Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Putin

Les empreintes empoisonnées du régime Poutine

Les gouvernements totalitaires ont historiquement montré peu de tolérance pour la critique politique. En fait, leur raison d'être n'est pas de répondre aux besoins du peuple mais de maintenir le pouvoir. Lorsque des voix d'opposition émergent, le régime a mis en place un système pour intimider et finalement faire taire les voix dissidentes. Les méthodes pour étouffer l'opposition sont multiples et varient en degré de cruauté. La Russie communiste a utilisé l'empoisonnement comme un moyen efficace d'intimider et de faire taire ses détracteurs.

Dans la matinée du 22 août, le critique politique russe Alexeï Navalny a été transporté par avion d'un hôpital d'Omsk en Russie à Berlin en Allemagne, près de 50 heures après être tombé malade à bord d'un avion commercial en route pour Moscou. M. Navalny était tombé dans le coma, après avoir embarqué sur son vol en provenance de Sibérie où il faisait campagne pour des candidats de l'opposition. Ses partisans affirment que le poison a été placé dans une tasse de thé qu'il a bue avant de quitter l'aéroport en Sibérie.

Pendant plusieurs années, Navalny a dénoncé la corruption de haut niveau du Kremlin. Il a purgé de nombreuses peines de prison pour avoir mobilisé des jeunes et organisé des rassemblements. En outre, il a été poursuivi en justice pour ses enquêtes sur la corruption du gouvernement et s'est vu interdire de se présenter aux élections présidentielles russes de 2018.

Après avoir passé plusieurs jours dans un hôpital russe, Alexeï Navalny a été autorisé à être transféré par un vol d'une ONG à l'hôpital de la Charité à Berlin pour y être soigné. Les médecins de l'hôpital allemand déclarent qu'il a « probablement été empoisonné » et indiquent que « les preuves cliniques suggèrent une intoxication par une substance appartenant au groupe des inhibiteurs de la cholinestérase. » Ces poisons attaquent les muscles et inhibent la respiration. M. Navalny est en soins intensifs dans le coma.

La chancelière allemande Angela Merkel a demandé à la Russie d'enquêter sur cette affaire et de poursuivre les coupables. Le Kremlin rétorque qu'il n'est pas nécessaire d'enquêter, puisque l'équipe hospitalière russe n'a trouvé aucune preuve d'empoisonnement.

Il y a d'autres opposants russes qui ont critiqué le Kremlin et qui ont été victimes d'empoisonnement avant l'affaire Navalny : Alexander Litvinenko, mort après avoir bu du thé additionné de polonium 210 radioactif ; Anna Politkovskaya, empoisonnée en 2004 puis abattue ; Vladimir Kara-Murza, empoisonné en 2015 et 2017 ; Sergei et Yulia Skripal, empoisonnés avec l'agent neurotoxique Novichok ; et Pyotr Verzilov, empoisonné en 2018 et transporté par avion dans un hôpital de Berlin pour y être soigné. Ce ne sont là que quelques-uns des cas documentés qui sont connus.

La cruauté du régime russe de Vladimir Poutine ne s'arrêtera pas là. Gerald Flurry, rédacteur en chef de la Trompette, écrit ce qui suit à propos de Vladimir Poutine dans sa brochure The Prophesied ‘Prince of Russia’ (Le prince prophétisé de la Russie): « Par toutes ces tactiques musclées, le président Poutine ... a assuré sa position à la tête de la nation. Ce monde compte beaucoup de dirigeants autoritaires. Mais Vladimir Poutine est l'un de ceux que nous devons surveiller de près. »

Afin de mieux comprendre l'importance prophétique du régime Poutine et son impact sur l'Allemagne, l'Europe et le reste du monde, nous vous invitons à regarder l'émission de la Clef de David intitulée « Le prince prophétisé de la Russie » ou à lire la transcription correspondante.

Tb Ad Fr