Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Le trans est devenu l’avenir de l’homme

«

Cet extrémisme binaire s’est déjà traduit, outre-Manche, par un certain nombre de violences à l’égard de contrevenants. Kathleen Stock, professeur de philosophie à l’Université du Sussex, est emblématique de ce néofascisme : elle  a écrit noir sur blanc que les humains étaient déterminés par la biologie et non par leur volonté ou leur désir.

Son CV coche les indispensables cases du féminisme et du lesbianisme, mais elle a été classée TERF, féministe radicale excluant les trans (« Trans-exclusionary radical feminist », en VO). Son crime ? Avoir demandé que les vestiaires pour femmes soient réservés à des personnes porteuses d’organes génitaux féminins.

Il s’en est suivi une campagne de menaces d’une telle violence que la police a dû intervenir. À défaut d’être en mesure d’opposer des arguments aux insultes de ses détracteurs, Stock a publié, sur son blog, une réponse par contumace, dans laquelle elle regrette que les réseaux sociaux aient « permis à quelques étudiants ayant des tendances totalitaires d’avoir un effet dissuasif disproportionné sur tous les autres. Les jeunes ont peur de dire ce qu’ils pensent. »

»
la Trompette dit...

Dans notre article « Le transgédérisme et la recherche du bonheur », nous avons écrit :

Les partisans des transgenres disent que le transgédérisme—et refaire notre société entière—mène au bonheur. Cela s'avère manifestement et terriblement faux. Leurs solutions ne place pas au bon endroit la vraie cause du malheur.

Pourtant, le désir sous-jacent de chaque personne, y compris les transgenres, est le bonheur. Pourtant, peu de gens ont trouvé le vrai bonheur. Pourquoi ?

La Bible révèle la cause de ces problèmes—et la solution.