Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

170517 islamic%20state gettyimages 646639778

AHMAD AL-RUBAYE/AFP/Getty Images

Le taux de terrorisme augmente de neuf fois en 15 ans

Les musulmans sunnites commettent la majorité des attaques terroristes dans le monde, mais le régime chiite en Iran demeure le principal État parrainant le terrorisme dans le monde.

Des terroristes ont tué près de 30,000 personnes en 2015, selon les derniers chiffres de l'Institut pour l'économie et la paix. Cela signifie que les terroristes ont tué 6 pour cent des 468,000 personnes qui ont été tuées dans le monde en 2015. Depuis 2000, l'année précédant les attentats du 11 septembre contre les États-Unis, les décès terroristes par an ont augmenté de neuf fois (774 pour cent).

Des 29,376 personnes assassinées par des terroristes, 60 pour cent ont été tués par l'un des quatre groupes musulmans sunnites. L'État islamique a tué 6,141 personnes, Boko Haram a tué 5,478 personnes, les Talibans ont tué 4,502 personnes et Al-Qaïda a tué 1,620 personnes. Ces statistiques horribles ne comptent que les personnes tuées en dehors du contexte des « activités de guerre légitimes », telles qu'elles sont classées par la Base de données globale sur le terrorisme.

47,000 autres personnes ont été tuées dans des conflits armés avec l'État islamique, Boko Haram, les Talibans et Al-Qaïda. Ce nombre représente 30 pour cent de tous les décès liés aux batailles en 2015. Lorsque les statistiques des batailles et du terrorisme sont combinées, ces quatre organisations terroristes seules ont été responsables pour 10 pour cent des meurtres de violence au monde en 2015 (excluant les suicides et les attaques animales).

Les groupes musulmans sunnites non étatiques ont commis la majorité des meurtres terroristes en 2015. Mais l'Iran, qui est chiite, est demeuré le principal État parrainant le terrorisme dans le monde. Selon un rapport du Service de recherche du Congrès de 2015, l'Iran dépense environ 100 à 200 millions de dollars par année en finançant le Hezbollah, de 12 à 26 millions de dollars par an en finançant des milices chiites en Syrie et en Irak, et de 10 à 20 millions de dollars par année en finançant les rebelles Houthi au Yémen.

En plus de financer plus de 100 organisations et milices extrémistes chiites, l'Iran finance également de nombreux groupes terroristes sunnites. Le même rapport du Service de recherche du Congrès note que l'Iran donne des dizaines de millions de dollars chaque année au Hamas, une organisation terroriste sunnite dans la bande de Gaza avec des liens avec les Frères musulmans. À son tour, le Hamas verse des dizaines de milliers de dollars chaque mois à la branche du Sinaï de l'État islamique, en échange d'une aide à la contrebande d'armes dans la bande de Gaza.

L'Iran finance également les Talibans dans le but d'empêcher l'État islamique de se propager en Afghanistan. « L'Iran parie sur la réémergence des talibans, » a déclaré un diplomate occidental au Wall Street Journal. « Ils ne savent pas très bien où l'Afghanistan se dirige actuellement, alors ils limitent leurs risques ».

Les Occidentaux habitués à voir le monde à travers le prisme de l'État-nation peuvent trouver ironique que l'Iran soit en même temps en partenariat avec la branche du Sinaï de l'État islamique tout en luttant contre sa branche afghane. Pourtant, la stratégie de l'Iran pour dominer le Moyen-Orient est de déstabiliser ses ennemis et de supporter ses alliés. L'aide clandestine à la branche du Sinaï de l'État islamique aide l'Iran à déstabiliser l'Égypte et Israël, dont l'Iran considère actuellement des ennemis. Pendant ce temps, l'aide secrète aux Talibans empêche l'État islamique de devenir trop puissant dans la région hindou de Kush.

Ce réseau complexe de la terreur tue actuellement des dizaines de milliers de personnes chaque année. L'Islam radical est maintenant l'idéologie dominante à travers le Moyen-Orient, et l'Iran est le principal État parrainant cette idéologie. 

No Fr