Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Gettyimages 1022899372 2

HEIDI RODIS/TRUMPET

Les bolcheviks américains

Un événement aussi violent que la guerre civile russe pourrait-il se produire aux États-Unis d'Amérique ?

Alors que l'Amérique approche les élections présidentielles de novembre 2020, la nation est profondément divisée. Et cette division n'est pas seulement entre républicains et démocrates. Le Parti démocrate lui-même est profondément divisé entre des socialistes modérés comme Pete Buttigieg et Michael Bloomberg et des socialistes radicaux comme Elizabeth Warren et Bernie Sanders.

Cette division rappelle la division entre les mencheviks et les plus radicaux bolcheviks pendant la « révolution d'Octobre », ou la révolution bolchevique, en Russie.

C'est une histoire que chaque Américain doit comprendre.

La révolution bolchevique a déclenché certains des événements les plus violents de l'histoire du monde. Vladimir Lénine et ses partisans ont renversé le gouvernement russe en 1917, puis ont réorganisé, par la force, l'empire russe en le premier État socialiste du monde. Cette révolution a déclenché une guerre civile qui a tué 10 millions de personnes. Les bolcheviks ont gagné, consolidé leur pouvoir et créé un État soviétique qui a tué un autre 50 millions de personnes. Tout compte fait, les bolcheviks ont tué autant de personnes que celles tuées pendant la Seconde Guerre mondiale.

Pourtant, la révolution bolchevique n'était pas si mal, selon certains employés rémunérés travaillant pour le candidat présidentiel Bernie Sanders. Ces socialistes radicaux disent : quoique lancer une autre révolution bolchevique aux États-Unis ne soit pas préférable, cela pourrait être nécessaire.

Un des organisateurs de la campagne pour Sanders, Mason Baird, a déclaré dans une vidéo enregistrée secrètement par Project Veritas : « Nous aurions besoin d'un gouvernement fédéral et d'un mouvement syndical qui travaillent ensemble pour enlever le pouvoir des capitalistes et de préférence diriger la violence vers les propriétés… Un mouvement ouvrier militant est en quelque sorte notre dernière—notre toute dernière—chance avant d'essayer d'autres moyens... Après avoir aboli les propriétaires, nous n'avons pas à les tuer, c'est mon sentiment, je pense que cela nuit à l'âme, mais il y a eu beaucoup d'excès en 1917 que j'espère éviter… Je ne suis pas enthousiasmé par la perspective d'une lutte armée. »

Cet homme ne parle pas de stratégie politique ou ni du « champ de bataille » des États qui sont essentiels pour que son candidat remporte le plus de votes. Il parle de champs de bataille réels. Le système américain actuel doit être démoli, dit-il. Si vous pouvez le faire sans tuer à grande échelle, tant mieux ; mais si vous ne le pouvez pas, vous pouvez toujours recourir à votre plan de sauvegarde et tuer 10 millions d'hommes, de femmes et d'enfants.

Étonnamment, en dépit d’être exposé dans cette vidéo, Baird demeure toujours un membre rémunéré à temps plein de la campagne Sanders. Encore plus choquant, Baird était en fait l'une des personnes les plus modérées révélées par les enquêteurs de Project Veritas.

L'Américain moyen pense probablement qu'un événement aussi violent que la révolution bolchevique ne pourrait jamais se produire aux États-Unis. Mais il ne se rend pas compte qu'il existe un mouvement organisé, actif et puissant qui travaille à abolir la Constitution américaine et à établir un système de gouvernement communiste.

L'histoire et la prophétie biblique montrent que si les Américains ne se tournent pas vers Dieu dans la repentance, ils subiront une guerre civile bien pire que la révolution bolchevique.

Les radicaux purs et durs

Mason Baird est loin d'être le seul communiste à travailler pour le sénateur Bernie Sanders. Un autre organisateur de la campagne en Caroline du Sud, Daniel Taylor, a déclaré aux journalistes de Project Veritas que des plans étaient en cours pour une action extrême.

« Nous ne voulons pas effrayer les gens. Nous devons d'abord les évaluer avant de divulguer les choses les plus extrêmes », a-t-il déclaré. « Vous savez, nous parlions d’organisations plus extrêmes comme Antifa, vous parliez des Gilets jaunes [mouvement de protestation français], tout ça, mais nous mettons cela en attente pour le moment… Le changement ne se fera pas facilement, de toute façon. Même si Bernie est élu, le changement ne se fera pas rapidement ou facilement, donc les liens que nous établissons maintenant dans la campagne avec les gens et les bénévoles, il est important que nous les conservions quel que soit le résultat. Il est malheureux que nous devions faire des plans pour une action extrême, mais comme je l'ai dit, ils ne nous le donneront pas, même si Bernie est élu. »

Taylor n'a pas détaillé le type « d'action extrême » qu'il envisageait. Mais un organisateur d'Iowa pour la campagne Sanders, Kyle Jurek, a déclaré aux journalistes de Project Veritas que si Donald Trump est réélu, les villes « brûleront ».

« La seule chose que les fascistes comprennent, c'est la violence », a déclaré Jurek, se référant aux partisans de Trump. « Donc, la seule façon de les affronter est par la violence. » Dans une autre conversation, Jurek a suggéré que les partisans du président Trump soient rééduqués dans des camps de prisonniers. « Il y a un raisons pour laquelle Joseph Staline avait des goulags, non ? » a-t-il dit. « En fait, les goulags étaient bien meilleurs que ce que la CIA nous a dit qu'ils l'étaient. Par exemple, les gens recevaient en fait un salaire décent dans les goulags ; ils avaient des visites conjugales dans les goulags. Les goulags étaient en fait destinés, par exemple, à la rééducation. La meilleure façon de briser un… milliardaire de ses privilèges, et l'idée qu'ils sont supérieurs : Sortez et casser des pierres pendant 12 heures par jour. Vous êtes maintenant une personne de la classe ouvrière et vous allez… apprendre ce que cela signifie, non ? »

Incroyablement, Jurek n'est peut-être pas l'employé le plus radical de Sanders capturé sur bande vidéo. Lorsque les reporters clandestins du Projet Veritas ont demandé à Martin Weissgerber, un autre organisateur de la campagne Sanders, ce qu'il ferait si Sanders perdrait les élections, il a répondu : « Je vais tout de suite m'armer. Je veux apprendre à tirer et à m'entraîner. Je suis prêt pour la… révolution, mon frère… je te le dis. Guillotinez les riches. »

Bernie Sanders, qui tente de devenir président des États-Unis, n'a pas condamné ces propos. Il a conservé tous ceux qui les ont faits comme employés rémunérés dans sa campagne.

La révolution remise à la mode

Dans sa forme pure, le socialisme signifie que le gouvernement contrôle l'économie. Il ne possède pas seulement le service postal, il possède tout, sans concurrence : mines, usines, raffineries, constructeurs, chemins de fer, constructeurs d’automobiles, transporteurs, distributeurs, ports, compagnies aériennes, télécommunications, médias, banques, écoles, hôpitaux, fermes, épiceries, restaurants, magasins—tout. La plupart des socialistes américains disent que le gouvernement n'a pas à posséder littéralement toutes les entreprises tant qu'il les contrôle par le biais de réglementations et de taxes lourdes.

Des gens comme le sénateur Sanders soulignent qu'ils sont des socialistes « démocratiques », ce qui signifie que ce gouvernement extrêmement puissant qu'ils veulent créer sera voté par la majorité de la population. Sanders dit cela pour se tenir à distance des atrocités violentes commises par le « communisme autoritaire » dans l’Union soviétique. Certains se réconfortent dans cette distinction. Ils ne devraient pas.

Vladimir Lénine a rejoint le Parti ouvrier social-démocrate russe en 1902. Il a déclaré que les masses devaient être dirigées par un parti « d'avant-garde », le parti d'avant-garde doit être dirigé par une direction centrale, et la direction centrale doit exercer un pouvoir énorme. La plupart des membres du parti étaient d'accord. Ils ont commencé à s'appeler bolcheviks, du mot russe signifiant « majorité ». Ceux qui voulaient que la direction du parti reste décentralisée étaient appelés mencheviks, du mot russe signifiant « minorité ».

À cette époque, le Parti ouvrier social-démocrate russe était un petit parti de jeunes intellectuels. En 1907, il n'y avait que 38 200 mencheviks et 46 100 bolcheviks. Trois bolcheviks sur quatre avaient 30 ans ou moins.

Après l'abdication du tsar Nicolas II en 1917, les bolcheviks ont commencé à appeler à l'insurrection contre le nouveau Gouvernement provisoire russe. Ces appels ont déclenché la révolution bolchevique le 7 novembre, lorsque la milice de la Garde rouge a riposté pour avoir fermé une de leurs presses à imprimer. Les bolcheviks ont défilé contre les forces progouvernementales à Petrograd, désormais appelé Saint-Pétersbourg.

Pourtant, le parti bolchevik a toujours présenté des candidats aux élections de novembre, dans l'espoir de conquérir la Russie par des moyens démocratiques. Mais ces « socialistes démocrates » n'ont recueilli que 23 pour cent des voix.

Plutôt que d'accepter les résultats de l'élection, ils ont affirmé que le système était truqué et ont déclaré que la seule façon de le réparer était d'établir un nouveau système de gouvernement dirigé par des conseils de citoyens de la classe ouvrière appelés Soviets.

Lorsque les bolcheviks ont déclaré les élections de 1917 illégitimes, leur insurrection a éclaté en guerre civile à grande échelle. Ils ont changé le nom de leur parti en Parti communiste russe et ont recruté une Armée rouge pour combattre les anti-communistes et leur Armée blanche. La guerre a continué pendant cinq ans. Les bolcheviks ont vaincu les anticommunistes et ont réalisé leur rêve : l'Union soviétique fut établie.

L’ancien communiste américain Whittaker Chambers a écrit plus tard sur ce qui sépare les communistes des millions de socialistes qui font involontairement partie de la force secrète du communisme. « Avez-vous la force morale de prendre sur vous les crimes de l'histoire pour que l'homme puisse enfin fermer sa très vieille chronique de souffrances insensées et la remplacer par un but et un plan ? » il a demandé dans son livre Witness [Témoin]. « La réponse d'un homme à cette question est la différence entre un communiste et ces divers socialistes, libéraux, compagnons de voyage, progressistes non classés et hommes de bonne volonté, qui partagent tous une vision similaire, mais ne partagent pas la foi, car ils ne veulent pas prendre sur eux les peines de la foi. »

Le « socialiste divers » n'est différent du vrai communiste que par le fait qu'il n'a pas la volonté de commettre des actes de violence.

Le socialisme ne peut être établi de façon permanente par des moyens démocratiques. La plupart des gens vont finalement le rejeter—si vous leur en donnez la chance. À ce stade, les socialistes doivent abandonner leur rêve ou commencer à tirer sur les gens.

Une révolution communiste à l'américaine avec une rhétorique à l'américaine, une violence à l'américaine et des camps de rééducation à l'américaine semble impossible pour beaucoup. Mais pour l'un des principaux prétendants à la présidence américaine et pour bon nombre de ses employés de campagne rémunérés, « l'action extrême » est simplement « mise en attente ».

À bas le capitalisme

Le regretté Herbert W. Armstrong a expliqué dans son livre Les Anglo-Saxons selon la prophétie que les peuples qui se sont installés aux États-Unis et en Grande-Bretagne descendent des anciens Israélites. Dieu a fait une promesse inconditionnelle à Abraham de donner à ses descendants une grande richesse matérielle. Dieu a tenu cette promesse en accordant aux États-Unis et à la Grande-Bretagne près des trois quarts des ressources et des richesses utilisables dans le monde au sommet de leur puissance. Mais Dieu n'a pas promis de continuer à bénir ces nations si elles se détournaient de Lui.

Une prophétie dans Lévitique 26 déclare que si les descendants d'Israël venaient à mépriser les statuts de Dieu, Il dépouillerait leurs bénédictions et permettrait à leurs villes d'être détruites. Dans un article de La pure vérité de janvier 1949, « The Plain Truth About Communism » (La pure vérité à propos du communisme), M. Armstrong a précisé que le communisme est un outil du diable pour effacer les bénédictions de l'Amérique.

« Le véritable objectif des comploteurs communistes est le renversement violent des États-Unis et de l'Empire britannique. Pourquoi ? Nous sommes les véritables nations ‘capitalistes’. Nous possédons près des trois quarts du ‘capital’ mondial—ses ressources et sa richesse développées et utilisables… La pure vérité, si peu connue, est que nous possédons plus de richesses et de ressources nationales que n'importe quelle autre nation, parce que Dieu Tout-Puissant nous a donné cette richesse en accomplissement de Sa promesse du droit d’aînesse à Abraham, Isaac et Jacob ! Et le communisme est l’effort du diable, à travers ses outils humains inspirés des démons, pour nous enlever cette plus grande bénédiction nationale et économique que Dieu n’ait jamais accordée à aucun peuple ! Et puisque cette bénédiction de Dieu est le ‘capital’ du monde, le communisme athée crie ‘À bas le capitalisme.’ »

M. Armstrong a basé sa prévision des événements et tendances futurs sur la prophétie biblique. Osée 7 : 8-9 prédit que les descendants modernes de l'ancien Israël se mélangeraient avec des étrangers et, par extension, leurs idéologies étrangères. Les idées d'extrême gauche avancées par le Parti démocrate aujourd'hui ne sont pas basées sur la culture américaine traditionnelle, qui est largement basée sur la Bible. Ce sont des idées qui ont été apportées en Amérique par des universités allemandes et russes. Pendant des décennies, ces idéologies anti-Bible ont « dévoré » subversivement la force de l'Amérique tandis que le citoyen moyen « ne s’en doute pas ».

Bientôt, les idéaux athées de la philosophie communiste déclencheront une violente révolution.

‘Vous vous révolterez de plus en plus’

« Malheur à la nation pécheresse, au peuple chargé d'iniquités, à la race des méchants, aux enfants corrompus ! Ils ont abandonné l'Éternel, ils ont méprisé le Saint d'Israël. Ils se sont retirés en arrière. Quels châtiments nouveaux vous infliger, quand vous multipliez vos révoltes ? La tête entière est malade, et tout le cœur est souffrant. De la plante du pied jusqu'à la tête, rien n'est en bon état : ce ne sont que blessures, contusions et plaies vives, qui n'ont été ni pansées, ni bandées, ni adoucies par l'huile. Votre pays est dévasté, Vos villes sont consumées par le feu, des étrangers dévorent vos campagnes sous vos yeux, ils ravagent et détruisent, comme des barbares » (Ésaïe 1 : 4-7).

Ce passage décrit la cause et l'effet. Le peuple est « chargé d'iniquité » ou de péché, donc « la tête entière est malade ». Le gouvernement est corrompu et la nation est faible. En conséquence, le peuple « se révolte de plus en plus ». Cette révolution s'intensifie jusqu'à ce que des étrangers incendient des villes et détruisent le système de gouvernement américain.

Lorsque l'informateur du Bureau fédéral d'enquête, Larry Grathwohl, a infiltré la Weather Underground Organisation dans les années 1970, il a rapporté que ces communistes radicaux estimaient qu'ils devraient tuer 25 millions de personnes pour établir le communisme en Amérique. C'est beaucoup plus de morts que pendant la Révolution bolchevique, mais la Bible montre que le nombre de morts sera en fait bien plus élevé encore.

Une prophétie qui donne à réfléchir dans Ézéchiel 5 : 12 révèle que un tiers de la population de l'Amérique et de la Grande-Bretagne du temps de la fin mourra de la peste, de la famine et de la violence qui résulteront de la guerre civile. Cela équivaut à plus de 100 millions de morts dus à des émeutes et à la guerre aux États-Unis—10 fois plus qu'en Russie !

Aujourd'hui, le socialisme rassemble ses forces. Ce que les gens ne comprennent pas à propos du « socialisme démocratique », c'est que son but est le même que celui du « socialisme dictatorial » : de renverser le gouvernement constitutionnel, par la violence si nécessaire. La prophétie biblique montre que les grandes bénédictions de l'Amérique seront en effet enlevées—non seulement parce que les socialistes ont « déjoué » les conservateurs—mais parce que le peuple américain dans son ensemble s'est détourné de Dieu. Cela a ouvert la porte au communisme et à de nombreuses autres attaques inspirées par le diable.

La violence à venir dans les villes américaines est une punition, mais c'est une punition avec un but. Dieu l'utilisera pour nous montrer le résultat du péché et l’effet de se détourner de Lui vers nos propres façons de penser. Il l'utilisera pour nous conduire à Lui (Ézéchiel 12 : 17-20). Dieu a béni Abraham pour son obéissance à Sa loi, et ses descendants étaient censés suivre son exemple. Ce n'est qu'après que les gens auront appris cette leçon que Dieu bénira l'Amérique—et toutes les nations—avec de la paix, de la joie et de la prospérité. C'est une question de vie ou de mort, et il est important que tous ceux qui entendent ce message prennent note de la gravité de l'époque, évaluent leur style de vie et se tournent vers Dieu dans un repentir sincère.

Usbp Fr