donné l’exemple à l’Église de Dieu. Nous devons proclamer le message de l’évangile du Christ, et non pas à propos du Christ. Nous devons dire au monde que Dieu donnera à chaque personne qui a vécu l’occasion de faire partie de Sa famille pour toujours. L’incroyable plan de Dieu, étape par étape, pour l’homme est illustré par Ses jours saints annuels. (Faites la demande de la brochure gratuite de M. Armstrong, Jours fériés païens ou jours divins consacrés—lesquels choisir ?, pour en savoir plus.)

Mais l’Église a un rôle à jouer. « Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône » (Apocalypse 3 : 21). Il s’agit d’une exhortation à l’Église de Dieu, au temps de la fin. Nous devons vaincre comme le Christ a vaincu. Le Christ a prévalu sur Satan. Maintenant, c’est notre tour. Nous devons vaincre Satan pour régner avec le Christ sur Son trône, pour l’éternité.

Dieu a donné à Son Église une double responsabilité. Premièrement, nous devons proclamer le message de l’Évangile de Dieu à ce monde. Dieu dit à l’Église de Dieu de Philadelphie de « prophétiser de nouveau » (Apocalypse 10 : 11), ce qui inclut la vérité de la bonne nouvelle du royaume de Dieu à venir.

Deuxièmement, Dieu nous donne une autre responsabilité : « pais mes brebis »—en parlant des membres de l’Église de Dieu (Jean 21). Il y a une personne qui proclame l’Évangile, mais elle a besoin de soutien. C’est un effort d’équipe. L’Église est appelée le Corps du Christ, et elle devrait fonctionner selon l’esprit du Christ.

Le mot Église vient du mot grec ecclésia qui signifie ceux qui sont appelés. L’Église de Dieu est un groupe sélectionné de personnes qui se préparent, maintenant, à épouser Jésus-Christ et à régner avec Lui sur ce monde pendant mille ans. Dieu considère les membres de Sa véritable Église comme des rois et des sacrificateurs, s’ils le suivent (Apocalypse 1 : 6 ; 5 : 10). En d’autres termes, nous serons au-dessus de l’Église et de l’État—tant l’Église spirituelle que les nations physiques. Nous gouvernerons aux côtés du Christ avec une verge de fer, possédant une autorité réelle et donnant une direction juste.

C’est une récompense stupéfiante, mais nous devons nous qualifier. Comment pourrions-nous devenir rois et sacrificateurs sans préparation ? L’Épouse du Christ, l’Église, se prépare (Apocalypse 19 : 7). Elle doit se qualifier pour ce poste élevé. Ceux qui sont membres de l’Église de Dieu, aujourd’hui, doivent, maintenant, apprendre à enseigner les gens avec amour et avec une certaine autorité. Le peuple de Dieu est nourri, éduqué et protégé spirituellement à l’intérieur de l’Église de Dieu jusqu’à ce que ce moment arrive.

C’est une vérité biblique que très peu de gens comprennent ! Satan a véritablement aveuglé l’esprit de ceux qui ne croient pas (2 Corinthiens 4 : 4). Il a fait de cette merveilleuse et précieuse vérité de Dieu un mystère.

Il vient un temps où Dieu ouvrira l’esprit de tous dans ce monde (Jean 7 : 37-38). Mais il n’en est pas ainsi aujourd’hui.

Le siècle perdu

Le Christ déclara à Ses disciples : « Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin » (Matthieu 24 : 14). L’Évangile a été prêché dans le monde entier, lors de la première ère, et le Christ a dit qu’il ne serait pas prêché de nouveau avant le tout dernier temps de la fin, juste avant Son retour ! Lorsque vous voyez l’Évangile de nouveau prêché, alors vous savez que la fin est proche. Si cela s’était produit en l’an 700, 1100 ou 1800 après J.-C., la fin serait déjà venue.

« C’est un fait, à stupéfier l’esprit du lecteur, que l’Évangile de Jésus-Christ ne fût plus proclamé au monde, d’environ l’an 50 de notre ère jusqu’à l’an 1953 », écrit M. Armstrong (ibid.). Et pourquoi ? Parce que Satan a caché cette précieuse vérité au monde !

« Je m’étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ pour passer à un autre Évangile. Non pas qu’il y ait un autre Évangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l’Évangile de Christ » (Galates 1 : 6-7). L’Église de Dieu s’était déjà détournée du véritable Évangile 20 ans à peine après l’avoir reçue directement de Jésus-Christ ! Cela indique fortement à quelle guerre spirituelle intense nous sommes confrontés, et pourquoi nous devons vaincre le diable.

Quelque chose d’horrible se produisit, au cours du premier siècle, pour étouffer le véritable Évangile. M. Armstrong appelle la période qui a suivi : le siècle perdu.

Les sources séculières sont de cet avis. « Les informations rares et suspectes de l’histoire ecclésiastique nous permettent rarement de dissiper le nuage sombre qui plane sur le premier âge de l’Église », a écrit Edward Gibbon, dans The Decline and Fall of the Roman Empire [Le déclin et la chute de l’Empire romain].

« Les 30 années qui suivirent la fin du canon du Nouveau Testament et la destruction de Jérusalem sont, en vérité, les plus obscures de l’histoire de l’Église », a écrit Samuel G. Green dans A Handbook of Church History [Un manuel de l’histoire de l’Église].

William Fitzgerald a écrit dans Lectures on Ecclesiastical History [Discours sur l’histoire ecclésiastique] : « Au cours de cette période de transition qui succéda immédiatement à l’ère appelée, à juste titre, apostolique, une grande obscurité plane ».

L’Empire romain régna sur le monde, au cours du premier siècle. Une grande partie de l’histoire de la véritable Église fut effacée. L’apôtre Jean a conservé une petite partie de cette histoire dans ses épîtres bibliques. (Pour avoir un aperçu des épîtres de Jean, faites la demande de La dernière heure.).

Dans son sermon du 24 juin 1983, « De Sardes à Laodicée », M. Armstrong a lu une déclaration d’une école de théologie allemande sur le siècle perdu. Il a dit que pendant cette période, « “une lutte violente se déroula entre deux évangiles. Certains voulaient l’Évangile du Christ”, ce qui signifie le même évangile que le Christ a prêché, l’Évangile du Royaume. “Et d’autres voulaient un évangile au sujet du Christ” ».

La Bible nous dit quel évangile a gagné.

Le véritable Évangile

« Il s’assit sur la montagne des Oliviers. Et les disciples vinrent en particulier lui faire cette question : Dis-nous, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde [de l’âge] ? Jésus leur répondit : Prenez garde que personne ne vous séduise. Car plusieurs viendront sous mon nom, disant : C’est moi qui suis le Christ. Et ils séduiront beaucoup de gens » (Matthieu 24 : 3-5).

C’est une prophétie phénoménale. Le Christ a prédit de nombreux faux enseignants prêchant à Son sujet, disant que « c’est Moi, Christ, qui suis le Christ ». Ces séducteurs ne s’attribueront pas le nom du Christ ; ils diront que le Christ est le Christ, ou se concentreront entièrement sur le Christ, l’homme, plutôt que sur le message qu’Il a prêché. C’est la grande raison pour laquelle la vérité de Dieu et l’Église de Dieu sont un mystère pour la plupart des gens ! Ils se concentrent sur Jésus-Christ plutôt que sur le message de Jésus-Christ !

La Bible, c’est Jésus-Christ sous une forme imprimée. Pour enlever le mystère de la Bible, nous devons vivre de toute parole de Dieu. Nous devons nous concentrer sur le message du Christ, non sur la personne du Christ ou sur une acceptation superficielle de Lui.

Le royaume de Dieu n’est pas l’Église comme beaucoup de gens le croient, aujourd’hui. Les êtres humains physiques ne peuvent pas hériter du royaume de Dieu (1 Corinthiens 15 : 50). Le Royaume est spirituel. C’est une famille dans laquelle nous naîtrons si nous nous qualifions.

L’Église de Dieu prépare un petit groupe de personnes à se qualifier pour cette récompense, dès maintenant, si nous le voulons. Et en tant qu’épouse du Christ (Apocalypse 19 : 7), ils aideront leur Mari à apporter le salut au reste de l’humanité après Son retour.

Tel est le but transcendantal de l’Église !

Fr Moa