Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Le Sénat américain écarte le défaut de paiement jusqu’à début décembre

«

Un accord temporaire pour éviter le défaut de paiement de la première puissance mondiale. Le Sénat américain a voté en faveur d’un accord, jeudi 7 octobre, permettant de relever le plafond de la dette et ainsi d’honorer les paiements du pays jusqu'à début décembre.

Seuls les sénateurs démocrates ont approuvé ce projet, qui relèverait la limite d'endettement du pays de 480 milliards de dollars et doit lui permettre d’éviter un défaut de paiement catastrophique.

La Chambre des représentants, à majorité démocrate, doit désormais lui donner son feu vert. Le vote aura lieu mardi et le texte sera transmis dans la foulée au président Biden, a indiqué le chef des démocrates à la Chambre, Steny Hoyer.

»
la Trompette dit...

L’économie des États-Unis ne peut supporter un tel endettement que de façon temporaire. Dès que les autres nations du monde perdent leur confiance en le dollar, tout va changer pour cette superpuissance financière. La Trompette avertissait depuis des années que l’Amérique va subir une crise économique importante. De plus, notre revue prédécesseur, la Pure Vérité, a aussi sonné l’alarme au sujet de l’insoutenabilité fondamentale de la dette américaine. Mais quand cette crise arrive, quelle sera la conséquence la plus secouante pour le monde ? En 1984, le rédacteur en chef de la Pure Vérité, M. Herbert Armstrong, a prévu qu’une crise financière en Amérique « pourrait subitement entraîner le déclenchement des nations européennes à s’unir, formant une nouvelle puissance mondiale, plus grande que l’Union Soviétique ou les États-Unis. » Aujourd’hui, on voit l’euro et l’Union européenne qui sont déjà instables. Comme l’a dit Jean Monnet, l’Europe sera « forgée » en crise. Pour en savoir plus pourquoi nous prévoyons qu’une crise financière va frapper les États-Unis, et pourquoi nous croyons que celle-ci ait pour effet d’unifier l’Europe, lisez notre brochure gratuite Il avait raison.