Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

2ez9a4zsg0 file

J. DAVID AKE/Gettyimages

Les Accords d’Oslo: Le glas d’Israël

Israël fait face à sa plus grande crise depuis sa foundation en 1948. Sa survie, en tant que nation, est en jeu. Il ne peut survivre que si les Israéliens reviennent à leurs racines.

Les Israéliens ont été infligés d’une blessure mortelle en 1977, quand Israël a accueilli le président égyptien Anouar el-Sadate à Jérusalem pour commencer à discuter de la possibilité d’un marché «un terrain pour la paix» entre leurs deux États. Ces discussions ont conduit au traité formel de 1979 dans lequel Israël a donné à l’Égypte un joli petit cadeau, appelé la péninsule du Sinaï, en échange d’une promesse de paix. Ce marché préparait l’étape pour des concessions à l’Organisation de libération de la Palestine qui a commencé, à Oslo, en 1993.

«Depuis lors, Arafat a eu des exigences impitoyables quant à l’accomplissement des promesses que Peres lui faisait» avons-nous écrit dans notre édition de mars/avril 2001. «Ce n’est pas un secret que Shimon Peres … a tiré les ficelles des négociations du gouvernement de Rabin assassiné, avec les Palestiniens. Ses initiatives ont conduit à un échange de lettres entre Rabin et Arafat en septembre 1993, ce qui a, à son tour, conduit à la signature de la ‘Déclaration de Principes pour un gouvernement provisoire—qualifiée d’Accords d’Oslo—signé par Rabin et Arafat, à Washington, cette même année. Les Accords d’Oslo sont devenus la fondation sur laquelle ont été construits les efforts des sept années passées pour trouver un règlement pacifique en Palestine.»

Dès le commencement, les Accords d’Oslo ont eu un exemple d’échecs catastrophique. Cependant, plusieurs dirigeants d’Israël ont refusé d’apprendre les leçons évidentes.

Les Accords d’Oslo précisaient que les militaires israéliens se retirent de la majorité de la Bande de Gaza et de la ville de Jéricho en Cisjordanie.

Le 24 septembre 1995, Yitzhak Rabin a signé Oslo II, en acceptant de diviser la Cisjordanie en trois zones, un acte qui a fini par lui coûter la vie. Il a été assassiné peu de temps après, et remplacé par Shimon Peres, un des architectes de ce processus de paix défaillant.

Aujourd’hui, Shimon Peres est le Président d’Israël, Ehud Olmert le Premier ministre. M. Peres est de nouveau un acteur-clé dans les négociations «de paix». Il était là au début des Accords d’Oslo, et il semble qu’il sera là à sa fin désastreuse.

Dès le commencement, les Accords d’Oslo ont eu un exemple d’échecs catastrophique. Cependant, plusieurs dirigeants d’Israël ont refusé d’apprendre les leçons évidentes.

Une des villes qu’Israël a abandonnée était Jéricho. Anciennement, le grand Josué de la Bible des Juifs n’a eu aucun problème à conquérir Jéricho, et à régner sur cette ville. Y a-t-il des leçons dans cet exemple que les Juifs doivent apprendre?

La plupart des Juifs aujourd’hui trouveraient ce sujet trop embarrassant pour même en discuter. Dans cette époque moderne, ils sont profondément impliqués dans les Accords d’Oslo, et dans la perte des batailles.

La cause de notre guerre contre le terrorisme

Maintenant soulignons l’exactitude des prédictions de la Trompette à partir de 1993. Quelques semaines après que les Accords d’Oslo ont été convenus à la Maison Blanche, j’ai écrit: «Yitzhak Rabin a déclaré publiquement qu’Israël doit arriver à un accord avec les Palestiniens le plus tôt possible. Pourquoi? À cause du fondamentalisme islamique croissant! À coup sûr, nous devons voir un certain désespoir dans ce traité» (novembre 1993). Y. Rabin et Y. Arafat se sont rencontrés, ai-je continué, «à cause du même mouvement islamique radical.» Commentant davantage sur l’impact que cette radicalisation avait au Proche-Orient, j’ai écrit: «Aujourd’hui le mouvement islamique radical effraye d’autres nations—motivant même des traités de paix. Mais ces traités sont destinés à échouer.»

Pourquoi ces traités de paix doivent-ils échouer? Parce qu’ils s’occupent de l’effet plutôt que de la cause du problème terroriste. Vous ne pouvez pas enlever le problème si vous n’enlevez pas la cause.

Les Juifs ont signé les Accords d’Oslo à cause d’une volonté brisée, ce qui provoque leur peur honteuse.

Qui est derrière le mouvement islamique radical? L’Iran. Nous disons cela depuis 14 ans. Les Iraniens ont commencé le terrorisme d’État commandité. Ils continuent à alimenter la guerre terroriste au Moyen-Orient.

L’Iran est la tête du serpent terroriste!

La seule façon de gagner la guerre sur la terreur, c’est de soumettre ou de conquérir l’Iran. L’Amérique et Israël ont l’ample pouvoir de le faire, mais ils se blottissent dans la crainte parce qu’ils manquent de volonté pour frapper la tête du serpent.

Ne serait-il pas bien mieux d’agir maintenant, avant que l’Iran n’obtienne des armes nucléaires? Vous pouvez être sûrs que l’Iran provoquera une guerre beaucoup plus dangereuse au Moyen-Orient quand cela arrivera. (Notre brochure gratuite Le Roi du sud décrit le rôle dangereux de l’Iran dans l’avenir du Moyen-Orient.)

Selon Yehuda Avner, qui a servi dans l’équipe de cinq Premiers ministres israéliens durant sa carrière politique, les négociations secrètes à Oslo, dans les mois menant jusqu’à la poignée de main de la Maison-Blanche, étaient la façon de Rabin d’établir un terrain d’entente entre Israël et son «cercle intérieur» de voisins—les nations qu’il croyait être également menacées par ce cercle extérieur. Rabin essayait, dit Y. Avner, «de trouver certains types de dialogues avec le mouvement séculier nationaliste, en opposition à ceux qui faisaient de leur mieux pour déplacer le conflit sur le plan religieux.»

Cela pourrait sembler raisonnable, mais M. Avner n’a pas saisi l’essentiel! L’histoire réelle à partir de 1993 n’est pas que Rabin a identifié le cercle extérieur comme la plus grande menace à la sécurité d’Israël. C’est qu’il s’est tourné vers le cercle intérieur pour avoir de l’aide—vers Yasser Arafat et l’Autorité palestinienne en particulier.

«Pourquoi les Israéliens devraient-ils se fier au plus grand terroriste du Moyen-Orient, Yasser Arafat, pour les protéger du terrorisme?», ai-je demandé en avril de 1996. «Ils ont plus qu’assez de puissance pour se protéger. Mais ils manquent de volonté pour l’utiliser!»

Voyez ce que les négociations avec Yasser Arafat ont apporté à Israël. Donner à l’Autorité palestinienne le pouvoir de s’autogouverner en Cisjordanie a provoqué la deuxième Intifada, forçant Israël à commencer à construire une barrière de sécurité de 744 km. Le retrait du Liban a déclenché la deuxième guerre du Liban, et la retraite embarrassante d’Israël à l’été 2006. Et le retrait de Gaza a dégagé la voie pour l’émergence violente du «Hamastan», qui gouverne la Bande de Gaza aujourd’hui.

Le gouvernement israélien dit qu’il doit négocier maintenant à cause de la montée fulgurante de l’islam radical. Il veut conclure plus de pactes de paix avec des terroristes moins violents comme le Fatah. Mais quelle est l’importance de ces accords de paix? Les Palestiniens ont brisé pratiquement chacun d’entre eux!

Comme Israël est pathétiquement faible pour se fier à ses ennemis en leur donnant de la terre pour des promesses vides!

Il y a un espoir merveilleux

Les Juifs ont donné Hébron aux Palestiniens. Le roi David a régné là pendant ses sept premières années comme roi. Il a régné ses 33 années restantes à Jérusalem.

Les dirigeants juifs ont parlé d’abandonner Jérusalem-est aux Arabes. Cela inclurait même la Cité de David, juste au sud du mont du Temple. Il semble presque certain que des dirigeants juifs seraient même disposés à abandonner cette zone d’où David a gouverné Israël.

Le trône de David était dans son énorme palais. Dans les deux dernières années, les murs de ce palais ont été découverts par le Dr Eilat Mazar. Dans certains endroits les murs ont presque 5 m d’épaisseur!

Il y a une abondance de preuves montrant que le grand roi David a vraiment vécu et gagné ses nombreuses guerres!

Il n’a pas signé de pacte de paix avec ses ennemis abominables. Par la foi, il a conquis ses adversaires qui étaient en guerre avec lui!

Et voici ce qui est vraiment choquant. L’Ancien Testament nous enseigne que David est sur le point d’être ressuscité en ces derniers jours, et de régner de nouveau sur Israël! (Jérémie 30:9).

Israël—ou l’Amérique—croit-il cette histoire et cette prédiction étonnantes? La plupart des gens sont profondément embarrassés par de tels enseignements.

Voilà tout le problème! La souffrance ne s’arrêtera pas jusqu’à ce que nous ayons plus de cette foi qu’avait David.

Il n’est pas difficile de démontrer que la Bible est la Parole inspirée de Dieu. Mais qui croit cela?

Le gouvernement israélien dit qu’il doit négocier maintenant à cause de la montée fulgurante de l’islam radical. Il veut conclure plus de pactes de paix avec des terroristes moins violents comme le Fatah.

L’histoire de David révèle comment résoudre le problème terroriste. Il contient un message d’espoir magnifique. En 1948 beaucoup de Juifs ont cru en leur Bible. Peu le font aujourd’hui. Ils se moquent souvent des paroles de leur propre Bible. Leur foi dégénère sous nos yeux. Les Accords d’Oslo sont un exemple classique de leur manque de foi. Avant longtemps, leur foi sera restaurée. Mais ils devront souffrir jusqu’à ce qu’ils apprennent la leçon. C’est tout le sujet de leurs épreuves aujourd’hui.

Est-ce que nous sommes trop sophistiqués aujourd’hui pour choisir le roi David et son mode de vie? À présent, l’Amérique et Israël choisissent les Accords d’Oslo et la voie de la mort! 

Tb Ad Fr