Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Mike enerio azfobt86mk8 unsplash

mike enerio/Unsplash

Le mystère de la civilisation (deuxième partie)

Le Mystère Des Siècles – Chapitre 4

La suite provenant de Le mystère de la civilisation (première partie)

Un modeste avant-goût

Nous vivons dans l’ère que la prophétie biblique appelle les derniers jours — la dernière génération avant la venue du Christ pour gouverner et accomplir sur la terre ce que l’humanité aurait dû faire. Dans ces derniers jours, selon la prophétie biblique, la connaissance, aussi bien spirituelle que matérielle devait croître. La véritable Église de Dieu devait être remise sur la voie, restaurant ainsi la glorieuse connaissance de la foi délivrée une fois pour toutes aux saints, à l’époque des premiers apôtres.

Jésus-Christ, à travers l’Église, bâtît trois collèges — deux aux États-Unis et un en Angleterre. Les trois campus se surpassaient en beauté, et en tant qu’environnement physique de haut rang, pour le développement du caractère juste de Dieu chez les étudiants. La beauté du caractère pieux chez ces étudiants a surpassé la beauté physique des campus. Lors d’un séjour de six jours, au siège central à Pasadena, en Californie, une reine visitant le campus, s’écria : « Je me suis crue au paradis ! »

Trois fois ce site a remporté le prix du campus le plus beau, le mieux aménagé et le mieux entretenu des États-Unis. Ces campus sont un exemple de ce que l’humanité aurait dû faire, et un modeste avant-goût de la beauté qui s’étendra sur le monde entier après que le Christ et Ses saints, dans Son royaume, gouverneront la terre, dans le merveilleux monde à venir.

D’anciennes riches demeures qui étaient délabrées ont été restaurées. Une zone située en arrière d’elles, et qui s’était détériorée au point de devenir le quartier pauvre de Pasadena, a été nettoyée à fond, et s’est transformée en la plus belle zone de Pasadena.

Et si Adam avait pris de l’arbre de la vie ?

Comment la dégradation de la matière et du caractère humain commença-t-elle ?

Adam aurait pris de l’arbre de la vie qui lui était offert, et le cours de la civilisation eut été entièrement différent. La paix, le bonheur, la joie, la santé et l’abondance auraient été répandus sur la terre.

Mais que résulta-t-il ?

Adam s’arrogea le droit de définir le bien et le mal. Mais ce n’était que le bien du point de vue humain, c’est-à-dire pas plus élevé que ce que lui permettait d’atteindre l’esprit humain charnel qui était en lui. Il refusa de mettre sa confiance en Dieu, et compta sur lui-même pour ce qui est de la connaissance, de la compétence et du pouvoir — tous limités au plan humain charnel — trompé et conduit qu’il était par un Satan pervers.

Aurait-il pris de l’arbre de la vie, qu’il aurait, sans aucun doute, succédé à Satan sur le trône de la terre, restaurant le gouvernement divin, fortifié, influencé et conduit par l’Éternel Dieu. Mais il permit à Satan d’entrer dans son esprit. Il fut, pour ainsi dire, kidnappé et retenu captif par Satan.

Ainsi, le premier humain créé ne crut pas Dieu, Lui désobéit, choisit de suivre sa propre voie, de faire ses propres affaires. Adam fit cela de bon gré, mais apparemment non à dessein ou dans une intention malicieuse.

De plein gré, Adam fut conduit en captivité par Satan. Il est allé volontairement avec Satan, le grand kidnappeur de tous les temps.

Un monde retenu captif

Adam a été créé avec la potentialité de devenir un fils de Dieu. Même s’il n’était pas encore un fils engendré de la famille de Dieu, il avait été créé avec cette potentialité. Une fois qu’il se fut engagé dans la voie de Satan, qui est de choisir de « faire ses propres affaires », en rébellion contre un ordre intentionnel de Dieu, il devint spirituellement la propriété de Satan. En fait, il succomba au gouvernement de Satan, choisissant la loi de ce gouvernement — loi de vanité, d’égocentrisme — qui conduit automatiquement à la recherche de gloire personnelle, à la convoitise, à la compétition, au désir de prendre plutôt qu’à celui de donner, qui est la voie de Dieu.

Toute l’humanité est issue d’Adam et d’Ève. Le présent monde fut fondé en eux. Depuis lors, le monde a été retenu captif ! Le monde a ainsi choisi la voie du kidnappeur plutôt que celle du Père potentiel !

Mais Dieu le Père devait payer le prix de la rançon, et même ramener à Lui Ses enfants spirituels potentiels. Dieu choisit de ne pas racheter, corriger et ramener à Lui l’humanité, à cette époque-là.

À la fondation du monde

À l’occasion du péché d’Adam, Dieu ferma l’accès à l’arbre de la vie au monde, dans son ensemble, jusqu’à ce que le second Adam, Jésus-Christ, dépose Satan et prenne place sur le trône de la terre.

Il ne peut y avoir de transgression de loi sans amende. L’amende pour le péché de l’être humain, c’est la mort.

La peine de mort était applicable à Adam et à tous ses enfants. Cette amende devait être payée. On ne pouvait y échapper. Satan a dû exulter, croyant qu’il avait totalement ruiné l’objectif de Dieu, qui était de restaurer Son gouvernement divin, et de lui faire perdre sa place sur le trône de la terre. La peine de mort devrait être étendue à tous les enfants d’Adam car tous pécheraient.

Mais ce que Satan ne se rendit pas probablement compte, c’est que le plan de Dieu était encore de sauver l’humanité, et d’ôter à Satan le trône de la terre.

Au tout début de la fondation du monde, il avait été décidé que Jésus-Christ, en tant qu’ « Agneau de Dieu », serait immolé en paiement de l’amende encourue pour tous les péchés des êtres humains (Apocalypse 13 : 8) ; ce sacrifice de substitution ne serait effectif qu’en cas de repentance et de foi. Il avait été également décidé par Dieu, à cette époque-là, que tous les enfants d’Adam mourraient, mais après la mort ils seraient ressuscités pour le jugement (Hébreux 9 : 27). Comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ pour être jugés (1 Corinthiens 15 : 22).

Mais encore, une personne ne pourrait naître de Dieu jusqu’à ce que le caractère spirituel saint et parfait de Dieu n’ait été en elle, ce, par choix individuel et prouvé par les actes.

Dieu mit à part une période de sept mille ans pour achever Son projet suprême initial : Se reproduire par l’homme. C’était un plan magistral, élaboré par une intelligence supérieure, pour la réussite du dessein ici-bas.

Depuis presque six mille ans s’est développée une civilisation que nous appelons le monde. Mais c’est un monde retenu captif. Il est devenu le monde de Satan quoique des millions de gens ont été trompés en croyant que c’est le monde de Dieu. Jusqu’à ce jour Satan est encore sur le trône.

Entre-temps, Satan a œuvré dans tous les êtres humains. Il a insufflé au monde beaucoup de mal.

Mais comment Satan insuffle-t-il ce mal dans l’esprit des êtres humains, y compris des plus instruits et des plus versés en matière d’éducation, de science, de gouvernement, et dans les domaines de réalisations humaines stupéfiantes ? Même cette question demeure un mystère compris par peu de gens.

La suite sur Le mystère de la civilisation (troisième partie)

Fr Moa