Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

201209 computer istock 857419338

ISTOCK/PLAYB

Les enfants victimes de la pornographie

Une crise déchirante avec une vraie solution.

COVID . Confinements. Licenciements. Dépression. Émeutes. Anarchie. Fraude. Comment pouvez-vous résumer 2020 sans être négatif ? Et je suis sur le point de vous montrer quelque chose qui vous fera monter les larmes aux yeux.

Mais je vais également vous montrer comment et pourquoi, malgré cela, vous pouvez et devriez être remplis d'espoir !

Tout d'abord, la vraiment très mauvaise nouvelle. Alors que les gens confinés chez eux passaient plus de temps en ligne, quels sites Web utilisent-ils ? Trois des 10 premiers dans le monde sont ceux de la pornographie.

L'un de ces sites permet aux utilisateurs de télécharger des vidéos, comme YouTube. Et ils le font—à un rythme de 6,8 millions de nouvelles vidéos chaque année. L’entreprise dit qu'elle essaie de filtrer les vidéos illégales. Pourtant malgré tout le contenu malsain qu'elle diffuse aux usagers à des milliers de gigaoctets par minute, une quantité non-négligeable représente de la violence non consentie.

Et cela inclut des tas de vidéos explicites d'enfants.

« Après la disparition d'une jeune fille de 15 ans en Floride, sa mère l'a trouvée sur [ce site web]—dans 58 vidéos à caractère sexuels », a rapporté le New York Times le 6 décembre. « Des agressions sexuelles sur une fille de 14 ans de Californie étaient postées [là] et ont été signalées aux autorités non par la compagnie mais par un camarade de classe qui a vu les vidéos. Dans chaque cas, des délinquants ont été arrêtés pour les agressions, mais [cette entreprise] a échappé à la responsabilité d'avoir partagé les vidéos et d'en avoir tiré profit ».

L'auteur Nicholas Kristof, du Times, a écrit au sujet du manque de personnel pour le service de dépistage de l’entreprise. (« Le travail en lui-même détruit l'esprit », a déclaré un modérateur.) Il a souligné, « Parce qu'il est impossible d'être certain si un jeune dans une vidéo a 14 ou 18 ans, ni [l'entreprise] ni personne d'autre n'a une idée claire de la quantité de contenu illégale. »

Et notez ceci : « Contrairement à YouTube, [ce site] permet à ces vidéos d'être téléchargés directement de leur site Web. Ainsi, même si une vidéo de viol est retirée à la demande des autorités, il peut être déjà trop tard : la vidéo perdure car elle est partagée avec d'autres ou mise en ligne encore et encore. »

Une femme raconta à l'auteur « qu’elle a été adoptée aux États-Unis depuis la Chine et ensuite trafiquée par sa famille adoptive et forcée d'apparaître dans des vidéos depuis qu'elle avait 9 ans. Certaines vidéos d'elle se faisant abuser ont fini sur [ce site] et y réapparaissent régulièrement, a-t-elle dit. »

Neuf ans !

Kristof a écrit que des lycéennes et des lycéennes junior subissent des pressions pour envoyer leurs vidéos sexuelles à leurs petits copains, puis elles découvrent que ces vidéos ont été téléchargées sur ce site Web et partagées partout. Certaines de ces filles exploitées se tournent vers les drogues et deviennent suicidaires. Pourtant l'entreprise amasse encore sa fortune de près de 3 milliards d'impressions publicitaires chaque jour, offrant 3,5 milliards de visites par mois.

Une de ces filles a dit à M. Kristof, « Ils font de l'argent de mon corps sur les pires moments de ma vie. »

Ce site est extrêmement influent. Kristof a cité une étude récente d'une société de marketing numérique qui a conclu qu'il s'agissait de « l'entreprise technologique ayant le troisième plus grand impact sur la société dans ce 21e siècle, après Facebook et Google mais devant Microsoft, Apple et Amazon ».

Les gens veulent minimiser ce mal. Cette entreprise de pornographie veut essentiellement juste échapper aux poursuites ou à la censure des entreprises de cartes de crédit. Les utilisateurs veulent dire, Ce n'est pas si mal, ou ce n'est pas de vos affaires. Les gens qui se croient progressistes disent que le contenu de ce site est réellement libérateur.

Mais la vérité qui nous regarde en face, est que c'est un péché ! C'est un regard révoltant sur les effets épouvantables et mortels du péché.

Voici une explication rafraîchissante, pure et vraie, de Jésus-Christ : « Quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur » (Mathieu 5 : 28). La pornographie sous toutes ses formes est un péché. Quoique les gens puissent croire, c'est la vérité. La pornographie transgresse les Dix Commandements, la loi de Dieu.

« Si ton œil droit est pour toi une occasion de chute », exhorta Jésus-Christ, « arrache-le et jette-le loin de toi ; car il est avantageux pour toi qu'un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne » (verset 29). Le salaire du péché c'est la mort ! Et avant d'en mourir, vous allez faire l'expérience d'une multitude de malédictions et de maux. La ruine que cette entreprise provoque dans la vie des gens en est un exemple angoissant.

Pourtant le problème va bien au-delà d’un site Web. Des enfants sont abusés, filmés et regardés non seulement sur d'innombrables autres sites pornographiques, mais même sur des sites comme Facebook, Twitter et Reddit. Cet article ajoute que « Google soutient les modèles d'affaires des entreprises qui prospèrent grâce à l’agression sexuelle des enfants ».

Le Centre national des enfants disparus et exploités a remis à Kristof les statistiques sur « le nombre d'images, de vidéos et d'autres contenus liés à l'exploitation sexuelle d'enfants qui lui sont signalés chaque année. En 2015, il a reçu des rapports faisant état de 6,5 millions de vidéos ou d'autres fichiers ; en 2017, 20,6 millions ; et en 2019, 69,2 millions ». En seulement cinq ans, ce nombre a augmenté plus de 10 fois—de 6,5 millions à 69,2 millions ! La demande explose pour des contenus dérangés d’exploitation sexuelle des enfants !

C'est parce que cela crée une dépendance—et les gens en deviennent esclaves.

Ceux qui défendent la pornographie, qui disent que de l'empêcher limiterait notre « liberté », ne sont pas d'accord avec le Christ. Il a dit, « En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché » (Jean 8 : 34). Voilà la vérité, « Car chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui » (2 Pierre 2 : 19). Les spectateurs de pornographie sont spirituellement réduits en esclavage.

Mais au-delà de cela : ils financent aussi l'asservissement littéral de femmes et d'enfants par les trafiquants d'êtres humains !

Dans notre numéro de février 2014 de la Trompette, nous avons rapporté ces faits :

Environ 2,8 millions d'enfants américains s’enfuient de la maison chaque année. En 48 heures, un tiers d'entre eux sont recueillis par des trafiquants et des proxénètes. 100 000 à 300 000 enfants américains sont pris dans le trafic d'esclaves sexuels chaque année. L'âge moyen d'entrée dans la prostitution aux États-Unis est de 12 à 14 ans.

Pensez à un enfant de 13 ans dans votre vie. Maintenant imaginez cet enfant dans la rue faisant de l'argent par le sexe.

On estime que 30 pour cent de toutes les données transférées au travers du Web sont de la pornographie. Et on estime que 20 pour cent de toute la pornographie sur l’Internet implique des enfants victimes de la traite.

Pendant que vous lisez ceci, des enfants sont asservis, victimes de la traite et forcés à se prostituer afin que les propriétaires d'esclaves et les pornographes puissent se faire de l'argent, et que quelqu'un avec une carte de crédit quelque part puisse regarder.

Quelle est la solution ? L'article de Kristof préconisait que les entreprises de cartes de crédit cessent d'accepter les paiements vers ce site web. Axios rapporta plus tard, « Nick Kristof a obtenu des résultats. Les géants des cartes de crédit Visa et Mastercard ont dit qu'ils allaient réviser leur relation avec [cette entreprise] ». Le lendemain, l’entreprise a annoncé ce que Kristof avait appelé « d'énormes changements » : elle a dit qu'elle allait maintenant autoriser les téléchargements uniquement à partir d'utilisateurs vérifiés, ne permettrait plus de téléchargements, et améliorera la modération.

Il s'agit d'un mince roseau de progrès dans un vaste marais toxique de péché.

Des ajustements comme celui-ci ne font rien pour résoudre la crise fondamentale. Les gens se détruisent eux-mêmes et détruisent les autres à cause de leur addiction au péché. Il s'agit d'une entreprise parmi des centaines ou des milliers d'autres, qui offre du contenu toxique à des millions et des millions de personnes, corrompant les esprits d'hommes et de femmes et d'enfants, détruisant des mariages et des familles et des vies. Et le meilleur espoir que le monde offre est une possibilité que les clients de pornographie seront incommodés.

Ce monde n'a pas de solutions. Une telle exploitation de personnes, d'enfants, a entaché toute l'histoire humaine. Elle a seulement été propagée et intensifié par la technologie ; participer est maintenant excessivement facile. Mais jamais les efforts pour éliminer un tel mal n'ont eu de succès durables. Ils sont trop faibles, et la nature humaine est trop dure, trop tenace, trop pernicieuse et méchante.

L'Organisation internationale du travail estime que 45,8 millions de personnes dans 167 pays sont actuellement réduites en esclavage—soit plus du triple du nombre total d'Africains qui furent envoyés aux Amériques au cours des 360 ans d'histoire du trafic d'esclave du Nouveau Monde. Elle estime que les bénéfices annuels du travail forcé à 150 milliards de dollars. C'est plus gros que Google.

Les cauchemars affligeant les vies d'une poignée de jeunes personnes qui sont apparues dans cette histoire du New York Times hantent et terrorisent des millions de vies sous des formes variées.

Et les gens sont trop esclaves du péché pour même s'en soucier.

Il y a quelqu'un, cependant, qui a tout vu, qui s'en soucie, et qui possède le pouvoir de l'arrêter !

« Dieu des vengeances, Éternel ! Dieu des vengeances, parais ! Lève-toi, juge de la terre !... » (Psaumes 94 : 1-2). Voir le mal incontrôlé dans ce monde motive une telle supplication pour le jugement et la justice divine.

« Jusques à quand les méchants, ô Éternel ! Jusques à quand les méchants triompheront-ils ?... Ils égorgent la veuve et l'étranger, ils assassinent les orphelins. Et ils disent : l'Éternel ne regarde pas, le Dieu de Jacob ne fait pas attention ? » (versets 3, 6-7). Tout autour de nous, des hommes méchants exploitent les personnes sans défense. Ils pensent que Dieu ne voit pas. Mais Il voit tout cela ! Et Il est sur le point de se lever et d'agir !

« Prenez-y garde, hommes stupides ! Insensés, quand serez-vous sages ? Celui qui a planté l'oreille n'entendrait-il pas ? Celui qui a formé l'œil ne verrait-il pas ? Celui qui châtie les nations ne punirait-il point... L'Éternel connaît les pensées de l'homme, Il sait qu'elles sont vaines... Il fera retomber sur eux leur iniquité, Il les anéantira par leur méchanceté ; l'Éternel, notre Dieu, les anéantira » (versets 8-11, 23).

Ce ne sont pas des vœux pieux. C'est la nouvelle annoncée d'avance d'un nouveau monde sur le point de supplanter le monde condamné que nous habitons—et elle est certaine.

Lorsque Jésus-Christ parcourait la Terre, Il fut témoin des souffrances humaines épouvantables, et il fit ce qu'il pouvait pour les soulager. Il était ému de compassion, voyant les gens comme des brebis dépourvues d'un berger (Mathieu 9 : 36).

Le message de l'évangile du Christ était la nouvelle que Dieu établira un gouvernement littéral pour détruire et remplacer nos gouvernements humains corrompus et établir une nouvelle société. À ce moment-là, « Il fera droit aux malheureux du peuple, il sauvera les enfants du pauvre, et il écrasera l'oppresseur » (Psaumes 72 : 4).

Le Christ a continuellement instruit Ses disciples à chercher ce royaume à venir, à s'efforcer de l'atteindre, à mettre leur cœur sur sa préparation. Il enseignait, « Voici donc comment vous devez prier :… que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel » (Mathieu 6 : 9-10).

À ce jour, les disciples du Christ gardent ces paroles sur leurs lèvres. Lorsque nous voyons l'immoralité, l'esclavage, le mal innommable, lorsque nous savons que les esprits et les corps d'enfants sans défense sont même maintenant en train d’être abusés, nous prions : « Que ton Royaume vienne ».

Dans son livre magistral Le merveilleux monde à venir—voici comment il sera, Herbert W. Armstrong expose les nombreuses descriptions inspirantes de la Bible sur le monde utopique que Dieu va créer. Il est totalement rafraîchissant à lire, une douce musique au milieu du vacarme et des clameurs de ce monde.

« Régalez vos yeux un moment sur l'image du Monde à venir que le gouvernement de Dieu va produire—comme nous le faisons maintenant », écrit-il « et lorsque vos yeux quittent ce livre, et regardent à nouveau ce monde de corruption morne, laid, malade du péché, violent et souffrant—il vous rendra malade dans l'âme ».

« Mais cela ne vous donne-t-il pas envie de crier de joie, de réaliser quelle civilisation—quel monde—approche en réalité ? »

« Ne vous donne-t-il pas envie de mettre vraiment votre cœur dans vos prières, en priant avec ferveur, ‘Oh Dieu ! Que ton Royaume vienne ! Que ta volonté soit faite sur la Terre, comme au ciel ! »

Qu'il en soit ainsi.

Tb Ad Fr