Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Obama venice la

Photo officielle de la Maison Blanche / Pete Souza

‘Le pouvoir réclamé par des rois et des tyrans’

Le président, les militaires et des officiers des renseignements peuvent-ils ignorer la Constitution et exécuter des Américains sans charges formelles ou sans procès ? Selon une fuite, survenue le 4 février, concernant le livre blanc du ministère de la Justice, oui. Pour peu qu’un « fonctionnaire de haut niveau, bien informé » pense que vous êtes une menace, et que votre capture est infaisable, il peut vous tuer comme si vous étiez un ennemi combattant.

Les implications devraient choquer tous les Américains. L’ancien juge de la Cour supérieur de justice du New Jersey, Andrew Napolitano, dit que les locaux du ministère de la Justice sont « privés de toute appréciation pour les valeurs de la Déclaration d’Indépendance et de la suprématie de la Constitution, et son raisonnement pourrait être utilisé pour justifier la violation de n’importe quelle loi par n’importe quel ‘fonctionnaire bien informé, de haut niveau, du gouvernement américain’ ».

De plus, le langage du livre est tellement vague, complexe et contradictoire que les responsables de haut niveau peuvent lui faire dire tout ce qu’ils veulent qu’il dise. Le président et « les responsables bien informés, de haut niveau » jouent à Dieu avec des drones Predator et des missiles Hellfire.

« C’est le pouvoir réclamé par des rois et des tyrans », écrit A. Napolitano. « C’est le pouvoir que nous avons sans doute combattu au cours de guerres innombrables pour le prévenir … Maintenant, … il est là. » C’est exactement la sorte de gouvernement au bras long dont a parlé le président Obama vers la fin de sa campagne. Pourquoi les médias n’en parlent-ils pas ? Pourquoi le Congrès se contente-t-il de hausser les épaules ?

Qu’est-ce qui va limiter l’exécution, par le président Obama, de sa liste de gens à tuer ? Son propre jugement — et toute la question est là. Ce n’est pas la première fois qu’un dirigeant viole la loi pour une massive usurpation de pouvoir, puis demande ensuite aux gens de simplement avoir confiance en lui.

Six mille ans d’histoire humaine montrent qu’une fois que les hommes obtiennent cette sorte de pouvoir, cela ne finit jamais bien. Comme John Adams en a averti en 1792 : « Il y a du danger de la part de tous les hommes. La seule maxime d’un gouvernement libre devrait être de n’avoir aucune confiance en un homme vivant avec le pouvoir de mettre en danger le public ».

La Constitution est conçue pour empêcher qu’un président obtienne cette sorte de pouvoir. C’est pourquoi vous devez violer la Constitution pour l’avoir. Elle est conçue pour protéger la liberté des Américains vis-à-vis des « responsables de haut niveau ». Les auteurs avaient une compréhension profonde de la nature humaine. Ils savaient qu’elle devait être restreinte par une loi suprême du pays.

Maintenant, le gouvernement Obama a poussé de côté la loi suprême de l’Amérique au nom de notre sécurité, et l’a remplacée par son jugement personnel.

L’Amérique permet à sa direction « de se libérer » de la loi. L’histoire prouve que le résultat, ironiquement, sera l’anarchie ou la tyrannie.